Corrosion of metals and alloys -- Evaluation of pitting corrosion

Gives guidance on the selection of procedures that can be used in the identification and examination of pits and in the evaluation of pitting corrosion.

Corrosion des métaux et alliages -- Évaluation de la corrosion par piqûres

La présente Norme internationale constitue un guide destiné à aider à choisir des méthodes pouvant être utilisées dans l'identification et l'examen des piqûres et dans l'évaluation de la corrosion par piqûres.

Korozija kovin in zlitin – Vrednotenje jamičaste korozije

General Information

Status
Withdrawn
Publication Date
30-Sep-1999
Withdrawal Date
03-Jun-2021
Current Stage
9900 - Withdrawal (Adopted Project)
Start Date
04-Jun-2021
Due Date
27-Jun-2021
Completion Date
04-Jun-2021

RELATIONS

Buy Standard

Standard
SIST ISO 11463:1999
English language
10 pages
sale 10% off
Preview
sale 10% off
Preview

e-Library read for
1 day
Standard
ISO 11463:1995 - Corrosion of metals and alloys -- Evaluation of pitting corrosion
English language
10 pages
sale 15% off
Preview
sale 15% off
Preview
Standard
ISO 11463:1995 - Corrosion des métaux et alliages -- Évaluation de la corrosion par piqures
French language
10 pages
sale 15% off
Preview
sale 15% off
Preview
Standard
ISO 11463:1995 - Corrosion des métaux et alliages -- Évaluation de la corrosion par piqures
French language
10 pages
sale 15% off
Preview
sale 15% off
Preview

Standards Content (sample)

SLOVENSKI STANDARD
SIST ISO 11463:1999
01-oktober-1999
.RUR]LMDNRYLQLQ]OLWLQ±9UHGQRWHQMHMDPLþDVWHNRUR]LMH
Corrosion of metals and alloys -- Evaluation of pitting corrosion
Corrosion des métaux et alliages -- Évaluation de la corrosion par piqûres
Ta slovenski standard je istoveten z: ISO 11463:1995
ICS:
77.060 Korozija kovin Corrosion of metals
SIST ISO 11463:1999 en

2003-01.Slovenski inštitut za standardizacijo. Razmnoževanje celote ali delov tega standarda ni dovoljeno.

---------------------- Page: 1 ----------------------
SIST ISO 11463:1999
---------------------- Page: 2 ----------------------
SIST ISO 11463:1999
INTERNATIONAL ISO
STANDARD 11463
First edition
1995-12-15
Corrosion of metals and alloys - Evaluation
of pitting corrosion
Corrosion des mk taux et alliages - Evaluation de Ia corrosion par piqfires
Reference number
ISO 11463:1995(E)
---------------------- Page: 3 ----------------------
SIST ISO 11463:1999
ISO 11463:1995(E)
Foreword
ISO (the International Organization for Standardization) is a worldwide
federation of national Standards bodies (ISO member bodies). The work of
preparing International Standards is normally carried out through ISO
technical committees. Esch member body interested in a subject for
which a technical committee has been established has the right to be
represented on that committee. International organizations, governmental
and non-governmental, in liaison with ISO, also take part in the work. ISO
collaborates closely with the International Electrotechnical Commission
(IEC) on all matters of electrotechnical standardization.
Draft International Standards adopted by the technical committees are
circulated to the member bodies for voting. Publication as an International
Standard requires approval by at least 75 % of the member bodies casting
a vote.
International Standard ISO 11463 was prepared by Technical Committee
ISO/TC 156, Corrosion of metals and alloys.
Annexes A and B of this International Standard are for information only.
0 ISO 1995

All rights reserved. Unless otherwise specified, no part of this publication may be

reproduced or utilized in any form or by any means, electronie or mechanical, including

photocopying and microfilm, without Permission in writing from the publisher.
International Organization for Standardi zation
Case Postale 56 l CH-121 IG eneve 20 l Switzerland
Printed in Switzerland
---------------------- Page: 4 ----------------------
SIST ISO 11463:1999
ISO 11463:1995(E)
@ ISO
Introduction
lt is important to be able to determine the extent of pitting, either in a
Service application where it is necessary to estimate the remaining life in a
metal structure, or in laboratory test Programmes that are used to select
pitting-resistant materials for a particular Service (see [l] in annex B).
The application of the materials to be tested will determine the minimum
pit size to be evaluated and whether total area covered, average pit depth,
maximum pit depth or another criterion is the most important to measure.
---------------------- Page: 5 ----------------------
SIST ISO 11463:1999
This tionally left blank
page i nten
---------------------- Page: 6 ----------------------
SIST ISO 11463:1999
INTERNATIONAL STANDARD o Iso
ISO 11463:1995(E)
Corrosion of metals and alloys - Evaluation of pitting
corrosion
removal of particulate corrosion products should be
1 Scope
followed and reserved for future identification.
This International Standard gives guidance on the
3.12 To expose the pits fully, it is recommended
selection of procedures that tan be used in the
that cleaning procedures should be used to remove
identification and examination of pits and in the
the corrosion products and avoid solutions that attack
evaluation of pitting corrosion.
the base metal excessively (see ISO 8407). lt may be
advisable during cleaning to probe the pits with a
pointed tool to determine the extent of undercutting
2 Normative reference or subsurface corrosion (see figure 1). However,
scrubbing with a stiff-bristle brush will often enlarge
the pit openings sufficiently by removal of corrosion
The following Standard contains provisions which,
products or undercut metal to make the pits easier to
through reference in this text, constitute provisions of
evaluate.
this International Standard. At the time of publication,
the edition indicated was valid. All Standards are sub-
3.1.3 Examine the cleaned metal surface to deter-
ject to revision, and Parties to agreements based on
mine the approximate size and distribution of pits.
this International Standard are encouraged to investi-
Follow this procedure by a more detailed examination
gate the possibility of applying the most recent edition
through a microscope using low magnification
of the Standard indicated below. Members of IEC and
(approximately X 20).
ISO maintain registers of currently valid International
Standards.
3.1.4 Determine the size, shape and density of pits.
ISO 8407:1991, Corrosion of metals and alloys -
3.1.4.1 Pits may have various sizes and shapes. A
Removal of corrosion products from corrosion test
visual examination of the metal surface may show a
specimens.
round, elongated or irregular opening, but it seldom
provides an accurate indication of corrosion beneath
the surface. Thus it is often necessary to cross-sec-
3 Identification and examination of pits
tion the pit to see its actual shape and to determine its
true depth. Several variations in the Cross-sectioned
shape of pits are shown in figure 1.
3.1 Visual inspection
3.1.4.2 lt is difficult to determine pit density by
A visual examination of the corroded metal surface
counting pits through a microscope eyepiece, but the
with or without the use of a Iow-power magnifying
task may be made easier by the use of a plastic grid.
glass may be used to determine the extent of cor-
Place the grid, containing 3 mm to 6 mm squares, on
rosion and the apparent location of pits. lt is often
the metal surface. Count and record the number of
advisable to Photograph the corroded surface so that
pits in each Square, and move across the grid in a sys-
it tan be compared with the clean surface after the
tematic manner until all the surface has been covered.
removal of corrosion products.
This approach minimizes eye-strain because the eyes

3.1.1 If the metal specimen has been exposed to an tan be taken from the field of view without fear of

unknown environment, the composition of the cor- losing the area of interest. Enlarged Photographs of

rosion products may be of value in determining the the area of interest may also be used to reduce eye-

Cause of corrosion. Recommended procedures in the strain.
---------------------- Page: 7 ----------------------
SIST ISO 11463:1999
@ ISO
ISO 11463:1995(E)
a) Narrow, deep
b) Elliptical c) Wide, shallow
d) Subsurface
e) Undercutting
(Horizontal)
(Vertical)
f) Microstructural orientation
Figure 1 - Variations in the Cross-sectional shape of pits

