Determination of water -- Karl Fischer method (General method)

Two methods of titration depending on whether the end point is detected visually or electrometrically are specified. The visual method is only applicable to colourless solutions but can be used when no electrometric apparatus is available. The electrometric method, whether by direct titration or back-titration, is the more accurate one and for this reason recommended. The principle of the test consists in reaction of any water present in a test portion with a solution of iodine and sulphur dioxide in a pyridine/methanol mixture (Karl Fischer reagent), previously standardized by titration with an exactly known mass of water.

Dosage de l'eau -- Méthode de Karl Fischer (Méthode générale)

Določanje vode - Karl Fischerjeva metoda (Splošna metoda)

General Information

Status
Published
Publication Date
31-Jul-1995
Current Stage
6060 - National Implementation/Publication (Adopted Project)
Start Date
01-Aug-1995
Due Date
01-Aug-1995
Completion Date
01-Aug-1995

Buy Standard

Standard
ISO 760:1978 - Determination of water -- Karl Fischer method (General method)
English language
12 pages
sale 15% off
Preview
sale 15% off
Preview
Standard
SIST ISO 760:1995
English language
15 pages
sale 10% off
Preview
sale 10% off
Preview

e-Library read for
1 day
Standard
ISO 760:1978 - Dosage de l'eau -- Méthode de Karl Fischer (Méthode générale)
French language
12 pages
sale 15% off
Preview
sale 15% off
Preview
Standard
ISO 760:1978 - Dosage de l'eau -- Méthode de Karl Fischer (Méthode générale)
French language
12 pages
sale 15% off
Preview
sale 15% off
Preview

Standards Content (sample)

INTERNATIONAL STANDARD

INTERNATIONAL ORGANIZATION FOR STANDARDIZATIONWEWlYHAPOCIHAR OPrAHM3ALlMR l-l0 CTAH~APTbl3ALWl.ORGANlSATlON INTERNATIONALE DE NORMALISATION

Determination of water - Karl Fischer method
(General method)
Dosage de l’eau - Me’thode de Karl Fischer (Me’thode g&&ale)
First edition - 1978-12-01
UDC 661 : (543.71 + 543.81) Ref. No. IS0 760-1978 (E)

Descriptors : chemical compounds, chemical analysis, determination of content, water, volumetric analysis, electrometric analysis, Karl

Fischer reagent.
Price based on 12 pages
---------------------- Page: 1 ----------------------
FOREWORD

IS0 (the International Organization for Standardization) is a worldwide federation

of national standards institutes (IS0 member bodies). The work of developing
International Standards is carried out through IS0 technical committees. Every
member body interested in a subject for which a technical committee has been set

up has the right to be represented on that committee. International organizations,

governmental and non-governmental, in liaison with ISO, also take part in the work.

Draft International Standards adopted by the technical committees are circulated
to the member bodies for approval before their acceptance as International
Standards by the IS0 Council.

Prior to 1972, the results of the work of the technical committees were published

as IS0 Recommendations; those documents have subsequently been transformed
into International Standards. As part of that process, Technical Committee
ISO/TC 47, reviewed IS0 Recommendation R 7609168 and found it technically
suitable for transformation. International Standard IS0 760-I 978 therefore
replaced IS0 Recommendation R 760-I 968.
IS0 Recommendation R 760-1968 had been approved by the member bodies of
the following countries :
Australia Germany, F.R. Poland
Austria Hungary Portugal
Belgium India Romania
Chile Israel Spain
Colombia Italy United Kingdom
Czechoslovakia Japan U.S.S.R.
Egypt, Arab Rep. of Korea, Rep. of Yugoslavia
Netherlands
France
of the following countries had expressed disapproval of the
The member bod ies
Recommendation on technical grounds
New Zealand
U.S.A.
The member body of the following country disapproved the transformation of
ISO/R 760 into an International Standard :
Netherlands
@ International Organization for Standardization, 1978 l
Printed in Switzerland
---------------------- Page: 2 ----------------------
Page
CONTENTS
...............................
1 Scope and field of application
.............................................
2 Principle
............................................
3 Reactions
...................................
4 Reagents and materials.
5 Apparatus ............................................
........................................
6 Visual titration.
...............................
7 Direct electrometric titration.
................................
8 Electrometric back-titration
..........................................
9 Test report.
Annexes
A Standardization of Karl Fischer reagent with standard
................................. 8
water/methanol solution
.........
B Typical apparatus for visual or direct electrometric titration.
................
C Typical apparatus for electrometric back-titration.
. . .
III
---------------------- Page: 3 ----------------------
This page intentionally left blank
---------------------- Page: 4 ----------------------
INTERNATIONAL STANDARD IS0 760-1978 (E)
Determination of water - Karl Fischer method
(General method)
4.2 2 -Methoxyethanol (Ethylene glycol monomethyl
1 SCOPE AND FIELD OF APPLICATION
ether), not containing more than 0,05 % (m/m) of water. If
This International Standard specifies a general method
the reagent contains more than this quantity of water, dry
known as the Karl Fischer methodlll, suitable for the
it by distillation, rejecting the first portion of distillate,
determination of free water or water of crystallization in
which contains the water.
most solid or liquid chemical products, both organic and
inorganic.
4.3 Pyridine, not containing more than 0,05 % (m/m) of
Precautions are necessary in certain cases and these are
water. If the reagent contains more than this quantity of
specified in the appropriate International Standards.
water, dry it by distillation, rejecting the first portion of
distillate, which contains the water.
Two methods of titration, depending on whether the end-
point is detected visually or electrometrically, are specified.

The visual method can be used when no electrometric 4.4 Sample solvent : either a mixture containing 4 parts

apparatus is available but is applicable only to colourless by volume of the methanol (4.1) and 1 part by volume of

solutions; it is always a direct titration. The electrometric the pyridine (4.3), or (preferably for determinations with

method, on the other hand, may involve either a direct compou~~ds containing carbonyl groups) a mixture contain-

ing 4 parts by volume of the 2-methoxyethanol (4.2) and
titration or a back-titration. The electrometric method,
1 part by volume of the pyridine (4.3). In special cases,
whether by direct titration or back-titration, is the more

accurate, and for this reason is recommended. other solvents may be recommended, for example acetic

acid, pyridine or a mixture containing 1 part by volume
of the methanol (4.1) and 3 parts by volume of chloroform.
2 PRINCIPLE
Reaction of any water present in a test portion with a 4.5 Karl Fischer reagent
solution of iodine and sulphur dioxide in a pyridinel
Place 670 ml of the methanol (4.1) or the 2-methoxyethanol
methanol mixture (Karl Fischer reagent), previously
(4.2) in a dry brown glass flask, fitted with a ground glass
standardized by titration with an exactly known mass of
stopper and having a capacity slightly greater than 1 litre.
water (see 6.1, 7.1 and 8.1).
NOTE -Methanol may be replaced by 2-methoxyethanol (ethylene
Add about 85 g of iodine. Stopper the flask and shake it
glycol monomethyl ether). With this solvent, a more constant
occasionally until the iodine is completely dissolved. Then
titration volume is obtained and the reagent can be used with
add approximately 270 ml of the pyridine (4.3), stopper
aldehydes and ketones, without using any special technique.[21
the flask again and mix thoroughly. Using the method
described below, dissolve 65 g of sulphur dioxide in this
3 REACTIONS[3]
solution, cooling to ensure that the temperature of the
liquid does not exceed 20 “C.
H,O+I, +SO, +3C,H,N+2C,H5N.HI +C,H,N.SO,
NOTE -
As the reaction is exothermic, it is necessary to cool the
C,H,N.SO, +ROH + C,H5NH.0S02 OR
flask from the beginning and to maintain it at about 0 ‘C, for
example by immersing it in an ice bath or in crushed solid carbon
dioxide.
4 REAGENTS AND MATERIALS
Replace the ground glass stopper by an attachment for

During the analysis, use only reagents of recognized ana- introducing sulphur dioxide, consisting of a cork bearing

lytical grade and only distilled water or water of equivalent a thermometer and a glass inlet tube 6 mm x8 mm,

purity. reaching to within 10 mm of the bottom of the flask, and
a small capillary tube for connecting to the atmosphere.
4.1 Methanol, not containing more than 0,05 % (m/m)

of water. If the reagent contains more than this quantity Place the whole assembly with the ice bath on a balance

of water, dry it by distillation from magnesium turnings and weigh to the nearest 1 g. Connect the inlet tube to a

activated with iodine. Collect the distillate in a receiver cylinder of sulphur dioxide by means of a flexible connec-

protected from atmospheric moisture by means of a guard tion and a drying tube filled with the desiccant (4.9) and

