Corrosion of metals and alloys -- Corrosivity of atmospheres -- Measurement of pollution

Specifies three methods for measuring the deposition rates of sulfur dioxide and air-borne salinity. Does not cover concentration measurements. Includes measuring methods which apply for characterization of corrosivity of the test site.

Corrosion des métaux et alliages -- Corrosivité des atmosphères -- Mesurage de la pollution

La présente Norme internationale prescrit trois méthodes pour le mesurage des vitesses de dépôt des composés à base de soufre issus du dioxyde de soufre (SO2) et du sel contenu dans l'air. Elle ne traite pas des mesures de concentration. La concentration de dioxyde de soufre (SO2) et autres polluants dans l'air se mesure suivant d'autres méthodes normalisées, par exemple ISO 4221:1980, Qualité de l'air - Détermination de la concentration en masse du dioxyde de soufre dans l'air ambiant - Méthode spectrophotométrique au thorin. Les méthodes de mesurage traitées dans la présente Norme internationale permettent de caractériser la corrosivité de l'atmosphère des sites d'essai. Les données de pollution obtenues par ces méthodes servent en général pour la déduction de la classe de corrosivité.

General Information

Status
Replaced
Publication Date
18-Feb-1992
Withdrawal Date
18-Feb-1992
Current Stage
6060 - International Standard published
Completion Date
19-Feb-1992
Ref Project

RELATIONS

Buy Standard

Standard
ISO 9225:1992 - Corrosion of metals and alloys -- Corrosivity of atmospheres -- Measurement of pollution
English language
10 pages
sale 15% off
Preview
sale 15% off
Preview
Standard
ISO 9225:1992 - Corrosion des métaux et alliages -- Corrosivité des atmospheres -- Mesurage de la pollution
French language
10 pages
sale 15% off
Preview
sale 15% off
Preview
Standard
ISO 9225:1992 - Corrosion des métaux et alliages -- Corrosivité des atmospheres -- Mesurage de la pollution
French language
10 pages
sale 15% off
Preview
sale 15% off
Preview

Standards Content (sample)

INTERNATIONAL
STANDARD
First edi tion
1992-02-15
Corrosion of metals and alloys - Corrosivity of
atmospheres
- Measurement of pollution
Corrosion des metaux et alliages - Corrosivitb des atmosph&es -
Mesurage de Ia pollution
Reference number
ISO 9225: 1992(E)
---------------------- Page: 1 ----------------------
ISO 9225:1992(E)
Foreword
ISO (the International Organization for Standardization) is a worldwide
federation of national Standards bodies (ISO member bodies). The work
of preparing International Standards is normally carried out through ISO
technical committees. Esch member body interested in a subject for
which a technical committee has been established has the right to be
represented on that committee. International organizations, govern-
mental and non-governmental, in liaison with ISO, also take patt in the
work. ISO collaborates closely with the International Electrotechnical
Commission (IEC) on all matters of electrotechnical standardization.
Draft International Standards adopted by the technical committees are
circulated to the member bodies for voting. Publication as an Inter-
national Standard requires approval by at least 75 % of the member
bodies casting a vote.
International Standard ISO 9225 was prepared by Technical Committee
ISO/TC 156, Corrosion of metals and alloys.
0 ISO 1992

All rights reserved. No part of this publication may be reproduced or utilized in any form

or by any means, electronie or mechanical, including photocopying and microfilm, without

Permission in writing from the publisher.
International Organization for Standardization
Case Postale 56 l CH-121 1 Geneve 20 @ Switzerland
Printed in Switzerland
---------------------- Page: 2 ----------------------
ISO 9225:1992(E)
Introduction
The ability of an atmosphere to Cause corrosion of metals and alloys is
controlled by the following factors: temperature-humidity complex and
pollution. A basic requirement for the determination of the corrosivity
of atmospheres is the standardized measurement of concentration and
deposition rates of environmental pollution. The concentration of
sulphur dioxide (SO,) in the air should be measured in accordance with
special Standards. This International Standard represents methods for
the measurement of deposition rates of sulphur dioxide (SO,) and air-
borne salinity.
The methods included in this International Standard have been Chosen
for their easy applicability and good comparability of results. lt is im-
portant to stress that the classification of sulphur dioxide (SO,) and air-
borne chloride (Cl-) levels given in ISO 9223:1992, Corrosion of metals
and alloys - Cer-rosivity of atmospheres - Classification, is based on
measurement methods described in this International Standard.
. . .
Ill
---------------------- Page: 3 ----------------------
This page intentionally leff blank
---------------------- Page: 4 ----------------------
INTERNATIONAL STANDARD ISO 9225:1992(E)
Corrosion of metals and alloys - Corrosivity of atmospheres
- Measurement of pollution

WARNING - Some of the procedures included in this International Standard entail the use of potentially

hazardous chemicals. It is emphasised that all appropriate safety precautions should be taken.

The inverted Position of the disc is intended to
1 Scope
minimize Sulfur Capture from acid precipitation or
sulfuric acid aerosol.
1 .l This International Standard specifies three
methods for measuring the deposition rates of Sulfur
dioxide (SO,) (Sulfur compounds) and airborne 2.2 Sampling apparatus
salinity.
2.2.1 Sulfation plate
lt does not cover concentration measurements. The
concentration of Sulfur dioxide (SO,) and other
Sulfation plates may be purchased ready for ex-
pollutants in the air should be measured in accord-
posure or may be prepared. The following method
ante with Standard methods, e.g. ISO 4221:1980, Air
is recommended for the preparation of sulfation
quality - Determination of mass concentration of
plates.
sulphur dioxide in ambient air - Thorin spectro-
photometric method.
Bond filter Paper circles to the bottom of polystyrene
Petri dishes. The circle diameters may be 50 mm or
The measurement methods included in this Inter-

national Standard apply for characterization of 60 mm. Bonding is carried out by placing a filter

corrosivity of the test site. The pollution data ob- Paper rough side up, in the bottom of the dish. The

filter Paper should fit inside the dish without wrink-
tained by these methods are generally used for the
ling. Carefully squirt acetone into the dish so that the
determination of corrosivity categories.
filter becomes just saturated. Press the filter Paper
firmly with a glass rod so that it adheres completely
to the dish. Allow the acetone to evaporate.
2 Determination of Sulfur dioxide (SO,)
deposition rate on lead dioxide (PbO,)
Place a batch of bonded plates (80 50 mm or p
sulfation plates 55 60 mm plates) in a rack and rinse with distilled
or deionized water. Fill the plates with water again
and allow to stand for 1 h. Pour the water out of the
2.1 Princlple
plates and refill to between one quarter and one half
with distilled or deionized water.
Atmospheric Sulfur dioxide (SO,) reacts with the

lead dioxide to form lead sulfate. The plates are re- Add 3,5 g of tragacanth gum and 900 ml distilled or

deionized water to a high Speed blender. Set at a
covered and sulfate analysis is performed on the
contents to determine the extent of Sulfur dioxide low Speed and blend for 2 h.
Capture. The deposition rate of Sulfur dioxide is ex-
Pour the contents of the blender into a 1 litre beaker
pressed in milligrams per Square metre day
and pour 350 ml of the Solution back into the
[mSl(m2qJ*
blender. Pulp 3,5 g of filter Paper, add it to the

