Nickel oxide -- Determination of nickel content -- Electrolytic deposition method

Specifies a gravimetric method for the determination of nickel content of nickel oxide and partially reduced nickel oxide in the range of 70 % to 95 % (m/m).

Oxyde de nickel -- Dosage du nickel -- Méthode par dépôt électrolytique

General Information

Status
Withdrawn
Publication Date
27-Mar-1996
Withdrawal Date
27-Mar-1996
Current Stage
6060 - International Standard published
Completion Date
28-Mar-1996
Ref Project

Buy Standard

Standard
ISO 12169:1996 - Nickel oxide -- Determination of nickel content -- Electrolytic deposition method
English language
11 pages
sale 15% off
Preview
sale 15% off
Preview
Standard
ISO 12169:1996 - Oxyde de nickel -- Dosage du nickel -- Méthode par dépôt électrolytique
French language
11 pages
sale 15% off
Preview
sale 15% off
Preview
Standard
ISO 12169:1996 - Oxyde de nickel -- Dosage du nickel -- Méthode par dépôt électrolytique
French language
11 pages
sale 15% off
Preview
sale 15% off
Preview

Standards Content (sample)

INTERNATIONAL IS0
STANDARD 12169
First edition
1996-04-o I
Nickel oxide
- Determination of nickel
content - Electrolytic deposition method
Oxyde de nickel - Dosage du nickel - Methode par d6p& Glectrolytique
Reference number
IS0 12169:1996(E)
---------------------- Page: 1 ----------------------
IS0 12169:1996(E)
Foreword
IS0 (the International Organization for Standardization) is a worldwide fed-
eration of national standards bodies (IS0 member bodies). The work of
preparing International Standards is normally carried out through IS0
technical committees. Each member body interested in a subject for
which a technical committee has been established has the right to be rep-
resented on that committee. International organizations, governmental and
non-governmental, in liaison with ISO, also take part in the work. IS0 col-
laborates closely with the International Electrotechnical Commission (IEC)
on all matters of electrotechnical standardization.
Draft lnternatio nal Standards adopted by the technical comm ittees are cir-
culated to the member bodies for voting. Publication as an International
Standard requir .es approval by at least 75 % of the mer nber b odies casting
a vote.
International Standard IS0 12169 was prepared by Technical Committee
lSO/TC 155, Nickel and nickel alloys, Subcommittee SC 3, Analysis of
nickel and ferronickel.
Annexes A to C form an integral part of this International Standard.
0 IS0 1996

All rights reserved. Unless otherwise specified, no part of this publication may be repro-

duced or utilized in any form or by any means, electronic or mechanical, including photo-

copying and microfilm, without permission in writing from the publisher.
International Organization for Standardization
Case Postale 56 l CH-1211 Get-&e 20 l Switzerland
Printed in Switzerland
---------------------- Page: 2 ----------------------
IS0 12169:1996(E)
INTERNATIONAL STANDARD 0 IS0
Determination of nickel content -
Nickel oxide -
Electrolytic deposition method
fuming with sulfuric acid. Decomposition of any in-
1 Scope
soluble residue by fusion with potassium pyrosulfate.
This International Standard specifies a gravimetric
Electrolytic deposition of nickel from an ammoniacal
method for the determination of nickel content of
solution and weighing of the deposit.
nickel oxide and partially reduced nickel oxide in the
range of 70 % to 95 % (m/m).
Determination of co-deposited cobalt and copper by
redissolution of the nickel plate and measurement of
cobalt and copper by atomic absorption spectrometry.
Subtraction of the found mass of cobalt and copper
2 Normative references
from the mass of the impure nickel deposit.
The following standards contain provisions which,
Determination of residual nickel in the ammoniacal
through reference in this text, constitute provisions of
electrolyte solution by atomic absorption spec-
this International Standard. At the time of publication,
trometry and addition of the found mass of nickel
the editions indicated were valid. All standards are
to the mass of the nickel deposit.
* ,
subject to revision, and parties to agreements based
on this International Standard are encouraged to in-
Correction of the net nickel deposit for the moisture
vestigate the possibility of applying the most recent
content of the sample.
editions of the standards indicated below. Members
of IEC and IS0 maintain registers of currently valid In-
ternational Standards.
IS0 385-l :I 984, Laboratory glassware - Burettes -
4 Reagents
Part 7: General requirements.
IS0 648:1977, Laboratory glassware - One-mark
During analysis, unless otherwise stated, use only
pipettes.
reagents of recognised analytical grade and only grade 2
water as specified in IS0 3696.
IS0 1042: 1983, Laboratory glassware - One-mark
volume tic flasks.
4.1 Hydrochloric acid, p20 = I,18 g/ml, diluted (I +I >.
IS0 3696: 1987, Water for analytical laboratory use -
Specifica tjon and test methods.
4.2 Sulfuric acid, p20 = I,84 g/ml, diluted (I +I).
IS0 5725-2: 1994, Accuracy (trueness and precision) of
measurement methods and results - Basic method
4.3 Nitric acid, p20 = I,41 g/ml, diluted (I +I 1.
for the determination of repeatability and reproduc-
ibility of a standard measurement method.
4.4 Hydrofluoric acid, p20 = I,13 g/ml, diluted (I +I 1.
WARNING - Hydrofluoric acid is extremely irritat-
3 Principle
ing and corrosive to skin and mucous membranes,
producing severe skin burns which are slow to
heal. In case of skin contact, wash well with water
Dissolution of the test portion in a solution of nitric
and seek medical advice.
acid and potassium chlorate. Removal of nitric acid by
---------------------- Page: 3 ----------------------
IS0 12169:1996(E)
5.2 Electrolytic deposition assembly (see figure I).
4.5 Ammonia solution, pzo = 0,89 g/ml.
5.3 Platinum cathode and anode. Preferred per-
4.6 Potassium chlorate, reagent grade, KCIO,.
forated plate cathode, height 41 mm, diameter 41 mm.
WARNING - Potassium chlorate is a strong oxi- Coil type anode.
dant and may explode, if contaminated.
4.7 Potassium pyrosulfate, reagent grade, K&O,.
6 Sampling and sample preparation
4.8 Dimethylglyoxime, solution.
6.1 Sampling and preparation of the laboratory

Dissolve 1 g of dimethylglyoxime [C(:NOH)CH,], in sample shall be carried out by normal agreed pro-

