Information processing — Coded representation of pictures — Part 1: Encoding principles for picture representation in a 7-bit or 8-bit environment

Traitement de l'information — Représentation codée de l'image — Partie 1: Principes de codage pour la représentation d'image dans un environnement codé à 7 et à 8 éléments

General Information

Status
Published
Publication Date
07-Sep-1988
Current Stage
9093 - International Standard confirmed
Start Date
31-Dec-2008
Completion Date
29-Jul-2019
Ref Project

Buy Standard

Standard
ISO/IEC 9282-1:1988 - Information processing -- Coded representation of pictures
English language
23 pages
sale 15% off
Preview
sale 15% off
Preview
Standard
ISO/IEC 9282-1:1988 - Traitement de l'information -- Représentation codée de l'image
French language
23 pages
sale 15% off
Preview
sale 15% off
Preview
Standard
ISO/IEC 9282-1:1988 - Traitement de l'information -- Représentation codée de l'image
French language
23 pages
sale 15% off
Preview
sale 15% off
Preview

Standards Content (sample)

IS0
INTERNATIONAL STANDARD
9282-l
First edition
1988-09-01
INTERNATIONAL ORGANIZATION FOR STANDARDIZATION
ORGANISATION INTERNATIONALE DE NORMALISATION
MEXfiYHAPOflHAR OPI-AHM3A~MFI I-IO CTAHJJAPTM3A~MM
Information processing - Coded representation
of pictures -
Part I:
Encoding principles for picture representation in a 7-bit
or 8-bit environment
Traitemen t de l’informa tion - Reprhsentation cod&e de l’lmage -

Partie I: Principes de codage pour la reprhentation d/image dans un environnement cod&

;i 7 et ;i 8 Mments
Reference number
IS0 9282-l : 1988 (E)
---------------------- Page: 1 ----------------------
IS0 9282-l : 1988 (E)
Contents
Page
Foreword ..............................................................
Introduction ............................................................
1 Scope ..............................................................
2 Normative references .................................................
3 Definitions and notation. ..............................................
3.1 Definitions ......................................................
3.2 Notation ........................................................
3.2.1 7-bitbyte ....................................................
3.2.2 8-bitbyte ....................................................
............................................
3.2.3 Byte interpretation
3.3 Layout of the code table ...........................................
3.3.1 7-bit representation ...........................................
8-bit representation ...........................................
3.3.2
..................................................
4 Encoding principles.
5 Encoding principles for opcodes ........................................
5.1 General .........................................................
5.2 Compact opcode encoding ........................................
.......................................
5.3 Extensible opcode encoding.
......................
5.3.1 Encoding technique of the basic opcode set
5.3.2 Extension mechanism .........................................
....................................... 5
6 Encoding principles for operands
6.1 General .........................................................
6.2 Format definitions ................................................
................................................. 5
6.2.1 Basic format
6.2.2 Bitstream format .............................................
................................................ 6
6.2.3 String format
6.3 General datatypes ................................................
............................................
6.3.1 Unsigned integers
6.3.1.1 Unsigned integers in the basic format ..........................
......................
6.3.1.2 Unsigned integers in the bitstream format.
6.3.2 Signed integers ...............................................
6.3.2.1 Signed integers in the modulus-and-sign notation using the
basicformat ................................................
6.3.2.2 Signed integers in the two’s complement notation using the
basicformat ................................................
6.3.2.3 Signed integers in the modulus-and-sign notation using the

bitstream format . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

0 International Organization for Standardization, 1988 l
Printed in Switzerland
---------------------- Page: 2 ----------------------
IS0 9282-l : 1988 (El
6.3.2.4 Signed integers in the two’s complement notation using the

bitstream format . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

................................................ 13
6.3.3 Real numbers
..............................
6.3.3.1 Real numbers in the basic format
.......................... 17
6.3.3.2 Real numbers in the bitstream format
6.3.4 Coordinates (2-dimensional). ...................................
............................... 20
6.3.4.1 Coordinates using real numbers
....................... 20
6.3.4.2 Coordinates interleaved coordinate pairs.
...................................
6.3.5 Coordinates (3-dimensional).
............................... 20
6.3.5.1 Coordinates using real numbers
......................
6.3.5.2 Coordinates interleaved coordinate triplets
................................ 21
6.3.6 Point lists in displacement mode
7 Conformity.......................................................... 22

List and definition of state variables. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

Annex A :
---------------------- Page: 3 ----------------------
IS0 9282-l :lS88 (E)
Foreword

IS0 (the International Organization for Standardization) is a worldwide federation of

national standards bodies (IS0 member bodies). The work of preparing International

Standards is normally carried out through IS0 technical committees. Each member

body interested in a subject for which a technical committee has been established has

the right to be represented on that committee. International organizations, govern-

mental and non-governmental, in liaison with ISO, also take part in the work. IS0

collaborates closely with the International Electrotechnical Commission UEC) on all

matters of electrotechnical standardization.

Draft International Standards adopted by the technical committees are circulated to

the member bodies for approval before their acceptance as International Standards by

the IS0 Council. They are approved in accordance with IS0 procedures requiring at

least 75 % approval by the member bodies voting.
International Standard IS0 9282-l was prepared by Technical Committee ISO/TC 97,
lnforma tion processing s ys terns.

IS0 9282 consists of the following parts, under the general title information process-

ing -
Coded representation of pictures :
- Part I: Encoding principles for picture representation in a 7-bit or g-bit
environment
Annex A forms an integral part of this part of IS0 9282.
---------------------- Page: 4 ----------------------
IS0 9282-l : 1988 (E)
Introduction

This International Standard provides standard methods for picture coding in order to

assist in coding system design and to prevent a proliferation of different unrelated

coding techniques.

This part of IS0 9282 provides a coding scheme for the representation of pictures that

can be generated by the majority of computer graphics applications; based on a 7-bit

structure, this coding scheme may be used in a 7-bit or 8-bit environment.
---------------------- Page: 5 ----------------------
This page intentionally left blank
---------------------- Page: 6 ----------------------
IS0 9282-l
INTERNATIONAL STANDARD
Information processing - Coded representation
of pictures -
Part 1:
Encoding principles for picture representation in a 7-bit
or 8-bit environment
3 Definitions and notation
1 Scope
This part of IS0 9282 defines
3.1 Definitions
the coding principles to be used in interchanging pic-
For the purposes of this part of IS0 9282, the following defi-
tures consisting of graphic images in a -/-bit or 8-bit environ-
nitions apply :
ment;
3.1.1 bit combination; byte : An ordered set of bits that
the data structures to be used to represent the
represents an opcode or an operand, or used as a part of the
primitives describing a picture;
representation of an opcode or an operand.
the general datatypes which can be used as operands
within a primitive.
3.1.2 code : A set of unambiguous rules that establishes a
one-to-one relationship between each opcode or operand of a
This part of IS0 9282 does not deal with the presentation
set and their coded representation by one or more bit combi-
semantics of pictures. These are defined in the related Inter-
nations within that set.
national Standards.
This part of IS0 9282 applies to the data streams containing
3.1.3 code table : A table showing the general distribution of
data structured in accordance with picture coding methods
opcodes and operands to bit combinations in a code.
defined in IS0 9281.
3.1.4 opcode : A one or multi-byte coded representation that
identifies a function required by a picture standard.
2 Normative references
An opcode may be followed by zero or more operands.
The following standards contain provisions which, through
reference in this text, constitute provisions of this part of
3.1.5 opcode table : A table showing the function allocated
IS0 9282. At the time of publication, the editions indicated
to each bit combination reserved for opcodes.
were valid. All standards are subject to revision, and parties to
agreements based on this part of IS0 9282 are encouraged to
3.1.6 operand : A single or multiple coded representation
investigate the possibility of applying the most recent editions
used to specify the parameters required by an opcode.
of the standards listed below. Members of IEC and IS0 main-
tain registers of currently valid International Standards.
3.2 Notation
IS0 646 : 1983, information processing - /SO 7-bit coded
character sets for information interchange.
3.2.1 7-bit byte
IS0 2022 : 1986, Information processing - /SO 7-bit and g-bit
The bits of a 7-bit byte are identified by b,, b6, bg, bq, bs, b2
coded character sets - Code extension techniques.
and bl where b7 is the highest-order, or most-significant bit and
bI is the lowest order, or least-significant bit.
IS0 6429 : 1983, Information processing - /SO 7-bit and g-bit
coded character sets - Additional control functions for
The bit combinations are identified by notations of the form
character imaging devices.
x/y, where x is a number in the range 0 to 7 and y is a number in

11, Information processing - Identification of pic- the range 0 to 15, corresponding to the column and row

IS09281 : -
ture coding methods. designation, respectively, of a code table.
1) To be published.
---------------------- Page: 7 ----------------------
IS0 9282-l : 1988 (E)
3.3.2 8-bit representation
The correspondence between the notations of the form x/y
and the bit combinations consisting of the bits b7 to b,, is as
In an 8-bit representation, a code table consists of 256 positions
follows :
arranged in 16 columns and 16 rows. The columns are num-
bered and the rows are numbered 00 to 15.
x is the number represented by b,, b6 and b, where
these bits are given the weights 4, 2 and 1, respectively.
The code table positions are identified by notations of the form

is the number represented by bq, b,, b2 and b, where xx/yy, where xx is the column number and yy is the row