The lead dioxide reagent used in this method may 350 ml of gum Solution and set the blender at a

also convert other Sulfur bearing compounds, such moderate Speed until the mixture appears smooth

as hydrogen sulfide and mercaptans, to sulfate.
and uniform.
---------------------- Page: 5 ----------------------
ISO 9225:1992(E)

Pour 400 ml of the previously prepared gum solution Number the plates and expose them within

into the blender and blend at a moderate Speed for 120 days of preparation. Retain at least three plates

1 min. from each batch for reference.
Set the blender at a high Speed and add 112 g of
lead dioxide. Blend for 2 min and then turn the
blender back to a low Speed.
2.2.2 Exposure rack
Carefully pipette 10 ml of the mixture into each
Brackets shall be used to hold the plates securely
50 mm plate or 15 ml into each 60 mm plate. Make
in an inverted Position, so that the lead dioxide
sure that the mixture spreads uniformly to the edge
mixture faces downwards. The plates shall be hori-
of each plate.
zontal and shall not be obstructed from normal
Winds and air circulation currents. The brackets
Place the rack of plates in an oven set at
shall be constructed from a material which has ad-
40 “C to 50 “C for 20 h.
equate resistance to atmospheric corrosion. They

Remove the plates from the oven, allow to cool and shall include a retaining Clip or other Provision to

seal them with tight-fitting covers to protect them hold the plate in the event of strong Winds. A typical

until exposure begins. bracket design is shown in figure 1.
Dimensions in millimetres
Retatner
Lead dfoxlde (Pb021 Paste
stlc Petri dlsh @ 60
---
Figure 1 - Sulfation plate holder
---------------------- Page: 6 ----------------------
ISO 9225:1992(E)
mark volumetric flask, dissolve in water, dilute to the
2.3 Sampling
mark and mix weil.
When monitoring exposure sites, a minimum of
1 ml of this Standard Solution contains 500 pg of
three plates shall be used for each exposure period.
so; -.
The plates should be placed, if possible, at the
highest and lowest levels of exposure of corrosion
2.4.3 Plate analysls
test specimens.
Quantitatively remove the lead dioxide and as much
A 30 day + 2 day exposure period is recommended.
of the fibrous material as possible from the plate
At the endof the exposure period, the plates should
and transfer it to a 50 ml one-mark volumetric flask.
be removed from the bracket and covered tightly to
prevent additional sulfation. Analysis of the plates
Add 20 ml of sodium carbonate Solution (2.4.2.1) and
should be completed within 60 days of the com-
stir.
pletion of the exposure. When the exposure is fin-
ished, the plate identification, exposure location and
Allow to stand for 3 h with occasional stirring.
the dates of exposure initiation and completion shall
be recorded. Place in a 100 “C water bath for 30 min.
Cool and dilute to the mark with water.
2.4 Sulfate analysis
Filter at least 15 ml through a quantitative fine-grade
filter Paper into a clean, dry test tube. DO not wash.
The determination of the sulfate content of the sul-
fation plates shall be conducted using any estab-
Pipette IO,0 ml of filtered Sample into a 150 mm long
analysis
lished quantitative technique. A
test tube of diameter 25 mm and add IO,0 ml of wa-
turbidimetric method is described below.
ter and 5,0 ml of the hydrochloric acid Solution
(2.4.2.2). Swirl to mix and check the pH with indicator
2.4.1 Principle Paper. The pH must be between 2,5 and 4,0. If not,
discard and repeat this Step.
The contents of the sulfation plate are removed and
Pipette 5,0 ml aliquots of the Sample into two test
dissolved, for example using a Solution of sodium
tubes of 25 mm diameter and add 15 ml of water to
carbonate. The sulfate is then precipated with the
each.
barium ion and measured turbidimetrically.
Add 1 ml of barium chloride Solution (2.4.2.3), mix
2.4.2 Reagents vigorously and allow to stand for 5 min before
measuring turbidity.
During the analysis, unless otherwise stated, use
Measure the turbidity of the Sample Solution at
only reagents of recognized analytical grade and
500 nm against a Solution containing no barium.
only distilled water or water of equivalent purity.
Convert the absorbance (turbidity) reading to
micrograms of sulfate using the calibration curve
2.4.2.1 Sodium carbonate, approximately 50 g/l.
obtained as specified in 2.4.4.
Dissolve 50 g + 0,5 g of anhydrous sodium carbon-
Blank samples consisting of unexposed sulfation
ate (Na,CO,) in 1 litre of water.
plates taken from each batch of prepared and ex-
posed plates should be analyzed at the Same time.
2.4.2.2 Hydrochlorit acid, solution,
c(HCI) = 0,7 mol/l.
Preparatlon of the calibration curve
2.4.4
Dilute 60 ml of concentrated hydrochloric acid
Dilute IO,0 ml of the sodium sulfate Standard sol-
(e = 1,19 g/mI) to 1 litre with water.
ution (2.4.2.4) to 100 ml using a volumetric flask.
2.4.2.3 Barium chloride dihydrate, 5 g/l Solution.
Pipette the following volumes of the diluted sodium
sulfate Solution into test tubes: 1 ml, 2 ml, 3 ml,
Dissolve 5 g of barium chloride dihydrate
4 ml, 5 ml, 10 ml and 15 ml. Dilute each volume to
(BaCI,.2H,O) in 1 litre of water.
20 ml with water and then follow the procedure
specified in 2.4.3.
2.4.2.4 Sodium sulfate, Standard Solution corre-
On linear graph Paper plot the absorbance readings
sponding to 500 mg of SO:- per litre.
of each of the above solutions against the respective
mass of sulfate which they contain, i.e., 50 ug,
Weigh, to the nearest 0,l mg, 0,740 g of anhydrous
100 pg, 150 ug, 200 u.g, 250 pg, 500 ug and 750 pg.
sodium sulfate (Na,SO,), place it in a 1 000 ml one-
---------------------- Page: 7 ----------------------
ISO 9225:1992(E)
3.2.2 Exposure rack
2.5 Expresslon of results
The sulfation rate is calculated in terms of Sulfur di-
The test plates are exposed on a rack (see Figure 2)
Oxide (SO,) Capture by the plate. The mass of sulfate
in a vertical Position so that their surfaces are par-
obtained from the plate analysis procedure is con-
allel to the prevailing direction of wind. The bottom
verted to net sulfation mass by subtracting the blank
edges of the plates shall be 1,8 m to 2 m above the
value obtained from the batch of plates in question.
ground. A roof over the rack prevents washing out
by rain but enables free access of air to the plates.
The deposition rate of Sulfur dioxide (SO,), ex-
pressed in milligrams per Square metre day
is given by the equation
[mg/(m2qly qso,y
ml - Q) x 16,67
. . .
(1)
R(so,) =
Astx 1000
3.3 Sampllng
At the test location (test site) install three test plates
with the fasteners on the rack. The exposure time
is the mass, in micrograms, of sulfates
of the test plates is 30 days + 2 days, unless the
contained in the blank test;
Character of the test or the pollution level necessi-