100 ml of methanol. cedures or, in case of dispute, according to the rel-
evant International Standard.
6.2 The laboratory sample is normally in the form of
5 Apparatus
a homogeneous powder and no further preparation of
the sample is necessary.
Ordinary laboratory glassware, and
6.3 If the laboratory sample contains particles or
pieces of widely varying sizes, the test sample should
5.1 Analytical balance, semimicro, readability of
be obtained by riffling.
0,Ol mg.
6 V to 12 V d.c.
Ptperforated
Pt wire anode-
plate cathode
Magnetic stirring bar
Figure 1 - Electrolytic deposition assembly
---------------------- Page: 4 ----------------------
@ IS0 IS0 12169:1996(E)
7.2 Electrolytic deposition of nickel, cobalt
7 Procedure
and copper
7.1 Test portion and preparation
7.2.1 Place a magnetic stirring bar in the solution
of test solution
(7.1.7) and, wh ’l I e stirring, bring the solution up to
250 ml with the ammonia solution (4.5).
7.1.1 Weigh, to the nearest 0,001 g, approximately
2 g of the test sample and transfer it to a tall form
400 ml Pyrex beaker.
7.2.2 Weigh the clean blank cathode and attach it to
the negative buss of the electrolytic assembly with
the coil anode already attached. Make sure that the
7.1.2 Add 1 g of potassium chlorate (4.6) and
power is off during this operation.
moisten with 20 ml of water, rinsing the inside wall of
the beaker. Add 60 ml of nitric acid (pZO = I,41 g/ml)
and cover the beaker. Heat on a hotplate to apparent
7.2.3 Fully immerse the electrodes in the solution,
dissolution (I h to 2 h). Remove from the hotplate.
cover the beaker with a split watchglass, and turn on
the assembly exhaust fan (if available). Turn the power
on and electrolyse the solution as follows:
7.1.3 Add another 0,5 g of potassium chlorate (4.6)
and 30 ml of nitric acid (pZO = I,41 g/ml). Swirl and
0,2 ampere/sample, overnight - no stirring.
heat for 1 h. Cool and rinse the walls of the beaker.
Next day rinse the split watchglass and the sides of
7.1.4 Add 25 ml of sulfuric acid (4.2) and evaporate
the beaker with water. Bring up to 250 ml with the
to dryness, but do not bake. To the cooled residue add
ammonia solution (4.5) and, while stirring, continue
40 ml of water and 15 ml of sulfuric acid (4.2). Cover
electrolysis at 0,5 ampere/sample for 30 min.
and heat to dissolve the salts.
Increase to I ,0 ampere/sample and electrolyse for
Do not stir the solution when the anhydrous nickel
60 min with stirring.
sulfate solids begin to separate.
NOTE 1 To avoid bumping and mechanical losses in the
7.2.4 Test for completion of the deposition by
early fuming stage, it is recommended to cover the hot
withdrawing 1 ml to 2 ml of the electrolyte and placing
plate with a glass fibre or asbestos pad. Asbestos-free
the solution on a spot plate. Mix with a drop or two of
ZETEXJ) fabric has been found suitable.
the dimethylglyoxime solution (4.8). If no detectable
pink develops, the electrolysis is complete.
7.1.5 Filter any insoluble residue through a Whatman
#40 filter paper into a tall form 400 ml beaker and save
the filtrate.
7.2.5 Turn off the magnetic stirrer and, without inter-
rupting the current, wash the cathode with water as it
NOTE 2 Some special forms of nickel oxide are readily
is withdrawn from the electrolyte. Rinse the cathode
soluble in dilute acids and do not require addition of potas-
in two successive beakers with methanol and dry it
sium chlorate. Such oxides are dissolved in 60 ml of the ni-
for a few moments at 100 OC. Turn off the power to
tric acid (4.3). A clear solution obtained in 7.1.4 does not
the electrolytic assembly. Retain the electrolyte and
have to be filtered and is directly processed as directed in
determine the residual nickel content in it as directed
clause 7.1.7.
in 7.3.
7.1.6 Transfer the filter with the residue to a plati-

num crucible. Dry, char and ignite to oxidize the car- 7.2.6 Cool and weigh the cathode, and record the

bon. Cool, add 0,5 ml of sulfuric acid (4.2) and 2 ml of
mass. Subtract the mass of the blank cathode (7.2.2)
hydrofluoric acid (4.4). Carefully evaporate to dryness
to obtain the net mass of the impure nickel deposit.
and fuse the residue with 2 g of potassium pyrosul-
fate (4.7). Allow the melt to cool and dissolve it in
NOTE 3 There is evidence that under certain electrolytic

20 ml to 30 ml of water. Combine with the filtrate conditions, for instance in fast plating, platinum may dis-

solve from the coil anode and may partly deposit on the
from 7.1.5.
c.athode. This may be checked by weighing the coil anode
before and after the electrolytic deposition procedure. No

7.1.7 Dilute the clear solution to 150 ml and proceed loss in mass has been found when using the described

procedure.
with the electrolytic deposition as directed in 7.2.

1) ZETEX is the trade-name of a product supplied by Newtex Industries Inc., USA. This information is given for the con-

venience of users of this International Standard and does not constitute an endorsement by IS0 of the product named. Equiv-

alent products may be used if they can be shown to lead to the same results.
---------------------- Page: 5 ----------------------
0 IS0
IS0 12169:1996(E)
where
7.3 Determination of nickel in spent
electrolyte
is the mass, in grams, of the test portion;
mwl is the mass, in grams, of the weighing bottle
Evaporate the spent electrolyte (7.2.5) to incipient
and test portion before drying;
dryness on a hotplate. Do not bake. Add 20 ml of
hydrochloric acid (4.1) and water to dissolve the salts.
mw2 is the mass, in grams, of the weighing bottle
Transfer the solution to a 250 ml one-mark volumetric
and test portion after drying.
flask, make up to the mark with water and mix. De-
termine the residual nickel content in this solution by

atomic absorption spectrometry as directed in an- 8.12 Calculate the content of nickel in the test por-

nex A.
tion, ONi, as a percentage by mass, corrected for the
moisture content, by using the formula:
1 O4 (ml - mCu - mCo + mNi)
7.4 Determination of copper and cobalt in
ONi =
mOx(loo-~Ho)
electrodeposited nickel
Place the weighed cathode (7.2.6) in a beaker and add
where
100 ml of nitric acid (4.3). Cover the beaker and heat
is the mass, in grams, of the test portion;
to dissolve the deposit. Maintain hot for about 30 min.
Wash and remove the cathode. Evaporate just to
is the mass, in grams, of nickel (plus Cu and
dryness, cool and add 25 ml of hydrochloric acid (pzO =
Co) plated on the cathode (7.2.6);
1 ,I 8 g/ml). Digest in a covered beaker until the
mCu is the mass, in grams, of copper found in
frothing ceases. Evaporate just to dryness, cool, add a
the electroplated nickel (7.4);
further 25 ml of hydrochloric acid (~2~ = 1 ,I 8 g/ml) and
repeat the evaporation. Dissolve the salts in 20 ml of
mCo is the mass, in grams, of cobalt found in the
hydrochloric acid (4.1), heating if necessary. Cool and
electroplated nickel (7.4);
transfer the solution to a 250 ml one-mark volumetric
mNi is the mass, in grams, of residual nickel
flask. Bring to volume with water and mix. Determine
found in the electrolyte solution (7.3).
the cobalt and copper contents in this solution by
atomic absorption spectrometry as directed in an-
8.2 Precision
82.1 Laboratory tests
75 Determination of moisture
Nine laboratories in four countries participated in the
Determine the moisture content of the test sample by
testing of this procedure using five samples of nickel
weighing a separate sample portion in a pre-weighed
oxide: NIST-671, NISI-672, NIST-673, S-l 003 (acid-
drying bottle. Weigh, to the nearest 0,000 1 g, ap-
soluble black oxide), and S-l 900 (refractory sinter).
proximately 2 g of the test sample. Dry the test por-
tion in the open bottle at 105 OC for 4 h. Cover the
Each laboratory reported three results for each sample.
bottle, cool it in a desiccator and weigh again. Record
Two of the three determinations were carried out
the masses before and after the drying.
as duplicates on day 1. The third determination was
carried out separately on a different day, day 2.
8.2.2 Statistical analysis
8 Expression of results
8.2.2.1 Results from the interlaboratory test pro-
gramme were evaluated according to IS0 5725 2). The
data were tested for statistical outliers by the Cochran
8.1 Calculation
and Grubb tests (see IS0 5725-2).
8.1.1 Calculate the moisture content of the test
8.2.2.2 The principle of the Cochran test is that a set
as a percentage by mass by using the
portion, wHzo,
of results is an outlier if the within-laboratory variance
formula:
is too large in relation to others. The Grubb test is to
determine if the mean from a laboratory is too far
100 (m,’ - q/j/*)
from the other laboratory means. Both tests were
wH,O =
applied at the 95 % confidence level.