tube filled with the desiccant (4.9). gently open the tap on the cylinder.
---------------------- Page: 5 ----------------------
IS0 760-1978 (E)
Alternatively, activated silica gel may be used as a desiccant.
Adjust the rate of flow of sulphur dioxide so that all the
gas is absorbed without the liquid showing any sign of
rising in the inlet tube.
4.10 Silicone-base grease, for lubricating the ground glass
joints.
Maintain the equilibrium of the balance by gradually in-
creasing the tare, and ensure that the temperature of the
liquid does not rise above 20 “C. Close the tap on the
5 APPARATUS
cylinder as soon as the increase in mass reaches 65 g.
All the glassware used shall be previously dried for 30 min
Immediately remove the flexible connection and reweigh
in an oven controlled at approximately 130 ‘C, then allowed
the flask and its inlet attachment. The mass of dissolved
to cool and stored in a desiccator containing the desiccant
sulphur dioxide should be between 60 and 70 g. A slight
(4.9).
excess is not harmful.
5.1 For direct titration (by visual method or electrometric
Stopper the flask, mix the solution and leave for at least
method)
24 h before using it. In fact, as the result of imperfectly
understood reactions which occur in the fresh reagent, the
5.1.1 A suitable form of apparatus for this method is
water equivalent of the reagent decreases rapidly to begin
given in annex B, should no commercial apparatus be
with and then much more slowly.
available. This standard apparatus comprises the parts
This water equivalent is between 3,5 and 4,5 mg/ml. It shall
described below.
be determined daily if methanol has been used, but may be
determined less frequently if 2-methoxyethanol has been
5.1.1.1 Automatic burette, of capacity 25 ml, with a fine
used.
point, graduated in 0,05 ml and protected from atmospheric
moisture by a guard tube filled with the desiccant (4.9).
It is possible to prepare Karl Fischer reagent having a
lower water content by diluting the solution prepared as
5.1.1.2 Titration vessel, of effective capacity 100 ml,
described above with the sample solvent (4.4).
connected to the tap of the automatic burette (5.1 .I .I ) by
Store the reagent in the dark and protected from atmos-
a ground glass joint and having two side tubes, one permit-
pheric moisture. It should preferably be stored in the
ting the introduction of platinum electrodes if the electro-
reagent bottle (5.1.1.5).
metric method is used and the other fitted with a “vaccine
cap” to permit the introduction of liquid test portions by
4.6 Sodium tartrate dihydrate (Na,C,H,0,.2H,O), or
means of a syringe without opening the vessel.
water.
5.1.1.3 Platinum electrodes (see figures 1 and 2, annex B),
4.7 Water/methanol, standard solution corresponding to
fused to a glass tube enabling them to be introduced into
of water per litre.
the bottom of the titration vessel (5.1 .I .2) and joined to
two copper wires which in turn are connected to the device
Using a microburette or a pipette, place 1 ml of water in a
for the electrometric detection of the end-point (5.1.1.7).
perfectly dry 100 ml one-mark volumetric flask containing
(These are omitted in the case of the visual method.)
approximately 50 ml of the methanol (4.1). Dilute to the
mark with the methanol and mix. [For standardization of
5.1.1.4 Electromagnetic stirrer, operating at a rotational
the Karl Fischer reagent (4.5) with this solution, see
frequency of 150 to 300 min-‘, with a mild steel bar
annex A, clause A.1 or A.2, depending on whether the
coated with glass or polytetrafluorethylene (PTFE), and
visual method or the direct electrometric method is used.]
fixed on a base of adjustable height.
1 ml of this standard solution contains 10 mg of water.
5.1 .I .5 Reagent bottle for the Karl Fischer reagent, of
4.8 Water/methanol, standard solution corresponding to
capacity approximately 3 litres, of brown glass, in which the
of water per litre.
filling tube of the automatic burette (5.1 .l.l) is immersed
through the ground glass stopper.
Using a microburette or a pipette, place 1 ml of water in a
perfectly dry 500 ml one-mark volumetric flask containing
5.1 .I.6 Rubber bulb, connected to a Drechsel bottle filled
approximately 100 ml of the methanol (4.1). Dilute to the
with the desiccant (4.9), for the admission of dry air under
mark with the same methanol and mix. (See the corre-
pressure into the reagent bottle (5.1.1.5) in order to fill the
spondence by volume of this solution with the Karl Fischer
automatic burette (5.1.1.1).
reagent in 8.2.2.)

1 ml of this standard solution contains 2 mg of water. Device for the electrometric detection of the end-

5.1 .I .7
point, shown diagramatically in figure 3, annex B. (This is
omitted in the case of the visual method.)
4.9 Aluminium sodium silicate, anhydrous, in the form
of granules of diameter 1,7 mm, for use as a desiccant. The
Medical syringes, of suitable capacity, the volume of
granules may be regenerated by washing with water and 5.1.2
drying at 350 “C for at least 48 h. which is calibrated.
---------------------- Page: 6 ----------------------
IS0 7601978 (E)
5.1.3 Small glass tube, closed at one end and fitted at the 6 VISUAL TITRATION
other with a rubber stopper, used for weighing and
introducing into the titration vessel, for example, the mass
6.1 Principle for the detection of the end-point
of sodium tartrate (4.6) (approximately 0,250 g) used to
Development of colour in the test portion by addition
standardize the Karl Fischer reagent (4.5), or possibly
of the first drop of excess Karl Fischer reagent, coloured
test portions of solid products.
with iodine which gradually becomes colourless on addition
to the test portion containing the water to be determined.
5.2 For electrometric back-titration method
5.2.1 A suitable form of apparatus for this method is given
in annex C, should no commercial apparatus be available.
6.2 Procedure
This standard apparatus comprises the parts described
below.
6.2.1 Standardization of the Karl Fischer reagent
6.2.1.1 Assemble the apparatus as shown in ( annex B,
5.2.1.1 Two automatic burettes, of capacity 25 ml, with
lubricating the joints with the grease (4.10). Introduce by
fine points, connected directly to their filling containers,

one of brown glass for the Karl Fischer reagent (4.5) and means of a syringe (5.1.2) 25 ml of the methanol (4.1)

the other for the standard water/methanol solution (4.8). into the titration vessel (5.1 .I .2) through the “vaccine cap”.

Switch on the electromagnetic stirrer (5.1.1.4). In order
to cause reaction of the traces of water present in the
5.2.1.2 Titration vessel, of effective capacity 100 ml,
methanol, add the Karl Fischer reagent (4.5) from the
connected to the automatic burettes (5.2.1 .I) by means
automatic burette (5.1.1 .I) until a brown colour is
of ground glass joints and having two side tubes, one
obtained.
permitting the introduction of platinum electrodes and the
other fitted with a “vaccine cap” to permit the introduction
of liquid test portions by means of a syringe without
6.2.1.2 In the small glass tube (5.1.3), weigh, to the nearest
opening the vessel.
0,000 1 g, approximately 0,250 g of the sodium tartrate
(4.6). Place this in the titration vessel very quickly, removing
the “vaccine cap” for a few seconds, then weigh the small
5.2.1.3 Drying tube, connecting the filling containers of
glass tube, so as to determine, by difference, the mass (m, i
the burettes (5.2.1 .I) and the stopper of the titration vessel
of the sodium tartrate used.
(5.2.1.2) by a closed circuit.
Standardization may also be effected by introducing a mass
5.2.1.4 Platinum electrodes (see figures 4 and 5, annex C),
(m,) of water of approximately 0,040 g from a dropping
fused to a glass tube enabling them to be introduced into
bottle, weighed before and after introduction into the
the bottom of the titration vessel (5.1 .I .2) and joined to
titration vesse1.l)
two copper wires which in turn are connected to the device
Titrate the known quantity of water introduced with the
for the electrometric detection of the end-point (5.2.1.6).
Karl Fischer reagent (4.5) to be standardized, until the
same brown colour as in 6.2.1.1 is obtained, and note the
5.2.1.5 Electromagnetic stirrer, operating at a rotational
volume (V, ) of reagent used.
frequency of 150 to 300 min-’ , with a mild steel bar
coated with glass or polytetrafluorethylene (PTFE), and
fixed on a base of adjustable height.
6.2.2 Determination
5.2.1.6 Device for the electrometric detectio n of the end-
Empty the titration vessel (5.1 .I .2) by means of its drain
point, shown diagrammatically in figure 3, ann ex B.
tap. Place in it 25 ml (or the volume specified in the pro-
cedure for the product to be analysed) of the methanol
5.2.2 Medical syr inges, of suitable capacity, the volume
(4.1) or other solvent (4.3 or 4.4), using a syringe (5.1.2)
which is calibrated
passing through the “vaccine cap”. Switch on the electro-
magnetic stirrer (5.1.1.4). In order to cause reaction of the
5.2.3 Small glass tube, closed at one end and fitted at the
traces of water present in the methanol, add the Karl Fischer
other with a rubber stopper, used for weighing and
reagent (4.5) from the automatic burette (5.1 .I .l) until a
introducing into the titration vessel, for example, the mass
brown colour is obtained.
of sodium tartrate (4.6) (approximately 0,250 g) used to
Introduce the specified test portion by means of a syringe
standardize the Karl Fischer reagent (4.5), or possibly test
in the case of a liquid, or weighed to the nearest 0,000 1 g
portions of solid products.

I) For standardization with the standard water/methanol solution (4.7), see annex A, clause A.1.

---------------------- Page: 7 ----------------------
I.S0760-1978 E)

in the small glass tube (5.1.3) in the case of a solid powder. T is the water equivalent, in milligrams per millilitre,

Titrate with the Karl Fischer reagent until the same brown of the Karl Fischer reagent, calculated in accordance with

colour is obtained. 6.3.1.
Note the volume ( V2) of Karl Fischer used for the
determination.
7 DIRECT ELECTROMETRIC TITRATION
NOTE - It is advisable to use a test portion such that its water
content corresponds to a volume of Karl Fischer reagent that can be
7.1 Principle for the detection of the end-point
measured with sufficient accuracy. If necessary, increase in
proportion the quantities of solvent and test sample used and then
Immersion in the solution of two platinum electrodes
use a titration vessel of suitable capaci
...

SLOVENSKI STANDARD
SIST ISO 760:1995
01-avgust-1995
'RORþDQMHYRGH.DUO)LVFKHUMHYDPHWRGD 6SORãQDPHWRGD
Determination of water -- Karl Fischer method (General method)
Dosage de l'eau -- Méthode de Karl Fischer (Méthode générale)
Ta slovenski standard je istoveten z: ISO 760:1978
ICS:
71.040.40 Kemijska analiza Chemical analysis
SIST ISO 760:1995 en

2003-01.Slovenski inštitut za standardizacijo. Razmnoževanje celote ali delov tega standarda ni dovoljeno.