is the mass, in micrograms, of sulfates tate a different time (60 days or 90 days). After the

contained in a plate; exposure is complete, remove the test plates with-
out damaging the surface layer and seal them sep-
A is the area, in Square metres, of a plate;
Mark the plastic
arately in plastic Containers.
Containers with the test site name and dates of ex-
t is the exposure time, in days
posure and removal.
3 Determination of Sulfur dioxide (SO,)
deposition rate on alkaline surfaces
3.1 Principle
3.4 Sulfate analysis
Sulfur oxides (SO,) and other Sulfur compounds of
The sulfate analysis shall be completed within
an acid Character are collected on the alkaline sur-
60 days of the completion of exposure.
face of porous filter plates saturated by a Solution
of sodium or potassium carbonate. Sulfur com-
The volumetric determination of sulfates in the test
pounds which are converted into sulfates are deter-
plates is described below. Any other analytical pro-
mined. The deposition rate of Sulfur dioxide is
cedure which gives a satisfactory precision, for ex-
expressed in milligrams per Square metre day
ample gravimetric or spectrophotometric methods,
[mg/(m**q
tan be used.
3.2 Sampling apparatus
3.2.1 Sulfatlon plate
3.4.1 Prlnclple
Sulfation plates shall be prepared by the following
The amount of sulfates is determined by the titration
method. .-
of a water/ethanol Sample Solution with a barium
perchlorate water/ethanol titrant in the presence of
Immerse Paper filter plates of 150 mm x 100 mm x
thorin indicator. The end-point of the titration is in-
3 mm, for 2 min in a 70 g/l sodium or potassium
dicated by the yell
...

NORME
INTERNATIONALE
Première edition
1992-02-l 5
Corrosion des métaux et alliages - Corrosivité
des atmosphères - Mesurage de la pollution
Corrosion of metals and alloys - Corrosivity of atmospheres -
Measurement of pollution
Numbro de reférence
ISO 9225: 1992(F)
---------------------- Page: 1 ----------------------
ISO 9225:1992(F)
Avant-propos
L’ISO (Organisation internationale de normalisation) est une fédération
mondiale d’organismes nationaux de normalisation (comités membres
de I’ISO). L’élaboration des Normes internationales est en général
confiée aux comités techniques de I’ISO. Chaque comité membre inté-
ressé par une étude a le droit de faire partie du comité technique créé
à cet effet. Les organisations internationales, gouvernementales et non
gouvernementales, en liaison avec I’ISO participent également aux tra-
vaux. L’ISO collabore étroitement avec la Commission électrotechnique
internationale (CEI) en ce qui concerne la normalisation électrotech-
nique.
Les projets de Normes internationales adoptés par les comités techni-
ques sont soumis aux comités membres pour vote. Leur publication
comme Normes internationales requiert l’approbation de 75 % au moins
des comités membres votants.
La Norme internationale ISO 9225 a été élaborée par le comité techni-
que ISO/TC 156, Corrosion des métaux et alliages.
0 ISO 1992

Droits de reproduction réservés. Aucune partie de cette publication ne peut être repro-

duite ni utilisée sous quelque forme que ce soit et par aucun procédé, électronique ou

mécanique, y compris la photocopie et les microfilms, sans l’accord écrit de l’éditeur.

Organisation internationale de normalisation
Case Postale 56 l CH-121 1 Genève 20 l Suisse
Imprimé en Suisse
---------------------- Page: 2 ----------------------
ISO 9225:1992(F)
Introduction
La capacité d’une atmosphère à corroder les métaux et alliages est
fonction des facteurs suivants: la relation température-humidité et la
pollution. Pour apprecier la corrosivité des atmosphères, il faut mesurer
de facon normalisée la concentration et les vitesses de dépôt de pollu-
tion ambiante. La concentration de dioxyde de soufre (SO,) dans l’air
se mesure par application de normes spécialisées. La présente Norme
internationale traite des méthodes de mesurage des vitesses de dépôt
des composés à base de soufre issus du dioxyde de soufre (SO,) et du
sel contenu dans l’air.
Les méthodes retenues dans la présente Norme internationale ont été
choisies pour leur facilité d’emploi et la facilité de comparaison de leurs
résultats. Il est important de souligner que la classification par niveaux
de dioxyde de soufre (SO,) et de chlorures (CI--) contenus dans l’air, qui
figure dans ISO 9223:1992, Corrosion des métaux et alliages -
Corrosivitb des atmosphères - Classification, se fondent sur les métho-
des decrites dans la présente Norme internationale.
. . .
III
---------------------- Page: 3 ----------------------
Page blanche
---------------------- Page: 4 ----------------------
ISO 9225:1992(F)
NORME INTERNATIONALE
Corrosion des métaux et alliages - Corrosivité des
atmosphères - Mesurage de la pollution