- Y
bits are given the weights 8, 4, 2 and 1, respectively.
these number.
The positions of the code table are in one-to-one corre-
3.2.2 $-bit byte
spondence with the bit combinations. The notation of a code
table position, of the form xx/yy, is the same as that of the cor-
The bits of an 8-bit byte are identified by bs, bT, be, bg, bq, b3,
responding bit combination.
b2 and b,, where bs is the highest-order, or most-significant bit
and b, is the lowest-order, or least-significant bit.
4 Encoding principles
The bit combinations are identified by notations of the form
xx&y, where xx and yy are numbers in the range 00 to 15. The
This part of IS0 9282 deals with the encoding principles of
correspondence between the notations of the form xx/yy and
the bit combinations consisting of the bits b8 to b,, is as
the opcodes of the primitives;
follows :
the operands of the primitives.
- xx is the number represented by bs, bT, b6 and b5
where these bits are given the weights 8,4,2 and 1, respect-
All such encoding is defined in terms of a 7-bit byte. When
ively.
used in an 8-bit environment, bit b, of each byte shall be zero
(except within the “string” format).
- yy is the number represented by bq, b3, b2 and bI
where these bits are given the weights 8,4, 2 and 1, respect-
Each primitive is coded according to the following rules:
ively.
a primitive is composed of one opcode and zero or
more operands as required;
3.2.3 Byte interpretation
the opcodes are encoded in column 2 or 3 of the Code
Bits within a byte may be interpreted to represent numbers in
Table (table I);
binary notation by attributing the following weights to the
individual bits :
operands are encoded in columns 4 to 7. (However, the
coded representation of a “string” operand may include bit
combinations from other columns of the Code Table - see
Bits of a 7-bit byte - b, b, b, b, b, b, b,
the description of string format in 6.2.3.)
Bits of an 8-bit byte b, b, b, b, b, b, b, b,
Weight 128 64 32 16 8 4 2 1
5 Encoding principles for opcodes
Using these weights, the bit-combinations of the 7-bit byte
5.1 General
represent numbers in the range 0 to 127. The bit-combinations
of the 8-bit byte represent numbers in the range 0 to 255.
One of two encoding techniques may be used in the organ-
ization of opcodes for the definition of a code table:
3.3 Layout of the code table
if the number of opcodes required in a particular
standard built upon these coding principles is less than or
3.3.1 7-bit representation
equal to 32, compact structure may be used as described
in 5.2;
In a 7-bit representation, a code table consists of 128 positions

arranged in 8 columns and 16 rows. The columns are numbered if a greater number of opcodes is required then an

extensible structure may be used as described in 5.3.
0 to 7 and the rows 0 to 15.
This permits the definition of more efficient code tables when
The code table positions are identified by notations of the form

x/y, where x is the column number and y is the row number. the number of opcodes is small as well as allowing the develop-

ment of standards which require an unlimited number of
The positions of the code table are in one-to-one correspon- opcodes.
dence with the bit combinations. The notation of a code table

position, of the form x/y, is the same as that of the corre- The identification of either opcode structure is achieved

through the identification mechanism defined in IS0 9281.
sponding bit combination.
---------------------- Page: 8 ----------------------
IS0 9282-l : 1988 (E)
Table 1 - Code table as used for picture coding
Reserved
for
control
Operands
functions Opcodes
D-0
---------------------- Page: 9 ----------------------
IS0 9282-l :1988 (E)
For single-byte opcodes, the opcode length indicator, bit bg, is
5.2 Compact opcode encoding
ZERO (opcodes of column 21, bits b4 to bI are used to encode
In the case where 32 or less opcodes are needed the encoding the opcode.
of opcodes is simply accomplished by assigning a code table
position to each of the opcodes from the 32 code table pos-
For double byte opcodes the opcode length indicator, bit b,, of
itions in columns 2 and 3 of the code table. The general struc-
the first byte is ONE. Bits b, to bI of the first byte and bits b, to
ture of an opcode of this type is shown in figure 1 below.
b, of the second byte are used to encode the opcode.
5.3 Extensible opcode encoding
The bit representation 3/15, EXTEND OPCODE SPACE, (EOS),
is used in a different sense (see 5.3.2).
In the case where an unlimited number of opcodes may be
needed the encoding of opcodes requires that the opcodes be
This encoding technique can thus provide a basic opcode set of
divided into
496 opcodes, being
a basic opcode set and,
- 16 single-byte opcodes (code table column 2);
an extension opcode set.
- (15 x 32) = 480 double-byte opcodes (first byte from
The description of the encoding technique for the basic opcode
code table column 3 (except 3/15, second byte from either
set is given in 5.3.1. The description of the extension
column 2 or column 3).
mechanism is given in 5.3.2.
5.3.2 Extension mechanism
53.1 Encoding technique of the basic opcode set
The basic opcode set can be extended by means of the
The basic opcode set consists of single-byte and double-byte

opcodes. The general structure of such opcodes is shown in EXTEND OPCODE SPACE (EOS, 3/15) to provide an unlimited

number of extension opcode sets.
figure 2.
b- b b b b b b
8 7 6 5 4 3 2 1
Opcode flag 1 - Opcode
Figure 1
- Compact opcode encoding structure
b b b b b b b
8 *b 7 6 5 4 3 2 1
1st byte
1 I
- Opcode
Opcode flag 2
L Opcode length indicator
2nd byte (used in double-byte
opcodes only)
. Opcode
Opcode flag
Figure 2 - Opcode encoding structure
---------------------- Page: 10 ----------------------
IS0 9282-l : 1988 (El

The N-th extension opcode set consists of opcodes of the basic The general format of an operand byte is given in figure 3:

opcode set, prefixed N times with the EOS byte. The three
possible formats of an opcode from an N-th expansion opcode
b b b
set are
8 7 6 b5 b4 b3 b2 bl
Basic opcode set codes
Opcode format Extension code
1 . . . <2/x>
I I I
I (
rt times
Operand flag 1
- Operand
. . . <3/y> <2/z>
Figure 3 -
Operand encoding structure
n times
6.2 Format definitions
. . . <3/y> <3/z>
Operands may be encoded using three formats:
rt times
- basic format;
EOS = 3115 - bitstream format;
string format.
X = 0, 1, . . . . . . . ..I 15
In addition the encoding of operands may be controlled by a
= 0, 1, . . . . . . . . . , 14
state variable. Such a state variable is set to a value by an appli-

Z = 0, 1, . . . . . . . . . ‘ 15 cation at the time a coding/decoding process is initialized.

Depending on the functional standard under which the
n = 0, 1, . . . . . . . . ., . . .
encoding principles defined in this part of IS0 9282 are used,
such a state variable may remain fixed, or may be dynamically
where
modified by a function specified in the functional standard.
n = 0 results the basic opcode set
The list of state variables used in this part of IS0 9282 is given
in annex A.
n = 1 results the 1st extension opcode set
This part of IS0 9282 only refers to the value of state variables
n = N results the N-th extension opcode set
and does not deal with the definition of functions allowing to
modify them.
The number of opcodes supplied by this encoding technique
(basic opcode set plus extension opcode sets) is
6.2.1 Basic format
- 16 single-byte opcodes from the opcode set
An operand in basic format is represented as a sequence of one
(opcode format 1, n = 0)
or more bytes; the structure is shown in figure 4:
- 480 double-byte opcodes from the basic opcode set
(opcode format 2 and 3, n = 0)
b b b b b b b b
8 7 6 5 4 3 2 1
16 double-byte opcodes from the 1st extension opcode
set (opcode format 1, n = 1)
- 480 N-byte opcodes from extension opcode set N- 2
(opcode format 2 and 3, n = N- 2)
16 N-byte opcodes from extension opcode set N- 1
(opcode format 1, n = N- 1)
- Databits
I I ’ ’
Extension flag
6 Encoding principles for operands
8 Operand flag
Figure 4 - Basic format structure
6.1 General
For single-byte operands, the extension flag, bit be, is ZERO. In
The operand part of a primitive may contain any number of

operands, including zero. Each such operand may consist of multiple-byte operands, the extension flag is ONE in all bytes

except the last byte, where it is ZERO.
one or more bytes.
---------------------- Page: 11 ----------------------
IsO9282-1:1988 E)

6.2.2 Bitstream format The end of a bitstream format operand cannot be derived from

the bitstream format itself (the format is not self-delimiting).
An operand in bitstream format is represented as a sequence of

one or more bytes; the structure is shown in figure 5: The end of a bitstream format operand is delimited by

the next opcode;
b b b b b b . b b
8 7 6 5 4 3 2 1
an value, which identifies the end of
data being encoded in the bitstream format operand;
the value of a state variable which defines the length of
I Databits
the operand which is encoded in the bitstream format.
Operand flag
When the data, which are to be coded in the bitstream format,
do not match a whole number of bytes, the remaining bits of
Figure 5 - Bitstream format structure
the most significant byte shall all be put as ZERO’s.
6.2.3 String format
Data in bitstream format are packed in consecutive databits
within an operand byte starting from the higher numbered bits

to the lower numbered bits of the first byte for the most signifi- An operand in string format is encoded as a sequence of bytes;

cant part of the bitstream data. the structure is shown in figures 6 and 7.
b b b b b b b
8 7 6 5 4 3 1
1st byte
(ES0 (l/11)
SOS
2nd byte (5/8)
C C C C 3rd byte
C C
4th byte
b-z - 1 )th byte
(ESC) (l/11)
> ST
n-th byte
(5/12)
String format structure in a T-bit environment
Figure 6 -
(Databits are marked C)
---------------------- Page: 12 ----------------------
IS0 9282-l : 1988 (E)
The encoding of a string is the only exception of the general
The start of a character string is indicated by the delimiter
coding rules indicated in 6.1.
START OF STRING (SOS). This delimiter is represented by
the control sequence ESC 518 in a 7-bit environment,
(ESC = 1 Ill), or by 09108 in an 8-bit environment.
6.3 General datatypes
The end of a character string is indicated by the delimiter
STRING TERMINATOR (ST). This delimiter is represented by
This clause describes the encoding of several general datatypes
the escape sequence ESC 5112 in a 7-bit environment,
using the formats defined in 6.2.
1 Ill 1, or by 09112 in an 8-bit environment.
(ESC =
In a 7-bit environment (figure 6), bit combinations from col-
These general datatypes may be used in standards on picture
umns 0 to 7 of the code table are allowed as databytes, i.e. 3rd
representation. If a specific standard uses a general datatype,
byte to (n -2)th byte. International Standards using string
the encoding of that datatype in that standard must be identical
format operands may restrict the use of bit combinations from
to the encoding of the general datatype as described in this
columns 0 to 1 of the code table.
clause.
In an 8-bit environment (figure 7), bit combinations from col-
umns 00 to 15 of the code table are allowed as databytes, i.e.
6.3.1 Unsigned integers
2nd byte to (n - 1 )th byte. International Standards using string
format operands may restrict the use of bit combinations from
columns 00 to 01 and columns 08 to 09 of the code table.
Unsigned integers are encoded using either the basic format or
the bitstream format, depending on the functional standard
In a 7-bit environment, the number of bytes needed to encode a
using the encoding principles of this standard.
string operand is equal to the number of characters of the string
plus four (for SOS and ST, coded ESC, 518 and ESC, 5112).
Each unsigned integer is represented as a sequence of one or
more bytes. Databits are packed into consecutive bytes starting
In an 8-bit environment, the number of bytes needed to encode
from the highest to the lowest numbered bits of the first byte
a string operand is equal to the number of characters of the
for the most significant part of the operand.
string plus two (for SOS and ST, coded 09108 and 09112).
b b b b b
b b b
5 4 3 2
8 7 . 6
? 7
1 0
-0 1 1
0 0 0 1st byte
(SOS) W/08)
C C 2nd byte
C C C C
6: C
A I
C 3rd byte
C C C
C C C
I I
0 0 1 1
1 0 0 n-th byte (ST)
(09/12)
, +
Figure 7 - String format structure in an 8-bit environment
(Databits are marked C)
---------------------- Page: 13 ----------------------
Is0 9282-l : 1988 E)
6.3.2 Signed integers
6.3.1.1 Unsigned integers in the basic format
Examples of the encoding of unsigned integers in the basic for-
Signed integers are represented using either modulus-and-sign
mat are shown in figures 8 and 9.
notation or two’s complement notation. In both cases they may
be encoded using either the basic format or the bitstream
6.3.1.2 Unsigned integers in the bitstream format
format.
The number of bytes to be used by the operand is determined
Signed integers are represented as a sequence of one or more
by the UNSIGNED INTEGER LENGTH state variable.
bytes. Databits are packed into consecutive bytes starting from
the higher numbered bits to the lower numbered bits of the first
Examples of the encoding of unsigned integers in the bitstream

format are shown in figures 10 and 11. byte for the most significant part of the operand.