2) IS0 5725:1986, Precision of test methods - Determination of repeatability and reproducibility for a standard test method

by inter-laboratory test (now withdrawn), was used to obtain the precision data.
---------------------- Page: 6 ----------------------
0 IS0 IS0 12169:1996(E)

8.2.2.3 From the two values obtained on day 1 the It has been observed that presence of more than

repeatability (Y) and reproducibility (I?) were calculated 0,2 mg of Cr(lll) in the ammoniacal solution retards the

at the 95 % confidence level using the procedure electrodeposition of nickel, especially at high currents

specified in IS0 57252). From the mean value of the and may result in more residual nickel in the spent

electrolyte. Contamination of the nickel plate by
duplicates on day I and the value obtained on day 2,
chromium was, however, insignificant (< 0,Ol %).
the within-laboratory reproducibility (I?,) was calcu-
lated. The results of this analysis are given in table 1.
8.2.2.4 One laboratory was rejected as a Cochran
outlier for sample 5 and as Grubb outliers for samples 3,
10 Test report
4 and 5. Another laboratory was rejected as a Cochran
outlier for sample 2 and as a Grubb outlier for sample 1.
The test report shall include the fol
...

NORME
INTERNATIONALE
Première édition
1996-04-01
- Dosage du nickel -
Oxyde de nickel
Méthode par dépôt électrolytique
of nickel content - Electrolytic deposition
Nickel oxide - De termina tien
method
Numéro de référence
ISO 12169:1996(F)
---------------------- Page: 1 ----------------------
ISO 12169:1996(F)
Avant-propos
L’ISO (Organisation internationale de normalisation) est une fédération
mondiale d’organismes nationaux de normalisation (comités membres de
I’ISO). L’élaboration des Normes internationales est en général confiée aux
comités techniques de I’ISO. Chaque comité membre intéressé par une
étude a le droit de faire partie du comité technique créé à cet effet. Les
organisations internationales, gouvernementales et non gouvernemen-
tales, en liaison avec I’ISO participent également aux travaux. L’ISO colla-
bore étroitement avec la Commission électrotechnique internationale (CEI)
en ce qui concerne la normalisation électrotechnique.
Les projets de Normes internationales adoptés par les comités techniques
sont soumis aux comités membres pour vote. Leur publication comme
Normes internationales requiert l’approbation de 75 % au moins des co-
mités membres votants.
La Norme internationale ISO 12169 a été élaborée par le comité technique
ISO/TC 155, Nickel et alliages de nickel, sous-comité SC 3, Analyse du
nickel et du ferro-nickel.
Les annexes A, B et C font partie intégrante de la présente Norme inter-
nationale.
0 ISO 1996

Droits de reproduction réservés. Sauf prescription différente, aucune partie de cette publi-

cation ne peut être reproduite ni utilisée sous quelque forme que ce soit et par aucun pro-

cédé, électronique ou mécanique, y compris la photocopie et les microfilms, sans l’accord

écrit de l’éditeur.
Organisation internationale de normalisation
Case postale 56 l CH-l 211 Genève 20 l Suisse
Imprimé en Suisse
---------------------- Page: 2 ----------------------
NORME INTERNATIONALE @ ISO ISO 12169:1996(F)
Oxyde de nickel - Dosage du nickel -
Méthode par dépôt
électrolytique
1 Domaine d’application 3 Principe

La présente Norme internationale prescrit une mé- Mise en solution d’une prise d’essai dans une solution

thode gravimétrique pour le dosage du nickel dans d’acide nitrique et de chlorate de potassium. Élimina-

l’oxyde de nickel et l’oxyde de nickel partiellement ré- tion de l’acide nitrique par chauffage à fumées avec

duit dans la plage allant de 70 % ) à 95 % . de l’acide sulfurique. Décomposition du résidu insolu-

(mlm hh )
ble éventuel par fusion avec du disulfate de potas-
stum.
Déposition électrolytique du nickel d’une solution
ammoniacale et pesée du dépôt.
2 Références normatives
Dosage du cobalt et du cuivre codéposés par remise
en solution du dépôt de nickel et mesurage du cobalt
Les normes suivantes contiennent des dispositions
et du cuivre par spectrométrie d’absorption atomique.
qui, par suite de la référence qui en est faite, consti-
Soustraction de la masse trouvée de cobalt et de cui-
tuent des dispositions valables pour la présente
vre de la masse du dépôt de nickel impur.
Norme internationale. Au moment de la publication,
les éditions indiquées étaient en vigueur. Toute norme
Dosage du nickel résiduel dans la solution d’électro-
est sujette à révision et les parties prenantes des ac-
lyte ammoniacal par spectrométrie d’absorption ato-
cords fondés sur la présente Norme internationale
mique et ajout de la masse de nickel trouvée à la
sont invitées à rechercher la possibilité d’appliquer les
masse du dépôt de nickel.
éditions les plus récentes des normes indiquées ci-
après. Les membres de la CEI et de I’ISO possèdent
Correction du dépôt net de nickel pour tenir compte
le registre des Normes internationales en vigueur à un
de l’humidité de l’échantillon.
moment donné.
ISO 385-l :1984, Verrerie de laboratoire - Burettes -
Partie 1: Spécifica Cons générales.
4 Réactifs
ISO 648:1977, Verrerie de laboratoire - Pipettes à un
trait.
Au cours de l’analyse et, sauf indication contraire, uti-
liser uniquement des réactifs de qualité analytique re-
ISO 1042:1983, Verrerie de laboratoire - Fioles jau-
connue et de l’eau de qualité 2 conforme à I’ISO 3696.
gées à un trait.
ISO 3696:1987, Eau pour laboratoire à usage analyti-
4.1 Acide chlorhydrique, pzo = 1 ,18 g/mI, dilué
- Spécifica tien et méthodes d’essai.
9ue
(1 +l).
ISO 5725-2:1994, Exactitude (justesse et fidélité) des
résultats et méthodes de mesure - Partie 2: Mé-
4.2 Acide sulfurique, p20 = 1,84 g/mI, dilué (1 +l).
thode de base pour la détermination de la répétabilité
et de la reproductibilité d’une méthode de mesure
4.3 Acide nitrique, p20 = 1,41 g/mI, dilué (1 +l).
normalisée.
---------------------- Page: 3 ----------------------
0 ISO
ISO 12169:1996(F)
les méthodes habituellement acceptées ou, en cas de
4.4 Acide fluorhydrique, pzo = 1 ,13 g/mI, dilué
litige, conformément à la Norme internationale appro-
(1 +l).
priée.
AVERTISSEMENT - L’acide fluorhydrique est ex-
trêmement irritant et corrosif pour la peau et les