---------------------- Page: 1 ----------------------
INTERNATIONAL STANDARD

INTERNATIONAL ORGANIZATION FOR STANDARDIZATIONWEWlYHAPOCIHAR OPrAHM3ALlMR l-l0 CTAH~APTbl3ALWl.ORGANlSATlON INTERNATIONALE DE NORMALISATION

Determination of water - Karl Fischer method
(General method)
Dosage de l’eau - Me’thode de Karl Fischer (Me’thode g&&ale)
First edition - 1978-12-01
UDC 661 : (543.71 + 543.81) Ref. No. IS0 760-1978 (E)

Descriptors : chemical compounds, chemical analysis, determination of content, water, volumetric analysis, electrometric analysis, Karl

Fischer reagent.
Price based on 12 pages
---------------------- Page: 2 ----------------------
FOREWORD

IS0 (the International Organization for Standardization) is a worldwide federation

of national standards institutes (IS0 member bodies). The work of developing
International Standards is carried out through IS0 technical committees. Every
member body interested in a subject for which a technical committee has been set

up has the right to be represented on that committee. International organizations,

governmental and non-governmental, in liaison with ISO, also take part in the work.

Draft International Standards adopted by the technical committees are circulated
to the member bodies for approval before their acceptance as International
Standards by the IS0 Council.

Prior to 1972, the results of the work of the technical committees were published

as IS0 Recommendations; those documents have subsequently been transformed
into International Standards. As part of that process, Technical Committee
ISO/TC 47, reviewed IS0 Recommendation R 7609168 and found it technically
suitable for transformation. International Standard IS0 760-I 978 therefore
replaced IS0 Recommendation R 760-I 968.
IS0 Recommendation R 760-1968 had been approved by the member bodies of
the following countries :
Australia Germany, F.R. Poland
Austria Hungary Portugal
Belgium India Romania
Chile Israel Spain
Colombia Italy United Kingdom
Czechoslovakia Japan U.S.S.R.
Egypt, Arab Rep. of Korea, Rep. of Yugoslavia
Netherlands
France
of the following countries had expressed disapproval of the
The member bod ies
Recommendation on technical grounds
New Zealand
U.S.A.
The member body of the following country disapproved the transformation of
ISO/R 760 into an International Standard :
Netherlands
@ International Organization for Standardization, 1978 l
Printed in Switzerland
---------------------- Page: 3 ----------------------
Page
CONTENTS
...............................
1 Scope and field of application
.............................................
2 Principle
............................................
3 Reactions
...................................
4 Reagents and materials.
5 Apparatus ............................................
........................................
6 Visual titration.
...............................
7 Direct electrometric titration.
................................
8 Electrometric back-titration
..........................................
9 Test report.
Annexes
A Standardization of Karl Fischer reagent with standard
................................. 8
water/methanol solution
.........
B Typical apparatus for visual or direct electrometric titration.
................
C Typical apparatus for electrometric back-titration.
. . .
III
---------------------- Page: 4 ----------------------
This page intentionally left blank
---------------------- Page: 5 ----------------------
INTERNATIONAL STANDARD IS0 760-1978 (E)
Determination of water - Karl Fischer method
(General method)
4.2 2 -Methoxyethanol (Ethylene glycol monomethyl
1 SCOPE AND FIELD OF APPLICATION
ether), not containing more than 0,05 % (m/m) of water. If
This International Standard specifies a general method
the reagent contains more than this quantity of water, dry
known as the Karl Fischer methodlll, suitable for the
it by distillation, rejecting the first portion of distillate,
determination of free water or water of crystallization in
which contains the water.
most solid or liquid chemical products, both organic and
inorganic.
4.3 Pyridine, not containing more than 0,05 % (m/m) of
Precautions are necessary in certain cases and these are
water. If the reagent contains more than this quantity of
specified in the appropriate International Standards.
water, dry it by distillation, rejecting the first portion of
distillate, which contains the water.
Two methods of titration, depending on whether the end-
point is detected visually or electrometrically, are specified.

The visual method can be used when no electrometric 4.4 Sample solvent : either a mixture containing 4 parts

apparatus is available but is applicable only to colourless by volume of the methanol (4.1) and 1 part by volume of

solutions; it is always a direct titration. The electrometric the pyridine (4.3), or (preferably for determinations with

method, on the other hand, may involve either a direct compou~~ds containing carbonyl groups) a mixture contain-

ing 4 parts by volume of the 2-methoxyethanol (4.2) and
titration or a back-titration. The electrometric method,
1 part by volume of the pyridine (4.3). In special cases,
whether by direct titration or back-titration, is the more

accurate, and for this reason is recommended. other solvents may be recommended, for example acetic

acid, pyridine or a mixture containing 1 part by volume
of the methanol (4.1) and 3 parts by volume of chloroform.
2 PRINCIPLE
Reaction of any water present in a test portion with a 4.5 Karl Fischer reagent
solution of iodine and sulphur dioxide in a pyridinel
Place 670 ml of the methanol (4.1) or the 2-methoxyethanol
methanol mixture (Karl Fischer reagent), previously
(4.2) in a dry brown glass flask, fitted with a ground glass
standardized by titration with an exactly known mass of
stopper and having a capacity slightly greater than 1 litre.
water (see 6.1, 7.1 and 8.1).
NOTE -Methanol may be replaced by 2-methoxyethanol (ethylene
Add about 85 g of iodine. Stopper the flask and shake it
glycol monomethyl ether). With this solvent, a more constant
occasionally until the iodine is completely dissolved. Then
titration volume is obtained and the reagent can be used with
add approximately 270 ml of the pyridine (4.3), stopper
aldehydes and ketones, without using any special technique.[21
the flask again and mix thoroughly. Using the method
described below, dissolve 65 g of sulphur dioxide in this
3 REACTIONS[3]
solution, cooling to ensure that the temperature of the
liquid does not exceed 20 “C.
H,O+I, +SO, +3C,H,N+2C,H5N.HI +C,H,N.SO,
NOTE -
As the reaction is exothermic, it is necessary to cool the
C,H,N.SO, +ROH + C,H5NH.0S02 OR
flask from the beginning and to maintain it at about 0 ‘C, for
example by immersing it in an ice bath or in crushed solid carbon
dioxide.
4 REAGENTS AND MATERIALS
Replace the ground glass stopper by an attachment for

During the analysis, use only reagents of recognized ana- introducing sulphur dioxide, consisting of a cork bearing

lytical grade and only distilled water or water of equivalent a thermometer and a glass inlet tube 6 mm x8 mm,

purity. reaching to within 10 mm of the bottom of the flask, and
a small capillary tube for connecting to the atmosphere.
4.1 Methanol, not containing more than 0,05 % (m/m)

of water. If the reagent contains more than this quantity Place the whole assembly with the ice bath on a balance

of water, dry it by distillation from magnesium turnings and weigh to the nearest 1 g. Connect the inlet tube to a

activated with iodine. Collect the distillate in a receiver cylinder of sulphur dioxide by means of a flexible connec-

protected from atmospheric moisture by means of a guard tion and a drying tube filled with the desiccant (4.9) and

tube filled with the desiccant (4.9). gently open the tap on the cylinder.
---------------------- Page: 6 ----------------------
IS0 760-1978 (E)
Alternatively, activated silica gel may be used as a desiccant.
Adjust the rate of flow of sulphur dioxide so that all the
gas is absorbed without the liquid showing any sign of
rising in the inlet tube.
4.10 Silicone-base grease, for lubricating the ground glass
joints.
Maintain the equilibrium of the balance by gradually in-
creasing the tare, and ensure that the temperature of the
liquid does not rise above 20 “C. Close the tap on the
5 APPARATUS
cylinder as soon as the increase in mass reaches 65 g.
All the glassware used shall be previously dried for 30 min
Immediately remove the flexible connection and reweigh
in an oven controlled at approximately 130 ‘C, then allowed
the flask and its inlet attachment. The mass of dissolved
to cool and stored in a desiccator containing the desiccant
sulphur dioxide should be between 60 and 70 g. A slight
(4.9).
excess is not harmful.
5.1 For direct titration (by visual method or electrometric
Stopper the flask, mix the solution and leave for at least
method)
24 h before using it. In fact, as the result of imperfectly
understood reactions which occur in the fresh reagent, the
5.1.1 A suitable form of apparatus for this method is
water equivalent of the reagent decreases rapidly to begin
given in annex B, should no commercial apparatus be
with and then much more slowly.
available. This standard apparatus comprises the parts
This water equivalent is between 3,5 and 4,5 mg/ml. It shall
described below.
be determined daily if methanol has been used, but may be
determined less frequently if 2-methoxyethanol has been
5.1.1.1 Automatic burette, of capacity 25 ml, with a fine
used.
point, graduated in 0,05 ml and protected from atmospheric
moisture by a guard tube filled with the desiccant (4.9).
It is possible to prepare Karl Fischer reagent having a
lower water content by diluting the solution prepared as
5.1.1.2 Titration vessel, of effective capacity 100 ml,
described above with the sample solvent (4.4).
connected to the tap of the automatic burette (5.1 .I .I ) by
Store the reagent in the dark and protected from atmos-
a ground glass joint and having two side tubes, one permit-
pheric moisture. It should preferably be stored in the
ting the introduction of platinum electrodes if the electro-
reagent bottle (5.1.1.5).
metric method is used and the other fitted with a “vaccine
cap” to permit the introduction of liquid test portions by
4.6 Sodium tartrate dihydrate (Na,C,H,0,.2H,O), or
means of a syringe without opening the vessel.
water.
5.1.1.3 Platinum electrodes (see figures 1 and 2, annex B),
4.7 Water/methanol, standard solution corresponding to
fused to a glass tube enabling them to be introduced into
of water per litre.
the bottom of the titration vessel (5.1 .I .2) and joined to
two copper wires which in turn are connected to the device
Using a microburette or a pipette, place 1 ml of water in a
for the electrometric detection of the end-point (5.1.1.7).
perfectly dry 100 ml one-mark volumetric flask containing
(These are omitted in the case of the visual method.)
approximately 50 ml of the methanol (4.1). Dilute to the
mark with the methanol and mix. [For standardization of
5.1.1.4 Electromagnetic stirrer, operating at a rotational
the Karl Fischer reagent (4.5) with this solution, see
frequency of 150 to 300 min-‘, with a mild steel bar
annex A, clause A.1 or A.2, depending on whether the
coated with glass or polytetrafluorethylene (PTFE), and
visual method or the direct electrometric method is used.]
fixed on a base of adjustable height.
1 ml of this standard solution contains 10 mg of water.
5.1 .I .5 Reagent bottle for the Karl Fischer reagent, of
4.8 Water/methanol, standard solution corresponding to
capacity approximately 3 litres, of brown glass, in which the
of water per litre.
filling tube of the automatic burette (5.1 .l.l) is immersed
through the ground glass stopper.
Using a microburette or a pipette, place 1 ml of water in a
perfectly dry 500 ml one-mark volumetric flask containing
5.1 .I.6 Rubber bulb, connected to a Drechsel bottle filled
approximately 100 ml of the methanol (4.1). Dilute to the
with the desiccant (4.9), for the admission of dry air under
mark with the same methanol and mix. (See the corre-
pressure into the reagent bottle (5.1.1.5) in order to fill the
spondence by volume of this solution with the Karl Fischer
automatic burette (5.1.1.1).
reagent in 8.2.2.)