3.1.5 To carry out a metallographic examination sel- metal thickness to be detected. This technique has

ect and tut out a representative Portion of the metal only slight application to pitting detection, but it might

surface containing the pits and prepare a metal- be useful for comparing specimens before and after

lographic specimen in accordance with recommended corrosion to determine whether pitting has occurred

procedures. If corrosion products are to be examined and whether it is associated with previous porosity. lt

in Cross-section, it may be necessary to fix the surface may also be useful to determine the extent of subsur-

in a mounting compound before cutting. Examine face and undercutting pitting (see figure 1).

microscopically to determine whether there is a
relation between pits and inclusions or microstructure,
3.2.2 Electromagnetit
or whether the cavities are true pits or might have re-
sulted from metal loss caused by intergranular cor-
3.2.2.1 Eddy currents may be used to detect defects
rosion, dealloying, etc.
or irregularities in the structure of electrically conduc-
tive materials. When a specimen is exposed to a
varying magnetic field, produced by connecting an
3.2 Non-destructive inspection
alternating current to a coil, eddy currents are induced
in the specimen and they in turn produce a magnetic
A number of techniques has been developed to assist
field of their own. Materials with defects will produce
in the detection of Cracks or cavities in a metal surface
a magnetic field that is different from that of a refer-
without destroying the material. See [l] in annex B.
ence material without defects, and an appropriate de-
These methods are less effective for locating and de-
tection instrument is required to determine these dif-
fining the shape of pits than some of those previously
ferences.
described, but they merit consideration because they
are often used in situ, and thus are more applicable to
3.2.2.2 The induction of a magnetic field in ferro-
field applications.
magnetic materials is another approach that is used.
Discontinuities that are transverse to the direction of
3.2.1 Radiographit the magnetic field Cause a leakage field to form above
the surface of the part. Ferromagnetic particles are

Radiation, such as X-rays, Passes through the Object. placed on the surface to detect the leakage field and

The intensity of the emergent rays varies with the to outline the size and shape of the discontinuities.

thickness of the material. Imperfections may be de- Rather small imperfections tan be detected by this

tected if they Cause a Change in the absorption of X- method. However, the method is limited by the re-

rays. Detectors or films are used to provide an image quired directionality of defects to the magnetic field,

of interior imperfections. The metal thickness that tan by the possible need for demagnetization of the ma-

be inspected is dependent on the available energy
terial and by the limited shape of Parts that tan be
output. Pores or pits must be as large as 0,5 % of the
examined.
---------------------- Page: 8 ----------------------
SIST ISO 11463:1999
@ ISO ISO 11463:1995(E)
3.2.3 Sonics 4.2 Pit depth measurement
In the use of ultrasonics, pulses of Sound energy are
4.2.1 Metallography
transmitted through a couplant, such as oil or water,
on to the metal surface where waves are generated.
Pit depth may be determined by sectioning vertically
The reflected echoes are converted to electrical sig-
through a preselected pit, mounting the cross-sec-
nals that tan be interpreted to show the location of
tioned pit metallographically and polishing the surface.
flaws or pits. Both contact and immersion methods
A better or alternative way is to section slightly away
are used. The test shall be carried out from the non-
from the pit and slowly grind until the pit is in the
pitted face. The test has good sensitivity, although it is
Cross-section. Sectioning through a pit tan be difficult
unlikely to detect pits of less than 1 mm diameter or
and one may miss the deepest Portion. The depth of
within 1 mm of a non-pitted face, and provides instan-
the pit is measured on the flat, polished surface by the
taneous information about the size and location of
use of a microscope with a calibrated eyepiece. The
flaws. However, reference Standards are required for
method is very accurate, but it requires good Operator
comparison and training is needed to interpret the re-
skill and good judment in the selection of the pit and
sults properly.
good technique in cutting through the pit. Its
limitations are that it is time-consuming, the deepest
pit may not have been selected and the pit may not
3.2.4 Penetrants
have been sectioned at the deepest Point of
Defects opening to the surface tan be detected by
Penetration. The method, however, is the only suit-
the application of a penetrating liquid that sub-
able for the evaluation of the pit shape as in figure 1.
sequently exudes from the surface after the excess
penetrant has been removed. Defects are located by
4.2.2 Machining
spraying the surface with a developer that reacts with
a dye in the penetrant, or the penetrant may contain a
See [Zl and [3] in annex B.
fluorescent material that is viewed under ultra-violet
light. The size of the defect is shown by the intensity
4.2.2.1 This method requires a Sample that is fairly
of the colour and the rate of bleed-out. This technique
regular in shape, and it usually involves the destruc-
provides only an approximation of the depth and size
tion of the specimen. Measure the thickness of the
of pits.
specimen between two areas that have not been af-
fected by general corrosion. Select a Portion of the
3.2.5 Replication
surface on one side of the specimen that is relatively
unaffected; then machine the opposite surface where
Images of a pitted surface tan be created by applying
the pits are located on a precision lathe, grinder or mill
a material to the surface which conforms to the shape
until all signs of corrosion have disappeared. Some
of the pits and tan be removed without damaging its
difficulty from galling and smearing may be encoun-
shape. This method will not work however, for pits of
tered with soft metals and pits may be obliterated.
subsurface or undercut type. The removed material
Conversely, inclusions may be removed from the
contains a replica of the original surface which, in
metal thus confusing examination. Measure the thick-
some cases, is easier to analyze than the original.
ness of the specimen between the unaffected surface
Replication is particularly useful for analysis of very
and subtract from the original thickness to give the
small pits.
maximum depth of pitting. Repeat this procedure on
the unmachined surface unless the thickness has
been reduced by 50 % or more during the machining
of the first side.
4 Extent of pitting
4.2.2.2 This method is equally suitable for determin-
4.1 Mass loss
ing the number of pits with specific depths. Count the
visible pits then machine away the surface of the
Metal mass loss is not ordinarily recommended for
metal in measured stages and count the number of
use as a measure of the extent of pitting unless gen-
visible pits remaining at each Stage. Subtract the
eral corrosion is slight and pitting is fairly severe. If
number of pits at each Stage from the count at the
uniform corrosion is significant, the contribution of
previous Stage to obtain the number of pits at each
pitting to total metal loss is small, and pitting darnage
depth of tut. Count at the previous Stage to obtain the
cannot be determined accurately from mass loss. In
number of pits at each depth of tut.
any case, mass loss tan only provide information
about total metal loss due to pitting but nothing about
density of pits and depth of Penetration. However,
4.2.3 Micrometer or depth gauge
mass loss should not be neglected in every case be-

Cause it may be of value; for example, mass loss 4.2.3.1 This method is based on the use of a pointed

along with a visual comparison of pitted surfaces may needle attached to a micrometer or calibrated depth

be adequate to evaluate the pitting resistance of alloys
gauge to penetrate the pit cavity. Remove surrounding
in laboratory tests. Mass loss may also be useful to
corrosion products or debris thoroughly then Zero the
detect the existente of subsurface metal loss.
instrument on an unaffected area at the lip of the pit.
---------------------- Page: 9 ----------------------
SIST ISO 11463:1999
ISO 11463:1995(E)
0 ISO
Insert the needle in the pit until it reaches the base.
reflected li
...