AVERTISSEMENT - Certaines opérations prescrites dans la présente Norme internationale nécessitent

l’emploi de produits chimiques très dangereux. II faut prendre toutes les mesures de sécurité qui

s’imposent.
sés à base de soufre, du type sulfure d’hydrogène
1 Domaine d’application
et mercaptans.
1.1 La présente Norme internationale prescrit trois
La position renversée de la boîte vise à réduire au
méthodes pour le mesurage des vitesses de dépôt
minimum le pourcentage de soufre retenu sur des
des composés à base de soufre issus du dioxyde de
précipitations acides ou des aérosols sulfuriques.
soufre (SO,) et du sel contenu dans l’air.
2.2 Appareillage d’échantillonnage
Elle ne traite pas des mesures de concentration. La
concentration de dioxyde de soufre (SO,) et autres
polluants dans l’air se mesure suivant d’autres mé-
2.2.1 Boîtes à sulfatation
thodes normalisées, par exemple ISO 4221:1980,
Qualité de /‘air - Détermination de la concentration
Les boîtes à sulfatation peuvent être achetées tou-
en masse du dioxyde de soufre dans l’air ambiant ---
tes prêtes dans le commerce ou bien être préparées
Méthode spectrophotométrique au thorin.
à cet effet. Pour préparer les boîtes, il est recom-
mandé d‘appliquer la méthode suivante.
Les méthodes de mesurage traitées dans la pré-
sente Norme internationale permettent de caracté-
Coller des ronds de papier filtre au fond de boîtes
riser la corrosivité de l’atmosphère des sites
de Petri en polystyrène. Les ronds peuvent avoir
d’essai. Les données de pollution obtenues par ces
50 mm ou 60 mm de diamètre. Placer le filtre, côté
méthodes servent en général pour la déduction de
rugueux sur le dessus. Éviter tout pli à l’intérieur de
la classe de corrosivité.
la boîte. Verser peu à peu de l’acétone dans la boîte
jusqu’à saturation du papier filtre. A l’aide d’une tige
de verre, appuyer fermement sur le papier pour bien
2 Détermination de la vitesse de dépôt du
le coller à la boîte. Laisser l’acétone s’évaporer.
dioxyde de soufre (SO,) dans des boîtes à
Placer un lot de boîtes ainsi préparées: 80 boîtes de
sulfatatlon au dioxyde de plomb (PbO,)
50 mm ou 55 boîtes de 60 mm, sur un support et les
rincer à l’eau distillée ou déionisée. Remplir à nou-
2.1 Prlnclpe
veau les boîtes avec de l’eau distillée ou déionisée
et laisser tremper pendant 1 h. Vider l’eau des boî-
Le dioxyde de soufre (SO,) de l’air réagit avec le
tes et les remplir à nouveau du quart à la moitié
dioxyde de plomb pour former du sulfate de plomb.
d’eau distillee ou déionisée.
Après récupération des boîtes et analyse des sul-
Verser 3,5 g de gomme de tragacanthe et 900 ml
fates, on détermine la quantité de dioxyde de soufre
d’eau distillee ou déionisée dans un mélangeur à
retenue prisonnière. On exprime la vitesse de dépôt

du dioxyde de soufre en milligrammes par mètre grande vitesse. Mettre en marche à faible vitesse

et mélanger pendant 2 h.
carré jour [mg/(m*sd)].
Verser le contenu du mélangeur dans un bécher de
Le réactif au dioxyde de plomb utilisé dans la mé-
1 litre et reverser 350 ml de la solution dans le mé-
thode peut transformer en sulfates d’autres compo-
---------------------- Page: 5 ----------------------
ISO 9225:1992(F)

langeur. Déchirer finement 3,5 g de papier filtre et Enlever les boîtes de l’étuve, les laisser refroidir et

les placer dans les 350 ml de solution de gomme et les fermer hermétiquement avec leur couvercle

régler le mélangeur à vitesse moyenne jusqu’à ce pour les mettre à l’abri jusqu’au moment de I’expo-

que le mélange apparaisse lisse et uniforme. sition.
Numéroter les boîtes et les exposer dans les
Reverser dans le mélangeur les 400 ml de solution
120 jours qui suivent la préparation. Conserver au
de gomme mis en réserve et mélanger à vitesse
moins trois boîtes du lot a titre de référence.
moyenne pendant 1 min.
2.2.2 Support d’exposition
Régler le mélangeur sur vitesse élevée et ajouter
112 g de dioxyde de plomb. Mélanger pendant
Des consoles maintiennent les boîtes solidement à
2 min et remettre le mélangeur sur vitesse faible.
l’envers pour que la face couverte de dioxyde de
plomb regarde le sol. La boîte doit être horizontale
A l’aide d’une pipette, placer 10 ml de mélange
et ne doit pas être à l’abri de la circulation normale
dans chaque boîte de 50 mm ou de 15 ml dans cha-
du vent et des courants d’air. Les consoles doivent
que boîte de 60 mm. Vérifier que le mélange s’étale
être en matériau de résistance suffisante à la cor-
de facon uniforme jusqu’au bord.
rosion atmosphérique. Elles doivent posséder un
crochet ou autre systéme permettant de fixer fer-
Placer le support dans une étuve réglée à
mement la boîte même par vent fort. Un modèle de
40 OC - 50 OC pendant 20 h.
console appliquée est représenté à la figure 1.
Dimensions en millimètres
Flxatlon
Pbte au dioxyde de plomb IPbOJ
te de Petrt en plastique. a6 60
---
Figure 1 - Support des boîtes A sulfatation
---------------------- Page: 6 ----------------------
ISO 9225:1992(F)
2.4.2.4 Sulfate de sodium, solution étalon corres-
2.3 Échantillonnage
pondant à 500 mg de SO:- par litre.
Dans les sites d’exposition contrôlés, un minimum
Peser, à 0,l mg près, 0,740 g de sulfate de sodium
de trois boîtes est nécessaire pour chaque période
anhydre (Na,SO,), placer le sulfate dans une fiole
d’exposition.
jaugée à un trait de 1 000 ml, dissoudre dans de
l’eau, diluer jusqu’au trait repére et homogénéiser.
Les boîtes doivent être placées au plus haut niveau
et au plus bas niveau d’exposition des éprouvettes.
1 ml de cette solution étalon contient 500 pg de
II est recommandé de prévoir des durees d’expo- SO4 --.
sition de 30 jours + 2 jours. En fin d’exposition, les
boîtes doivent être enlevées des consoles et fer-
mées hermétiquement pour empêcher toute sulfa-
tation supplémentaire. L’analyse du contenu des
2.4.3 Analyse des boîtes
boîtes doit être effectuée dans les 60 jours qui sui-
vent la fin de l’exposition. Une fois l’exposition ter-