b b b b b
b b b
5 4 3 2 1
8 I 6
Operand value: 31
Figure 8 - Unsigned integer encoding
b b b b b b b
8 I 6 5 4 3 2 1
1 1 0 0 0 1 0 1st byte
1 1 0 0 0 0 0 2nd byte
1 0 1 1 1 1 1 3rd byte
Operand value : 2 079
Figure 9 - Unsigned integer encoding (more than one byte)
b b b
b b b b b
3 2 1
8 I 6 5 4
953
Operand value
UNSIGNED INTEGER LENGTH: 1
Figure 10 - Unsigned integer encoding on the bitstream format (one byte)
---------------------- Page: 14 ----------------------
IS0 9282-1 : 1988 E)
b b b b b b b
8 I 6 5 4 3 2 1
9 .
- 1 0 0 0 0 0 0 1st byte
r .
- 1 0 1 1 1 1 1 2nd byte
/ A
Operand value : 31
UNSIGNED INTEGER LENGTH: 2
b b b b b b b b
8 I 6 5 4 3 2 1
1 1 0 0 0 0 0 1st byte
v 4
0 1 1 1 1 1 2nd byte
Operand value : 2 079
UNSIGNED INTEGER LENGTH: 2
Figure 11 - Unsigned integer encoding in the bitstream format
(more than one byte)
---------------------- Page: 15 ----------------------
Is0 9282-l : 1988 (El
6.3.2.1 Signed integers in modulus-and-sign notation using
PLUS ZERO is considered to be non-negative.
the basic format
The encoding of MINUS ZERO is restricted for specific en-
The range of signed integers is subdivided into a non-negative
coding purposes. Signed integers are not permitted to have this
range and a negative range, using bit b5 of the first byte as a value.
sign bit i.e. :
Bits b4 to bI of the first byte and bits b5 to b, of the following
bytes are used to encode the modulus of the signed integer.
if bit b5 is set to ZERO, the integer is non-negative;
if bit b, is set to ONE, the integer is negative.
Figure 12 contains examples of the encoding of signed integers.
b b b b b b b
8 7 .b 6 5 4 3 2 1
1 0
1 0 0 1 0
Operand value : -2
b b b b b b b b
8 7 6 5 4 3 2
- 1 1 1
1 0 0 0 1st byte
1 0 0 0 0 0 0 2nd byte
Operand value : - 256
Figure 12
- Signed integers in modulus-and-sign notation using the basic format
---------------------- Page: 16 ----------------------
IS0 9282-l : 1988 (El
Negative numbers are represented in two’s complement
6.3.2.2 Signed integers in the two’s complement notation
notation.
using the basic format
PLUS ZERO is considered to be non-negative.
The range of signed integers is subdivided into a non-negative
range and a negative range, using bit b5 of the first byte as a
The encoding of MINUS ZERO is restricted for specific en-
sign bit i.e. :
coding purposes. Signed integers are not permitted to have this
value.
if bit b, is set to ZERO, the integer is non-negative;
Figure 13 contains examples of the encoding of signed integers
in two’s complement notation using the basic format.
if bit b5 is set to ONE, the integer is negative.
b b b b b b b
8 7 6 5 4 3 2
Operand value : +7
b b b b b b b b
8 7 6 5 4 3 2 1
1 1 1 1 1 1 0 1st byte
- 1 0 0 0 1 0 1 2nd byte
Operand value : - 59

Figure 13 - Signed integer encoding in two’s complement notation using the basic format

---------------------- Page: 17 ----------------------
Is0 9282-l : 1988 E)
PLUS ZERO is considered to be non-negative.
6.3.2.3 Signed integers in modulus-and-sign notation using
the bitstream format
The encoding of MINUS ZERO is restricted for specific en-
The number of bytes to be used by the operand is determined
coding purposes. Signed integers are not permitted to have this
by the SIGNED INTEGER LENGTH state variable.
value.
The range of signed integers is subdivided into a non-negative
and a negative range, using bit b6 of the first byte as a sign
Bits b5 to bI of the first byte and bits b6 to bI of the following
bit, i.e. :
bytes are used to encode the modulus of the signed integer.
if bit b6 is set to ZERO, the integer is non-negative;
Figure 14 contains examples of the encoding of signed integers

if bit b6 is set to ONE, the integer is negative. in modulus-and-sign notation using the bitstream format.

b b b b b b b b
8 7 6 5 4 3 2 1
Operand value: + 7
SIGNED INTEGER LENGTH = 1
b b b b b b b b
7 5 4 3 2 1
8 6
1 1 0 0 0 0 0 1st byte
1 1 1 1 0 1 1 2nd byte
4 .
Operand value : - 59
SIGNED INTEGER LENGTH = 2

Figure 14 - Signed integers encoding in modulus-and-sign notation using the bitstream format

---------------------- Page: 18 ----------------------
isogm-1 :1988 E)
Whether or not the exponent part is explicitly coded as a part of
6.3.2.4 Signed integers in the two’s complement notation
the real format depends on
using the bitstream format

The number of bytes to be used by the operand is determined - the current value of the state variable REAL EXPLICIT

EXPONENT;
by the SlGNED INTEGER LENGTH state variable.

The range of signed integers is subdivided into a non-negative the value of the EXPONENT FOLLOWS flag in the

and a negative range, using bit be of the first byte as a sign mantissa part of a real.

bit, i.e. :
If the current REAL EXPLICIT EXPONENT value is ALLOWED,
if bit b6 is set to ZERO, the int
...

ISO
NORME INTERNATIONALE
9282-l
Première édition
1988-12-15
INTERNATIONAL ORGANIZATION FOR STANDARDIZATION
ORGANISATION INTERNATIONALE DE NORMALISATION
. MEXflYHAPOAHAfi OPrAHM3A~MR Il0 CTAHflAPTl43A~MM
Traitement de l’information - Représentation codée
de l’image -
Partie 1 :
Principes de codage pour la représentation d’image dans un
environnement codé à 7 ou à 8 éléments
Information processing - Coded representation of pictures -

Fart I : Encoding principles for picture representation in a 7-bit or 8-bit environment

Numéro de référence
---------------------- Page: 1 ----------------------
ISO9282-1 :1988(F)
Sommaire
Page
Avant-propos ..........................................................
Introduction ............................................................
................................................
1 Domaine d’application
2 Références normatives. ...............................................
................................................
3 Définitions et notation
......................................................
3.1 Définitions
3.2 Notation ........................................................
...............................
3.2.1 Combinaison binaire à 7 éléments
3.2.2 Combinaison binaire à 8 éléments ...............................
.........................
3.2.3 Interprétation des combinaisons binaires
.....................................
3.3 Disposition du tableau de code
...................................
3.3.1 Représentation à 7 éléments.
....................................
3.3.2 Représentation à 8 éléments
..................................................
4 Principesdecodage
...............................
5 Principes de codage des codes opératoires
5.1 Généralités.. ....................................................
..............................
5.2 Codage compact des codes opératoires
............................
5.3 Codage extensible des codes opératoires.
5.3.1 Technique de codage du jeu de base .............................
........................................
5.3.2 Mécanisme d’extension
..................................... 5
6 Principes de codage des opérandes
6.1 Généralités ......................................................
............................................ 5
6.2 Définition des formats.
............................................... 5
6.2.1 Format de base
............................................ 6
6.2.2 Format flot binaire
6.2.3 Format chaîne de caractères. ...................................
.......................................
6.3 Types de données généraux.
6.3.1 Entiers non signés ............................................
6.3.1.1 Entiersnonsignésdansleformatdebase.. .....................
....................
6.3.1.2 Entiers non signés dans le format flot binaire
................................................ 8
6.3.2 Entiers signés
6.3.2.1 Entiers signés en notation module et signe, codés en format
debase ....................................................
6.3.2.2 Entiers signés en notation complément à deux, codés en format
debase ....................................................
6.3.2.3 Entiers signés en notation module et signe, codés en format
flot binaire .................................................
0 Organisation internationale de normalisation, 1988 @
Version francaise tirée en 1989
Imwimé en Suisse
---------------------- Page: 2 ----------------------
ISO9282-1:1988 0
6.3.2.4 Entiers signés en notation complément à deux, codés en format

flotbinaire . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

............................................... 13
Nombres réels.
6.3.3
.......................... 14
6.3.3.1 Nombres réels dans le format de base
....................... 17
6.3.3.2 Nombres réels dans le format flot binaire.
............................... 20
6.3.4 Coordonnées (bi-dimensionnelles)
........................ 20
6.3.4.1 Coordonnées définies en nombres réels
............ 20
6.3.4.2 Coordonnées définies en paires de valeurs entrelacées
.............................. 20
6.3.5 Coordonnées (tri-dimensionnelles)
........................ 20
6.3.5.1 Coordonnées définies en nombres réels
........... 21
6.3.5.2 Coordonnées définies en triplets de valeurs entrelacées
........................... 21
6.3.6 Liste des points en mode déplacement
7 Conformité.......................................................... 22

Liste et définition des variables d’état . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

Annexe A :
---------------------- Page: 3 ----------------------
ISO 9282-l : 1988 (FI
Avant-propos
L’ISO (Organisation internationale de normalisation) est une fédération mondiale

d’organismes nationaux de normalisation (comités membres de I’ISO). L’élaboration

des Normes internationales est en général confiée aux comités techniques de I’ISO.

Chaque comité membre intéressé par une étude a le droit de faire partie du comité

technique créé à cet effet. Les organisations internationales, gouvernementales et non

gouvernementales, en liaison avec I’ISO participent également aux travaux. L’ISO col-

labore étroitement avec la Commission électrotechnique internationale (CEI) en ce qui

concerne la normalisation électrotechnique.

Les projets de Normes internationales adoptés par les comités techniques sont soumis

aux comités membres pour approbation, avant leur acceptation comme Normes inter-

nationales par le Conseil de I’ISO. Les Normes internationales sont approuvées confor-

mément aux procédures de I’ISO qui requièrent l’approbation de 75 % au moins des
comités membres votants.

La Norme internationale ISO 9282-l a été élaborée par le comité technique ISO/TC 97,

Systèmes de traitement de l’in formation.