muqueuses, provoquant des brûlures graves, len- 6.2 L’échantillon pour laboratoire se présente géné-

tes à guérir. En cas de contact avec la peau, bien ralement sous la forme d’une poudre homogène et

laver à l’eau et consulter un médecin. aucune autre préparation n’est nécessaire.

45 . Ammoniaque, solution, p20 = 0,89 g/mI.
6.3 Si l’échantillon pour laboratoire contient des par-
ticules ou des morceaux de tailles très différentes, il
convient d’obtenir l’échantillon pour essai en utilisant
4.6 Chlorate de potassium, KCIO,, de qualité
un diviseur à lames.
réactif.
AVERTISSEMENT - Le chlorate de potassium est
un oxydant puissant qui peut exploser, s’il est
contaminé.
7 Mode opératoire
4.7 Disulfate de potassium, K2S20T, de qualité
7.1 Prise d’essai et préparation
réactif.
de la solution d’essai
4.8 Diméthylglyoxime, solution.
7.1.1 Peser, à 0,001 g près, environ 2 g d’échantillon

Dissoudre 1 g de diméthylglyoxime [C(:NOH)CH,], pour essai et les transférer dans un bécher en pyrex

dans 100 ml de méthanol. de forme haute de 400 ml.
7.12 Ajouter 1 g de chlorate de potassium (4.6) et
mouiller avec 20 ml d’eau en rinçant la paroi interne
5 Appareillage
du bécher. Ajouter 60 ml d’acide nitrique (p20 =
1,41 g/mI) et couvrir le bécher. Placer sur une plaque
Verrerie ordinaire de laboratoire, et
chauffante jusqu’à mise en solution visible (1 h à 2 h).
Enlever de la plaque chauffante.
5. l Semi-microbalance analytique, précise à
0,Ol mg près.
7.1.3 Ajouter encore 0,5 g de chlorate de potassium
(4.6) et 30 ml d’acide nitrique (p20 = 1,41 g/mI). Agiter
et chauffer pendant 1 h. Refroidir et rincer la paroi in-
dépôt électrolytique (voir
5.2 Montage pour
terne du bécher.
figure 1).
7.1.4 Ajouter 25 ml d’acide sulfurique (4.2) et évapo-
5.3 Cathode et anode en platine. Cathode de pré-
rer jusqu’à siccité mais ne pas faire cuire. Ajouter au
férence en forme de plaque perforée, de 41 mm de
résidu refroidi 40 ml d’eau et 15 ml d’acide sulfurique
hauteur et de 41 mm de diamètre. Anode de type
(4.2). Couvrir et chauffer pour mettre les sels en solu-
bobine.
tion.
La solution ne doit pas être agitée quand le précipité
de sulfate de nickel anhydre commence à se former.
6 Échantillonnage et préparation
NOTE 1 Pour éviter une ébullition à soubressauts et des
des échantillons
pertes mécaniques au début de l’étape de chauffage à fu-
mées, il est recommandé de couvrir la plaque chauffante
d’un coussinet en fibre de verre ou en amiante. Le tissu
6.1 L’échantillonnage et la préparation de I’échan-
sans amiante ZETEXI) est apparu adéquat.
tillon pour laboratoire doivent être effectués suivant
USA. Cette information est donnée

1) ZETEX est l’appellation commerciale d’un produit distribué par Newtex Industries Inc.,

à l’intention des utilisateurs de la présente Norme internationale et ne signifie nullement que I’ISO approuve ou recommande

l’emploi exclusif du produit ainsi désigné. Des produits équivalents peuvent être utilisés s’il est démontré qu’ils conduisent aux

mêmes résultats.
---------------------- Page: 4 ----------------------
@ ISO ISO 12169:1996(F)
6 V à12 V C.C.
Anode de type
Cathode en formede
bobine en platine atine
rplaque perforée en pl
,---- Agitateur magnétique
Figure 1 - Montage pour dépôt électrolytique

7.15 Filtrer le résidu insoluble éventuel avec un pa- 7.2 Dépôt électrolytique de nickel, de cobalt

pier filtre Whatman #40 dans un bécher de forme
et de cuivre
haute de 400 ml et réserver le filtrat.
7.2.1 Placer un agitateur magnétique dans la solution
NOTE 2 Certaines formes spéciales d’oxyde de nickel sont
obtenue en 7.1.7 et, tout en agitant, diluer la solution à
facilement solubles dans les acides dilués et n’exigent pas
250 ml avec la solution d’ammoniaque (4.5).
l’ajout de chlorate de potassium. Ces oxydes se mettent en
solution dans 60 ml d’acide nitrique (4.3). Une solution
claire du type obtenu en 7.1.4 n’a pas à être filtrée et se
traite directement de la manière indiquée en 7.1.7.
7.2.2 Peser la cathode vierge propre et la fixer au
pôle négatif du montage électrolytique où se trouve
déjà l’anode de type bobine. Vérifier que le montage
est hors tension pendant cette opération.
7.1.6 Transférer le filtre et le résidu dans un creuset
en platine. Sécher, calciner et allumer pour oxyder le
carbone. Refroidir, ajouter 0,5 ml d’acide sulfurique
7.2.3 Plonger entièrement les électrodes dans la so-
(4.2) et 2 ml d’acide fluorhydrique (4.4). Evaporer pru-
lution, couvrir le bécher d’un verre de montre fendu et
demment juste à siccité et faire fondre le résidu avec
mettre en marche le dispositif de ventilation aspirante
2 g de disulfate de potassium (4.7). Laisser refroidir le
(s’il existe). Mettre sous tension et effectuer
culot de fusion et le mettre en solution dans 20 ml à
l’électrolyse de la solution comme suit.
30 ml d’eau. Combiner au filtrat de 7.1.5.
À 0,2 ampère par échantillon, toute la nuit, sans agiter.
7.1.7 Diluer la solution claire à 150 ml et procéder au
Le lendemain, rincer à l’eau le verre de montre fendu

dépôt électrolytique selon 7.2. et la paroi interne du bécher. Diluer à 250 ml avec la