minée, on doit noter le numéro de la boîte, le lieu Retirer quantitativement le dioxyde de plomb et au-

d’exposition et les dates de début et de fin d’expo- tant que possible de fibres d’une boîte et placer le

sition. tout dans une fiole jaugée à un trait de 50 ml.
Ajouter 20 ml de solution de carbonate de sodium
(2.4.2.1) et agiter.
2.4 Analyse des sulfates
Laisser reposer 3 h en agitant de temps en temps.
La détermination de la teneur en sulfates des boîtes
à sulfatation doit être effectuée par une technique
Placer au bain-marie à 100 “C pendant 30 min.
d’analyse quantitative reconnue. La méthode décrite
ci-dessous est une méthode turbidimétrique.
ir et diluer avec de l’eau jusqu’au trait re-
Refroid
père.
2.4.1 Principe
Filtrer au moins 15 ml sur un papier filtre quantitatif
de qualité fine placé au-dessus d’un tube à essai
On retire le contenu de la boîte à sulfatation et on
propre et sec. Ne pas laver.
le met en solution, par exemple dans du carbonate
de sodium. On precipite alors le sulfate par l’ion
A l’aide d’une pipette, prélever 10,O ml d’échantillon
baryum et l’on procède à une mesure turbidimétri-
filtré et les verser dans un tube à essai de 25 mm
que.
de diamètre et de 150 mm de longueur; ajouter
10,O ml d’eau et 5,0 ml de solution d’acide chlorhy-
drique (2.4.2.2). Agiter pour mélanger et vérifier le
2.4.2 Réactifs
pH à l’aide d’un papier indicateur. Le pH doit être
compris entre 2,5 et 4,0. Si tel n’est pas le cas, jeter
Au cours de l’analyse, sauf indications differentes,
et répéter l’opération.
utiliser uniquement des réactifs de qualité analyti-
que reconnue, et de l’eau distillée ou de l’eau de
A l’aide d’une pipette, prélever des parties aliquotes
pureté équivalente.
de 5,0 ml d’échantillon et les verser dans deux tubes
à essai de 25 mm de diamètre, puis ajouter dans
chacun d’eux 15 ml d’eau.
2.4.2.1 Carbonate de sodium, à environ 50 g/l.
Ajouter 1 ml de solution de baryum (2.4.2.3), mélan-
Mettre en solution dans 1 litre d’eau 50 g + 0,5 g de
ger vigoureusement et laisser reposer 5 min avant
carbonate de sodium anhydre (Na,CO,).
de mesurer la turbidité.
2.4.2.2 Acide chlorhydrique, solution,
Mesurer la turbidité de la solution échantillon à
c(HCI) = 0,7 mol/l.
500 nm par rapport à une solution ne contenant pas
de baryum. Convertir le relevé d’absorbance (turbi-
Diluer 60 ml d’acide chlorhydrique concentré
dité) en microgrammes de sulfate à l’aide de la
(e = 1,19 g/ml) dans 1 litre d’eau.
courbe d’étalonnage tracée comme prescrit en
2.4.4.
2.4.2.3 Chlorure de baryum à deux molécules
Analyser en même temps le contenu des boîtes à
d’eau, solution à 5 g/l.
sulfatation non exposées prélevées dans chaque lot

Mettre en solution dans 1 litre d’eau 5 g de chlorure de boîtes préparées et exposées (échantillons

de baryum à deux molécules d’eau (BaCl,,2H,O). blancs).
---------------------- Page: 7 ----------------------
ISO 9225:1992(F)
2.4.4 Préparation de la courbe d’étalonnage 3.2 Appareillage d’échantillonnage
Diluer 10,O ml de solution étalon de sulfate de so-
3.2.1 Plaques à sulfatation
dium (2.4.2.4) à 100 ml dans une fiole jaugée.
A l’aide de pipettes, verser dans des tubes à essai
Les plaque s à sulfatat ion doivent être préparées de
les volumes suivants de solution de sulfate de so-
la manière suivante.
dium diluée ci-dessus: 1 ml, 2 ml, 3 ml, 4 ml, 5 ml,
10 ml et 15 ml. Diluer chaque volume à 20 ml avec
Immerger pendant 2 min, dans une solution de car-
de l’eau puis procéder à l’analyse comme prescrit
bonate de sodium ou de potassium à 70 g/l, des
en 2.4.3.
plaques de papier filtre de 150 mm x 100 mm x
3 mm (il est possible d’utiliser des plaques filtrantes
Sur un papier graphique linéaire, porter les valeurs
pour chromatographie ou d’autres matériaux à pro-
d’absorbance de chacune des solutions ci-dessus
priétés similaires).
en fonction de la masse respective de sulfate qu’el-

les contiennent, soit 50 ug, 100 ug, 150 ug, 200 ug, Les sortir de la solution, les égoutter et les laisser