INTERNATIONAL ISO
STANDARD 11463
First edition
1995-12-15
Corrosion of metals and alloys - Evaluation
of pitting corrosion
Corrosion des mk taux et alliages - Evaluation de Ia corrosion par piqfires
Reference number
ISO 11463:1995(E)
---------------------- Page: 1 ----------------------
ISO 11463:1995(E)
Foreword
ISO (the International Organization for Standardization) is a worldwide
federation of national Standards bodies (ISO member bodies). The work of
preparing International Standards is normally carried out through ISO
technical committees. Esch member body interested in a subject for
which a technical committee has been established has the right to be
represented on that committee. International organizations, governmental
and non-governmental, in liaison with ISO, also take part in the work. ISO
collaborates closely with the International Electrotechnical Commission
(IEC) on all matters of electrotechnical standardization.
Draft International Standards adopted by the technical committees are
circulated to the member bodies for voting. Publication as an International
Standard requires approval by at least 75 % of the member bodies casting
a vote.
International Standard ISO 11463 was prepared by Technical Committee
ISO/TC 156, Corrosion of metals and alloys.
Annexes A and B of this International Standard are for information only.
0 ISO 1995

All rights reserved. Unless otherwise specified, no part of this publication may be

reproduced or utilized in any form or by any means, electronie or mechanical, including

photocopying and microfilm, without Permission in writing from the publisher.
International Organization for Standardi zation
Case Postale 56 l CH-121 IG eneve 20 l Switzerland
Printed in Switzerland
---------------------- Page: 2 ----------------------
ISO 11463:1995(E)
@ ISO
Introduction
lt is important to be able to determine the extent of pitting, either in a
Service application where it is necessary to estimate the remaining life in a
metal structure, or in laboratory test Programmes that are used to select
pitting-resistant materials for a particular Service (see [l] in annex B).
The application of the materials to be tested will determine the minimum
pit size to be evaluated and whether total area covered, average pit depth,
maximum pit depth or another criterion is the most important to measure.
---------------------- Page: 3 ----------------------
This tionally left blank
page i nten
---------------------- Page: 4 ----------------------
INTERNATIONAL STANDARD o Iso
ISO 11463:1995(E)
Corrosion of metals and alloys - Evaluation of pitting
corrosion
removal of particulate corrosion products should be
1 Scope
followed and reserved for future identification.
This International Standard gives guidance on the
3.12 To expose the pits fully, it is recommended
selection of procedures that tan be used in the
that cleaning procedures should be used to remove
identification and examination of pits and in the
the corrosion products and avoid solutions that attack
evaluation of pitting corrosion.
the base metal excessively (see ISO 8407). lt may be
advisable during cleaning to probe the pits with a
pointed tool to determine the extent of undercutting
2 Normative reference or subsurface corrosion (see figure 1). However,
scrubbing with a stiff-bristle brush will often enlarge
the pit openings sufficiently by removal of corrosion
The following Standard contains provisions which,
products or undercut metal to make the pits easier to
through reference in this text, constitute provisions of
evaluate.
this International Standard. At the time of publication,
the edition indicated was valid. All Standards are sub-
3.1.3 Examine the cleaned metal surface to deter-
ject to revision, and Parties to agreements based on
mine the approximate size and distribution of pits.
this International Standard are encouraged to investi-
Follow this procedure by a more detailed examination
gate the possibility of applying the most recent edition
through a microscope using low magnification
of the Standard indicated below. Members of IEC and
(approximately X 20).
ISO maintain registers of currently valid International
Standards.
3.1.4 Determine the size, shape and density of pits.
ISO 8407:1991, Corrosion of metals and alloys -
3.1.4.1 Pits may have various sizes and shapes. A
Removal of corrosion products from corrosion test
visual examination of the metal surface may show a
specimens.
round, elongated or irregular opening, but it seldom
provides an accurate indication of corrosion beneath
the surface. Thus it is often necessary to cross-sec-
3 Identification and examination of pits
tion the pit to see its actual shape and to determine its
true depth. Several variations in the Cross-sectioned
shape of pits are shown in figure 1.
3.1 Visual inspection
3.1.4.2 lt is difficult to determine pit density by
A visual examination of the corroded metal surface
counting pits through a microscope eyepiece, but the
with or without the use of a Iow-power magnifying
task may be made easier by the use of a plastic grid.
glass may be used to determine the extent of cor-
Place the grid, containing 3 mm to 6 mm squares, on
rosion and the apparent location of pits. lt is often
the metal surface. Count and record the number of
advisable to Photograph the corroded surface so that
pits in each Square, and move across the grid in a sys-
it tan be compared with the clean surface after the
tematic manner until all the surface has been covered.
removal of corrosion products.
This approach minimizes eye-strain because the eyes

3.1.1 If the metal specimen has been exposed to an tan be taken from the field of view without fear of

unknown environment, the composition of the cor- losing the area of interest. Enlarged Photographs of

rosion products may be of value in determining the the area of interest may also be used to reduce eye-

Cause of corrosion. Recommended procedures in the strain.
---------------------- Page: 5 ----------------------
@ ISO
ISO 11463:1995(E)
a) Narrow, deep
b) Elliptical c) Wide, shallow
d) Subsurface
e) Undercutting
(Horizontal)
(Vertical)
f) Microstructural orientation
Figure 1 - Variations in the Cross-sectional shape of pits

3.1.5 To carry out a metallographic examination sel- metal thickness to be detected. This technique has

ect and tut out a representative Portion of the metal only slight application to pitting detection, but it might

surface containing the pits and prepare a metal- be useful for comparing specimens before and after

lographic specimen in accordance with recommended corrosion to determine whether pitting has occurred

procedures. If corrosion products are to be examined and whether it is associated with previous porosity. lt

in Cross-section, it may be necessary to fix the surface may also be useful to determine the extent of subsur-

in a mounting compound before cutting. Examine face and undercutting pitting (see figure 1).

microscopically to determine whether there is a
relation between pits and inclusions or microstructure,
3.2.2 Electromagnetit
or whether the cavities are true pits or might have re-
sulted from metal loss caused by intergranular cor-
3.2.2.1 Eddy currents may be used to detect defects
rosion, dealloying, etc.
or irregularities in the structure of electrically conduc-
tive materials. When a specimen is exposed to a
varying magnetic field, produced by connecting an
3.2 Non-destructive inspection
alternating current to a coil, eddy currents are induced
in the specimen and they in turn produce a magnetic
A number of techniques has been developed to assist
field of their own. Materials with defects will produce
in the detection of Cracks or cavities in a metal surface
a magnetic field that is different from that of a refer-
without destroying the material. See [l] in annex B.
ence material without defects, and an appropriate de-
These methods are less effective for locating and de-
tection instrument is required to determine these dif-
fining the shape of pits than some of those previously
ferences.
described, but they merit consideration because they
are often used in situ, and thus are more applicable to
3.2.2.2 The induction of a magnetic field in ferro-
field applications.
magnetic materials is another approach that is used.
Discontinuities that are transverse to the direction of
3.2.1 Radiographit the magnetic field Cause a leakage field to form above
the surface of the part. Ferromagnetic particles are

Radiation, such as X-rays, Passes through the Object. placed on the surface to detect the leakage field and

The intensity of the emergent rays varies with the to outline the size and shape of the discontinuities.

thickness of the material. Imperfections may be de- Rather small imperfections tan be detected by this

tected if they Cause a Change in the absorption of X- method. However, the method is limited by the re-

rays. Detectors or films are used to provide an image quired directionality of defects to the magnetic field,

of interior imperfections. The metal thickness that tan by the possible need for demagnetization of the ma-

