Refrigerated light hydrocarbon fluids — Calibration of membrane tanks and independent prismatic tanks in ships — Physical measurement

Includes a method for the internal measurement of thanks used for the transport. In addition to the actual process of measurement, it sets out the calculation procedures for compiling the calibration table and correction tables to be used for the computation of cargo quantities. Definitions are given.

Hydrocarbures légers réfrigérés — Étalonnage des réservoirs à membrane et réservoirs pyramidaux — Mesurage physique

1.1 La présente Norme internationale spécifie une méthode de mesure interne des réservoirs à membrane et des réservoirs pyramidaux auto-porteurs dans les navires transporteurs de gaz liquéfié. Outre le processus actuel pour effectuer les mesures, la présente Norme internationale incorpore des méthodes de calcul pour établir des tables de barémage de réservoir et des tables de correction à utiliser pour le calcul des quantités de cargaison. 1.2 La présente Norme internationale s'applique aux réservoirs à membrane, où des échafaudages sont montés pour revêtir l'intérieur avec des membranes; dans le cas de réservoirs pyramidaux auto-porteurs, d'autres moyens de sécurité d'accès aux emplacements requis de mesurage peuvent être utilisés.

General Information

Status
Withdrawn
Publication Date
21-Jun-1989
Withdrawal Date
21-Jun-1989
Current Stage
9599 - Withdrawal of International Standard
Start Date
20-Nov-2013
Completion Date
20-Nov-2013
Ref Project

RELATIONS

Buy Standard

Standard
ISO 8311:1989 - Refrigerated light hydrocarbon fluids -- Calibration of membrane tanks and independent prismatic tanks in ships -- Physical measurement
English language
17 pages
sale 15% off
Preview
sale 15% off
Preview
Standard
ISO 8311:1989 - Hydrocarbures légers réfrigérés -- Étalonnage des réservoirs a membrane et réservoirs pyramidaux -- Mesurage physique
French language
17 pages
sale 15% off
Preview
sale 15% off
Preview
Standard
ISO 8311:1989 - Hydrocarbures légers réfrigérés -- Étalonnage des réservoirs a membrane et réservoirs pyramidaux -- Mesurage physique
French language
17 pages
sale 15% off
Preview
sale 15% off
Preview

Standards Content (sample)

INTERNATIONAL ISO
STANDARD 8311
First edition
1989-07-01
Refrigerated light hydrocarbon fluids -
Calibration of membrane tanks and independent
prismatic tanks in ships - Physical
measurement
H ydrocarbures Egers r6 frig&& - Etalonnage des r&ervoirs a membrane
et reservoirs p yramidaux - Mesurage ph ysigue
Reference number
ISO 8311 : 1989 (El
---------------------- Page: 1 ----------------------
ISO8311 : 1989 (E)
Page
Contents
..............................................................
Foreword
............................................................
Introduction
..............................................................
1 Scope
.................................................
2 Normative references
.......................................................... 1
3 Definitions
......................................................... 2
4 Precautions
5 Equipment ..........................................................
5.1 Dynamometer ..................................................
5.2 End-to-end rule .................................................
5.3 Lasertransmitter ................................................
................................................. 3
5.4 Measuringtape
Opticallevel .................................................... 3
5.5
5.6 Steelrule .......................................................
................................................... 3
5.7 Thermometer
................................................. 3
5.8 Tension handle.
........................................................ 3
6 Measurement
6.1 Method ........................................................
.............................. 3
6.2 Determination of measuring positions
6.3 Marking ........................................................
........................................ 3
6.4 Tank length measurement
......................................... 4
6.5 Tank width measurement
Tank height measurement ........................................
6.6
@ ISO 1989

All rights reserved. No part of this publication may be reproduced or utilized in any form or by any

means, electronie cr mechanical, including photocopying and microfilm, without Permission in

writing from the publisher.
International Organization for Standardization
Case postale 56 l CH-121 1 Geneve 20 l Switzerland
Printed in Switzerland
---------------------- Page: 2 ----------------------
ISO8311 : 1989 (E)
6.7 Bottom calibration ............................................... 6
6.8 Location of level gauge ........................................... 6
6.9 Temperature. ................................................... 9
6.10 Deadwood .................................................... 9
7 Calculation procedure ................................................ 9
7.1 Calculation of tank volume ........................................ 9
7.2 Effect of bottom undulation ....................................... 9
7.3 Area of chamfer Portion .......................................... 9
7.4 Trim corrections. ................................................ 9
7.5 List corrections .................................................
7.6 Combined trim and list corrections ................................. 9
7.7 Correction for tank Shell expansion or contraction .................... 9
8 Calibration tables. .................................................... 10
8.1 Calibration report ................................................ 10
8.2 Main gauge table ................................................ 10
8.3 Trim correction table ............................................. 10
8.4 List correction table .............................................. 10
............... 10
8.5 Correction table for tank Shell expansion or contraction
8.6 Correction for float-type level gauge ................................ 10
Annexes
A Safety precautions for work in membrane tanks .......................... 11
............... 12
B Example of calculation of errors for a typical membrane tank
C Example of a main gauge table. ........................................ 14
...................................... 15
D Example of a trim correction table
E Example of a list correction table .......................................
........ 17
F Example of a correction table for expansion/contraction of tank Shell
. . .
Ill
---------------------- Page: 3 ----------------------
ISO8311 : 1989 (EI
Foreword

ISO (the International Organization for Standardization) is a worldwide federation of

national Standards bodies (ISO member bedies). The work of preparing International

Standards is normally carried out through ISO technical committees. Esch member

body interested in a subject for which a technical committee has been established has

the right to be represented on that committee. International organizations, govern-

mental and non-governmental, in liaison with ISO, also take patt in the work. ISO

collaborates closely with the International Electrotechnical Commission (IEC) on all

matters of electrotechnical standardization.