---------------------- Page: 5 ----------------------
@ ISO
ISO 12169:1996(F)
en agitan t, con- solution dans une fiole jaugée à un trait de 250 ml.
solution d’ammoniaque (4.5) et, tout
échantillo n pen- Compléter au volume avec de l’eau et homogénéiser.
tinuer l’électrolyse à 0,5 ampère par
Doser le cobalt et le cuivre de cette solution par spec-
dant 30 min.
trométrie d’absorption atomique comme indiqué en
Augmenter jusqu’à 1,O ampère échantil Ion et con-
annexe B.
Par
tinuer l’électrolyse, tout en agita pendant 60 min.
nt,
7.5 Détermination de l’humidité
7.2.4 Vérifier l’achèvement du dépôt en prélevant de
1 ml à 2 ml d’électrolyte et en plaçant la solution sur
Déterminer la teneur en humidité de l’échantillon pour
une plaque éclairante. Mélanger à une goutte ou deux
essai en pesant une portion séparée de l’échantillon
de solution de diméthylglyoxime (4.8). Si aucune colo-
dans un flacon sécheur pesé au préalable. Peser, à
ration rose n’apparaît, l’électrolyse est terminée.
0,000 1 g près, environ 2 g de l’échantillon pour essai.
Sécher la prise d’essai dans le flacon ouvert à 105 OC
pendant 4 h. Couvrir le flacon, le refroidir dans un
7.2.5 Arrêter l’agitateur magnétique et, sans couper
dessiccateur et peser de nouveau. Enregistrer les
le courant, laver la cathode à l’eau au moment de la
masses avant et après séchage.
retirer de l’électrolyte. Rincer la cathode au méthanol
dans deux béchers successifs et la sécher quelques
instants à 100 OC. Couper l’alimentation électrique du
montage d’électrolyse. Conserver l’électrolyte et do-
8 Expression des résultats
ser le nickel résiduel selon 7.3.
8.1 Calcul
7.2.6 Refroidir et peser la cathode, puis enregistrer
sa masse. Soustraire la masse de la cathode vierge
8.1.1 Calculer l’humidité de la prise d’essai, wH,O, en
(voir 7.2.2) pour obtenir la masse nette du dépôt de
pourcentage en masse, à l’aide de la formule:
nickel impur.
100 (mwi - m,J
NOTE 3 Certains signes montrent que sous certaines
WH,O =
conditions électrolytiques, notamment en cas de dépôt ra-
pide, le platine de l’anode de type bobine peut se dissoudre
et peut venir se déposer en partie sur la cathode. Cela peut
être vérifié en pesant l’anode de type bobine avant et après
le dépôt électrolytique. Aucune perte de masse n’a été
est la masse, en grammes, de la prise
constatée en utilisant le mode opératoire décrit.
d’essai;
mwl est la masse, en grammes, du flacon sé-
cheur avec la prise d’essai avant séchage;
7.3 Dosage du nickel dans l’électrolyte usé
mw2 est la masse, en grammes, du flacon sé-
Évaporer l’électrolyte usé (7.2.5) sur une plaque chauf-
cheur avec la prise d’essai après séchage.
fante juste à siccité. Ne pas
cuire. Ajouter 20 ml
d’acide chlorhydrique (4.1) et de l’eau pour mettre les
sels en solution. Transférer la solution dans une fiole
8.1.2 Calculer la teneur en nickel de la prise d’essai,
jaugée à un trait de 250 ml, compléter au volume avec
@Ni, en pourcentage en masse, corrigée pour tenir
de l’eau et homogénéiser. Doser le nickel résiduel de
compte de l’humidité, à l’aide de la formule:
la solution par spectrométrie d’absorption atomique
comme indiqué en annexe A.
1 O4 (ml - mCu - mCo + mNi)
WNi =
mg x (100 - q+O)
7.4 Dosage du cuivre et du cobalt
dans le nickel électrodéposé
est la masse, en grammes, de la prise
d’essai;
Placer la cathode pesée (voir 7.2.6) dans un bécher et
ajouter 100 ml d’acide nitrique (4.3). Couvrir le bécher
est la masse, en grammes, du nickel impur
et chauffer pour mettre le dépôt en solution. Maintenir
(avec CU et CO) déposé sur la cathode (voir
chaud pendant environ 30 min. Laver et enlever la ca-
7.2.6);
thode. Évaporer juste à siccité, refroidir et ajouter
mCu est la masse, en grammes, du cuivre trouvé
25 ml d’acide chlorhydrique (p20 = 1 ,18 g/ml). Digérer
dans le nickel électrodéposé (voir 7.4);
dans un bécher couvert jusqu’à ce que la mousse
cesse de se former. Évaporer juste à siccité, refroidir,
mCo est la masse, en grammes, du cobalt trouvé
ajouter encore 25 ml d’acide chlorhydrique (p20 =
dans le nickel électrodéposé (voir 7.4);
1,18 g/mI) et répéter l’évaporation. Mettre les sels
gram mes, du nickel résiduel
en solution dans 20 ml d’acide chlorhydrique (4.1), est la masse
I en
mNi
lution dële ctrolyte (voir 7.3).
en chauffant si nécessaire. Refroidir et transférer la trouvé dans I a SO
---------------------- Page: 6 ----------------------
@ ISO ISO 12169:1996(F)
échantillons 3, 4 et 5. Un autre laboratoire a vu ses
8.2 Fidélité
résultats rejetés comme aberrants au test de Cochran
pour l’échantillon 2 et comme aberrants au test de
8.2.1 Essais en laboratoire
Grubb pour l’échantillon 1.
Neuf laboratoires dans quatre pays ont participé à des
essais suivant ce mode opératoire sur cinq échantil-
lons d’oxyde de nickel: NIST-671, NIST-672, NIST-673,
S-1003 (oxyde noir soluble dans l’acide) et S-1900
9 Interférences
(f ritté réfractaire).
Le zinc et le cadmium, bien que habituellement non
Chaque laboratoire a enregistré trois résultats pour
présents dans l’oxyde de nickel, seraient codéposés
chaque échantillon. Deux des trois dosages ont été
avec le nickel de la solution d’ammoniaque. Dans le
effectués en double le jour 1. Le troisième dosage a
cas où leur présence est connue, ils doivent être dé-
été effectué séparément à un jour différent, jour 2.
terminés dans la solution de nickel électrodéposé (7.4)
par spectrométrie d’absorption atomique et la masse
8.2.2 Analyse statistique
du dépôt de nickel impur doit être corrigée en consé-
quence.
8.2.2.1 Les résultats du programme d’essai interla-
boratoire ont été évalués conformément à I’ISO 5725 2).
II a été observé que la présence de 0,2 mg de chro-
Les données ont été testées par les tests de Cochran
me(lll) dans la solution d’ammoniaque retarde le dépôt
et Grubb (voir I’ISO 5725-2) pour détecter les éven-
électrolytique de nickel, surtout à des courants élevés
tuelles valeurs statistiquement aberrantes.
et peut avoir pour conséquence une teneur plus éle-
vée de nickel résiduel dans l’électrolyte usé. Toute-
8.2.2.2 Le principe du test de Cochran veut qu’une
fois, la contamination du dépôt de nickel par le
série de résultats soit aberrante si la variante intra-
chrome était insignifiante (< 0,Ol %).
laboratoire est trop grande par rapport à celles des
autres laboratoires. Le test de Grubb sert à détermi-
ner si la moyenne d’un laboratoire est trop éloignée de
celles des autres laboratoires. Les deux tests ont été
10 Rapport d’essai
appliqués au niveau de confiance de 95 %.
8.2.2.3 La répétabilité (r) et la reproductibilité (R) ont
Le rapport d’essai doit contenir les informations sui-
été calculées à partir des deux valeurs obtenues le
vantes:
jour 1 suivant la procédure spécifiée dans I’ISO 5725 21,
a) la référence à la méthode utilisée;
au niveau de confiance de 95 %. La reproductibilité
intralaboratoire (R,) a été calculée à partir de la
...