be inspected is dependent on the available energy
terial and by the limited shape of Parts that tan be
output. Pores or pits must be as large as 0,5 % of the
examined.
---------------------- Page: 6 ----------------------
@ ISO ISO 11463:1995(E)
3.2.3 Sonics 4.2 Pit depth measurement
In the use of ultrasonics, pulses of Sound energy are
4.2.1 Metallography
transmitted through a couplant, such as oil or water,
on to the metal surface where waves are generated.
Pit depth may be determined by sectioning vertically
The reflected echoes are converted to electrical sig-
through a preselected pit, mounting the cross-sec-
nals that tan be interpreted to show the location of
tioned pit metallographically and polishing the surface.
flaws or pits. Both contact and immersion methods
A better or alternative way is to section slightly away
are used. The test shall be carried out from the non-
from the pit and slowly grind until the pit is in the
pitted face. The test has good sensitivity, although it is
Cross-section. Sectioning through a pit tan be difficult
unlikely to detect pits of less than 1 mm diameter or
and one may miss the deepest Portion. The depth of
within 1 mm of a non-pitted face, and provides instan-
the pit is measured on the flat, polished surface by the
taneous information about the size and location of
use of a microscope with a calibrated eyepiece. The
flaws. However, reference Standards are required for
method is very accurate, but it requires good Operator
comparison and training is needed to interpret the re-
skill and good judment in the selection of the pit and
sults properly.
good technique in cutting through the pit. Its
limitations are that it is time-consuming, the deepest
pit may not have been selected and the pit may not
3.2.4 Penetrants
have been sectioned at the deepest Point of
Defects opening to the surface tan be detected by
Penetration. The method, however, is the only suit-
the application of a penetrating liquid that sub-
able for the evaluation of the pit shape as in figure 1.
sequently exudes from the surface after the excess
penetrant has been removed. Defects are located by
4.2.2 Machining
spraying the surface with a developer that reacts with
a dye in the penetrant, or the penetrant may contain a
See [Zl and [3] in annex B.
fluorescent material that is viewed under ultra-violet
light. The size of the defect is shown by the intensity
4.2.2.1 This method requires a Sample that is fairly
of the colour and the rate of bleed-out. This technique
regular in shape, and it usually involves the destruc-
provides only an approximation of the depth and size
tion of the specimen. Measure the thickness of the
of pits.
specimen between two areas that have not been af-
fected by general corrosion. Select a Portion of the
3.2.5 Replication
surface on one side of the specimen that is relatively
unaffected; then machine the opposite surface where
Images of a pitted surface tan be created by applying
the pits are located on a precision lathe, grinder or mill
a material to the surface which conforms to the shape
until all signs of corrosion have disappeared. Some
of the pits and tan be removed without damaging its
difficulty from galling and smearing may be encoun-
shape. This method will not work however, for pits of
tered with soft metals and pits may be obliterated.
subsurface or undercut type. The removed material
Conversely, inclusions may be removed from the
contains a replica of the original surface which, in
metal thus confusing examination. Measure the thick-
some cases, is easier to analyze than the original.
ness of the specimen between the unaffected surface
Replication is particularly useful for analysis of very
and subtract from the original thickness to give the
small pits.
maximum depth of pitting. Repeat this procedure on
the unmachined surface unless the thickness has
been reduced by 50 % or more during the machining
of the first side.
4 Extent of pitting
4.2.2.2 This method is equally suitable for determin-
4.1 Mass loss
ing the number of pits with specific depths. Count the
visible pits then machine away the surface of the
Metal mass loss is not ordinarily recommended for
metal in measured stages and count the number of
use as a measure of the extent of pitting unless gen-
visible pits remaining at each Stage. Subtract the
eral corrosion is slight and pitting is fairly severe. If
number of pits at each Stage from the count at the
uniform corrosion is significant, the contribution of
previous Stage to obtain the number of pits at each
pitting to total metal loss is small, and pitting darnage
depth of tut. Count at the previous Stage to obtain the
cannot be determined accurately from mass loss. In
number of pits at each depth of tut.
any case, mass loss tan only provide information
about total metal loss due to pitting but nothing about
density of pits and depth of Penetration. However,
4.2.3 Micrometer or depth gauge
mass loss should not be neglected in every case be-

Cause it may be of value; for example, mass loss 4.2.3.1 This method is based on the use of a pointed

along with a visual comparison of pitted surfaces may needle attached to a micrometer or calibrated depth

be adequate to evaluate the pitting resistance of alloys
gauge to penetrate the pit cavity. Remove surrounding
in laboratory tests. Mass loss may also be useful to
corrosion products or debris thoroughly then Zero the
detect the existente of subsurface metal loss.
instrument on an unaffected area at the lip of the pit.
---------------------- Page: 7 ----------------------
ISO 11463:1995(E)
0 ISO
Insert the needle in the pit until it reaches the base.
reflected light from these two surfaces is recombined,

The distance travelled by the needle is the depth of and interference fringes are formed that provide a

the pit. lt is best to use constant-tension instruments topographical map of the specimen surface. These

to minimize metal Penetration at the base of the pit. lt
fringes tan be used to measure vertical deviations on

may be advantageous to use a stereomicroscope in the metal surface. However, the method is limited to

conjunct
...

NORME
ISO
INTERNATIONALE 11463
Première édition
1995-I 2-l 5
Corrosion des métaux et alliages -
Évaluation de la corrosion par piqûres
Corrosion of metals and alloys - Evaluation of pitting corrosion
Numéro de référence
ISO II 463:1995(F)
---------------------- Page: 1 ----------------------
ISO 11463:1995(F)
Avant-propos
L’ISO (Organisation internationale de normalisation) est une fédération
mondiale d’organismes nationaux de normalisation (comités membres de
I’ISO). L’élaboration des Normes internationales est en général confiée aux
comités techniques de I’ISO. Chaque comité membre intéressé par une
étude a le droit de faire partie du comité technique créé à cet effet. Les
organisations internationales, gouvernementales et non gouvernemen-
tales, en liaison avec I’ISO participent également aux travaux. L’ISO colla-
bore étroitement avec la Commission électrotechnique internationale (CEI)
en ce qui concerne la normalisation électrotechnique.
Les projets de Normes internationales adoptés par les comités techniques
sont soumis aux comités membres pour vote. Leur publication comme
Normes internationales requiert l’approbation de 75 % au moins des co-
mités membres votants.
La Norme internationale ISO 11463 a été élaborée par le comité technique
lSO/TC 156, Corrosion des métaux et alliages.
Les annexes A et B de la présente Norme internationale sont données
uniquement à titre d’information.
0 ISO 1995

Droits de reproduction réservés. Sauf prescription différente, aucune partie de cette publi-

cation ne peut être reproduite ni utilisée sous quelque forme que ce soit et par aucun pro-

cédé, électronique ou mécanique, y compris la photocopie et les microfilms, sans l’accord

écrit de l’éditeur.
Organisation internationale de normalisation
Case postale 56. CH-l 211 Genève 20 l Sui sse
Imprimé en Suisse
---------------------- Page: 2 ----------------------
63 ISO ISO 11463:1995(F)
II importe d’être en mesure de déterminer l’étendue des piqûres, soit dans
une application en service, où il est nécessaire d’évaluer la durée restante
de vie d’une structure métallique, soit au cours de programmes d’essais
en laboratoire utilisés afin de sélectionner les matériaux les plus résistants
aux piqûres pour une exploitation particulière (voir référence bibliogra-
phique [Il citée dans l’annexe B).
L’emploi des matériaux à essayer déterminera la taille minimale de piqûre
a évaluer et ce qui est le plus important à mesurer, à savoir la surface
totale couverte, les profondeurs moyenne et maximale des piqûres, ou
tout autre critère.
. . .
III
---------------------- Page: 3 ----------------------
Page blanche
---------------------- Page: 4 ----------------------
ISO 11463:1995(F)
NORME INTERNATIONALE 0 ISO
Corrosion des métaux et alliages - Évaluation de la
corrosion par piqûres
de corrosion peut être utile pour déterminer la cause
1 Domaine d’application
de la corrosion. II convient de suivre les méthodes
recommandées dans l’élimination des produits de cor-
La présente Norme internationale constitue un guide
rosion particulaires et les retenir pour une future iden-
destiné à aider à choisir des méthodes pouvant être
tif ication.
utilisées dans l’identification et l’examen des piqûres
et dans l’évaluation de la corrosion par piqûres.
3.1.2 Afin d’exposer totalement les piqûres, il est
recommandé d’utiliser des méthodes de nettoyage
(voir ISO 8407) pour éliminer les produits de corrosion
et éviter des solutions attaquant trop le métal de base.
2 Référence normative
II peut être opportun, au cours du nettoyage, de son-
der les piqûres à l’aide d’un outil pointu afin de dé-
La norme suivante contient des dispositions qui, par
terminer l’étendue de la corrosion sous-jacente ou
suite de la référence qui en est faite, constituent des
cachée (voir figure 1). Toutefois, racler avec une
dispositions valables pour la présente Norme interna-
brosse en crin dur élargira souvent suffisamment les
tionale. Au moment de la publication, l’édition indi-
ouvertures des piqûres en éliminant les produits de la
quée était en vigueur. Toute norme est sujette à
corrosion ou creusera le métal, facilitant l’évaluation
révision et les parties prenantes des accords fondés
des piqûres.
sur la présente Norme internationale sont invitées à
rechercher la possibilité d’appliquer l’édition la plus ré-
3.1.3 Examiner la surface du métal nettoyée pour
cente de la norme indiquée ci-après. Les membres de
déterminer la taille et la répartition approximatives des
la CEI et de I’ISO possèdent le registre des Normes
piqûres. Procéder ensuite à un examen plus détaillé
internationales en vigueur à un moment donné.
au microscope en utilisant un faible grossissement
(environ X 20).
ISO 8407:1991, Métaux et alliages - Élimination des
produits de corrosion sur les éprouvettes d’essai de
3.1.4 Déterminer la taille, la forme et la densité des
corrosion.
piqûres.
3.1.4.1 Les piqûres peuvent être de tailles et de for-
mes variées. Un examen visuel de la surface du métal
3 Identification et examen des piqûres
peut montrer une ouverture ronde, oblongue ou irré-
gulière mais il ne fournira que rarement une indication
précise de la corrosion sous la surface. II est donc
3.1 Contrôle visuel
souvent nécessaire de faire une coupe transversale