250 pg, 500 pg et 750 pg.
sécher pendant 1 h ou 8 h à une température de
105 “C + 2 OC ou 90 “C + 2 OC, respectivement.
Après séchage, enfermer l& plaques dans des sacs
2.5 Expression des résultats
en plastique (polyéthyléne, polypropylène). Dans
chaque série, prélever cinq plaques pour détermi-
La vitesse de sulfatation se calcule en fonction du
ner la teneur en sulfates en essai à blanc.
dioxyde de soufre (SO,) capte par les boîtes. La
masse de sulfates donnée par l’analyse des boîtes
est convertie en masse de sulfatation nette par
3.2.2 Support d’exposition
soustraction de la valeur à blanc obtenue sur le lot
de boîtes en question.
Les plaques sont exposées sur un support (voir fi-
La vitesse de dépôt du dioxyde de soufre (SO,), ex-
gure 2) en position verticale, surface parallèle à la
primée en milligrammes par mètre carré jour
direction prédominante des vents. Le bord inférieur
est donnée par l’équation
des plaques doit se trouver à 1,8 m - 2 m du sol.
[mg/(m2*d)lf R(so,)g
Un auvent, placé au-dessus des plaques, les empê-
ml - mJ x 16,67
che d’être délavees par la pluie, mais permet le li-
. . .
(1)
qso,) =
A-t x 1 000
bre passage de l’air.
est la masse, en mi crogrammes, de sul-
3.3 Échantillonnage
fate s contenu e dans l l’essai à blanc;
Sur le site d’essai, fixer fermement trois plaques
est la masse, en microg ramme s, de sul-
d’essai sur le support. Le temps d’exposition est de
ns une boîte;
fate s contenue da
30 jours + 2 jours, sauf si le caractère de l’essai ou
le niveaude pollution nécessite une durée différente
A est l’aire, en mètres carrés, d’une boîte;
(60 jours ou 90 jours). Une fois l’exposition termi-
née, détacher les plaques d’essai sans endomma-
t est le temps d’exposition, en jours.
ger leur surface et les enfermer dans des sacs en
plastique une par une. Marquer sur les sacs le nom
3 Détermination de la vitesse de dépôt du
du site ainsi que les dates d’exposition et d’enlè-
dioxyde de soufre (SO,) sur des surfaces
vement.
alcalines
3.4 Analyse des sulfates
3.1 Principe
Des oxydes de soufre (SO,) et autres composés à
L’analyse des sulfates doit être réalisée dans les
base de soufre de nature acide sont recueillis à la
60 jours qui suivent le prélèvement.
surface .de plaques filtrantes poreuses saturées par
Le dosage titrimétrique des sulfates des plaques
une solution alcaline de carbonate de sodium ou de
d’essai est décrit ci-dessous. Toute autre méthode
potassium. On dose les composés de souf
...

NORME
INTERNATIONALE
Première edition
1992-02-l 5
Corrosion des métaux et alliages - Corrosivité
des atmosphères - Mesurage de la pollution
Corrosion of metals and alloys - Corrosivity of atmospheres -
Measurement of pollution
Numbro de reférence
ISO 9225: 1992(F)
---------------------- Page: 1 ----------------------
ISO 9225:1992(F)
Avant-propos
L’ISO (Organisation internationale de normalisation) est une fédération
mondiale d’organismes nationaux de normalisation (comités membres
de I’ISO). L’élaboration des Normes internationales est en général
confiée aux comités techniques de I’ISO. Chaque comité membre inté-
ressé par une étude a le droit de faire partie du comité technique créé
à cet effet. Les organisations internationales, gouvernementales et non
gouvernementales, en liaison avec I’ISO participent également aux tra-
vaux. L’ISO collabore étroitement avec la Commission électrotechnique
internationale (CEI) en ce qui concerne la normalisation électrotech-
nique.
Les projets de Normes internationales adoptés par les comités techni-
ques sont soumis aux comités membres pour vote. Leur publication
comme Normes internationales requiert l’approbation de 75 % au moins
des comités membres votants.
La Norme internationale ISO 9225 a été élaborée par le comité techni-
que ISO/TC 156, Corrosion des métaux et alliages.
0 ISO 1992

Droits de reproduction réservés. Aucune partie de cette publication ne peut être repro-

duite ni utilisée sous quelque forme que ce soit et par aucun procédé, électronique ou

mécanique, y compris la photocopie et les microfilms, sans l’accord écrit de l’éditeur.

Organisation internationale de normalisation
Case Postale 56 l CH-121 1 Genève 20 l Suisse
Imprimé en Suisse
---------------------- Page: 2 ----------------------
ISO 9225:1992(F)
Introduction
La capacité d’une atmosphère à corroder les métaux et alliages est
fonction des facteurs suivants: la relation température-humidité et la
pollution. Pour apprecier la corrosivité des atmosphères, il faut mesurer
de facon normalisée la concentration et les vitesses de dépôt de pollu-
tion ambiante. La concentration de dioxyde de soufre (SO,) dans l’air
se mesure par application de normes spécialisées. La présente Norme
internationale traite des méthodes de mesurage des vitesses de dépôt
des composés à base de soufre issus du dioxyde de soufre (SO,) et du
sel contenu dans l’air.
Les méthodes retenues dans la présente Norme internationale ont été
choisies pour leur facilité d’emploi et la facilité de comparaison de leurs
résultats. Il est important de souligner que la classification par niveaux
de dioxyde de soufre (SO,) et de chlorures (CI--) contenus dans l’air, qui
figure dans ISO 9223:1992, Corrosion des métaux et alliages -
Corrosivitb des atmosphères - Classification, se fondent sur les métho-
des decrites dans la présente Norme internationale.
. . .
III
---------------------- Page: 3 ----------------------
Page blanche
---------------------- Page: 4 ----------------------
ISO 9225:1992(F)
NORME INTERNATIONALE
Corrosion des métaux et alliages - Corrosivité des
atmosphères - Mesurage de la pollution

AVERTISSEMENT - Certaines opérations prescrites dans la présente Norme internationale nécessitent

l’emploi de produits chimiques très dangereux. II faut prendre toutes les mesures de sécurité qui

s’imposent.
sés à base de soufre, du type sulfure d’hydrogène
1 Domaine d’application
et mercaptans.
1.1 La présente Norme internationale prescrit trois
La position renversée de la boîte vise à réduire au
méthodes pour le mesurage des vitesses de dépôt
minimum le pourcentage de soufre retenu sur des
des composés à base de soufre issus du dioxyde de
précipitations acides ou des aérosols sulfuriques.
soufre (SO,) et du sel contenu dans l’air.
2.2 Appareillage d’échantillonnage
Elle ne traite pas des mesures de concentration. La
concentration de dioxyde de soufre (SO,) et autres
polluants dans l’air se mesure suivant d’autres mé-
2.2.1 Boîtes à sulfatation
thodes normalisées, par exemple ISO 4221:1980,
Qualité de /‘air - Détermination de la concentration
Les boîtes à sulfatation peuvent être achetées tou-
en masse du dioxyde de soufre dans l’air ambiant ---
tes prêtes dans le commerce ou bien être préparées
Méthode spectrophotométrique au thorin.
à cet effet. Pour préparer les boîtes, il est recom-
mandé d‘appliquer la méthode suivante.
Les méthodes de mesurage traitées dans la pré-
sente Norme internationale permettent de caracté-
Coller des ronds de papier filtre au fond de boîtes
riser la corrosivité de l’atmosphère des sites
de Petri en polystyrène. Les ronds peuvent avoir
d’essai. Les données de pollution obtenues par ces
50 mm ou 60 mm de diamètre. Placer le filtre, côté
méthodes servent en général pour la déduction de
rugueux sur le dessus. Éviter tout pli à l’intérieur de
la classe de corrosivité.
la boîte. Verser peu à peu de l’acétone dans la boîte
jusqu’à saturation du papier filtre. A l’aide d’une tige
de verre, appuyer fermement sur le papier pour bien
2 Détermination de la vitesse de dépôt du
le coller à la boîte. Laisser l’acétone s’évaporer.
dioxyde de soufre (SO,) dans des boîtes à
Placer un lot de boîtes ainsi préparées: 80 boîtes de
sulfatatlon au dioxyde de plomb (PbO,)
50 mm ou 55 boîtes de 60 mm, sur un support et les
rincer à l’eau distillée ou déionisée. Remplir à nou-
2.1 Prlnclpe
veau les boîtes avec de l’eau distillée ou déionisée
et laisser tremper pendant 1 h. Vider l’eau des boî-
Le dioxyde de soufre (SO,) de l’air réagit avec le
tes et les remplir à nouveau du quart à la moitié
dioxyde de plomb pour former du sulfate de plomb.
d’eau distillee ou déionisée.
Après récupération des boîtes et analyse des sul-
Verser 3,5 g de gomme de tragacanthe et 900 ml
fates, on détermine la quantité de dioxyde de soufre
d’eau distillee ou déionisée dans un mélangeur à
retenue prisonnière. On exprime la vitesse de dépôt