1 ml of this standard solution contains 2 mg of water. Device for the electrometric detection of the end-

5.1 .I .7
point, shown diagramatically in figure 3, annex B. (This is
omitted in the case of the visual method.)
4.9 Aluminium sodium silicate, anhydrous, in the form
of granules of diameter 1,7 mm, for use as a desiccant. The
Medical syringes, of suitable capacity, the volume of
granules may be regenerated by washing with water and 5.1.2
drying at 350 “C for at least 48 h. which is calibrated.
---------------------- Page: 7 ----------------------
IS0 7601978 (E)
5.1.3 Small glass tube, closed at one end and fitted at the 6 VISUAL TITRATION
other with a rubber stopper, used for weighing and
introducing into the titration vessel, for example, the mass
6.1 Principle for the detection of the end-point
of sodium tartrate (4.6) (approximately 0,250 g) used to
Development of colour in the test portion by addition
standardize the Karl Fischer reagent (4.5), or possibly
of the first drop of excess Karl Fischer reagent, coloured
test portions of solid products.
with iodine which gradually becomes colourless on addition
to the test portion containing the water to be determined.
5.2 For electrometric back-titration method
5.2.1 A suitable form of apparatus for this method is given
in annex C, should no commercial apparatus be available.
6.2 Procedure
This standard apparatus comprises the parts described
below.
6.2.1 Standardization of the Karl Fischer reagent
6.2.1.1 Assemble the apparatus as shown in ( annex B,
5.2.1.1 Two automatic burettes, of capacity 25 ml, with
lubricating the joints with the grease (4.10). Introduce by
fine points, connected directly to their filling containers,

one of brown glass for the Karl Fischer reagent (4.5) and means of a syringe (5.1.2) 25 ml of the methanol (4.1)

the other for the standard water/methanol solution (4.8). into the titration vessel (5.1 .I .2) through the “vaccine cap”.

Switch on the electromagnetic stirrer (5.1.1.4). In order
to cause reaction of the traces of water present in the
5.2.1.2 Titration vessel, of effective capacity 100 ml,
methanol, add the Karl Fischer reagent (4.5) from the
connected to the automatic burettes (5.2.1 .I) by means
automatic burette (5.1.1 .I) until a brown colour is
of ground glass joints and having two side tubes, one
obtained.
permitting the introduction of platinum electrodes and the
other fitted with a “vaccine cap” to permit the introduction
of liquid test portions by means of a syringe without
6.2.1.2 In the small glass tube (5.1.3), weigh, to the nearest
opening the vessel.
0,000 1 g, approximately 0,250 g of the sodium tartrate
(4.6). Place this in the titration vessel very quickly, removing
the “vaccine cap” for a few seconds, then weigh the small
5.2.1.3 Drying tube, connecting the filling containers of
glass tube, so as to determine, by difference, the mass (m, i
the burettes (5.2.1 .I) and the stopper of the titration vessel
of the sodium tartrate used.
(5.2.1.2) by a closed circuit.
Standardization may also be effected by introducing a mass
5.2.1.4 Platinum electrodes (see figures 4 and 5, annex C),
(m,) of water of approximately 0,040 g from a dropping
fused to a glass tube enabling them to be introduced into
bottle, weighed before and after introduction into the
the bottom of the titration vessel (5.1 .I .2) and joined to
titration vesse1.l)
two copper wires which in turn are connected to the device
Titrate the known quantity of water introduced with the
for the electrometric detection of the end-point (5.2.1.6).
Karl Fischer reagent (4.5) to be standardized, until the
same brown colour as in 6.2.1.1 is obtained, and note the
5.2.1.5 Electromagnetic stirrer, operating at a rotational
volume (V, ) of reagent used.
frequency of 150 to 300 min-’ , with a mild steel bar
coated with glass or polytetrafluorethylene (PTFE), and
fixed on a base of adjustable height.
6.2.2 Determination
5.2.1.6 Device for the electrometric detectio n of the end-
Empty the titration vessel (5.1 .I .2) by means of its drain
point, shown diagrammatically in figure 3, ann ex B.
tap. Place in it 25 ml (or the volume specified in the pro-
cedure for the product to be analysed) of the methanol
5.2.2 Medical syr inges, of suitable capacity, the volume
(4.1) or other solvent (4.3 or 4.4), using a syringe (5.1.2)
which is calibrated
passing through the “vaccine cap”. Switch on the electro-
magnetic stirrer (5.1.1.4). In order to cause reaction of the
5.2.3 Small glass tube, closed at one end and fitted at the
traces of water present in the methanol, add the Karl Fischer
other with a rubber stopper, used for weighing and
reagent (4.5) from the automatic burette (5.1 .I .l) until a
introducing into the titration vessel, for example, the mass
brown colour is obtained.
of sodium tartrate (4.6) (approximately 0,250 g) used to
Introduce the specified test portion by means of a syringe
standardize the Karl Fischer reagent (4.5), or possibly test
in the case of a liquid, or weighed to the nearest 0,000 1 g
portions of solid products.

I) For standardization with the standard water/methanol solution (4.7), see annex A, clause A.1.

---------------------- Page: 8 ----------------------
I.S0760-1978 E)

in the small glass tube (5.1.3) in the case of a solid powder. T is the water equivalent, in milligrams per millilitre,

Titrate with the Karl Fischer reagent until the same brown of the Karl Fischer reagent, calculated in accordance with

colour is obtained. 6.3.1.
Note the volume ( V2) of Karl Fischer used for the
determination.
7 DIRECT ELECTROMETRIC TITRATION
NOTE - It is advisable to use a test portion such that its water
content corresponds to a volume of Karl Fischer reagent that can be
7.1 Principle f
...

NORME INTERNATIONALE

INTERNATIONAL ORGANIZATION FOR STANDARDIZATION.MEXflYHAPOLZHAR OPrAHM3AUMR t-l0 CTAH~APT~~A~~/~L~OORGANISATION INTERNATIONALE DE NORMALISATION

Dosage de l’eau - Méthode de Karl Fischer
(Méthode générale)
Determination of water - Karl Fischer me thod (General method)
Première édition - 1978-12-01
Réf. no : ISO 760-1978 (F)
CDU 661 : (543.71 + 543.81)

Descripteurs : produit chimique, analyse chimique, dosage, eau, méthode volumétrique, méthode électrométrique, réactif de Karl Fischer.

Prix basé sur 12 pages
---------------------- Page: 1 ----------------------
AVANT-PROPOS
L’ISO (Organisation internationale de normalisation) est une fédération mondiale

d’organismes nationaux de normalisation (comités membres de I’ISO). L’élaboration

des Normes internationales est confiée aux comités techniques de I’ISO. Chaque

comité membre intéressé par une étude a le droit de faire partie du comité technique

correspondant. Les organisations internationales, gouvernementales et non
gouvernementales, en liaison avec I’ISO, participent également aux travaux.
Les projets de Normes internationales adoptés par les comités techniques sont
soumis aux comités membres pour approbation, avant leur acceptation comme
Normes internationales par le Conseil de I’ISO.

Avant 1972, les résultats des travaux des comités techniques étaient publiés comme

recommandations KO; ces documents ont ensuite été transformés en Normes inter-
nationales. Compte tenu de cette procédure, le comité technique ISO/TC 47, après
examen, fut d’avis que la Recommandation ISO/R 760-1968 pouvait, du point de
vue technique, être transformée. La Norme internationale ISO 760-1978 remplaca
donc la Recommandation lSO/R 760-1968.
Les comités membres des pays suivants avaient approuvé la Recommandation
ISO/R 760-1968 :
Allemagne, R.F. Espagne Pologne
Australie France Portugal
Autriche Hongrie Roumanie
Belgique Inde Royaume-Uni
Chili Israël Tchécoslovaquie
Colombie Italie U.R.S.S.
Corée, Rép. de Japon Yougoslavie
Egypte, Rép. arabe d’ Pays-Bas
Les comités membres des pays suivants l’avaient désapprouvée pour des raisons
techniques :
Nouvelle-Zélande
U.S.A.
Le comité membre du pays suivant avait désapprouvé la transformation de la
Recommandation ISO/R 760 en Norme internationale :
Pays-Bas
0 Organisation internationale de normalisation, 1978 l
Imprimé en Suisse
---------------------- Page: 2 ----------------------
Page
SOMMAIRE
. . . . . ...... . . . . . . . . . .
1 Objet et domaine d’application . .
. . . . . ......
2 Principe. . . . . . . . . . . . . . . . . .
. . . . . ......
3 Réactions . . . . . . . . . . . . . . . .
. . . . . ...... . L . . . . . . . .
4 Réactifs et produits. . . . . . . . . .
. . . . . ......
5 Appareillage. . . . . . . . . . . . . . .
. . . . . ...... . . . . . . . . . .
6 Titrage visuel . . . . . . . . . . . . . .
. . . . . ......
7 Titrage électrométrique direct . . .
. . . . . ......
8 Titrage électrométrique en retour.
. . m . . ...... 8 . . . . . . . . . .
9 Procès-verbal d’essai. . . . . . . . . .
Annexes
A Étalonnage du réactif de Karl Fischer avec une solution

méthanolique étalon d’eau . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

B Appareillage type pour titrage visuel ou pour titrage électrométrique
direct.............................................
C Appareillage type pour titrage électrométrique en retour . . . . . . . . . . .
I..
III
---------------------- Page: 3 ----------------------
Page blanche
---------------------- Page: 4 ----------------------
NORME INTERNATIONALE ISO 760-1978 (F)
Dosage de l’eau - Méthode de Karl Fischer
(Méthode générale)