Afin de déterminer l’étendue de la corrosion et I’em- de la piqûre pour voir sa forme réelle et déterminer sa

placement visible des piqûres, il convient de procéder véritable profondeur. La figure 1 représente plusieurs

variantes de la forme en coupe des piqûres.
à un examen visuel de la surface de métal corrodée
en utilisant ou non une loupe à faible pouvoir
3.1.4.2 II est difficile de déterminer la densité des
grossissant. II est souvent conseillé de photographier
piqûres en les comptant par l’oculaire d’un micro-
la surface corrodée afin de pouvoir la comparer avec la
scope mais la tâche peut être facilitée en utilisant une
surface nette après élimination des produits de
grille en plastique. Placer la grille, formée de carrés de
corrosion.
3 mm à 6 mm, sur la surface métallique. Compter et

3.1.1 Si l’éprouvette de métal a été exposée à un noter le nombre de piqûres par carré et déplacer la

environnement inconnu, la composition des produits grille de manière systématique jusqu’à ce que toute la

---------------------- Page: 5 ----------------------
@ ISO
ISO 11463:1995(F)
T 7 ‘l’l
a) Étroite, profonde b) Elliptique c) Large, peu profonde
“iis
e) Sous-jacente
d) Cachée
(Verticale)
(Horizontale)
f) Orientation de la microstructure
Figure 1 - Variation de la forme des piqûres en coupe transversale

surface ait été couverte. Cette approche réduit la fati- émergents varie avec l’épaisseur du matériau. Les dé-

gue des yeux qui peuvent quitter le champ optique fauts peuvent être détectés s’ils provoquent un chan-

sans craindre de perdre la zone d’intérêt. Des agran- gement dans l’absorption des rayons X. On utilise des

détecteurs ou des films pour fournir une image des
dissements photographiques de cette zone peuvent
imperfections internes. L’épaisseur de métal suscep-
également être utilisés pour diminuer cette fatigue.
tible d’être contrôlée dépend du rendement énergéti-

3.1.5 Pour un examen métallographique, choisir et que disponible. Les pores ou piqûres doivent faire

découper une partie représentative de la surface 0,5 % de l’épaisseur de métal à vérifier. Cette

métallique contenant les piqûres et préparer une technique ne s’applique que peu à la détection des

éprouvette métallographique conforme aux méthodes
piqûres, mais elle pourrait être un moyen utile de
recommandées. S’il est nécessaire d’examiner les
comparer les éprouvettes avant et après corrosion
produits de corrosion sur une surface découpée, il faut
pour déterminer s’il y a eu corrosion et si elle est liée

fixer la surface avant de faire une coupe. L’examiner à une porosité antérieure. Elle peut également servir à

au microscope afin de déterminer s’il existe une rela- déterminer l’étendue des piqûres cachées et sous-

tion entre les piqûres et les inclusions ou la micro- jacentes (voir figure 1).
structure ou si les cavités sont de vraies piqûres ou
pourraient être le résultat d’une perte de métal due à
3.2.2 Contrôle électromagnétique
une corrosion intergranulaire, à une fragilisation de
l’alliage, etc.
3.2.2.1 On peut utiliser des courants de Foucault
pour détecter les défauts ou les petites anomalies
3.2 Contrôle non destructif
dans la structure de matériaux conducteurs.
Lorsqu’une éprouvette est exposée à un champ ma-
Un certain nombre de techniques ont été développées
gnétique variable, produit en reliant un courant alter-
pour aider à détecter les fissures ou cavités dans une
natif à une bobine, des courants de Foucault sont
surface métallique sans détruire le matériau (voir réfé-
induits dans l’éprouvette et produisent à leur tour leur
rence bibliographique [Il citée dans l’annexe B). Pour
propre champ magnétique. Des matériaux présentant
localiser et définir la forme des piqûres, ces méthodes
des défauts produiront un champ magnétique diffé-
sont moins efficaces que certaines de celles préala-
rent de celui d’un matériau de référence sans défaut,
blement décrites, mais elles méritent d’être prises en
et un instrument de détection approprié est néces-
considération car elles sont souvent utilisées sur place
saire pour déterminer ces différences.
et conviennent donc mieux à des applications sur le
terrain.
3.2.2.2 L’induction d’un champ magnétique dans des
matériaux ferromagnétiques est une autre approche à
laquelle il est fait appel. Les discontinuités perpendicu-
3.2.1 Contrôle radiographique
laires au sens du champ magnétique provoquent la

On fait passer un rayonnement, par exemple des formation d’un champ de fuite au-dessus de la surface

rayons X, au travers de l’objet. L’intensité des rayons de la pièce. Des particules ferromagnétiques sont pla-

---------------------- Page: 6 ----------------------
@ ISO
ISO 11463:1995(F)

cées à la surface pour détecter le champ de fuite et moins que la corrosion générale ne soit légère et les

esquisser la taille et la forme des discontinuités. Cette piqûres assez sévéres. Si la corrosion uniforme est

méthode permet de détecter d’assez petites imper- importante, la contribution des piqûres à la perte to-

fections. Toutefois, la méthode est limitée par la né- tale de métal est faible et les dommages dus aux pi-

qûres ne peuvent être déterminés avec précision à
cessaire orientation des défauts par rapport au champ

magnétique, par la nécessité éventuelle de démagné- partir de la perte de masse. En tout état de cause, la

tiser le matériau et par la forme limitée des pièces qui perte de masse ne peut donner d’information que sur