du dioxyde de soufre en milligrammes par mètre grande vitesse. Mettre en marche à faible vitesse

et mélanger pendant 2 h.
carré jour [mg/(m*sd)].
Verser le contenu du mélangeur dans un bécher de
Le réactif au dioxyde de plomb utilisé dans la mé-
1 litre et reverser 350 ml de la solution dans le mé-
thode peut transformer en sulfates d’autres compo-
---------------------- Page: 5 ----------------------
ISO 9225:1992(F)

langeur. Déchirer finement 3,5 g de papier filtre et Enlever les boîtes de l’étuve, les laisser refroidir et

les placer dans les 350 ml de solution de gomme et les fermer hermétiquement avec leur couvercle

régler le mélangeur à vitesse moyenne jusqu’à ce pour les mettre à l’abri jusqu’au moment de I’expo-

que le mélange apparaisse lisse et uniforme. sition.
Numéroter les boîtes et les exposer dans les
Reverser dans le mélangeur les 400 ml de solution
120 jours qui suivent la préparation. Conserver au
de gomme mis en réserve et mélanger à vitesse
moins trois boîtes du lot a titre de référence.
moyenne pendant 1 min.
2.2.2 Support d’exposition
Régler le mélangeur sur vitesse élevée et ajouter
112 g de dioxyde de plomb. Mélanger pendant
Des consoles maintiennent les boîtes solidement à
2 min et remettre le mélangeur sur vitesse faible.
l’envers pour que la face couverte de dioxyde de
plomb regarde le sol. La boîte doit être horizontale
A l’aide d’une pipette, placer 10 ml de mélange
et ne doit pas être à l’abri de la circulation normale
dans chaque boîte de 50 mm ou de 15 ml dans cha-
du vent et des courants d’air. Les consoles doivent
que boîte de 60 mm. Vérifier que le mélange s’étale
être en matériau de résistance suffisante à la cor-
de facon uniforme jusqu’au bord.
rosion atmosphérique. Elles doivent posséder un
crochet ou autre systéme permettant de fixer fer-
Placer le support dans une étuve réglée à
mement la boîte même par vent fort. Un modèle de
40 OC - 50 OC pendant 20 h.
console appliquée est représenté à la figure 1.
Dimensions en millimètres
Flxatlon
Pbte au dioxyde de plomb IPbOJ
te de Petrt en plastique. a6 60
---
Figure 1 - Support des boîtes A sulfatation
---------------------- Page: 6 ----------------------
ISO 9225:1992(F)
2.4.2.4 Sulfate de sodium, solution étalon corres-
2.3 Échantillonnage
pondant à 500 mg de SO:- par litre.
Dans les sites d’exposition contrôlés, un minimum
Peser, à 0,l mg près, 0,740 g de sulfate de sodium
de trois boîtes est nécessaire pour chaque période
anhydre (Na,SO,), placer le sulfate dans une fiole
d’exposition.
jaugée à un trait de 1 000 ml, dissoudre dans de
l’eau, diluer jusqu’au trait repére et homogénéiser.
Les boîtes doivent être placées au plus haut niveau
et au plus bas niveau d’exposition des éprouvettes.
1 ml de cette solution étalon contient 500 pg de
II est recommandé de prévoir des durees d’expo- SO4 --.
sition de 30 jours + 2 jours. En fin d’exposition, les
boîtes doivent être enlevées des consoles et fer-
mées hermétiquement pour empêcher toute sulfa-
tation supplémentaire. L’analyse du contenu des
2.4.3 Analyse des boîtes
boîtes doit être effectuée dans les 60 jours qui sui-
vent la fin de l’exposition. Une fois l’exposition ter-

minée, on doit noter le numéro de la boîte, le lieu Retirer quantitativement le dioxyde de plomb et au-

d’exposition et les dates de début et de fin d’expo- tant que possible de fibres d’une boîte et placer le