1 OBJET ET DOMAINE D’APPLICATION 4.1 Méthanol, dont la teneur en eau est inférieure à 0,05 %

(mlm). Si cette limite est dépassée, déshydrater le produit
La présente Norme internationale spécifie une méthode
par distillation en présence de copeaux de magnésium
générale, connue sous le nom de «méthode de Karl
activés par de l’iode. Recueillir le distillat dans un récipient
Fischer»1 1 1, de dosage de l’eau libre et de l’eau de cristal-
protégé de l’humidité atmosphérique par un tube de garde
lisation dans la plupart des produits chimiques, solides ou
garni avec de l’agent déshydratant (4.9).
liquides, organiques ou inorganiques.
Des précautions sont nécessaires dans certains cas. Elles
4.2 Méthoxy-2 éthanol (Éther monométhylique de
sont spécifiées, pour chaque produit, dans les Normes
l’éthylène glycol ou méthylcellosolve), dont la teneur en
internationales correspondantes.
eau est inférieure à 0,05 % (mlm). Si cette limite est
Deux modes de titrage sont spécifiés, selon que le point
dépassée, déshydrater le produit par distillation, en rejetant
final de la réaction est déterminé par observation d’un
la première partie du distillat qui contient l’eau.
virage (procédé visuel) ou par électrométrie. Le procédé
visuel ne peut être utilisé que pour analyser des solutions
non colorées et lorsqu’on ne dispose pas d’appareillage
4.3 Pyridine, dont la teneur en eau est inférieure à 0,05 %
électrométrique; il s’agit toujours d’un titrage direct.
(mlm). Si cette limite est dépassée, déshydrater le produit
D’autre part, le procédé électrométrique peut comporter
par distillation, en rejetant la première partie du distillat
soit un titrage direct, soit un titrage en retour. Le procédé
qui contient l’eau.
électrométrique, direct ou indirect, est le plus précis; c’est
pourquoi il est recommandé.
4.4 Solvant de l’échantillon : soit un mélange contenant
4 volumes du méthanol (4.1) et 1 volume de la pyridine
soit (de préférence pour l’analyse des produits
(4.31,
2 PRINCIPE
contenant des groupements carbonyles) un mélange
Réaction de l’eau contenue dans une prise d’essai avec une
contenant 4 volumes du méthoxy-2 éthanol (4.2) et
solution d’iode et de dioxyde de soufre dans un mélange de
1 volume de la pyridine (4.3). Dans certains cas spéciaux,

pyridine et de méthanol (réactif de Karl Fischer). Ce réactif d’autres solvants peuvent être recommandés; par exemple :

est préalablement étalonné par titrage d’une masse d’eau l’acide acétique, la pyridine ou un mélange contenant

exactement connue (voir 6.1, 7.1 et 8.1). 1 volume du méthanol (4.1) et 3 volumes de chloroforme.

NOTE - Le méthanol peut être remplacé par du méthoxy-2 éthanol
(éther monométhylique de l’éthylène glycol ou méthylcellosolve).

Avec ce solvant, un volume de titrage plus constant est obtenu 4.5 Réactif de Karl Fischer

et le réactif peut être utilisé avec des aldéhydes et des cétones, sans

l’emploi d’une technique spéciale.[*] Introduire 670 ml du méthanol (4.1) OU du méthoxy-2

éthanol (4.2) dans un flacon en verre brun préalablement
séché, d’une capacité légèrement supérieure à 1 litre et muni
d’un bouchon en verre rodé.
3 RÉACTIONS[31
Ajouter 85 g environ d’iode. Boucher le flacon et agiter
H,O+I, $-SO, +3C,H,N+2C,H,N.HI+C,H,N.S03
de temps en temps jusqu’à dissolution complète de l’iode.
270 ml environ de la pyridine (4.3),
Ajouter alors
C,H,N.SO, + ROH + C,H,NH.OSO, OR
reboucher le flacon et homogénéiser. Dans cette solution,
dissoudre 65 g de dioxyde de soufre en suivant les moda-
lités spécifiées ci-après, en refroidissant afin qu’à aucun
moment, la température ne dépasse 20 “C.
4 RÉACTIFS ET PRODUITS
NOTE - La dissolution du dioxyde de soufre étant exothermique,
Au cours de l’analyse, utiliser uniquement des réactifs de
il est nécessaire de refroidir au préalable le flacon et son contenu

qualité analytique reconnue, et de l’eau distillée ou de l’eau jusqu’à 0 “C environ en le plongeant, par exemple, dans un bain

de glace fondante ou dans de la glace carbonique pilée.
de pureté équivalente.
---------------------- Page: 5 ----------------------
ISO 760-1978 (F)

Remplacer alors le bouchon en verre rodé par un dispositif 4.8 Eau, solution méthanolique étalon correspondant à

d’introduction du dioxyde de soufre, constitué d’un 2 g d’eau par litre.
bouchon en liège traversé par un thermomètre, d’un tube
Dans une fiole jaugée de 500 ml, parfaitement sèche et
adducteur en verre de 6 mm x 8 mm, plongeant jusqu’à
contenant 100 ml environ du méthanol (4.1), ajouter,
10 mm du fond du flacon, et d’un petit tube capillaire
à l’aide d’une microburette ou d’une pipette, 1 ml d’eau.
de mise à l’atmosphère.
Compléter au volume avec du même méthanol et homo-

Placer le tout avec le bain de glace fondante sur une balance généiser. (Voir la correspondance en volume de cette solu-

et peser à 1 g près, puis relier le tube d’entrée à une bou-
tion avec le réactif de Karl Fischer en 8.2.2.)
teille de dioxyde de soufre par un raccord souple et un tube
1 ml de cette solution étalon contient 2 mg d’eau.
de dessiccation garni avec de l’agent déshydratant (4.9) et
ouvrir doucement la vanne de la bouteille.
Régler le débit du dioxyde de soufre de manière que la
4.9 Aluminosilicate de sodium anhydre, en granules de
totalité du gaz soit régulièrement absorbée, sans que le
diamètre 1,7 mm, utilisé comme agent déshydratant.
liquide marque une tendance à s’élever dans le tube
adducteur.
Les granules peuvent être régénérés par lavage à l’eau
et séchage à 350 “C durant 48 h au moins.
Maintenir l’équilibre de la balance en augmentant progres-
sivement la tare et surveiller la température du liquide qui
En variante, du gel de silice activé peut être utilisé comme
doit rester inférieure à 20 “C. Fermer la vanne de la bouteille
agent déshydratant.
dès que l’augmentation de masse atteint 65 g.
Déconnecter immédiatement le raccord souple et repeser
4.10 Graisse à base de silicone, pour lubrifier les joints
le flacon et son dispositif d’adduction. La masse de dioxyde
en verre rodés.
de soufre dissoute doit être comprise entre 60 et 70 g. Un
léger excès n’est pas nuisible.
Boucher le flacon, homogénéiser la solution et attendre
5 APPAREILLAGE
24 h au moins avant de l’utiliser. En effet, par suite de
réactions mal connues qui se poursuivent dans le réactif
Toute la verrerie doit être séchée au préalable par séjour de
frais, l’équivalent en eau de celui-ci décro’it d’abord rapi-
30 min dans une étuve réglée à 130 “C environ, puis re-
dement, puis beaucoup plus lentement.
froidie et conservée dans un dessiccateur garni avec de
l’agent déshydratant (4.9).
Cet équivalent en eau est compris entre 3,5 et 4,5 mg/ml. II
doit être déterminé quotidiennement si l’on a utilisé du
méthanol, mais moins souvent si l’on a employé du
5.1 Pour la méthode directe (par titrage visuel ou électro-
méthoxy-2 éthanol.
métrique)
D’autre part, on peut préparer un réactif de Karl Fischer,
5.1.1 Un exemple d’appareillage type, à utiliser pour
dont l’équivalent en eau est plus faible, en diluant la
appliquer cette méthode, est donné à l’annexe B, dans le
solution obtenue précédemment avec du solvant de I’échan-
cas où l’on ne disposerait pas d’appareil commercial. Cet
tillon (4.4).
appareillage type comprend les éléments décrits ci-après.
Conserver le réactif ainsi préparé à l’abri de la lumière et de
5.1 .l.l Burette automatique, de capacité 25 ml, à pointe
l’humidité. La meilleure solution consiste à le stocker, dans
fine, graduée en 0,05 ml et protégée de l’humidité
ce but, dans le réservoir à réactif (5.1.1.5).
atmosphérique par un tube de garde garni avec de l’agent
déshydratant (4.9).
4.6 Tartrate de sodium dihydraté (Na,C, H,O, .2H,O),
5.1.1.2 Vase à réaction, de capacité utile 100 ml, relié au
ou, en variante, eau.
robinet de la burette automatique (5.1 .l .l) par I’inter-
médiaire d’un joint rodé et comportant deux tubulures

4.7 Eau, solution méthanolique étalon correspondant à latérales : l’une permettant l’introduction des électrodes en

10 g d’eau par litre. platine si l’on applique la méthode électrométrique, et
l’autre munie d’un «bouchon-pénicilline» pour I’intro-
Dans une fiole jaugée de 100 ml, parfaitement sèche et
duction éventuelle de prises d’essai liquides à l’aide d’une
contenant 50 ml environ du méthanol (4.1), ajouter, à
seringue, sans ouverture du vase.
l’aide d’une microburette ou d’une pipette, 1 ml d’eau.
Compléter au volume avec du même méthanol et homo-
5.1.1.3 Électrodes en platine (voir annexe B, figures 1 et 2),
généiser. [Pour l’étalonnage du réactif de Karl Fischer (4.5)
soudées à un tube en verre permettant leur introduction au
par rapport à cette solution, voir annexe A, chapitre A.1
fond du vase à réaction (5.1.1.2) et reliées à deux fils de
ou A.2, selon qu’on applique le procédé visuel ou le
cuivre destinés à les connecter au dispositif de détection
procédé par titrage électrométrique direct.]
électrométrique du point final (5.1.1.7). (À supprimer dans
le cas de la méthode visuelle.)
1 ml de cette solution étalon contient 10 mg d’eau.
---------------------- Page: 6 ----------------------
ISO 7604978 (F)