peuvent être examinées. la perte totale de métal par piqûres mais rien sur la
densité des piqûres et la profondeur de pénétration. II
convient toutefois de ne pas systématiquement négli-
3.2.3 Contrôle acoustique
ger la perte de masse car elle peut être utile; par
exemple, la perte de masse assortie d’une comparai-
Dans l’emploi des ultrasons, les vibrations acousti-
son visuelle des surfaces piquées peut permettre
ques sont transmises par un milieu de couplage, tel
d’évaluer la résistance aux piqûres des alliages dans
que I’huile ou l’eau, à la surface du métal où des on-
les essais de laboratoire. La perte de masse peut
des sont produites. Les échos réfléchis sont convertis
également être utile pour détecter la perte de métal
en signaux électriques qui peuvent être interprétés
par piqûres cachées.
pour montrer l’emplacement des microtapures ou des
piqûres. On utilise les méthodes par contact et par
immersion. Tous les essais doivent être effectués sur
4.2 Mesurage de la profondeur de piqûre
une surface non piquée. L’essai, qui a une bonne
sensibilité, indique instantanément la taille et I’empla-
4.2.1 Métallographie
cernent des microtapures, mais il est peu probable de
détecter des piqûres ayant un diamètre inférieur ou
La profondeur de piqûre peut être déterminée en sec-
égal à 1 mm sur une surface non piquée. Toutefois, il
tionnant verticalement une piqûre présélectionnée, en
faut des étalons de référence pour faire la comparai-
procédant a un montage métallographique de la piqûre
son et une formation est nécessaire afin d’interpréter
en coupe et en polissant la surface. La profondeur de
correctement les résultats.
piqûre est mesurée sur la surface polie plane à l’aide
d’un microscope a oculaire étalonné. La méthode est
3.2.4 Contrôle par ressuage
très précise, mais elle exige une bonne habilité de la
part de l’opérateur, un bon jugement pour sélection-
Les défauts apparaissant à la surface peuvent être dé-
ner la piqûre et une bonne technique pour la couper.
tectés en appliquant un liquide qui pénètre et exsude
Ses limites sont les suivantes: elle prend du temps, la
ultérieurement de la surface une fois que l’excès de
piqûre la plus profonde peut ne pas avoir été sélec-
réactif a été éliminé. Les défauts sont localisés en
tionnée et le sectionnement peut ne pas avoir été ef-
pulvérisant sur la surface un révélateur qui réagit à un
fectué au point le plus profond de pénétration. Cette
colorant du réactif ou ce dernier peut contenir une
méthode est toutefois la seule qui con,vienne pour
matière fluorescente que l’on voit aux ultraviolets. La
évaluer la forme de la piqûre, comme à la figure 1.
taille du défaut est représentée par l’intensité de la
couleur et par la vitesse de ressuage. Cette technique
4.2.2 Usinage
ne donne qu’approximativement la profondeur et la
taille des piqûres.
Voir références bibliographiques [2] et [3] citées dans
l’annexe B.
3.2.5 Contrôle par réplique
4.2.2.1 Cette méthode nécessite un échantillon dont
la forme soit assez régulière et elle implique généra-
Des images de surface piquée peuvent être créées en
lement la destruction de l’éprouvette. Mesurer I’épais-
appliquant à la surface un matériau qui s’adapte à la
seur de l’éprouvette entre les deux zones qui n’ont
forme des piqûres et peut être retiré sans endomma-
pas été affectées par une corrosion générale. Choisir
ger sa forme. Cette méthode ne s’applique pas dans
une portion de surface d’un côté de l’éprouvette
le cas de piqûre cachées ou sous-jacentes. Le maté-
relativement peu touché; usiner ensuite la surface
riau enlevé contient une réplique de la surface
opposée où se trouvent les piqûres, sur un tour, une
originale, dans certains cas plus facile à analyser que
rectifieuse ou une fraiseuse de précision jusqu’à ce
l’original. Le contrôle par réplique est particulièrement
que tout signe de corrosion ait disparu. Les écor-
utile pour l’analyse de très petites piqûres.
chures et salissures peuvent poser quelque problème
avec les métaux doux et les piqûres peuvent être obs-
truées, les inclusions empêchant l’examen pouvant
4 Étendue des piqûres
être éliminées. Mesurer l’épaisseur de l’éprouvette
entre la surface inaltérée et la soustraire de I’épais-
seur initiale pour donner la profondeur maximale de
4.1 Perte de masse
piqûre. Répéter cette opération sur la surface non usi-

La perte de masse de métal n’est d’ordinaire pas re- née, a moins que l’épaisseur n’ait été réduite de 50 %

commandée pour mesurer l’étendue des piqûres à ou plus au cours de l’usinage du premier côté.

---------------------- Page: 7 ----------------------
@ ISO
ISO 11463:1995(F)
Augmenter le grossissement de la lentille jusqu’à ce
4.2.2.2 Cette méthode convient également pour dé-
que la zone de piqûre couvre la plupart du champ de
terminer le nombre de piqûres ayant des profondeurs
vision. Focaliser la surface de l’éprouvette au bord de
spécifiques. Compter les piqûres visibles, puis élimi-
la piqûre en utilisant d’abord le bouton de mise au
ner par usinage la surface du métal à des niveaux me-
point grossière puis celui de mise au point ((précise)).
surés et compter le nombre de piqûres visibles res-
Enregistrer les relevés initiaux effectués sur le bouton
tant à chaque niveau. Soustraire le nombre de piqûres

à chaque niveau du compte au niveau précédent afin de mise au point ((précise)), refocaliser la base de la

d’obtenir le nombre de piqûres à chaque profondeur piqûre en utilisant le bouton de mise au point

de coupe. Compter au niveau précédent pour obtenir ((précise», et enregistrer le relevé final. La différence

le nombre de piqûres à chaque profondeur de coupe. entre les relevés initiaux et finaux sur le bouton de

mise au point précise représente la profondeur de la
piqûre.
4.2.3 Micromètre ou jauge de profondeur
4.2.4.3 Répéter les phases de 4.2.4.2 pour obtenir
4.2.3.1 Cette méthode repose sur l’utilisation d’une
des mesurages supplémentaires ou jusqu’à obtention
aiguille pointue, fixée à un micromètre ou à une jauge
d’un double satisfaisant. La répétabilité des mesura-
de profondeur étalonnée, afin de pénétrer la cavité de
ges de profondeur sur une seule piqûre, à quatre
la piqûre. Eliminer efficacement les produits de corro-
grossissements, est donnée dans l’annexe A.
sion, puis mettre l’instrument à zéro sur une surface
inaltérée au bord de la piqûre. Insérer l’aiguille dans la
4.2.4.4 Une variante de cette technique met en œu-
piqûre jusqu’à ce qu’elle atteigne la base. La distance
vre un microscope
...

NORME
ISO
INTERNATIONALE 11463
Première édition
1995-I 2-l 5
Corrosion des métaux et alliages -
Évaluation de la corrosion par piqûres
Corrosion of metals and alloys - Evaluation of pitting corrosion
Numéro de référence
ISO II 463:1995(F)
---------------------- Page: 1 ----------------------
ISO 11463:1995(F)
Avant-propos
L’ISO (Organisation internationale de normalisation) est une fédération
mondiale d’organismes nationaux de normalisation (comités membres de
I’ISO). L’élaboration des Normes internationales est en général confiée aux
comités techniques de I’ISO. Chaque comité membre intéressé par une
étude a le droit de faire partie du comité technique créé à cet effet. Les
organisations internationales, gouvernementales et non gouvernemen-
tales, en liaison avec I’ISO participent également aux travaux. L’ISO colla-
bore étroitement avec la Commission électrotechnique internationale (CEI)
en ce qui concerne la normalisation électrotechnique.
Les projets de Normes internationales adoptés par les comités techniques
sont soumis aux comités membres pour vote. Leur publication comme
Normes internationales requiert l’approbation de 75 % au moins des co-
mités membres votants.
La Norme internationale ISO 11463 a été élaborée par le comité technique
lSO/TC 156, Corrosion des métaux et alliages.
Les annexes A et B de la présente Norme internationale sont données
uniquement à titre d’information.
0 ISO 1995

Droits de reproduction réservés. Sauf prescription différente, aucune partie de cette publi-

cation ne peut être reproduite ni utilisée sous quelque forme que ce soit et par aucun pro-

cédé, électronique ou mécanique, y compris la photocopie et les microfilms, sans l’accord