NORME
INTERNATIONALE
Première édition
1996-04-01
- Dosage du nickel -
Oxyde de nickel
Méthode par dépôt électrolytique
of nickel content - Electrolytic deposition
Nickel oxide - De termina tien
method
Numéro de référence
ISO 12169:1996(F)
---------------------- Page: 1 ----------------------
ISO 12169:1996(F)
Avant-propos
L’ISO (Organisation internationale de normalisation) est une fédération
mondiale d’organismes nationaux de normalisation (comités membres de
I’ISO). L’élaboration des Normes internationales est en général confiée aux
comités techniques de I’ISO. Chaque comité membre intéressé par une
étude a le droit de faire partie du comité technique créé à cet effet. Les
organisations internationales, gouvernementales et non gouvernemen-
tales, en liaison avec I’ISO participent également aux travaux. L’ISO colla-
bore étroitement avec la Commission électrotechnique internationale (CEI)
en ce qui concerne la normalisation électrotechnique.
Les projets de Normes internationales adoptés par les comités techniques
sont soumis aux comités membres pour vote. Leur publication comme
Normes internationales requiert l’approbation de 75 % au moins des co-
mités membres votants.
La Norme internationale ISO 12169 a été élaborée par le comité technique
ISO/TC 155, Nickel et alliages de nickel, sous-comité SC 3, Analyse du
nickel et du ferro-nickel.
Les annexes A, B et C font partie intégrante de la présente Norme inter-
nationale.
0 ISO 1996

Droits de reproduction réservés. Sauf prescription différente, aucune partie de cette publi-

cation ne peut être reproduite ni utilisée sous quelque forme que ce soit et par aucun pro-

cédé, électronique ou mécanique, y compris la photocopie et les microfilms, sans l’accord

écrit de l’éditeur.
Organisation internationale de normalisation
Case postale 56 l CH-l 211 Genève 20 l Suisse
Imprimé en Suisse
---------------------- Page: 2 ----------------------
NORME INTERNATIONALE @ ISO ISO 12169:1996(F)
Oxyde de nickel - Dosage du nickel -
Méthode par dépôt
électrolytique
1 Domaine d’application 3 Principe

La présente Norme internationale prescrit une mé- Mise en solution d’une prise d’essai dans une solution

thode gravimétrique pour le dosage du nickel dans d’acide nitrique et de chlorate de potassium. Élimina-

l’oxyde de nickel et l’oxyde de nickel partiellement ré- tion de l’acide nitrique par chauffage à fumées avec

duit dans la plage allant de 70 % ) à 95 % . de l’acide sulfurique. Décomposition du résidu insolu-

(mlm hh )
ble éventuel par fusion avec du disulfate de potas-
stum.
Déposition électrolytique du nickel d’une solution
ammoniacale et pesée du dépôt.
2 Références normatives
Dosage du cobalt et du cuivre codéposés par remise
en solution du dépôt de nickel et mesurage du cobalt
Les normes suivantes contiennent des dispositions
et du cuivre par spectrométrie d’absorption atomique.
qui, par suite de la référence qui en est faite, consti-
Soustraction de la masse trouvée de cobalt et de cui-
tuent des dispositions valables pour la présente
vre de la masse du dépôt de nickel impur.
Norme internationale. Au moment de la publication,
les éditions indiquées étaient en vigueur. Toute norme
Dosage du nickel résiduel dans la solution d’électro-
est sujette à révision et les parties prenantes des ac-
lyte ammoniacal par spectrométrie d’absorption ato-
cords fondés sur la présente Norme internationale
mique et ajout de la masse de nickel trouvée à la
sont invitées à rechercher la possibilité d’appliquer les
masse du dépôt de nickel.
éditions les plus récentes des normes indiquées ci-
après. Les membres de la CEI et de I’ISO possèdent
Correction du dépôt net de nickel pour tenir compte
le registre des Normes internationales en vigueur à un
de l’humidité de l’échantillon.
moment donné.
ISO 385-l :1984, Verrerie de laboratoire - Burettes -
Partie 1: Spécifica Cons générales.
4 Réactifs
ISO 648:1977, Verrerie de laboratoire - Pipettes à un
trait.
Au cours de l’analyse et, sauf indication contraire, uti-
liser uniquement des réactifs de qualité analytique re-
ISO 1042:1983, Verrerie de laboratoire - Fioles jau-
connue et de l’eau de qualité 2 conforme à I’ISO 3696.
gées à un trait.
ISO 3696:1987, Eau pour laboratoire à usage analyti-
4.1 Acide chlorhydrique, pzo = 1 ,18 g/mI, dilué
- Spécifica tien et méthodes d’essai.
9ue
(1 +l).
ISO 5725-2:1994, Exactitude (justesse et fidélité) des
résultats et méthodes de mesure - Partie 2: Mé-
4.2 Acide sulfurique, p20 = 1,84 g/mI, dilué (1 +l).
thode de base pour la détermination de la répétabilité
et de la reproductibilité d’une méthode de mesure
4.3 Acide nitrique, p20 = 1,41 g/mI, dilué (1 +l).
normalisée.
---------------------- Page: 3 ----------------------
0 ISO
ISO 12169:1996(F)
les méthodes habituellement acceptées ou, en cas de
4.4 Acide fluorhydrique, pzo = 1 ,13 g/mI, dilué
litige, conformément à la Norme internationale appro-
(1 +l).
priée.
AVERTISSEMENT - L’acide fluorhydrique est ex-
trêmement irritant et corrosif pour la peau et les

muqueuses, provoquant des brûlures graves, len- 6.2 L’échantillon pour laboratoire se présente géné-

tes à guérir. En cas de contact avec la peau, bien ralement sous la forme d’une poudre homogène et

laver à l’eau et consulter un médecin. aucune autre préparation n’est nécessaire.