5.1.1.4 Agitateur électromagnétique, fonctionnant à une 5.2.1.4 Électrodes en platine (voir annexe C, figures 4 et

fréquence de rotation de 150 à 300 min-‘, avec barreau en 5), soudées à un tube en verre permettant leur introduction

au fond du vase à réaction (5.1.1.2) et reliées à deux fils
fer doux enrobé de verre ou de polytétrafluoroéthylène
de cuivre destinés à les connecter au dispositif de détection
(PTFE), et disposé sur un socle dont la hauteur est réglable.
électrométrique du point final (5.2.1.6).
5.1.1.5 Réservoir à réactif de Karl Fischer, en verre brun,
5.2.1.5 Agitateur électromagnétique, fonctionnant à une
de capacité 3 litres environ et dans lequel plonge, à travers
fréquence de rotation de 150 à 300 min-‘, avec barreau en
le bouchon en verre rodé, le tube de remplissage de la
fer doux enrobé de verre ou de polytétrafluoroéthylène
burette automatique (5.1 .l .l).
(PTFE), et disposé sur un socle dont la hauteur est réglable.
5.1.1.6 Poire en caoutchouc, reliée à un flacon absorbeur
5.2.1.6 Dispositif de détection électrométrique du point
garni avec de l’agent déshydratant (4.9), pour l’admission
final, schématisé à la figure 3 de l’annexe B.
d’air sec sous pression dans le réservoir à réactif (5.1 .1.5),
en vue du remplissage de la burette automatique (5.1 .l .l).
5.2.2 Seringues médicales, de capacité appropriée et
dont le volume est calibré.
5.1.1.7 Dispositif de détection électrométrique du point
final, schématisé à la figure 3 de l’annexe B. (À supprimer
dans le cas de la méthode visuelle.)
5.2.3 Petit tube en verre, fermé à l’une de ses extrémités et
muni, à l’autre, d’un bouchon en caoutchouc, destiné à
peser et à introduire dans le vase à réaction, par exemple,
5.1.2 Seringues médicales, de capacité appropriée et
la masse du tartrate de sodium (4.6) (0,250 g environ)
dont le volume est calibré.
servant à étalonner le réactif de Karl Fischer (4.5), ou
encore des prises d’essai provenant d’échantillons solides.
5.1.3 Petit tube en verre, fermé à l’une de ses extrémités et
muni, à l’autre, d’un bouchon en caoutchouc, destiné à
peser et à introduire dans le vase à réaction, par exemple, la 6 TITRAGE VISUEL
masse du tartrate de sodium (4.6) (0,250 g environ) servant
à étalonner le réactif de Karl Fischer (4.5), ou encore des
6.1 Principe de la détection du point final
prises d’essai provenant d’échantillons solides.
Décoloration du réactif de Karl Fischer, coloré par l’iode,
au fur et à mesure de son introduction dans la prise d’essai
contenant l’eau à doser. Observation de la coloration qui

électrométrique en retour se développe dans la prise d’essai lors de l’addition de la

5.2 Pour la méthode par titrage
première goutte de réactif en excès.
type, à utiliser pour appli-
5.2.1 Un exemple d’appareillage
quer cette méthode, est donné à l’annexe C, dans le cas où
l’on ne disposerait pas d’appareil commercial. Cet appareil-
6.2 Mode opératoire
lage type comprend les éléments décrits ci-après
6.2.1 Étalonnage du réactif de Karl Fischer
5.2.1.1 Deux burettes automatiques, de capacité 25 ml,
6.2.1 .l L’appareillage étant assemblé comme indiqué
à pointes fines, reliées directement à leurs réservoirs : l’un
à l’annexe B et les joints étant lubrifiés avec de la graisse
en verre brun pour le réactif de Karl Fischer (4.5) et l’autre
(4.10), introduire, à l’aide d’une seringue (5.1.2), à travers
pour la solution méthanolique étalon d’eau (4.8).
le «bouchon-pénicilline», 25 ml du méthanol (4.1) dans le
vase à réaction (5.1 .1.2). Mettre en marche l’agitateur
électromagnétique (5.1.1.4). Afin de faire réagir les traces

5.2.1.2 Vase à réaction, de capacité utile 100 ml, relié d’eau contenues dans le méthanol, ajouter du réactif de

aux robinets des burettes automatiques (5.2.1 .l) par Karl Fischer (4.5), contenu dans la burette automatique

l’intermédiaire de joints rodés et comportant deux tubu- (5.1 .l .l), jusqu’à l’obtention d’une coloration brune.

lures latérales : l’une permettant l’introduction des élec-
trodes en platine et l’autre munie d’un «bouchon-pénicilline»

pour l’introduction éventuelle de prises d’essai liquides à 6.2.1.2 Peser, à 0,000 1 g près, dans le petit tube en verre

l’aide d’une seringue, sans ouverture du vase. (5.1.3), 0,250 g environ du tartrate de sodium (4.6). In-

troduire très rapidement la matière dans le vase à réaction
en enlevant, durant quelques secondes, le «bouchon-

5.2.1.3 Tube sécheur, reliant, en circuit fermé, les réser- pénicilline», puis repeser le petit tube en verre, afin de

voirs des burettes (5.2.1 .l ) et le bouchon du vase à réaction connaître, par différence, la masse (m, ) du tartrate de

(5.2.1.2). sodium utilisée.
---------------------- Page: 7 ----------------------
ISO 760-1978 (F)

On peut également exécuter l’étalonnage en introduisant 0,156 6 est le facteur de calcul de l’eau du tartrate de

une masse (m,) d’eau de 0,040 g environ, provenant d’un sodium dihydraté.
récipient compte-gouttes, pesé avant et après introduction
dans le vase à réaction.’ )
6.3.2
Teneur en eau de l’échantillon
Titrer ensuite l’eau, introduite en quantité connue, avec
La teneur en eau de l’échantillon, exprimée en pourcentage
le réactif de Karl Fischer (4.5) à étalonner, jusqu’à I’obten-
en masse, est donnée par l’une des formules
tion de la même coloration brune qu’en 6.2.1 .l, et noter
le volume (V, ) de réactif utilisé.
V2 x T V, x T
m0 xl0 OU V,xpxlO
6.2.2 Dosage
Vider le vase à réaction (5.1.1.2) par son robinet de vidange.
Y introduire, à l’aide d’une seringue (5.1.2) dont l’aiguille
passe à travers le «bouchon-pénicilline», 25 ml, ou tout
m0 est la masse, en grammes, de la prise d’essai (dans le
autre volume approprié indiqué dans le mode opératoire
cas des produits solides);
relatif au produit analysé, du méthanol (4.1) ou d’un autre
V, est le volume, en millilitres, de la prise d’essai (dans
solvant (4.3 ou 4.4). Mettre en marche l’agitateur électro-
le cas des produits liquides);
magnétique (5.1 .1.4). Afin de faire réagir les traces d’eau
contenues dans le solvant utilisé, ajouter du réactif de Karl
p est la masse volumique à 20 OC, en grammes par
Fischer (4.5), contenu dans la burette automatique
millilitre, de l’échantillon (dans le cas des produits
(5.1 .l .l), jusqu’à l’obtention d’une coloration brune.
I iqu ides);
Introduire alors la prise d’essai prescrite, prélevée à l’aide
V, est le volume, en millilitres, du réactif de Karl
d’une seringue s’il s’agit d’un liquide, ou pesée à 0,000 1 g
Fischer (4.5) utilisé pour le dosage (6.2.2);
près dans le petit tube en verre (5.1.3) s’il s’agit d’une pou-
...

NORME INTERNATIONALE

INTERNATIONAL ORGANIZATION FOR STANDARDIZATION.MEXflYHAPOLZHAR OPrAHM3AUMR t-l0 CTAH~APT~~A~~/~L~OORGANISATION INTERNATIONALE DE NORMALISATION

Dosage de l’eau - Méthode de Karl Fischer
(Méthode générale)
Determination of water - Karl Fischer me thod (General method)
Première édition - 1978-12-01
Réf. no : ISO 760-1978 (F)
CDU 661 : (543.71 + 543.81)

Descripteurs : produit chimique, analyse chimique, dosage, eau, méthode volumétrique, méthode électrométrique, réactif de Karl Fischer.

Prix basé sur 12 pages
---------------------- Page: 1 ----------------------
AVANT-PROPOS
L’ISO (Organisation internationale de normalisation) est une fédération mondiale

d’organismes nationaux de normalisation (comités membres de I’ISO). L’élaboration

des Normes internationales est confiée aux comités techniques de I’ISO. Chaque

comité membre intéressé par une étude a le droit de faire partie du comité technique

correspondant. Les organisations internationales, gouvernementales et non
gouvernementales, en liaison avec I’ISO, participent également aux travaux.
Les projets de Normes internationales adoptés par les comités techniques sont
soumis aux comités membres pour approbation, avant leur acceptation comme
Normes internationales par le Conseil de I’ISO.