écrit de l’éditeur.
Organisation internationale de normalisation
Case postale 56. CH-l 211 Genève 20 l Sui sse
Imprimé en Suisse
---------------------- Page: 2 ----------------------
63 ISO ISO 11463:1995(F)
II importe d’être en mesure de déterminer l’étendue des piqûres, soit dans
une application en service, où il est nécessaire d’évaluer la durée restante
de vie d’une structure métallique, soit au cours de programmes d’essais
en laboratoire utilisés afin de sélectionner les matériaux les plus résistants
aux piqûres pour une exploitation particulière (voir référence bibliogra-
phique [Il citée dans l’annexe B).
L’emploi des matériaux à essayer déterminera la taille minimale de piqûre
a évaluer et ce qui est le plus important à mesurer, à savoir la surface
totale couverte, les profondeurs moyenne et maximale des piqûres, ou
tout autre critère.
. . .
III
---------------------- Page: 3 ----------------------
Page blanche
---------------------- Page: 4 ----------------------
ISO 11463:1995(F)
NORME INTERNATIONALE 0 ISO
Corrosion des métaux et alliages - Évaluation de la
corrosion par piqûres
de corrosion peut être utile pour déterminer la cause
1 Domaine d’application
de la corrosion. II convient de suivre les méthodes
recommandées dans l’élimination des produits de cor-
La présente Norme internationale constitue un guide
rosion particulaires et les retenir pour une future iden-
destiné à aider à choisir des méthodes pouvant être
tif ication.
utilisées dans l’identification et l’examen des piqûres
et dans l’évaluation de la corrosion par piqûres.
3.1.2 Afin d’exposer totalement les piqûres, il est
recommandé d’utiliser des méthodes de nettoyage
(voir ISO 8407) pour éliminer les produits de corrosion
et éviter des solutions attaquant trop le métal de base.
2 Référence normative
II peut être opportun, au cours du nettoyage, de son-
der les piqûres à l’aide d’un outil pointu afin de dé-
La norme suivante contient des dispositions qui, par
terminer l’étendue de la corrosion sous-jacente ou
suite de la référence qui en est faite, constituent des
cachée (voir figure 1). Toutefois, racler avec une
dispositions valables pour la présente Norme interna-
brosse en crin dur élargira souvent suffisamment les
tionale. Au moment de la publication, l’édition indi-
ouvertures des piqûres en éliminant les produits de la
quée était en vigueur. Toute norme est sujette à
corrosion ou creusera le métal, facilitant l’évaluation
révision et les parties prenantes des accords fondés
des piqûres.
sur la présente Norme internationale sont invitées à
rechercher la possibilité d’appliquer l’édition la plus ré-
3.1.3 Examiner la surface du métal nettoyée pour
cente de la norme indiquée ci-après. Les membres de
déterminer la taille et la répartition approximatives des
la CEI et de I’ISO possèdent le registre des Normes
piqûres. Procéder ensuite à un examen plus détaillé
internationales en vigueur à un moment donné.
au microscope en utilisant un faible grossissement
(environ X 20).
ISO 8407:1991, Métaux et alliages - Élimination des
produits de corrosion sur les éprouvettes d’essai de
3.1.4 Déterminer la taille, la forme et la densité des
corrosion.
piqûres.
3.1.4.1 Les piqûres peuvent être de tailles et de for-
mes variées. Un examen visuel de la surface du métal
3 Identification et examen des piqûres
peut montrer une ouverture ronde, oblongue ou irré-
gulière mais il ne fournira que rarement une indication
précise de la corrosion sous la surface. II est donc
3.1 Contrôle visuel
souvent nécessaire de faire une coupe transversale

Afin de déterminer l’étendue de la corrosion et I’em- de la piqûre pour voir sa forme réelle et déterminer sa

placement visible des piqûres, il convient de procéder véritable profondeur. La figure 1 représente plusieurs

variantes de la forme en coupe des piqûres.
à un examen visuel de la surface de métal corrodée
en utilisant ou non une loupe à faible pouvoir
3.1.4.2 II est difficile de déterminer la densité des
grossissant. II est souvent conseillé de photographier
piqûres en les comptant par l’oculaire d’un micro-
la surface corrodée afin de pouvoir la comparer avec la
scope mais la tâche peut être facilitée en utilisant une
surface nette après élimination des produits de
grille en plastique. Placer la grille, formée de carrés de
corrosion.
3 mm à 6 mm, sur la surface métallique. Compter et

3.1.1 Si l’éprouvette de métal a été exposée à un noter le nombre de piqûres par carré et déplacer la

environnement inconnu, la composition des produits grille de manière systématique jusqu’à ce que toute la

---------------------- Page: 5 ----------------------
@ ISO
ISO 11463:1995(F)
T 7 ‘l’l
a) Étroite, profonde b) Elliptique c) Large, peu profonde
“iis
e) Sous-jacente
d) Cachée
(Verticale)
(Horizontale)
f) Orientation de la microstructure
Figure 1 - Variation de la forme des piqûres en coupe transversale

surface ait été couverte. Cette approche réduit la fati- émergents varie avec l’épaisseur du matériau. Les dé-

gue des yeux qui peuvent quitter le champ optique fauts peuvent être détectés s’ils provoquent un chan-

sans craindre de perdre la zone d’intérêt. Des agran- gement dans l’absorption des rayons X. On utilise des

détecteurs ou des films pour fournir une image des
dissements photographiques de cette zone peuvent
imperfections internes. L’épaisseur de métal suscep-
également être utilisés pour diminuer cette fatigue.
tible d’être contrôlée dépend du rendement énergéti-

3.1.5 Pour un examen métallographique, choisir et que disponible. Les pores ou piqûres doivent faire

découper une partie représentative de la surface 0,5 % de l’épaisseur de métal à vérifier. Cette

métallique contenant les piqûres et préparer une technique ne s’applique que peu à la détection des

éprouvette métallographique conforme aux méthodes
piqûres, mais elle pourrait être un moyen utile de
recommandées. S’il est nécessaire d’examiner les
comparer les éprouvettes avant et après corrosion
produits de corrosion sur une surface découpée, il faut
pour déterminer s’il y a eu corrosion et si elle est liée

fixer la surface avant de faire une coupe. L’examiner à une porosité antérieure. Elle peut également servir à

au microscope afin de déterminer s’il existe une rela- déterminer l’étendue des piqûres cachées et sous-

tion entre les piqûres et les inclusions ou la micro- jacentes (voir figure 1).
structure ou si les cavités sont de vraies piqûres ou
pourraient être le résultat d’une perte de métal due à
3.2.2 Contrôle électromagnétique
une corrosion intergranulaire, à une fragilisation de
l’alliage, etc.
3.2.2.1 On peut utiliser des courants de Foucault
pour détecter les défauts ou les petites anomalies
3.2 Contrôle non destructif
dans la structure de matériaux conducteurs.
Lorsqu’une éprouvette est exposée à un champ ma-
Un certain nombre de techniques ont été développées
gnétique variable, produit en reliant un courant alter-
pour aider à détecter les fissures ou cavités dans une
natif à une bobine, des courants de Foucault sont
surface métallique sans détruire le matériau (voir réfé-
induits dans l’éprouvette et produisent à leur tour leur
rence bibliographique [Il citée dans l’annexe B). Pour
propre champ magnétique. Des matériaux présentant
localiser et définir la forme des piqûres, ces méthodes
des défauts produiront un champ magnétique diffé-
sont moins efficaces que certaines de celles préala-
rent de celui d’un matériau de référence sans défaut,
blement décrites, mais elles méritent d’être prises en
et un instrument de détection approprié est néces-
considération car elles sont souvent utilisées sur place
saire pour déterminer ces différences.
et conviennent donc mieux à des applications sur le
terrain.
3.2.2.2 L’induction d’un champ magnétique dans des
matériaux ferromagnétiques est une autre approche à
laquelle il est fait appel. Les discontinuités perpendicu-
3.2.1 Contrôle radiographique
laires au sens du champ magnétique provoquent la