45 . Ammoniaque, solution, p20 = 0,89 g/mI.
6.3 Si l’échantillon pour laboratoire contient des par-
ticules ou des morceaux de tailles très différentes, il
convient d’obtenir l’échantillon pour essai en utilisant
4.6 Chlorate de potassium, KCIO,, de qualité
un diviseur à lames.
réactif.
AVERTISSEMENT - Le chlorate de potassium est
un oxydant puissant qui peut exploser, s’il est
contaminé.
7 Mode opératoire
4.7 Disulfate de potassium, K2S20T, de qualité
7.1 Prise d’essai et préparation
réactif.
de la solution d’essai
4.8 Diméthylglyoxime, solution.
7.1.1 Peser, à 0,001 g près, environ 2 g d’échantillon

Dissoudre 1 g de diméthylglyoxime [C(:NOH)CH,], pour essai et les transférer dans un bécher en pyrex

dans 100 ml de méthanol. de forme haute de 400 ml.
7.12 Ajouter 1 g de chlorate de potassium (4.6) et
mouiller avec 20 ml d’eau en rinçant la paroi interne
5 Appareillage
du bécher. Ajouter 60 ml d’acide nitrique (p20 =
1,41 g/mI) et couvrir le bécher. Placer sur une plaque
Verrerie ordinaire de laboratoire, et
chauffante jusqu’à mise en solution visible (1 h à 2 h).
Enlever de la plaque chauffante.
5. l Semi-microbalance analytique, précise à
0,Ol mg près.
7.1.3 Ajouter encore 0,5 g de chlorate de potassium
(4.6) et 30 ml d’acide nitrique (p20 = 1,41 g/mI). Agiter
et chauffer pendant 1 h. Refroidir et rincer la paroi in-
dépôt électrolytique (voir
5.2 Montage pour
terne du bécher.
figure 1).
7.1.4 Ajouter 25 ml d’acide sulfurique (4.2) et évapo-
5.3 Cathode et anode en platine. Cathode de pré-
rer jusqu’à siccité mais ne pas faire cuire. Ajouter au
férence en forme de plaque perforée, de 41 mm de
résidu refroidi 40 ml d’eau et 15 ml d’acide sulfurique
hauteur et de 41 mm de diamètre. Anode de type
(4.2). Couvrir et chauffer pour mettre les sels en solu-
bobine.
tion.
La solution ne doit pas être agitée quand le précipité
de sulfate de nickel anhydre commence à se former.
6 Échantillonnage et préparation
NOTE 1 Pour éviter une ébullition à soubressauts et des
des échantillons
pertes mécaniques au début de l’étape de chauffage à fu-
mées, il est recommandé de couvrir la plaque chauffante
d’un coussinet en fibre de verre ou en amiante. Le tissu
6.1 L’échantillonnage et la préparation de I’échan-
sans amiante ZETEXI) est apparu adéquat.
tillon pour laboratoire doivent être effectués suivant
USA. Cette information est donnée

1) ZETEX est l’appellation commerciale d’un produit distribué par Newtex Industries Inc.,

à l’intention des utilisateurs de la présente Norme internationale et ne signifie nullement que I’ISO approuve ou recommande

l’emploi exclusif du produit ainsi désigné. Des produits équivalents peuvent être utilisés s’il est démontré qu’ils conduisent aux

mêmes résultats.
---------------------- Page: 4 ----------------------
@ ISO ISO 12169:1996(F)
6 V à12 V C.C.
Anode de type
Cathode en formede
bobine en platine atine
rplaque perforée en pl
,---- Agitateur magnétique
Figure 1 - Montage pour dépôt électrolytique

7.15 Filtrer le résidu insoluble éventuel avec un pa- 7.2 Dépôt électrolytique de nickel, de cobalt

pier filtre Whatman #40 dans un bécher de forme
et de cuivre
haute de 400 ml et réserver le filtrat.
7.2.1 Placer un agitateur magnétique dans la solution
NOTE 2 Certaines formes spéciales d’oxyde de nickel sont
obtenue en 7.1.7 et, tout en agitant, diluer la solution à
facilement solubles dans les acides dilués et n’exigent pas
250 ml avec la solution d’ammoniaque (4.5).
l’ajout de chlorate de potassium. Ces oxydes se mettent en
solution dans 60 ml d’acide nitrique (4.3). Une solution
claire du type obtenu en 7.1.4 n’a pas à être filtrée et se
traite directement de la manière indiquée en 7.1.7.
7.2.2 Peser la cathode vierge propre et la fixer au
pôle négatif du montage électrolytique où se trouve
déjà l’anode de type bobine. Vérifier que le montage
est hors tension pendant cette opération.
7.1.6 Transférer le filtre et le résidu dans un creuset
en platine. Sécher, calciner et allumer pour oxyder le
carbone. Refroidir, ajouter 0,5 ml d’acide sulfurique
7.2.3 Plonger entièrement les électrodes dans la so-
(4.2) et 2 ml d’acide fluorhydrique (4.4). Evaporer pru-
lution, couvrir le bécher d’un verre de montre fendu et
demment juste à siccité et faire fondre le résidu avec
mettre en marche le dispositif de ventilation aspirante
2 g de disulfate de potassium (4.7). Laisser refroidir le
(s’il existe). Mettre sous tension et effectuer
culot de fusion et le mettre en solution dans 20 ml à
l’électrolyse de la solution comme suit.
30 ml d’eau. Combiner au filtrat de 7.1.5.
À 0,2 ampère par échantillon, toute la nuit, sans agiter.
7.1.7 Diluer la solution claire à 150 ml et procéder au
Le lendemain, rincer à l’eau le verre de montre fendu

dépôt électrolytique selon 7.2. et la paroi interne du bécher. Diluer à 250 ml avec la