L’ISO 9282 comprend la partie suivante, présentée sous le titre général Traitement de

l’information - Représentation codée de l’image :
- Partie 7 : Principes de codage pour la représentation d’image dans un environ-
nement codé à 7 ou à 8 éléments.
L’annexe A fait partie intégrante de la présente partie de I’ISO 9282.
---------------------- Page: 4 ----------------------
ISO 9282-l : 1988 (FI
Introduction
La présente Norme internationale fournit des méthodes normalisées pour le codage

d’image afin d’apporter une assistance dans la préparation de systèmes de codage et

d’empêcher une prolifération de différentes techniques de codage, sans rapport les

unes avec les autres.

La présente partie de I’ISO 9282 fournit un schéma de codage d’image qui peut être

généré par une majorité d’applications en infographie; fondée sur une structure de

codage à 7 éléments, elle peut être utilisée dans un environnement de codage à 7 ou à 8

éléments.
---------------------- Page: 5 ----------------------
Page blanche
---------------------- Page: 6 ----------------------
NORME INTERNATIONALE ISO9282-1 : 1988 0
- Représentation codée
Traitement de l’information
I -
de l’image
Partie 1 :
Principes de codage pour la représentation d’image dans un
environnement codé à 7 ou à 8 éléments
1 Domaine d’application 3 Définitions et notation
La présente partie de I’ISO 9282 définit :
3.1 Définitions
- les principes de codage à utiliser pour l’échange d’ima-
Dans le cadre de la présente partie de I’ISO 9282, les définitions
ges graphiques dans un environnement de codage à 7 ou à 8
suivantes s’sappliquent :
éléments;
- les structures de données à utiliser pour représenter les
3.1.1 combinaison binaire; multiplet : Ensemble ordonné
primitives de description d’une image;
d’éléments binaires (Bits) qui représente un code opératoire, un
opérande ou est utilisé comme partie de la représentation d’un
- les types généraux de données qui peuvent être utilisés
code opératoire ou d’un opérande.
comme opérandes dans une primitive.
La présente partie de I’ISO 9282 ne traite pas de la représenta-
3.1.2 code : Ensemble de règles non ambiguës qui établis-
tion sémantique des images. Celle-ci est définie dans les Nor-
sent une correspondance biunivoque entre chaque code opéra-
mes internationales appropriées.
toire ou opérande de l’ensemble et leur représentation codée
par une ou plusieurs combinaisons binaires dans cet ensemble.
La présente partie de I’ISO 9282 s’applique aux flots de données
contenant des données structurées suivant les méthodes de
codage définies dans I’ISO 9281.
3.1.3 tableau de code : Tableau montrant l’allocation des
codes opératoires, et des opérandes aux combinaisons binaires
d’un code.
2 Références normatives
Les normes suivantes contiennent des dispositions qui, par
3.1.4 code opératoire : Représentation codée d’une ou de
suite de la référence qui en est faite, constituent des disposi-
plusieurs combinaisons binaires qui identifie une fonction
tions valables pour la présente partie de 1’60 9282. Au moment
nécessaire pour une norme relative à l’image.
de la publication, les éditions indiquées étaient en vigueur.
Toute norme est sujette à revision et les parties prenantes des
Un code opératoire peut être suivi de zéro opérande ou plus.
accords fondés sur cette partie de I’ISO 9282 sont invitées à
rechercher la possibilité d’appliquer les éditions les plus récen-
3.1.5 tableau des codes opératoires : Tableau montrant
tes des normes indiquées ci-après. Les membres de la CEI et de
les fonctions allouées à chacune des combinaisons binaires
I’ISO possédent le registre des Normes internationales en
réservées aux codes opératoires.
vigueur à un moment donné.
ISO 646 : 1983, Traitement de Yinformation - Jeu /SO de
Représentation codée d’une ou de plu-
3.1.6 opérande :
caractères à 7 éléments pour l’échange d!information.
sieurs combinaisons binaires utilisée pour spécifier les paramè-
tres nécessaires à un code opératoire.
ISO 2022 : 1986, Traitement de I?nformation - Jeux /SO de
caractères codés à 7 et à 8 éléments - Techniques d’extension
de code.
3.2 Notation
I SO 6429 : 1983, Traitement de I?nformation - Jeux /SO de
3.2.1 Combinaison binaire à 7 éléments
caractères codés à 7 et à 8 éléments - Fonctions de com-
mande supplémentaires pour les dispositifs de visualisation de
Les éléments des combinaisons binaires du code à 7 éléments
carat tères.
sont désignés par b7, bg, bg, bq, bs, b2 et b,; b7 étant l’élément

- 1 1, Traitement de IYn forma tion - lden tifica tion de poids le plus fort ou le plus significatif, et bI étant l’élément

ISO 9281 :
de méthodes de codage d’image. de poids le plus faible ou le moins significatif.
1) À publier.
---------------------- Page: 7 ----------------------
ISO 9282-l : 1988 (FI

Les combinaisons binaires sont identifiées par une notation de 3.3.2 Représentation à 8 éléments

la forme xly, dans laquelle x est un nombre allant de 0 à 7 et y
Dans une représentation à 8 éléments, un tableau de code com-
un nombre de 0 à 15 qui représentent, respectivement, le
prend 256 positions disposées en 16 colonnes et 16 rangées.
numéro de colonne et le numéro de ligne d’un tableau de code.
Les colonnes et rangées sont numérotées de 00 à 15.
La correspondance entre la notation de la forme xly et les com-
Les positions du tableau de code sont identifiées par une nota-
binaisons binaires comprenant les éléments b7 à b,, s’établit de
tion de la forme xxlyy, où xx est le numéro de colonne et yy le
la facon suivante :
numéro de rangée.
est le nombre représenté par b7,
X ces élé-
et b5,
Les positions du tableau de code correspondent de facon biuni-
ments recevant respectivement les poids 2 et 1.
voque aux combinaisons binaires du code. La notation d’une
est le nombre représenté ces élé-
par b4, b2, b3 et bl,
- Y position du tableau de code, de la forme xxlyy, est identique à
ments recevant respectivement les poids 8, 4, 2 et 1.
celle de la combinaison binaire correspondante.
3.2.2 Combinaison binaire à 8 éléments
4 Principes de codage
Les éléments des combinaisons binaires du code à 8 éléments
La présente partie de I’ISO 9282 traite des principes de codage
sont désignés par b b b b b b b et b,, b8 étant l’éle-
8’ 71 6’ 5’ 4’ 31 2
pour
ment de poids le plus fort ou le plus significatif, et b, étant I’élé-
ment de poids le plus faible ou le moins significatif.
les codes opératoires des primitives;
Les combinaisons binaires sont identifiées par une notation de -
les opérandes des primitives.
la forme xx/yy, dans laquelle xx et yy sont des nombres allant

de 00 à 15. La correspondance entre la notation de la forme Tout le codage est défini en termes de combinaisons binaires à

xx/yy et les combinaisons binaires comprenant les éléments b8 7 éléments. Pour une utilisation dans un environnement de

à b, s’établit de la facon suivante : codage à 8 éléments, l’élément bs de chaque combinaison

binaire doit être égal à zéro (à l’exception du format ((chaîne de
xx est le nombre représenté et b,, ces élé-
Par ’ b8, b7, b6
caractéres))).
ments recevant respectivement les poids 8, 4 ‘, 2 et 1.
Chaque primitive est codée suivant les règles ci-dessous :
yy est le nombre représenté par b4, b3, b2 et bI, ces élé-
les poids 8, 4, 2 et 1. -
ments recevant respectivement
une primitive est composée d’un code opéra toire suivi
de zéro opérande, ou plus, suivant le cas;
3.2.3 Interprétation des combinaisons binaires
- les codes opératoires sont codés dans les colonnes 2
et 3 du tableau de code (tableau 1);
Les éléments d’une combinaison binaire peuvent être interpré-
tés comme des nombres en notation binaire obtenus en attri-
- les opérandes sont codes dans les colonnes 4 à 7.
buant les poids suivants à chacun des éléments :
(Cependant, la représentation codée de l’opérande ((chaîne
de caractères)) peut contenir des combinaisons binaires
appartenant aux autres colonnes du tableau de code - voir
Bits d’un code à 7 éléments
I -
la description du format chaîne de caractères en 6.2.3.)
Bits d’un code à 8 éléments
I b2
Poids 11281 64 132 Il6 1 8 1 4 ( 2 / 11
5 Principes de codage des codes opératoires
En utilisant ces poids, les combinaisons binaires à 7 éléments 5.1 Généralités
représentent des nombres variant de 0 à 127. Les combinaisons
L’organ isation des codes opératoires dans la définition d ‘un
à 8 élements représentent des nombres variant de 0 à 255.
tableau de code peut être faite de deux façons différentes
3.3 Disposition du tableau de code
si le nombre de codes opératoires nécessaires à une
norme particulière, construite suivant les principes de ce
3.3.1 Représentation à 7 Mments
codage, est inférieur ou égal à 32, une structure compacte
peut être utilisée, elle est décrite en 5.2;
Dans une représentation à 7 éléments, un tableau de code com-

prend 128 positions disposées en 8 colonnes et 16 rangées. Les si le nombre de codess opératoires nécessaires est plus

colonnes sont numérotées 0 à 7 et les rangées 0 à 15. grand, une structure de codage extensible peut être utilisée,

elle est décrite en 5.3.
Les positions du tableau de code sont identifiées par une nota-

tion de la forme xly, où x est le numéro de colonne et y le Ceci permet de définir des tableaux de code de facon plus effi-

numéro de rangée. cace, que le nombre de codes opératoires soit faible ou qu’un
nombre illimité de codes opératoires soit nécessaire pour le
Les positions du tableau de code correspondent de facon biuni-
développement d’une norme.
voque aux combinaisons binaires du code. La notation d’une

position du tableau de code, de la forme xly, est identique à Le mécanisme d’identification défini dans I’ISO 9281 permet de

celle de la combinaison binaire correspondante. reconnaître l’une ou l’autre de ces structures.