Avant 1972, les résultats des travaux des comités techniques étaient publiés comme

recommandations KO; ces documents ont ensuite été transformés en Normes inter-
nationales. Compte tenu de cette procédure, le comité technique ISO/TC 47, après
examen, fut d’avis que la Recommandation ISO/R 760-1968 pouvait, du point de
vue technique, être transformée. La Norme internationale ISO 760-1978 remplaca
donc la Recommandation lSO/R 760-1968.
Les comités membres des pays suivants avaient approuvé la Recommandation
ISO/R 760-1968 :
Allemagne, R.F. Espagne Pologne
Australie France Portugal
Autriche Hongrie Roumanie
Belgique Inde Royaume-Uni
Chili Israël Tchécoslovaquie
Colombie Italie U.R.S.S.
Corée, Rép. de Japon Yougoslavie
Egypte, Rép. arabe d’ Pays-Bas
Les comités membres des pays suivants l’avaient désapprouvée pour des raisons
techniques :
Nouvelle-Zélande
U.S.A.
Le comité membre du pays suivant avait désapprouvé la transformation de la
Recommandation ISO/R 760 en Norme internationale :
Pays-Bas
0 Organisation internationale de normalisation, 1978 l
Imprimé en Suisse
---------------------- Page: 2 ----------------------
Page
SOMMAIRE
. . . . . ...... . . . . . . . . . .
1 Objet et domaine d’application . .
. . . . . ......
2 Principe. . . . . . . . . . . . . . . . . .
. . . . . ......
3 Réactions . . . . . . . . . . . . . . . .
. . . . . ...... . L . . . . . . . .
4 Réactifs et produits. . . . . . . . . .
. . . . . ......
5 Appareillage. . . . . . . . . . . . . . .
. . . . . ...... . . . . . . . . . .
6 Titrage visuel . . . . . . . . . . . . . .
. . . . . ......
7 Titrage électrométrique direct . . .
. . . . . ......
8 Titrage électrométrique en retour.
. . m . . ...... 8 . . . . . . . . . .
9 Procès-verbal d’essai. . . . . . . . . .
Annexes
A Étalonnage du réactif de Karl Fischer avec une solution

méthanolique étalon d’eau . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

B Appareillage type pour titrage visuel ou pour titrage électrométrique
direct.............................................
C Appareillage type pour titrage électrométrique en retour . . . . . . . . . . .
I..
III
---------------------- Page: 3 ----------------------
Page blanche
---------------------- Page: 4 ----------------------
NORME INTERNATIONALE ISO 760-1978 (F)
Dosage de l’eau - Méthode de Karl Fischer
(Méthode générale)

1 OBJET ET DOMAINE D’APPLICATION 4.1 Méthanol, dont la teneur en eau est inférieure à 0,05 %

(mlm). Si cette limite est dépassée, déshydrater le produit
La présente Norme internationale spécifie une méthode
par distillation en présence de copeaux de magnésium
générale, connue sous le nom de «méthode de Karl
activés par de l’iode. Recueillir le distillat dans un récipient
Fischer»1 1 1, de dosage de l’eau libre et de l’eau de cristal-
protégé de l’humidité atmosphérique par un tube de garde
lisation dans la plupart des produits chimiques, solides ou
garni avec de l’agent déshydratant (4.9).
liquides, organiques ou inorganiques.
Des précautions sont nécessaires dans certains cas. Elles
4.2 Méthoxy-2 éthanol (Éther monométhylique de
sont spécifiées, pour chaque produit, dans les Normes
l’éthylène glycol ou méthylcellosolve), dont la teneur en
internationales correspondantes.
eau est inférieure à 0,05 % (mlm). Si cette limite est
Deux modes de titrage sont spécifiés, selon que le point
dépassée, déshydrater le produit par distillation, en rejetant
final de la réaction est déterminé par observation d’un
la première partie du distillat qui contient l’eau.
virage (procédé visuel) ou par électrométrie. Le procédé
visuel ne peut être utilisé que pour analyser des solutions
non colorées et lorsqu’on ne dispose pas d’appareillage
4.3 Pyridine, dont la teneur en eau est inférieure à 0,05 %
électrométrique; il s’agit toujours d’un titrage direct.
(mlm). Si cette limite est dépassée, déshydrater le produit
D’autre part, le procédé électrométrique peut comporter
par distillation, en rejetant la première partie du distillat
soit un titrage direct, soit un titrage en retour. Le procédé
qui contient l’eau.
électrométrique, direct ou indirect, est le plus précis; c’est
pourquoi il est recommandé.
4.4 Solvant de l’échantillon : soit un mélange contenant
4 volumes du méthanol (4.1) et 1 volume de la pyridine
soit (de préférence pour l’analyse des produits
(4.31,
2 PRINCIPE
contenant des groupements carbonyles) un mélange
Réaction de l’eau contenue dans une prise d’essai avec une
contenant 4 volumes du méthoxy-2 éthanol (4.2) et
solution d’iode et de dioxyde de soufre dans un mélange de
1 volume de la pyridine (4.3). Dans certains cas spéciaux,

pyridine et de méthanol (réactif de Karl Fischer). Ce réactif d’autres solvants peuvent être recommandés; par exemple :

est préalablement étalonné par titrage d’une masse d’eau l’acide acétique, la pyridine ou un mélange contenant

exactement connue (voir 6.1, 7.1 et 8.1). 1 volume du méthanol (4.1) et 3 volumes de chloroforme.

NOTE - Le méthanol peut être remplacé par du méthoxy-2 éthanol
(éther monométhylique de l’éthylène glycol ou méthylcellosolve).

Avec ce solvant, un volume de titrage plus constant est obtenu 4.5 Réactif de Karl Fischer

et le réactif peut être utilisé avec des aldéhydes et des cétones, sans

l’emploi d’une technique spéciale.[*] Introduire 670 ml du méthanol (4.1) OU du méthoxy-2

éthanol (4.2) dans un flacon en verre brun préalablement
séché, d’une capacité légèrement supérieure à 1 litre et muni
d’un bouchon en verre rodé.
3 RÉACTIONS[31
Ajouter 85 g environ d’iode. Boucher le flacon et agiter
H,O+I, $-SO, +3C,H,N+2C,H,N.HI+C,H,N.S03
de temps en temps jusqu’à dissolution complète de l’iode.
270 ml environ de la pyridine (4.3),
Ajouter alors
C,H,N.SO, + ROH + C,H,NH.OSO, OR
reboucher le flacon et homogénéiser. Dans cette solution,
dissoudre 65 g de dioxyde de soufre en suivant les moda-
lités spécifiées ci-après, en refroidissant afin qu’à aucun
moment, la température ne dépasse 20 “C.
4 RÉACTIFS ET PRODUITS
NOTE - La dissolution du dioxyde de soufre étant exothermique,
Au cours de l’analyse, utiliser uniquement des réactifs de
il est nécessaire de refroidir au préalable le flacon et son contenu

qualité analytique reconnue, et de l’eau distillée ou de l’eau jusqu’à 0 “C environ en le plongeant, par exemple, dans un bain

de glace fondante ou dans de la glace carbonique pilée.
de pureté équivalente.
---------------------- Page: 5 ----------------------
ISO 760-1978 (F)

Remplacer alors le bouchon en verre rodé par un dispositif 4.8 Eau, solution méthanolique étalon correspondant à

d’introduction du dioxyde de soufre, constitué d’un 2 g d’eau par litre.
bouchon en liège traversé par un thermomètre, d’un tube
Dans une fiole jaugée de 500 ml, parfaitement sèche et
adducteur en verre de 6 mm x 8 mm, plongeant jusqu’à
contenant 100 ml environ du méthanol (4.1), ajouter,
10 mm du fond du flacon, et d’un petit tube capillaire
à l’aide d’une microburette ou d’une pipette, 1 ml d’eau.
de mise à l’atmosphère.
Compléter au volume avec du même méthanol et homo-

Placer le tout avec le bain de glace fondante sur une balance généiser. (Voir la correspondance en volume de cette solu-

et peser à 1 g près, puis relier le tube d’entrée à une bou-
tion avec le réactif de Karl Fischer en 8.2.2.)
teille de dioxyde de soufre par un raccord souple et un tube
1 ml de cette solution étalon contient 2 mg d’eau.
de dessiccation garni avec de l’agent déshydratant (4.9) et
ouvrir doucement la vanne de la bouteille.
Régler le débit du dioxyde de soufre de manière que la
4.9 Aluminosilicate de sodium anhydre, en granules de
totalité du gaz soit régulièrement absorbée, sans que le
diamètre 1,7 mm, utilisé comme agent déshydratant.
liquide marque une tendance à s’élever dans le tube
adducteur.
Les granules peuvent être régénérés par lavage à l’eau
et séchage à 350 “C durant 48 h au moins.
Maintenir l’équilibre de la balance en augmentant progres-
sivement la tare et surveiller la température du liquide qui
En variante, du gel de silice activé peut être utilisé comme
doit rester inférieure à 20 “C. Fermer la vanne de la bouteille
agent déshydratant.
dès que l’augmentation de masse atteint 65 g.
Déconnecter immédiatement le raccord souple et repeser
4.10 Graisse à base de silicone, pour lubrifier les joints
le flacon et son dispositif d’adduction. La masse de dioxyde
en verre rodés.
de soufre dissoute doit être comprise entre 60 et 70 g. Un
léger excès n’est pas nuisible.
Boucher le flacon, homogénéiser la solution et attendre
5 APPAREILLAGE
24 h au moins avant de l’utiliser. En effet, par suite de
réactions mal connues qui se poursuivent dans le réactif
Toute la verrerie doit être séchée au préalable par séjour de
frais, l’équivalent en eau de celui-ci décro’it d’abord rapi-
30 min dans une étuve réglée à 130 “C environ, puis re-
dement, puis beaucoup plus lentement.
froidie et conservée dans un dessiccateur garni avec de
l’agent déshydratant (4.9).
Cet équivalent en eau est compris entre 3,5 et 4,5 mg/ml. II
doit être déterminé quotidiennement si l’on a utilisé du
méthanol, mais moins souvent si l’on a employé du
5.1 Pour la méthode directe (par titrage visuel ou électro-
méthoxy-2 éthanol.
métrique)
D’autre part, on peut préparer un réactif de Karl Fischer,
5.1.1 Un exemple d’appareillage type, à utiliser pour
dont l’équivalent en eau est plus faible, en diluant la
appliquer cette méthode, est donné à l’annexe B, dans le
solution obtenue précédemment avec du solvant de I’échan-
cas où l’on ne disposerait pas d’appareil commercial. Cet
tillon (4.4).
appareillage type comprend les éléments décrits ci-après.
Conserver le réactif ainsi préparé à l’abri de la lumière et de
5.1 .l.l Burette automatique, de capacité 25 ml, à pointe
l’humidité. La meilleure solution consiste à le stocker, dans
fine, graduée en 0,05 ml et protégée de l’humidité
ce but, dans le réservoir à réactif (5.1.1.5).
atmosphérique par un tube de garde garni avec de l’agent
déshydratant (4.9).
4.6 Tartrate de sodium dihydraté (Na,C, H,O, .2H,O),
5.1.1.2 Vase à réaction, de capacité utile 100 ml, relié au
ou, en variante, eau.
robinet de la burette automatique (5.1 .l .l) par I’inter-
médiaire d’un joint rodé et comportant deux tubulures