---------------------- Page: 5 ----------------------
@ ISO
ISO 12169:1996(F)
en agitan t, con- solution dans une fiole jaugée à un trait de 250 ml.
solution d’ammoniaque (4.5) et, tout
échantillo n pen- Compléter au volume avec de l’eau et homogénéiser.
tinuer l’électrolyse à 0,5 ampère par
Doser le cobalt et le cuivre de cette solution par spec-
dant 30 min.
trométrie d’absorption atomique comme indiqué en
Augmenter jusqu’à 1,O ampère échantil Ion et con-
annexe B.
Par
tinuer l’électrolyse, tout en agita pendant 60 min.
nt,
7.5 Détermination de l’humidité
7.2.4 Vérifier l’achèvement du dépôt en prélevant de
1 ml à 2 ml d’électrolyte et en plaçant la solution sur
Déterminer la teneur en humidité de l’échantillon pour
une plaque éclairante. Mélanger à une goutte ou deux
essai en pesant une portion séparée de l’échantillon
de solution de diméthylglyoxime (4.8). Si aucune colo-
dans un flacon sécheur pesé au préalable. Peser, à
ration rose n’apparaît, l’électrolyse est terminée.
0,000 1 g près, environ 2 g de l’échantillon pour essai.
Sécher la prise d’essai dans le flacon ouvert à 105 OC
pendant 4 h. Couvrir le flacon, le refroidir dans un
7.2.5 Arrêter l’agitateur magnétique et, sans couper
dessiccateur et peser de nouveau. Enregistrer les
le courant, laver la cathode à l’eau au moment de la
masses avant et après séchage.
retirer de l’électrolyte. Rincer la cathode au méthanol
dans deux béchers successifs et la sécher quelques
instants à 100 OC. Couper l’alimentation électrique du
montage d’électrolyse. Conserver l’électrolyte et do-
8 Expression des résultats
ser le nickel résiduel selon 7.3.
8.1 Calcul
7.2.6 Refroidir et peser la cathode, puis enregistrer
sa masse. Soustraire la masse de la cathode vierge
8.1.1 Calculer l’humidité de la prise d’essai, wH,O, en
(voir 7.2.2) pour obtenir la masse nette du dépôt de
pourcentage en masse, à l’aide de la formule:
nickel impur.
100 (mwi - m,J
NOTE 3 Certains signes montrent que sous certaines
WH,O =
conditions électrolytiques, notamment en cas de dépôt ra-
pide, le platine de l’anode de type bobine peut se dissoudre
et peut venir se déposer en partie sur la cathode. Cela peut
être vérifié en pesant l’anode de type bobine avant et après
le dépôt électrolytique. Aucune perte de masse n’a été
est la masse, en grammes, de la prise
constatée en utilisant le mode opératoire décrit.
d’essai;
mwl est la masse, en grammes, du flacon sé-
cheur avec la prise d’essai avant séchage;
7.3 Dosage du nickel dans l’électrolyte usé
mw2 est la masse, en grammes, du flacon sé-
Évaporer l’électrolyte usé (7.2.5) sur une plaque chauf-
cheur avec la prise d’essai après séchage.
fante juste à siccité. Ne pas
cuire. Ajouter 20 ml
d’acide chlorhydrique (4.1) et de l’eau pour mettre les
sels en solution. Transférer la solution dans une fiole
8.1.2 Calculer la teneur en nickel de la prise d’essai,
jaugée à un trait de 250 ml, compléter au volume avec
@Ni, en pourcentage en masse, corrigée pour tenir
de l’eau et homogénéiser. Doser le nickel résiduel de
compte de l’humidité, à l’aide de la formule:
la solution par spectrométrie d’absorption atomique
comme indiqué en annexe A.
1 O4 (ml - mCu - mCo + mNi)
WNi =
mg x (100 - q+O)
7.4 Dosage du cuivre et du cobalt
dans le nickel électrodéposé
est la masse, en grammes, de la prise
d’essai;
Placer la cathode pesée (voir 7.2.6) dans un bécher et
ajouter 100 ml d’acide nitrique (4.3). Couvrir le bécher
est la masse, en grammes, du nickel impur
et chauffer pour mettre le dépôt en solution. Maintenir
(avec CU et CO) déposé sur la cathode (voir
chaud pendant environ 30 min. Laver et enlever la ca-
7.2.6);
thode. Évaporer juste à siccité, refroidir et ajouter
mCu est la masse, en grammes, du cuivre trouvé
25 ml d’acide chlorhydrique (p20 = 1 ,18 g/ml). Digérer
dans le nickel électrodéposé (voir 7.4);
dans un bécher couvert jusqu’à ce que la mousse
cesse de se former. Évaporer juste à siccité, refroidir,
mCo est la masse, en grammes, du cobalt trouvé
ajouter encore 25 ml d’acide chlorhydrique (p20 =
dans le nickel électrodéposé (voir 7.4);
1,18 g/mI) et répéter l’évaporation. Mettre les sels
gram mes, du nickel résiduel
en solution dans 20 ml d’acide chlorhydrique (4.1), est la masse
I en
mNi
lution dële ctrolyte (voir 7.3).
en chauffant si nécessaire. Refroidir et transférer la trouvé dans I a SO
---------------------- Page: 6 ----------------------
@ ISO ISO 12169:1996(F)
échantillons 3, 4 et 5. Un autre laboratoire a vu ses
8.2 Fidélité
résultats rejetés comme aberrants au test de Cochran
pour l’échantillon 2 et comme aberrants au test de
8.2.1 Essais en laboratoire
Grubb pour l’échantillon 1.
Neuf laboratoires dans quatre pays ont participé à des
essais suivant ce mode opératoire sur cinq échantil-
lons d’oxyde de nickel: NIST-671, NIST-672, NIST-673,
S-1003 (oxyde noir soluble dans l’acide) et S-1900
9 Interférences
(f ritté réfractaire).
Le zinc et le cadmium, bien que habituellement non
Chaque laboratoire a enregistré trois résultats pour
présents dans l’oxyde de nickel, seraient codéposés
chaque échantillon. Deux des trois dosages ont été
avec le nickel de la solution d’ammoniaque. Dans le
effectués en double le jour 1. Le troisième dosage a
cas où leur présence est connue, ils doivent être dé-
été effectué séparément à un jour différent, jour 2.
terminés dans la solution de nickel électrodéposé (7.4)
par spectrométrie d’absorption atomique et la masse
8.2.2 Analyse statistique
du dépôt de nickel impur doit être corrigée en consé-
quence.
8.2.2.1 Les résultats du programme d’essai interla-
boratoire ont été évalués conformément à I’ISO 5725 2).
II a été observé que la présence de 0,2 mg de chro-
Les données ont été testées par les tests de Cochran
me(lll) dans la solution d’ammoniaque retarde le dépôt
et Grubb (voir I’ISO 5725-2) pour détecter les éven-
électrolytique de nickel, surtout à des courants élevés
tuelles valeurs statistiquement aberrantes.
et peut avoir pour conséquence une teneur plus éle-
vée de nickel résiduel dans l’électrolyte usé. Toute-
8.2.2.2 Le principe du test de Cochran veut qu’une
fois, la contamination du dépôt de nickel par le
série de résultats soit aberrante si la variante intra-
chrome était insignifiante (< 0,Ol %).
laboratoire est trop grande par rapport à celles des
autres laboratoires. Le test de Grubb sert à détermi-
ner si la moyenne d’un laboratoire est trop éloignée de
celles des autres laboratoires. Les deux tests ont été
10 Rapport d’essai
appliqués au niveau de confiance de 95 %.
8.2.2.3 La répétabilité (r) et la reproductibilité (R) ont
Le rapport d’essai doit contenir les informations sui-
été calculées à partir des deux valeurs obtenues le
vantes:
jour 1 suivant la procédure spécifiée dans I’ISO 5725 21,
a) la référence à la méthode utilisée;
au niveau de confiance de 95 %. La reproductibilité
intralaboratoire (R,) a été calculée à partir de la
...

Questions, Comments and Discussion

Ask us and Technical Secretary will try to provide an answer. You can facilitate discussion about the standard in here.