---------------------- Page: 8 ----------------------
Iso 9282-1 : 1988 (FI
Tableau 1 - Tableau de code utilisé pour le codage d’image
1 1 II
0 0 I 1 1
0 II 0
4 5 6 7
Opérandes
Réservé Codes
opératoires
pour les
fonctions
de contrôle
---------------------- Page: 9 ----------------------
IsO9282-1 : 1988 (FI
ZÉRO (codes opératoires de la colonne 21, les éléments b4 à b,
5.2 Codage compact des codes opératoires
sont utilisés pour coder le code opératoire.
Dans le cas où le nombre des codes opératoires nécessaires est
inférieur ou égal à 32, le codage des codes opératoires se fait
Pour les codes opératoires à deux combinaisons binaires, I’élé-
simplement en affectant l’une des 32 positions des colonnes 2
ment b, de la première combinaison binaire vaut UN. Les élé-
et 3 du taleau de code à chacun des codes opératoires. La
ments b4 à b, de la première combinaison binaire ainsi que les
figure 1 ci-dessous montre la structure générale de ce type de
éléments b5 à b, de la deuxième combinaison binaire sont utili-
code opératoire.
sés pour le code opératoire.
L’élément représenté par 3/15, CODE D’EXTENSION D’ES-
5.3 Codage extensible des codes opératoires
PACE, (EOS), est utilisé dans un sens différent (voir 5.3.2).
Dans le cas où un nombre illimité de codes opératoires peut
être nécessaire, le codage des codes opératoires exige que les
Cette technique de codage fournit ainsi un jeu de codes opéra-

codes opératoires soient divisés en toires de base de 496 codes qui consistent en

un jeu de codes opératoires de base; et
16 codes opératoires à une seule combinaison binaire
(colonne 2 du tableau de code);
un jeu de codes opératoires étendu.
Le 5.3.1 ci-dessous décrit la technique de codage du jeu de
- (15x32) = 480 codes opératoires à deux combinaisons
base et le 5.3.2 celle du mécanisme d’extension.
binaires (la première combinaison appartient à la colonne 3
(a l’exception du code 3/15, la seconde combinaison appar-
tient soit à la colonne 2, soit à la colonne 3).
5.3.1 Technique de codage du jeu de base
Le jeu de base comprend les codes opératoires à une seule ou à
5.3.2 Mécanisme d’extension
deux combinaisons binaires. La figure 2 montre la structure
générale de tels codes opératoires.
Le jeu de codes opératoires de base peut être étendu en utili-
sant le CODE D’EXTENSION D’ESPACE (EOS, 3/15) qui per-
Pour les codes opératoires à une seule combinaison binaire,
met d’étendre à l’infini le nombre de jeux de codes d’extension.
l’élément bs, indicateur de longueur du code opératoire, vaut
b b b b b b
b b
7 6 5 4 3 2 1
Indicateur de code opératoire A Code opératoire
Figure 1 - Structure de codage compact des codes opératoires
b b b b b b
b b
8 7 6 5 4 3 2 1
1 ère combinaison binaire
0 1
1 I I
Code opératoire
Indicateur de code opératoire
Indicateur de longueur du code opératoire
Zème combinaison binaire (utilisée seulement
pour les codes opératoires à deux
combinaisons binaires)
- Code opératoire
Indicateur de code opératoire 1
Figure 2 - Structure de codage des codes opératoires
---------------------- Page: 10 ----------------------
IsO 9282-l : 1988 (FI
Le format général d’une combinaison binaire représentant un
La N-iGm extension du code opératoire constituée des codes

opératoires du jeu de base précédée, Nfois, par la combinaison opérande est donné à la figure 3.

binaire EOS. Les trois formats possibles d’un code opératoire
b b
appartenant à la N-igm extension sont
7 6 b5 b4 b3 b2 bl
Format des codes Codes d’extension Codes du jeu
opératoires de base -
1 . . . <2/x> 1
I I I
Opérande
n fois
2 . . . <3/y> <2/2> I Indicateur de code opératoire
Figure 3 - Structure de codage des opérandes
n fois
3 . . . <3/y> x3/2>
6.2 Definition des formats
Trois formats permettent de définir le codage des opérandes :
n fois
- le format de base;
= 3115
EOS
- le format flot binaire;
X = 0, 1, . . . . . . . . . , 15
- le format chaîne de caractères.
= 0, 1, . . . . . . . . .‘ 14
Le codage des opérandes peut, en plus, être contrôlé par une
Z = 0, 1, . . . . . . . . . , 15
variable d’état. Cette variable d’état est mise à une valeur par
une application au moment où une opération de codageldéco-
= 0, 1, . . . . . . . . ., . . .
dage est initialisée. Suivant la norme fonctionnelle selon
laquelle les principes de codage définis dans la présente partie
de I’ISO 9292 sont utilisés, une telle variable d’état peut rester

= 0 désigne le jeu de codes opératoires de base fixe ou être modifiée dynamiquement par une fonction définie

dans la norme fonctionnelle.
n= 1 désigne la première extension du jeu de base
La liste des variables d’état utilisées dans la présente partie de
n = N désigne la N-iéme extension du jeu de base
I’ISO 9292 figure en annexe A.

Le nombre de codes opératoires ainsi fournis par cette techni- La présente partie de I’ISO 9292 fait référence uniquement aux

que de codage (jeu de base, plus jeu d’extension) est égal à : valeurs des variables d’état et ne traite pas de la définition des

fonctions qui permettent de les modifier.
- 16 codes opératoires à une seule combinaison binaire
dans le jeu de base (format 1 des codes opératoires,
6.2.1 Format de base
n = 0)
Un opérande dans le format de base est représenté par une
- 480 codes opératoires à deux combinaisons binaires
suite de une ou plusieurs combinaisons binaires, dont la struc-
dans le jeu de base (formats 2 et 3 des codes
ture est donnée à la figure 4.
opératoires, n = 0)
16 codes opératoires à deux combinaisons binaires
b b b b b
b b b
dans le jeu de la première extension (format 1 des 0 7 6
5 4 3 2 1
1 w
codes opératoires, n = 1) r
- 480 codes opératoires à N combinaisons binaires dans
le jeu d’extension N-2 (formats 2 et 3 des codes
opératoires, n = N- 2) I I I I
I I
16 codes opératoires à N combinaisons binaires dans
le jeu d’extension N- 1 (format 1 des codes opéra-
- Bits de données
toires, n = N-l)
Indicateur d’extension
6 Principes de codage des opérandes L
Indicateur d’opérande
Figure 4 - Structure du format de base
6.1 Ghéralités

La partie opérande d’une primitive peut contenir un nom- Pour les opérandes à une seule combinaison binaire, l’élément

bre quelconque d’opérandes, y compris zéro. Chaque opérande b6, indicateur d’extension, vaut ZÉRO. Pour les opérandes à

peut lui-même être compose de une ou plusieurs combinaisons plusieurs combinaisons binaires, l’indicateur d’extension vaut

binaires. UN, à l’exception de la dernière combinaison où il vaut ZÉRO.
---------------------- Page: 11 ----------------------
60 9282-l : 1988 (FI
La fin d’un format flot binaire ne peut pas être déduite du for-
6.2.2 Format flot binaire
mat flot binaire lui-même (le format n’est pas auto-délimiteur).
Dans ce format, un opérande est représenté par une séquence
de une ou plusieurs combinaisons binaires dont la structure est
La fin d’un format flot binaire est délimitée par
donnée à la figure 5.
- le code opératoire suivant;
b b
8 7 6 b5 b4 b3 b2 bl
une valeur qui identifie la fin des don-
nées codées dans ce format;
la valeur d’une variable d’état qui définit la longueur de
l’opérande codé dans ce format.
Bits de données
Lorsque les données à coder dans le format flot binaire ne
Indicateur d’opérande
recouvrent pas exactement un nombre entier de combinaisons
binaires, les bits restants de la combinaison binaire la plus signi-
Structure du format flot binaire
Figure 5 -
ficative sont tous mis à ZÉRO.

Les données du format flot binaire sont groupées en bits de 6.2.3 Format chaîne de caractères

données consécutifs dans un opérande, à partir des bits de
Dans le format chaîne de caractères, un opérande est codé
numéros les plus élevés jusqu’aux bits de numéros les plus bas

de la première combinaison binaire qui représente, elle-même, comme une suite de combinaisons binaires dont la structure est

la partie la plus significative des données en mode flot binaire. présentée dans les figures 6 et 7.

b b b b b b b
8 7 6
5 4 3 2 1
lère combinaison
binaire 1
- 0 0 1 1 0 1 1
(ESC) (I/II)
2ème combinaison
Gsos
1 0 1 1 0 0 0
binaire (5/8)
3éme combinaison binaire
4éme combinaison binaire
C C C C C C C
I I
(n - 1 pme
combinaison
binaire
(ESSC) (I/II)
n- iéme combinaison
1 0
1 1 1 0 0 binaire (5/12)
Figure 6 -
Format chaîne de caractères dans un environnement de codage à 7 éléments
(Les bits de données sont indiqués par le caractère CI
---------------------- Page: 12 ----------------------
ISO9282-1:1988(F)
Dans un environnement de codage à 8 éléments, le nombre de
Le début d’une chaîne de caractères est indiqué par le code
combinaisons binaires nécessaires pour coder un opérande
DÉBUT DE CHAîNE DE CARACTERES (SOS). Ce délimiteur
chaîne de caractères est égal au nombre de caractéres de la
est représenté par la séquence de contrôle ESC 5/8 dans un
chaîne augmenté de deux (pour SOS et ST, codés 09/08 et
environnement de codage à 7 éléments, (ESC = 1 /l 11, ou par
09/08 dans un environnement de codage à 8 éléments. 09/12).
La fin d’une chaîne de caractéres est indiquée par le code FIN
Le codage des chaînes de caractères est la seule exception aux

DE CHAINE DE CARACTÈRES (ST). Ce délimiteur est repré- régles générales de codage définies en 6.1.

senté par la séquence ESC 5/12 dans un environnement de
codage à 7 éléments, (ESC = l/l l), ou par 09/12 dans un envi-
6.3 Types de données généraux
ronnement de codage à 8 éléments.
Le présent chapitre décrit le codage de plusieurs types de don-
Dans un environnement de codage à 7 éléments (figure 61, les
nées généraux qui utilisent les formats définis en 6.2.
combinaisons binaires des colonnes 0 à 7 du tableau de code
sont autorisées pour représenter des bits de données : c’est-à-
Ces types de données généraux peuvent être utilisés par les
dire depuis la troisième jusqu’à la (n -2)-iéme combinaison
normes relatives à la représentation d’image. Si une norme spé-
binaire. Les Normes internationales qui utilisent le format
cifique utilise un type de données général, le codage de cette
d’opérande chaîné de caractéres peuvent apporter une restric-
donnée dans la norme considérée doit être rigoureusement
tion à l’utilisation des combinaisons binaires appartenant aux
identique au codage du type de donnée général tel qu’il est
colonnes 0 et 1 du tableau de code.
décrit dans le présent chapitre.
Dans un environnement de codage à 8 éléments binaires