4.7 Eau, solution méthanolique étalon correspondant à latérales : l’une permettant l’introduction des électrodes en

10 g d’eau par litre. platine si l’on applique la méthode électrométrique, et
l’autre munie d’un «bouchon-pénicilline» pour I’intro-
Dans une fiole jaugée de 100 ml, parfaitement sèche et
duction éventuelle de prises d’essai liquides à l’aide d’une
contenant 50 ml environ du méthanol (4.1), ajouter, à
seringue, sans ouverture du vase.
l’aide d’une microburette ou d’une pipette, 1 ml d’eau.
Compléter au volume avec du même méthanol et homo-
5.1.1.3 Électrodes en platine (voir annexe B, figures 1 et 2),
généiser. [Pour l’étalonnage du réactif de Karl Fischer (4.5)
soudées à un tube en verre permettant leur introduction au
par rapport à cette solution, voir annexe A, chapitre A.1
fond du vase à réaction (5.1.1.2) et reliées à deux fils de
ou A.2, selon qu’on applique le procédé visuel ou le
cuivre destinés à les connecter au dispositif de détection
procédé par titrage électrométrique direct.]
électrométrique du point final (5.1.1.7). (À supprimer dans
le cas de la méthode visuelle.)
1 ml de cette solution étalon contient 10 mg d’eau.
---------------------- Page: 6 ----------------------
ISO 7604978 (F)

5.1.1.4 Agitateur électromagnétique, fonctionnant à une 5.2.1.4 Électrodes en platine (voir annexe C, figures 4 et

fréquence de rotation de 150 à 300 min-‘, avec barreau en 5), soudées à un tube en verre permettant leur introduction

au fond du vase à réaction (5.1.1.2) et reliées à deux fils
fer doux enrobé de verre ou de polytétrafluoroéthylène
de cuivre destinés à les connecter au dispositif de détection
(PTFE), et disposé sur un socle dont la hauteur est réglable.
électrométrique du point final (5.2.1.6).
5.1.1.5 Réservoir à réactif de Karl Fischer, en verre brun,
5.2.1.5 Agitateur électromagnétique, fonctionnant à une
de capacité 3 litres environ et dans lequel plonge, à travers
fréquence de rotation de 150 à 300 min-‘, avec barreau en
le bouchon en verre rodé, le tube de remplissage de la
fer doux enrobé de verre ou de polytétrafluoroéthylène
burette automatique (5.1 .l .l).
(PTFE), et disposé sur un socle dont la hauteur est réglable.
5.1.1.6 Poire en caoutchouc, reliée à un flacon absorbeur
5.2.1.6 Dispositif de détection électrométrique du point
garni avec de l’agent déshydratant (4.9), pour l’admission
final, schématisé à la figure 3 de l’annexe B.
d’air sec sous pression dans le réservoir à réactif (5.1 .1.5),
en vue du remplissage de la burette automatique (5.1 .l .l).
5.2.2 Seringues médicales, de capacité appropriée et
dont le volume est calibré.
5.1.1.7 Dispositif de détection électrométrique du point
final, schématisé à la figure 3 de l’annexe B. (À supprimer
dans le cas de la méthode visuelle.)
5.2.3 Petit tube en verre, fermé à l’une de ses extrémités et
muni, à l’autre, d’un bouchon en caoutchouc, destiné à
peser et à introduire dans le vase à réaction, par exemple,
5.1.2 Seringues médicales, de capacité appropriée et
la masse du tartrate de sodium (4.6) (0,250 g environ)
dont le volume est calibré.
servant à étalonner le réactif de Karl Fischer (4.5), ou
encore des prises d’essai provenant d’échantillons solides.
5.1.3 Petit tube en verre, fermé à l’une de ses extrémités et
muni, à l’autre, d’un bouchon en caoutchouc, destiné à
peser et à introduire dans le vase à réaction, par exemple, la 6 TITRAGE VISUEL
masse du tartrate de sodium (4.6) (0,250 g environ) servant
à étalonner le réactif de Karl Fischer (4.5), ou encore des
6.1 Principe de la détection du point final
prises d’essai provenant d’échantillons solides.
Décoloration du réactif de Karl Fischer, coloré par l’iode,
au fur et à mesure de son introduction dans la prise d’essai
contenant l’eau à doser. Observation de la coloration qui

électrométrique en retour se développe dans la prise d’essai lors de l’addition de la

5.2 Pour la méthode par titrage
première goutte de réactif en excès.
type, à utiliser pour appli-
5.2.1 Un exemple d’appareillage
quer cette méthode, est donné à l’annexe C, dans le cas où
l’on ne disposerait pas d’appareil commercial. Cet appareil-
6.2 Mode opératoire
lage type comprend les éléments décrits ci-après
6.2.1 Étalonnage du réactif de Karl Fischer
5.2.1.1 Deux burettes automatiques, de capacité 25 ml,
6.2.1 .l L’appareillage étant assemblé comme indiqué
à pointes fines, reliées directement à leurs réservoirs : l’un
à l’annexe B et les joints étant lubrifiés avec de la graisse
en verre brun pour le réactif de Karl Fischer (4.5) et l’autre
(4.10), introduire, à l’aide d’une seringue (5.1.2), à travers
pour la solution méthanolique étalon d’eau (4.8).
le «bouchon-pénicilline», 25 ml du méthanol (4.1) dans le
vase à réaction (5.1 .1.2). Mettre en marche l’agitateur
électromagnétique (5.1.1.4). Afin de faire réagir les traces

5.2.1.2 Vase à réaction, de capacité utile 100 ml, relié d’eau contenues dans le méthanol, ajouter du réactif de

aux robinets des burettes automatiques (5.2.1 .l) par Karl Fischer (4.5), contenu dans la burette automatique

l’intermédiaire de joints rodés et comportant deux tubu- (5.1 .l .l), jusqu’à l’obtention d’une coloration brune.

lures latérales : l’une permettant l’introduction des élec-
trodes en platine et l’autre munie d’un «bouchon-pénicilline»

pour l’introduction éventuelle de prises d’essai liquides à 6.2.1.2 Peser, à 0,000 1 g près, dans le petit tube en verre

l’aide d’une seringue, sans ouverture du vase. (5.1.3), 0,250 g environ du tartrate de sodium (4.6). In-

troduire très rapidement la matière dans le vase à réaction
en enlevant, durant quelques secondes, le «bouchon-

5.2.1.3 Tube sécheur, reliant, en circuit fermé, les réser- pénicilline», puis repeser le petit tube en verre, afin de

voirs des burettes (5.2.1 .l ) et le bouchon du vase à réaction connaître, par différence, la masse (m, ) du tartrate de

(5.2.1.2). sodium utilisée.
---------------------- Page: 7 ----------------------
ISO 760-1978 (F)

On peut également exécuter l’étalonnage en introduisant 0,156 6 est le facteur de calcul de l’eau du tartrate de

une masse (m,) d’eau de 0,040 g environ, provenant d’un sodium dihydraté.
récipient compte-gouttes, pesé avant et après introduction
dans le vase à réaction.’ )
6.3.2
Teneur en eau de l’échantillon
Titrer ensuite l’eau, introduite en quantité connue, avec
La teneur en eau de l’échantillon, exprimée en pourcentage
le réactif de Karl Fischer (4.5) à étalonner, jusqu’à I’obten-
en masse, est donnée par l’une des formules
tion de la même coloration brune qu’en 6.2.1 .l, et noter
le volume (V, ) de réactif utilisé.
V2 x T V, x T
m0 xl0 OU V,xpxlO
6.2.2 Dosage
Vider le vase à réaction (5.1.1.2) par son robinet de vidange.
Y introduire, à l’aide d’une seringue (5.1.2) dont l’aiguille
passe à travers le «bouchon-pénicilline», 25 ml, ou tout
m0 est la masse, en grammes, de la prise d’essai (dans le
autre volume approprié indiqué dans le mode opératoire
cas des produits solides);
relatif au produit analysé, du méthanol (4.1) ou d’un autre
V, est le volume, en millilitres, de la prise d’essai (dans
solvant (4.3 ou 4.4). Mettre en marche l’agitateur électro-
le cas des produits liquides);
magnétique (5.1 .1.4). Afin de faire réagir les traces d’eau
contenues dans le solvant utilisé, ajouter du réactif de Karl
p est la masse volumique à 20 OC, en grammes par
Fischer (4.5), contenu dans la burette automatique
millilitre, de l’échantillon (dans le cas des produits
(5.1 .l .l), jusqu’à l’obtention d’une coloration brune.
I iqu ides);
Introduire alors la prise d’essai prescrite, prélevée à l’aide
V, est le volume, en millilitres, du réactif de Karl
d’une seringue s’il s’agit d’un liquide, ou pesée à 0,000 1 g
Fischer (4.5) utilisé pour le dosage (6.2.2);
près dans le petit tube en verre (5.1.3) s’il s’agit d’une pou-
...

Questions, Comments and Discussion

Ask us and Technical Secretary will try to provide an answer. You can facilitate discussion about the standard in here.