On fait passer un rayonnement, par exemple des formation d’un champ de fuite au-dessus de la surface

rayons X, au travers de l’objet. L’intensité des rayons de la pièce. Des particules ferromagnétiques sont pla-

---------------------- Page: 6 ----------------------
@ ISO
ISO 11463:1995(F)

cées à la surface pour détecter le champ de fuite et moins que la corrosion générale ne soit légère et les

esquisser la taille et la forme des discontinuités. Cette piqûres assez sévéres. Si la corrosion uniforme est

méthode permet de détecter d’assez petites imper- importante, la contribution des piqûres à la perte to-

fections. Toutefois, la méthode est limitée par la né- tale de métal est faible et les dommages dus aux pi-

qûres ne peuvent être déterminés avec précision à
cessaire orientation des défauts par rapport au champ

magnétique, par la nécessité éventuelle de démagné- partir de la perte de masse. En tout état de cause, la

tiser le matériau et par la forme limitée des pièces qui perte de masse ne peut donner d’information que sur

peuvent être examinées. la perte totale de métal par piqûres mais rien sur la
densité des piqûres et la profondeur de pénétration. II
convient toutefois de ne pas systématiquement négli-
3.2.3 Contrôle acoustique
ger la perte de masse car elle peut être utile; par
exemple, la perte de masse assortie d’une comparai-
Dans l’emploi des ultrasons, les vibrations acousti-
son visuelle des surfaces piquées peut permettre
ques sont transmises par un milieu de couplage, tel
d’évaluer la résistance aux piqûres des alliages dans
que I’huile ou l’eau, à la surface du métal où des on-
les essais de laboratoire. La perte de masse peut
des sont produites. Les échos réfléchis sont convertis
également être utile pour détecter la perte de métal
en signaux électriques qui peuvent être interprétés
par piqûres cachées.
pour montrer l’emplacement des microtapures ou des
piqûres. On utilise les méthodes par contact et par
immersion. Tous les essais doivent être effectués sur
4.2 Mesurage de la profondeur de piqûre
une surface non piquée. L’essai, qui a une bonne
sensibilité, indique instantanément la taille et I’empla-
4.2.1 Métallographie
cernent des microtapures, mais il est peu probable de
détecter des piqûres ayant un diamètre inférieur ou
La profondeur de piqûre peut être déterminée en sec-
égal à 1 mm sur une surface non piquée. Toutefois, il
tionnant verticalement une piqûre présélectionnée, en
faut des étalons de référence pour faire la comparai-
procédant a un montage métallographique de la piqûre
son et une formation est nécessaire afin d’interpréter
en coupe et en polissant la surface. La profondeur de
correctement les résultats.
piqûre est mesurée sur la surface polie plane à l’aide
d’un microscope a oculaire étalonné. La méthode est
3.2.4 Contrôle par ressuage
très précise, mais elle exige une bonne habilité de la
part de l’opérateur, un bon jugement pour sélection-
Les défauts apparaissant à la surface peuvent être dé-
ner la piqûre et une bonne technique pour la couper.
tectés en appliquant un liquide qui pénètre et exsude
Ses limites sont les suivantes: elle prend du temps, la
ultérieurement de la surface une fois que l’excès de
piqûre la plus profonde peut ne pas avoir été sélec-
réactif a été éliminé. Les défauts sont localisés en
tionnée et le sectionnement peut ne pas avoir été ef-
pulvérisant sur la surface un révélateur qui réagit à un
fectué au point le plus profond de pénétration. Cette
colorant du réactif ou ce dernier peut contenir une
méthode est toutefois la seule qui con,vienne pour
matière fluorescente que l’on voit aux ultraviolets. La
évaluer la forme de la piqûre, comme à la figure 1.
taille du défaut est représentée par l’intensité de la
couleur et par la vitesse de ressuage. Cette technique
4.2.2 Usinage
ne donne qu’approximativement la profondeur et la
taille des piqûres.
Voir références bibliographiques [2] et [3] citées dans
l’annexe B.
3.2.5 Contrôle par réplique
4.2.2.1 Cette méthode nécessite un échantillon dont
la forme soit assez régulière et elle implique généra-
Des images de surface piquée peuvent être créées en
lement la destruction de l’éprouvette. Mesurer I’épais-
appliquant à la surface un matériau qui s’adapte à la
seur de l’éprouvette entre les deux zones qui n’ont
forme des piqûres et peut être retiré sans endomma-
pas été affectées par une corrosion générale. Choisir
ger sa forme. Cette méthode ne s’applique pas dans
une portion de surface d’un côté de l’éprouvette
le cas de piqûre cachées ou sous-jacentes. Le maté-
relativement peu touché; usiner ensuite la surface
riau enlevé contient une réplique de la surface
opposée où se trouvent les piqûres, sur un tour, une
originale, dans certains cas plus facile à analyser que
rectifieuse ou une fraiseuse de précision jusqu’à ce
l’original. Le contrôle par réplique est particulièrement
que tout signe de corrosion ait disparu. Les écor-
utile pour l’analyse de très petites piqûres.
chures et salissures peuvent poser quelque problème
avec les métaux doux et les piqûres peuvent être obs-
truées, les inclusions empêchant l’examen pouvant
4 Étendue des piqûres
être éliminées. Mesurer l’épaisseur de l’éprouvette
entre la surface inaltérée et la soustraire de I’épais-
seur initiale pour donner la profondeur maximale de
4.1 Perte de masse
piqûre. Répéter cette opération sur la surface non usi-

La perte de masse de métal n’est d’ordinaire pas re- née, a moins que l’épaisseur n’ait été réduite de 50 %

commandée pour mesurer l’étendue des piqûres à ou plus au cours de l’usinage du premier côté.

---------------------- Page: 7 ----------------------
@ ISO
ISO 11463:1995(F)
Augmenter le grossissement de la lentille jusqu’à ce
4.2.2.2 Cette méthode convient également pour dé-
que la zone de piqûre couvre la plupart du champ de
terminer le nombre de piqûres ayant des profondeurs
vision. Focaliser la surface de l’éprouvette au bord de
spécifiques. Compter les piqûres visibles, puis élimi-
la piqûre en utilisant d’abord le bouton de mise au
ner par usinage la surface du métal à des niveaux me-
point grossière puis celui de mise au point ((précise)).
surés et compter le nombre de piqûres visibles res-
Enregistrer les relevés initiaux effectués sur le bouton
tant à chaque niveau. Soustraire le nombre de piqûres

à chaque niveau du compte au niveau précédent afin de mise au point ((précise)), refocaliser la base de la

d’obtenir le nombre de piqûres à chaque profondeur piqûre en utilisant le bouton de mise au point

de coupe. Compter au niveau précédent pour obtenir ((précise», et enregistrer le relevé final. La différence

le nombre de piqûres à chaque profondeur de coupe. entre les relevés initiaux et finaux sur le bouton de

mise au point précise représente la profondeur de la
piqûre.
4.2.3 Micromètre ou jauge de profondeur
4.2.4.3 Répéter les phases de 4.2.4.2 pour obtenir
4.2.3.1 Cette méthode repose sur l’utilisation d’une
des mesurages supplémentaires ou jusqu’à obtention
aiguille pointue, fixée à un micromètre ou à une jauge
d’un double satisfaisant. La répétabilité des mesura-
de profondeur étalonnée, afin de pénétrer la cavité de
ges de profondeur sur une seule piqûre, à quatre
la piqûre. Eliminer efficacement les produits de corro-
grossissements, est donnée dans l’annexe A.
sion, puis mettre l’instrument à zéro sur une surface
inaltérée au bord de la piqûre. Insérer l’aiguille dans la
4.2.4.4 Une variante de cette technique met en œu-
piqûre jusqu’à ce qu’elle atteigne la base. La distance
vre un microscope
...

Questions, Comments and Discussion

Ask us and Technical Secretary will try to provide an answer. You can facilitate discussion about the standard in here.