(figure 7), les combinaisons binaires des colonnes 00 à 15 du 6.3.1 Entiers non signés

tableau de code sont autorisées pour représenter des bits de
Les entiers non signés sont codés en utilisant soit le format de
données, c’est-à-dire depuis la deuxième jusqu’à la (n - 1 )-ième.
base soit le format flot binaire, le choix dépendant de la norme
Les Normes internationales qui utilisent le format d’opérande
fonctionnelle qui utilise les principes de codage de la présente
chaîne de caractères peuvent apporter une restriction à I’utilisa-
Norme internationale.
tion des combinaisons binaires appartenant aux colonnes 00 et
01 ainsi que des colonnes 08 et 09 du tableau de code.
Un entier non signé est codé sur une séquence d’une ou de plu-
sieurs combinaisons binaires. Les bits de données sont groupés
Dans un environnement de codage à 7 éléments, le nombre de
en combinaisons binaires consécutives à partir des bits de
combinaisons binaires nécessaires pour coder un opérande
numéros les plus élevés jusqu’aux bits de numéros les plus bas
chaîne de caractères est égal au nombre de caractéres de la
binaire qui, elle-même, représente

chaîne augmenté de quatre (pour SOS, ST codés ESC, 5/8 et de la première combinaison

la partie la plus significative de l’opérande.
ESC, 5/12).
b b b b b b b b
8 7 6 5 4 3 2
l I
1 ère combinaison binaire (SOS) (09/08)
1 0 -0 1 1 0 0 0
. w
Zéme combinaison binaire
C C C C
C C C C
v 7
3éme combinaison binaire
C C
C C C C C C
I I
wième combinaison binaire (ST) (09/ 12)
1 0 0 1 1 1
0 0

Figure 7 - Structure.du format chaîne de caractères dans un environnement de codage à 8 éléments binaires

(Les bits de données sont indiqués par le caractère C)
---------------------- Page: 13 ----------------------
ISO9282-1:1988(F)
6.3.1. ‘l Entiers non signés dans le format de base 6.3.2 Entiers signés
Les figures 8 et 9 montrent des exemples de codage d’entiers
Les entiers signés sont représentés en utilisant soit la notation
non signés dans le format de base.
module et signe, soit la notation complément à deux. Dans les
deux cas, ils peuvent être codés en utilisant le format de base
ou le format flot binaire.
6.3.1.2 Entiers non signés dans le format flot binaire

Le nombre des combinaisons binaires à utiliser par l’opérande Les entiers signés sont représentés par une séquence d’une ou

de plusieurs combinaisons binaires. Les bits de données sont
est déterminé par la variable d’état LONGUEUR DES ENTIERS
NON SIGNÉS. groupés en combinaisons binaires consécutives à partir des bits
de numéros les plus élevés jusqu’aux bits de numéros les plus

Les figures 10 et 11 montrent des exemples de codage d’entiers bas de la première combinaison binaire qui, elle-même, repré-

sente la partie la plus significative de l’opérande.
non signés dans le format flot binaire.
b b b b b b b b
8 7 6
5 4 3 2 1
Valeur de l’opérande : 31
Figure 8 - Codage d’un entier non signé
b b b b b b b b
8 7 6 5 4 3 2 1
. 4
- 1 1 0 0 0 1 0 1 ére combinaison binaire
. .
1 1 0 0 0 0 0 2iéme combinaison binaire
- 1 0 1 1 1 1 1 3ième combinaison binaire
l 1
Valeur de l’opérande : 2079
Figure 9 - Codage d’un entier non signé (utilisant plus d’une comb
...

ISO
NORME INTERNATIONALE
9282-l
Première édition
1988-12-15
INTERNATIONAL ORGANIZATION FOR STANDARDIZATION
ORGANISATION INTERNATIONALE DE NORMALISATION
. MEXflYHAPOAHAfi OPrAHM3A~MR Il0 CTAHflAPTl43A~MM
Traitement de l’information - Représentation codée
de l’image -
Partie 1 :
Principes de codage pour la représentation d’image dans un
environnement codé à 7 ou à 8 éléments
Information processing - Coded representation of pictures -

Fart I : Encoding principles for picture representation in a 7-bit or 8-bit environment

Numéro de référence
---------------------- Page: 1 ----------------------
ISO9282-1 :1988(F)
Sommaire
Page
Avant-propos ..........................................................
Introduction ............................................................
................................................
1 Domaine d’application
2 Références normatives. ...............................................
................................................
3 Définitions et notation
......................................................
3.1 Définitions
3.2 Notation ........................................................
...............................
3.2.1 Combinaison binaire à 7 éléments
3.2.2 Combinaison binaire à 8 éléments ...............................
.........................
3.2.3 Interprétation des combinaisons binaires
.....................................
3.3 Disposition du tableau de code
...................................
3.3.1 Représentation à 7 éléments.
....................................
3.3.2 Représentation à 8 éléments
..................................................
4 Principesdecodage
...............................
5 Principes de codage des codes opératoires
5.1 Généralités.. ....................................................
..............................
5.2 Codage compact des codes opératoires
............................
5.3 Codage extensible des codes opératoires.
5.3.1 Technique de codage du jeu de base .............................
........................................
5.3.2 Mécanisme d’extension
..................................... 5
6 Principes de codage des opérandes
6.1 Généralités ......................................................
............................................ 5
6.2 Définition des formats.
............................................... 5
6.2.1 Format de base
............................................ 6
6.2.2 Format flot binaire
6.2.3 Format chaîne de caractères. ...................................
.......................................
6.3 Types de données généraux.
6.3.1 Entiers non signés ............................................
6.3.1.1 Entiersnonsignésdansleformatdebase.. .....................
....................
6.3.1.2 Entiers non signés dans le format flot binaire
................................................ 8
6.3.2 Entiers signés
6.3.2.1 Entiers signés en notation module et signe, codés en format
debase ....................................................
6.3.2.2 Entiers signés en notation complément à deux, codés en format
debase ....................................................
6.3.2.3 Entiers signés en notation module et signe, codés en format
flot binaire .................................................
0 Organisation internationale de normalisation, 1988 @
Version francaise tirée en 1989
Imwimé en Suisse
---------------------- Page: 2 ----------------------
ISO9282-1:1988 0
6.3.2.4 Entiers signés en notation complément à deux, codés en format

flotbinaire . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

............................................... 13
Nombres réels.
6.3.3
.......................... 14
6.3.3.1 Nombres réels dans le format de base
....................... 17
6.3.3.2 Nombres réels dans le format flot binaire.
............................... 20
6.3.4 Coordonnées (bi-dimensionnelles)
........................ 20
6.3.4.1 Coordonnées définies en nombres réels
............ 20
6.3.4.2 Coordonnées définies en paires de valeurs entrelacées
.............................. 20
6.3.5 Coordonnées (tri-dimensionnelles)
........................ 20
6.3.5.1 Coordonnées définies en nombres réels
........... 21
6.3.5.2 Coordonnées définies en triplets de valeurs entrelacées
........................... 21
6.3.6 Liste des points en mode déplacement
7 Conformité.......................................................... 22

Liste et définition des variables d’état . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

Annexe A :
---------------------- Page: 3 ----------------------
ISO 9282-l : 1988 (FI
Avant-propos
L’ISO (Organisation internationale de normalisation) est une fédération mondiale

d’organismes nationaux de normalisation (comités membres de I’ISO). L’élaboration

des Normes internationales est en général confiée aux comités techniques de I’ISO.

Chaque comité membre intéressé par une étude a le droit de faire partie du comité

technique créé à cet effet. Les organisations internationales, gouvernementales et non

gouvernementales, en liaison avec I’ISO participent également aux travaux. L’ISO col-

labore étroitement avec la Commission électrotechnique internationale (CEI) en ce qui

concerne la normalisation électrotechnique.

Les projets de Normes internationales adoptés par les comités techniques sont soumis

aux comités membres pour approbation, avant leur acceptation comme Normes inter-

nationales par le Conseil de I’ISO. Les Normes internationales sont approuvées confor-

mément aux procédures de I’ISO qui requièrent l’approbation de 75 % au moins des
comités membres votants.

La Norme internationale ISO 9282-l a été élaborée par le comité technique ISO/TC 97,

Systèmes de traitement de l’in formation.

L’ISO 9282 comprend la partie suivante, présentée sous le titre général Traitement de

l’information - Représentation codée de l’image :
- Partie 7 : Principes de codage pour la représentation d’image dans un environ-
nement codé à 7 ou à 8 éléments.
L’annexe A fait partie intégrante de la présente partie de I’ISO 9282.
---------------------- Page: 4 ----------------------
ISO 9282-l : 1988 (FI
Introduction
La présente Norme internationale fournit des méthodes normalisées pour le codage

d’image afin d’apporter une assistance dans la préparation de systèmes de codage et

d’empêcher une prolifération de différentes techniques de codage, sans rapport les

unes avec les autres.

La présente partie de I’ISO 9282 fournit un schéma de codage d’image qui peut être

généré par une majorité d’applications en infographie; fondée sur une structure de

codage à 7 éléments, elle peut être utilisée dans un environnement de codage à 7 ou à 8

éléments.
---------------------- Page: 5 ----------------------
Page blanche
---------------------- Page: 6 ----------------------
NORME INTERNATIONALE ISO9282-1 : 1988 0
- Représentation codée
Traitement de l’information
I -
de l’image
Partie 1 :
Principes de codage pour la représentation d’image dans un
environnement codé à 7 ou à 8 éléments
1 Domaine d’application 3 Définitions et notation
La présente partie de I’ISO 9282 définit :
3.1 Définitions
- les principes de codage à utiliser pour l’échange d’ima-
Dans le cadre de la présente partie de I’ISO 9282, les définitions
ges graphiques dans un environnement de codage à 7 ou à 8
suivantes s’sappliquent :
éléments;
- les structures de données à utiliser pour représenter les
3.1.1 combinaison binaire; multiplet : Ensemble ordonné
primitives de description d’une image;
d’éléments binaires (Bits) qui représente un code opératoire, un
opérande ou est utilisé comme partie de la représentation d’un
- les types généraux de données qui peuvent être utilisés
code opératoire ou d’un opérande.
comme opérandes dans une primitive.
La présente partie de I’ISO 9282 ne traite pas de la représenta-
3.1.2 code : Ensemble de règles non ambiguës qui établis-
tion sémantique des images. Celle-ci est définie dans les Nor-
sent une correspondance biunivoque entre chaque code opéra-
mes internationales appropriées.
toire ou opérande de l’ensemble et leur représentation codée
par une ou plusieurs combinaisons binaires dans cet ensemble.
La présente partie de I’ISO 9282 s’applique aux flots de données
contenant des données structurées suivant les méthodes de
codage définies dans I’ISO 9281.
3.1.3 tableau de code : Tableau montrant l’allocation des
codes opératoires, et des opérandes aux combinaisons binaires
d’un code.
2 Références normatives
Les normes suivantes contiennent des dispositions qui, par
3.1.4 code opératoire : Représentation codée d’une ou de
suite de la référence qui en est faite, constituent des disposi-
plusieurs combinaisons binaires qui identifie une fonction
tions valables pour la présente partie de 1’60 9282. Au moment
nécessaire pour une norme relative à l’image.
de la publication, les éditions indiquées étaient en vigueur.
Toute norme est sujette à revision et les parties prenantes des
Un code opératoire peut être suivi de zéro opérande ou plus.
accords fondés sur cette partie de I’ISO 9282 sont invitées à
rechercher la possibilité d’appliquer les éditions les plus récen-
3.1.5 tableau des codes opératoires : Tableau montrant
tes des normes indiquées ci-après. Les membres de la CEI et de
les fonctions allouées à chacune des combinaisons binaires
I’ISO possédent le registre des Normes internationales en
réservées aux codes opératoires.
vigueur à un moment donné.
ISO 646 : 1983, Traitement de Yinformation - Jeu /SO de
Représentation codée d’une ou de plu-
3.1.6 opérande :
caractères à 7 éléments pour l’échange d!information.
sieurs combinaisons binaires utilisée pour spécifier les paramè-
tres nécessaires à un code opératoire.
ISO 2022 : 1986, Traitement de I?nformation - Jeux /SO de
caractères codés à 7 et à 8 éléments - Techniques d’extension
de code.
3.2 Notation
I SO 6429 : 1983, Traitement de I?nformation - Jeux /SO de
3.2.1 Combinaison binaire à 7 éléments
caractères codés à 7 et à 8 éléments - Fonctions de com-
mande supplémentaires pour les dispositifs de visualisation de
Les éléments des combinaisons binaires du code à 7 éléments
carat tères.
sont désignés par b7, bg, bg, bq, bs, b2 et b,; b7 étant l’élément