sition. tout dans une fiole jaugée à un trait de 50 ml.
Ajouter 20 ml de solution de carbonate de sodium
(2.4.2.1) et agiter.
2.4 Analyse des sulfates
Laisser reposer 3 h en agitant de temps en temps.
La détermination de la teneur en sulfates des boîtes
à sulfatation doit être effectuée par une technique
Placer au bain-marie à 100 “C pendant 30 min.
d’analyse quantitative reconnue. La méthode décrite
ci-dessous est une méthode turbidimétrique.
ir et diluer avec de l’eau jusqu’au trait re-
Refroid
père.
2.4.1 Principe
Filtrer au moins 15 ml sur un papier filtre quantitatif
de qualité fine placé au-dessus d’un tube à essai
On retire le contenu de la boîte à sulfatation et on
propre et sec. Ne pas laver.
le met en solution, par exemple dans du carbonate
de sodium. On precipite alors le sulfate par l’ion
A l’aide d’une pipette, prélever 10,O ml d’échantillon
baryum et l’on procède à une mesure turbidimétri-
filtré et les verser dans un tube à essai de 25 mm
que.
de diamètre et de 150 mm de longueur; ajouter
10,O ml d’eau et 5,0 ml de solution d’acide chlorhy-
drique (2.4.2.2). Agiter pour mélanger et vérifier le
2.4.2 Réactifs
pH à l’aide d’un papier indicateur. Le pH doit être
compris entre 2,5 et 4,0. Si tel n’est pas le cas, jeter
Au cours de l’analyse, sauf indications differentes,
et répéter l’opération.
utiliser uniquement des réactifs de qualité analyti-
que reconnue, et de l’eau distillée ou de l’eau de
A l’aide d’une pipette, prélever des parties aliquotes
pureté équivalente.
de 5,0 ml d’échantillon et les verser dans deux tubes
à essai de 25 mm de diamètre, puis ajouter dans
chacun d’eux 15 ml d’eau.
2.4.2.1 Carbonate de sodium, à environ 50 g/l.
Ajouter 1 ml de solution de baryum (2.4.2.3), mélan-
Mettre en solution dans 1 litre d’eau 50 g + 0,5 g de
ger vigoureusement et laisser reposer 5 min avant
carbonate de sodium anhydre (Na,CO,).
de mesurer la turbidité.
2.4.2.2 Acide chlorhydrique, solution,
Mesurer la turbidité de la solution échantillon à
c(HCI) = 0,7 mol/l.
500 nm par rapport à une solution ne contenant pas
de baryum. Convertir le relevé d’absorbance (turbi-
Diluer 60 ml d’acide chlorhydrique concentré
dité) en microgrammes de sulfate à l’aide de la
(e = 1,19 g/ml) dans 1 litre d’eau.
courbe d’étalonnage tracée comme prescrit en
2.4.4.
2.4.2.3 Chlorure de baryum à deux molécules
Analyser en même temps le contenu des boîtes à
d’eau, solution à 5 g/l.
sulfatation non exposées prélevées dans chaque lot

Mettre en solution dans 1 litre d’eau 5 g de chlorure de boîtes préparées et exposées (échantillons

de baryum à deux molécules d’eau (BaCl,,2H,O). blancs).
---------------------- Page: 7 ----------------------
ISO 9225:1992(F)
2.4.4 Préparation de la courbe d’étalonnage 3.2 Appareillage d’échantillonnage
Diluer 10,O ml de solution étalon de sulfate de so-
3.2.1 Plaques à sulfatation
dium (2.4.2.4) à 100 ml dans une fiole jaugée.
A l’aide de pipettes, verser dans des tubes à essai
Les plaque s à sulfatat ion doivent être préparées de
les volumes suivants de solution de sulfate de so-
la manière suivante.
dium diluée ci-dessus: 1 ml, 2 ml, 3 ml, 4 ml, 5 ml,
10 ml et 15 ml. Diluer chaque volume à 20 ml avec
Immerger pendant 2 min, dans une solution de car-
de l’eau puis procéder à l’analyse comme prescrit
bonate de sodium ou de potassium à 70 g/l, des
en 2.4.3.
plaques de papier filtre de 150 mm x 100 mm x
3 mm (il est possible d’utiliser des plaques filtrantes
Sur un papier graphique linéaire, porter les valeurs
pour chromatographie ou d’autres matériaux à pro-
d’absorbance de chacune des solutions ci-dessus
priétés similaires).
en fonction de la masse respective de sulfate qu’el-

les contiennent, soit 50 ug, 100 ug, 150 ug, 200 ug, Les sortir de la solution, les égoutter et les laisser

250 pg, 500 pg et 750 pg.
sécher pendant 1 h ou 8 h à une température de
105 “C + 2 OC ou 90 “C + 2 OC, respectivement.
Après séchage, enfermer l& plaques dans des sacs
2.5 Expression des résultats
en plastique (polyéthyléne, polypropylène). Dans
chaque série, prélever cinq plaques pour détermi-
La vitesse de sulfatation se calcule en fonction du
ner la teneur en sulfates en essai à blanc.
dioxyde de soufre (SO,) capte par les boîtes. La
masse de sulfates donnée par l’analyse des boîtes
est convertie en masse de sulfatation nette par
3.2.2 Support d’exposition
soustraction de la valeur à blanc obtenue sur le lot
de boîtes en question.
Les plaques sont exposées sur un support (voir fi-
La vitesse de dépôt du dioxyde de soufre (SO,), ex-
gure 2) en position verticale, surface parallèle à la
primée en milligrammes par mètre carré jour
direction prédominante des vents. Le bord inférieur
est donnée par l’équation
des plaques doit se trouver à 1,8 m - 2 m du sol.
[mg/(m2*d)lf R(so,)g
Un auvent, placé au-dessus des plaques, les empê-
ml - mJ x 16,67
che d’être délavees par la pluie, mais permet le li-
. . .
(1)
qso,) =
A-t x 1 000
bre passage de l’air.
est la masse, en mi crogrammes, de sul-
3.3 Échantillonnage
fate s contenu e dans l l’essai à blanc;
Sur le site d’essai, fixer fermement trois plaques
est la masse, en microg ramme s, de sul-
d’essai sur le support. Le temps d’exposition est de
ns une boîte;
fate s contenue da
30 jours + 2 jours, sauf si le caractère de l’essai ou
le niveaude pollution nécessite une durée différente
A est l’aire, en mètres carrés, d’une boîte;
(60 jours ou 90 jours). Une fois l’exposition termi-
née, détacher les plaques d’essai sans endomma-
t est le temps d’exposition, en jours.
ger leur surface et les enfermer dans des sacs en
plastique une par une. Marquer sur les sacs le nom
3 Détermination de la vitesse de dépôt du
du site ainsi que les dates d’exposition et d’enlè-
dioxyde de soufre (SO,) sur des surfaces
vement.
alcalines
3.4 Analyse des sulfates
3.1 Principe
Des oxydes de soufre (SO,) et autres composés à
L’analyse des sulfates doit être réalisée dans les
base de soufre de nature acide sont recueillis à la
60 jours qui suivent le prélèvement.
surface .de plaques filtrantes poreuses saturées par
Le dosage titrimétrique des sulfates des plaques
une solution alcaline de carbonate de sodium ou de
d’essai est décrit ci-dessous. Toute autre méthode
potassium. On dose les composés de souf
...

Questions, Comments and Discussion

Ask us and Technical Secretary will try to provide an answer. You can facilitate discussion about the standard in here.