- 1 1, Traitement de IYn forma tion - lden tifica tion de poids le plus fort ou le plus significatif, et bI étant l’élément

ISO 9281 :
de méthodes de codage d’image. de poids le plus faible ou le moins significatif.
1) À publier.
---------------------- Page: 7 ----------------------
ISO 9282-l : 1988 (FI

Les combinaisons binaires sont identifiées par une notation de 3.3.2 Représentation à 8 éléments

la forme xly, dans laquelle x est un nombre allant de 0 à 7 et y
Dans une représentation à 8 éléments, un tableau de code com-
un nombre de 0 à 15 qui représentent, respectivement, le
prend 256 positions disposées en 16 colonnes et 16 rangées.
numéro de colonne et le numéro de ligne d’un tableau de code.
Les colonnes et rangées sont numérotées de 00 à 15.
La correspondance entre la notation de la forme xly et les com-
Les positions du tableau de code sont identifiées par une nota-
binaisons binaires comprenant les éléments b7 à b,, s’établit de
tion de la forme xxlyy, où xx est le numéro de colonne et yy le
la facon suivante :
numéro de rangée.
est le nombre représenté par b7,
X ces élé-
et b5,
Les positions du tableau de code correspondent de facon biuni-
ments recevant respectivement les poids 2 et 1.
voque aux combinaisons binaires du code. La notation d’une
est le nombre représenté ces élé-
par b4, b2, b3 et bl,
- Y position du tableau de code, de la forme xxlyy, est identique à
ments recevant respectivement les poids 8, 4, 2 et 1.
celle de la combinaison binaire correspondante.
3.2.2 Combinaison binaire à 8 éléments
4 Principes de codage
Les éléments des combinaisons binaires du code à 8 éléments
La présente partie de I’ISO 9282 traite des principes de codage
sont désignés par b b b b b b b et b,, b8 étant l’éle-
8’ 71 6’ 5’ 4’ 31 2
pour
ment de poids le plus fort ou le plus significatif, et b, étant I’élé-
ment de poids le plus faible ou le moins significatif.
les codes opératoires des primitives;
Les combinaisons binaires sont identifiées par une notation de -
les opérandes des primitives.
la forme xx/yy, dans laquelle xx et yy sont des nombres allant

de 00 à 15. La correspondance entre la notation de la forme Tout le codage est défini en termes de combinaisons binaires à

xx/yy et les combinaisons binaires comprenant les éléments b8 7 éléments. Pour une utilisation dans un environnement de

à b, s’établit de la facon suivante : codage à 8 éléments, l’élément bs de chaque combinaison

binaire doit être égal à zéro (à l’exception du format ((chaîne de
xx est le nombre représenté et b,, ces élé-
Par ’ b8, b7, b6
caractéres))).
ments recevant respectivement les poids 8, 4 ‘, 2 et 1.
Chaque primitive est codée suivant les règles ci-dessous :
yy est le nombre représenté par b4, b3, b2 et bI, ces élé-
les poids 8, 4, 2 et 1. -
ments recevant respectivement
une primitive est composée d’un code opéra toire suivi
de zéro opérande, ou plus, suivant le cas;
3.2.3 Interprétation des combinaisons binaires
- les codes opératoires sont codés dans les colonnes 2
et 3 du tableau de code (tableau 1);
Les éléments d’une combinaison binaire peuvent être interpré-
tés comme des nombres en notation binaire obtenus en attri-
- les opérandes sont codes dans les colonnes 4 à 7.
buant les poids suivants à chacun des éléments :
(Cependant, la représentation codée de l’opérande ((chaîne
de caractères)) peut contenir des combinaisons binaires
appartenant aux autres colonnes du tableau de code - voir
Bits d’un code à 7 éléments
I -
la description du format chaîne de caractères en 6.2.3.)
Bits d’un code à 8 éléments
I b2
Poids 11281 64 132 Il6 1 8 1 4 ( 2 / 11
5 Principes de codage des codes opératoires
En utilisant ces poids, les combinaisons binaires à 7 éléments 5.1 Généralités
représentent des nombres variant de 0 à 127. Les combinaisons
L’organ isation des codes opératoires dans la définition d ‘un
à 8 élements représentent des nombres variant de 0 à 255.
tableau de code peut être faite de deux façons différentes
3.3 Disposition du tableau de code
si le nombre de codes opératoires nécessaires à une
norme particulière, construite suivant les principes de ce
3.3.1 Représentation à 7 Mments
codage, est inférieur ou égal à 32, une structure compacte
peut être utilisée, elle est décrite en 5.2;
Dans une représentation à 7 éléments, un tableau de code com-

prend 128 positions disposées en 8 colonnes et 16 rangées. Les si le nombre de codess opératoires nécessaires est plus

colonnes sont numérotées 0 à 7 et les rangées 0 à 15. grand, une structure de codage extensible peut être utilisée,

elle est décrite en 5.3.
Les positions du tableau de code sont identifiées par une nota-

tion de la forme xly, où x est le numéro de colonne et y le Ceci permet de définir des tableaux de code de facon plus effi-

numéro de rangée. cace, que le nombre de codes opératoires soit faible ou qu’un
nombre illimité de codes opératoires soit nécessaire pour le
Les positions du tableau de code correspondent de facon biuni-
développement d’une norme.
voque aux combinaisons binaires du code. La notation d’une

position du tableau de code, de la forme xly, est identique à Le mécanisme d’identification défini dans I’ISO 9281 permet de

celle de la combinaison binaire correspondante. reconnaître l’une ou l’autre de ces structures.

---------------------- Page: 8 ----------------------
Iso 9282-1 : 1988 (FI
Tableau 1 - Tableau de code utilisé pour le codage d’image
1 1 II
0 0 I 1 1
0 II 0
4 5 6 7
Opérandes
Réservé Codes
opératoires
pour les
fonctions
de contrôle
---------------------- Page: 9 ----------------------
IsO9282-1 : 1988 (FI
ZÉRO (codes opératoires de la colonne 21, les éléments b4 à b,
5.2 Codage compact des codes opératoires
sont utilisés pour coder le code opératoire.
Dans le cas où le nombre des codes opératoires nécessaires est
inférieur ou égal à 32, le codage des codes opératoires se fait
Pour les codes opératoires à deux combinaisons binaires, I’élé-
simplement en affectant l’une des 32 positions des colonnes 2
ment b, de la première combinaison binaire vaut UN. Les élé-
et 3 du taleau de code à chacun des codes opératoires. La
ments b4 à b, de la première combinaison binaire ainsi que les
figure 1 ci-dessous montre la structure générale de ce type de
éléments b5 à b, de la deuxième combinaison binaire sont utili-
code opératoire.
sés pour le code opératoire.
L’élément représenté par 3/15, CODE D’EXTENSION D’ES-
5.3 Codage extensible des codes opératoires
PACE, (EOS), est utilisé dans un sens différent (voir 5.3.2).
Dans le cas où un nombre illimité de codes opératoires peut
être nécessaire, le codage des codes opératoires exige que les
Cette technique de codage fournit ainsi un jeu de codes opéra-

codes opératoires soient divisés en toires de base de 496 codes qui consistent en

un jeu de codes opératoires de base; et
16 codes opératoires à une seule combinaison binaire
(colonne 2 du tableau de code);
un jeu de codes opératoires étendu.
Le 5.3.1 ci-dessous décrit la technique de codage du jeu de
- (15x32) = 480 codes opératoires à deux combinaisons
base et le 5.3.2 celle du mécanisme d’extension.
binaires (la première combinaison appartient à la colonne 3
(a l’exception du code 3/15, la seconde combinaison appar-
tient soit à la colonne 2, soit à la colonne 3).
5.3.1 Technique de codage du jeu de base
Le jeu de base comprend les codes opératoires à une seule ou à
5.3.2 Mécanisme d’extension
deux combinaisons binaires. La figure 2 montre la structure
générale de tels codes opératoires.
Le jeu de codes opératoires de base peut être étendu en utili-
sant le CODE D’EXTENSION D’ESPACE (EOS, 3/15) qui per-
Pour les codes opératoires à une seule combinaison binaire,
met d’étendre à l’infini le nombre de jeux de codes d’extension.
l’élément bs, indicateur de longueur du code opératoire, vaut
b b b b b b
b b
7 6 5 4 3 2 1
Indicateur de code opératoire A Code opératoire
Figure 1 - Structure de codage compact des codes opératoires
b b b b b b
b b
8 7 6 5 4 3 2 1
1 ère combinaison binaire
0 1
1 I I
Code opératoire
Indicateur de code opératoire
Indicateur de longueur du code opératoire
Zème combinaison binaire (utilisée seulement
pour les codes opératoires à deux
combinaisons binaires)
- Code opératoire
Indicateur de code opératoire 1
Figure 2 - Structure de codage des codes opératoires
---------------------- Page: 10 ----------------------
IsO 9282-l : 1988 (FI
Le format général d’une combinaison binaire représentant un
La N-iGm extension du code opératoire constituée des codes

opératoires du jeu de base précédée, Nfois, par la combinaison opérande est donné à la figure 3.

binaire EOS. Les trois formats possibles d’un code opératoire
b b
appartenant à la N-igm extension sont
7 6 b5 b4 b3 b2 bl
Format des codes Codes d’extension Codes du jeu
opératoires de base -
1 . . . <2/x> 1
I I I
Opérande
n fois
2 . . . <3/y> <2/2> I Indicateur de code opératoire
Figure 3 - Structure de codage des opérandes
n fois
3 . . . <3/y> x3/2>
6.2 Definition des formats
Trois formats permettent de définir le codage des opérandes :
n fois
- le format de base;
= 3115
EOS
- le format flot binaire;
X = 0, 1, . . . . . . . . . , 15
- le format chaîne de caractères.
= 0, 1, . . . . . . . . .‘ 14
Le codage des opérandes peut, en plus, être contrôlé par une
Z = 0, 1, . . . . . . . . . , 15
variable d’état. Cette variable d’état est mise à une valeur par
une application au moment où une opération de codageldéco-
= 0, 1, . . . . . . . . ., . . .
dage est initialisée. Suivant la norme fonctionnelle selon
laquelle les principes de codage définis dans la présente partie
de I’ISO 9292 sont utilisés, une telle variable d’état peut rester

= 0 désigne le jeu de codes opératoires de base fixe ou être modifiée dynamiquement par une fonction définie

dans la norme fonctionnelle.
n= 1 désigne la première extension du jeu de base
La liste des variables d’état utilisées dans la présente partie de
n = N désigne la N-iéme extension du jeu de base
I’ISO 9292 figure en annexe A.

Le nombre de codes opératoires ainsi fournis par cette techni- La présente partie de I’ISO 9292 fait référence uniquement aux

que de codage (jeu de base, plus jeu d’extension) est égal à : valeurs des variables d’état et ne traite pas de la définition des

fonctions qui permettent de les modifier.
- 16 codes opératoires à une seule combinaison binaire
dans le jeu de base (format 1 des codes opératoires,
6.2.1 Format de base
n = 0)
Un opérande dans le format de base est représenté par une
- 480 codes opératoires à deux combinaisons binaires
suite de une ou plusieurs combinaisons binaires, dont la struc-
dans le jeu de base (formats 2 et 3 des codes
ture est donnée à la figure 4.
opératoires, n = 0)
16 codes opératoires à deux combinaisons binaires
b b b b b
b b b
dans le jeu de la première extension (format 1 des 0 7 6
5 4 3 2 1
1 w
codes opératoires, n = 1) r
- 480 codes opératoires à N combinaisons binaires dans
le jeu d’extension N-2 (formats 2 et 3 des codes
opératoires, n = N- 2) I I I I
I I
16 codes opératoires à N combinaisons binaires dans
le jeu d’extension N- 1 (format 1 des codes opéra-
- Bits de données
toires, n = N-l)
Indicateur d’extension
6 Principes de codage des opérandes L
Indicateur d’opérande
Figure 4 - Structure du format de base
6.1 Ghéralités

La partie opérande d’une primitive peut contenir un nom- Pour les opérandes à une seule combinaison binaire, l’élément

bre quelconque d’opérandes, y compris zéro. Chaque opérande b6, indicateur d’extension, vaut ZÉRO. Pour les opérandes à

peut lui-même être compose de une ou plusieurs combinaisons plusieurs combinaisons binaires, l’indicateur d’extension vaut

binaires. UN, à l’exception de la dernière combinaison où il vaut ZÉRO.
---------------------- Page: 11 ----------------------
60 9282-l : 1988 (FI
La fin d’un format flot binaire ne peut pas être déduite du for-
6.2.2 Format flot binaire
mat flot binaire lui-même (le format n’est pas auto-délimiteur).
Dans ce format, un opérande est représenté par une séquence
de une ou plusieurs combinaisons binaires dont la structure est
La fin d’un format flot binaire est délimitée par
donnée à la figure 5.
- le code opératoire suivant;
b b
8 7 6 b5 b4 b3 b2 bl
une valeur qui identifie la fin des don-
nées codées dans ce format;
la valeur d’une variable d’état qui définit la longueur de
l’opérande codé dans ce format.
Bits de données
Lorsque les données à coder dans le format flot binaire ne
Indicateur d’opérande
recouvrent pas exactement un nombre entier de combinaisons
binaires, les bits restants de la combinaison binaire la plus signi-
Structure du format flot binaire
Figure 5 -
ficative sont tous mis à ZÉRO.

Les données du format flot binaire sont groupées en bits de 6.2.3 Format chaîne de caractères

données consécutifs dans un opérande, à partir des bits de
Dans le format chaîne de caractères, un opérande est codé
numéros les plus élevés jusqu’aux bits de numéros les plus bas

de la première combinaison binaire qui représente, elle-même, comme une suite de combinaisons binaires dont la structure est

la partie la plus significative des données en mode flot binaire. présentée dans les figures 6 et 7.

b b b b b b b
8 7 6
5 4 3 2 1
lère combinaison
binaire 1
- 0 0 1 1 0 1 1
(ESC) (I/II)
2ème combinaison
Gsos
1 0 1 1 0 0 0
binaire (5/8)
3éme combinaison binaire
4éme combinaison binaire
C C C C C C C
I I
(n - 1 pme
combinaison
binaire
(ESSC) (I/II)
n- iéme combinaison
1 0
1 1 1 0 0 binaire (5/12)
Figure 6 -
Format chaîne de caractères dans un environnement de codage à 7 éléments
(Les bits de données sont indiqués par le caractère CI
---------------------- Page: 12 ----------------------
ISO9282-1:1988(F)
Dans un environnement de codage à 8 éléments, le nombre de
Le début d’une chaîne de caractères est indiqué par le code
combinaisons binaires nécessaires pour coder un opérande
DÉBUT DE CHAîNE DE CARACTERES (SOS). Ce délimiteur
chaîne de caractères est égal au nombre de caractéres de la
est représenté par la séquence de contrôle ESC 5/8 dans un
chaîne augmenté de deux (pour SOS et ST, codés 09/08 et
environnement de codage à 7 éléments, (ESC = 1 /l 11, ou par
09/08 dans un environnement de codage à 8 éléments. 09/12).
La fin d’une chaîne de caractéres est indiquée par le code FIN
Le codage des chaînes de caractères est la seule exception aux

DE CHAINE DE CARACTÈRES (ST). Ce délimiteur est repré- régles générales de codage définies en 6.1.

senté par la séquence ESC 5/12 dans un environnement de
codage à 7 éléments, (ESC = l/l l), ou par 09/12 dans un envi-
6.3 Types de données généraux
ronnement de codage à 8 éléments.
Le présent chapitre décrit le codage de plusieurs types de don-
Dans un environnement de codage à 7 éléments (figure 61, les
nées généraux qui utilisent les formats définis en 6.2.
combinaisons binaires des colonnes 0 à 7 du tableau de code
sont autorisées pour représenter des bits de données : c’est-à-
Ces types de données généraux peuvent être utilisés par les
dire depuis la troisième jusqu’à la (n -2)-iéme combinaison
normes relatives à la représentation d’image. Si une norme spé-
binaire. Les Normes internationales qui utilisent le format
cifique utilise un type de données général, le codage de cette
d’opérande chaîné de caractéres peuvent apporter une restric-
donnée dans la norme considérée doit être rigoureusement
tion à l’utilisation des combinaisons binaires appartenant aux
identique au codage du type de donnée général tel qu’il est
colonnes 0 et 1 du tableau de code.
décrit dans le présent chapitre.
Dans un environnement de codage à 8 éléments binaires

(figure 7), les combinaisons binaires des colonnes 00 à 15 du 6.3.1 Entiers non signés

tableau de code sont autorisées pour représenter des bits de
Les entiers non signés sont codés en utilisant soit le format de
données, c’est-à-dire depuis la deuxième jusqu’à la (n - 1 )-ième.
base soit le format flot binaire, le choix dépendant de la norme
Les Normes internationales qui utilisent le format d’opérande
fonctionnelle qui utilise les principes de codage de la présente
chaîne de caractères peuvent apporter une restriction à I’utilisa-
Norme internationale.
tion des combinaisons binaires appartenant aux colonnes 00 et
01 ainsi que des colonnes 08 et 09 du tableau de code.
Un entier non signé est codé sur une séquence d’une ou de plu-
sieurs combinaisons binaires. Les bits de données sont groupés
Dans un environnement de codage à 7 éléments, le nombre de
en combinaisons binaires consécutives à partir des bits de
combinaisons binaires nécessaires pour coder un opérande
numéros les plus élevés jusqu’aux bits de numéros les plus bas
chaîne de caractères est égal au nombre de caractéres de la
binaire qui, elle-même, représente

chaîne augmenté de quatre (pour SOS, ST codés ESC, 5/8 et de la première combinaison

la partie la plus significative de l’opérande.
ESC, 5/12).
b b b b b b b b
8 7 6 5 4 3 2
l I
1 ère combinaison binaire (SOS) (09/08)
1 0 -0 1 1 0 0 0
. w
Zéme combinaison binaire
C C C C
C C C C
v 7
3éme combinaison binaire
C C
C C C C C C
I I
wième combinaison binaire (ST) (09/ 12)
1 0 0 1 1 1
0 0

Figure 7 - Structure.du format chaîne de caractères dans un environnement de codage à 8 éléments binaires

(Les bits de données sont indiqués par le caractère C)
---------------------- Page: 13 ----------------------
ISO9282-1:1988(F)
6.3.1. ‘l Entiers non signés dans le format de base 6.3.2 Entiers signés
Les figures 8 et 9 montrent des exemples de codage d’entiers
Les entiers signés sont représentés en utilisant soit la notation
non signés dans le format de base.
module et signe, soit la notation complément à deux. Dans les
deux cas, ils peuvent être codés en utilisant le format de base
ou le format flot binaire.
6.3.1.2 Entiers non signés dans le format flot binaire

Le nombre des combinaisons binaires à utiliser par l’opérande Les entiers signés sont représentés par une séquence d’une ou

de plusieurs combinaisons binaires. Les bits de données sont
est déterminé par la variable d’état LONGUEUR DES ENTIERS
NON SIGNÉS. groupés en combinaisons binaires consécutives à partir des bits
de numéros les plus élevés jusqu’aux bits de numéros les plus

Les figures 10 et 11 montrent des exemples de codage d’entiers bas de la première combinaison binaire qui, elle-même, repré-

sente la partie la plus significative de l’opérande.
non signés dans le format flot binaire.
b b b b b b b b
8 7 6
5 4 3 2 1
Valeur de l’opérande : 31
Figure 8 - Codage d’un entier non signé
b b b b b b b b
8 7 6 5 4 3 2 1
. 4
- 1 1 0 0 0 1 0 1 ére combinaison binaire
. .
1 1 0 0 0 0 0 2iéme combinaison binaire
- 1 0 1 1 1 1 1 3ième combinaison binaire
l 1
Valeur de l’opérande : 2079
Figure 9 - Codage d’un entier non signé (utilisant plus d’une comb
...

Questions, Comments and Discussion

Ask us and Technical Secretary will try to provide an answer. You can facilitate discussion about the standard in here.