Draft International Standards adopted by the technical committees are circulated to

the member bodies for approval before their acceptance as International Standards by

the ISO Council. They are approved in accordance with ISO procedures requiring at

least 75 % approval by the member bodies voting.
International Standard ISO 8311 was prepared by Technical Committee ISO/TC 28,
Petroleum products and lubrican ts.
Annexes A to F are for information only.
---------------------- Page: 4 ----------------------
ISO8311 : 1989(E)
Introduction

Large quantities of light hydrocarbons consisting of compounds having 1 to 4 carbon

atoms are stored and transported by sea as refrigerated liquids at pressures close to

atmospheric. These liquids tan be divided into two main groups, liquefied natura) gas

(LNG) and liquefied Petroleum gas (LPG). Bulk transportation of these liquids requires

a special technology in ship design and construction to enable shipborne trans-
portation to be safe and economical.

Measurement of cargo quantities in ships’ tanks for custody transfer purposes has to

be of a high Order of accuracy. This International Standard, together with others in the

series, specifies methods of internal measurement of ships’ tanks from which tank

calibration tables tan be derived.

This International Standard covers calibration techniques applicable to membrane type

tanks, i.e. tanks in which the containment System comprises a relatively thin mem-

brane of either stainless steel or high-nickel steel alloy supported by insulation and

also, with some modifications, to tanks constructed of aluminium alloy or steel for low-

temperature Service that are independent, self-supporting and approximately prismatic

in shape.
Annex A gives recommendations on safety precautions to be observed during the
calibration.
Annex B gives an analysis sf the sources of error for a typical membrane tank.

Annex C gives an example of a calibration table relating partial filling volume as a func-

tion of liquid level and annexes D, E and F give examples of trim, list and temperature

correction tables.
---------------------- Page: 5 ----------------------
This page intentionally leff blank
---------------------- Page: 6 ----------------------
ISO 8311 : 1989 (EI
INTERNATIONAL STANDARD
Refrigerated light hydrocarbon fluids - Calibration
of membrane tanks and independent prismatic tanks
Physical measurement
in ships -
Measurements made to provide
1 Scope 3.1.1 bottom calibration :
calibration of the bottom part of a tank to take account of un-
dulation in the bottom plate.
1.1 This International Standard specifies a method for the
internal measurement of membrane tanks and independent
prismatic tanks used in ships for the transport of refrigerated
32 calibration table (main gauge table) : A table, often
light hydrocarbon fluids. In addition to the actual process of
referred to as a tank table or a tank capacity table, showing the
measurement, it sets out the calculation procedures for com-
capacity of, or volumes in, a tank corresponding to various li-
piling the calibration table and correction tables to be used for
quid levels measured from the gauge reference Point (sec 3.6),
the computation of cargo quantities.
with the ship on an even keel and upright.
1.2 For membrane tanks, the procedures of this International
3.3 chamfer : A slanting surface connecting the Walls of a
Standard utilize the scaffolding used for the installation sf the
tank with its top or bottom surface (see figure 5).
membranes to support the measuring equipment but, for in-
dependent prismatic tanks, other safe means of access to the

required measuring positions have to be used. 3.4 deadwood : Any tank fitting or structure, including

rounded corners or radiussed ends, which affect the capacity
of the tank. Deadwood is referred to as “positive deadwood”
when the capacity of the fitting adds to the effective capacity of
2 Normative references
the tank, or “negative deadwood” when the volume of the
fitting displaces liquid and reduces the effective capacity.
The following Standards contain provisions which, through
reference in this text, constitute provisions of this International
3.5 gauging : All the measurements taken in a tank
Standard. At the time of publication, the editions indicated
necessary to determine the quantity of liquid and vapour con-
were valid. All Standards are subject to revision, and Parties to
tained therein.
agreements based on this International Standard are encouraged
to investigate the possibility of applying the most recent editions
of the Standards listed below. Members of IEC and ISO main-
3.6 gauge reference point : The Point from which the
tain registers of currently valid International Standards
liquid depths are measured.
ISO 4512 : -l), Petroleum and liquid Petroleum products -
3.7 horizontal plane : A plane established parallel to the
Eguipment - Tank gauging and calibration - Manual
tank bottom.
methods.
ISO 7507-1 : - ‘1, Petroleum and liquid petroleum products -
3.8 liquid level : Height of the liquid surface measured from
Volumetric calibration of vertical c ylindrical tanks -- Part 7 :
the gauge reference Point. When the ship is in list or trim con-
S trapping me thod.
dition, the height is measured at a right angle to the tank
bottom.
3 Definitions
3.9 list : Transverse inclination of a ship.
For the purposes of this International Standard, the following
3.10 longitudinal fine : A line formed by a longitudinal
definitions shall apply.
plane crossing a horizontal plane.
31 . calibration : The process of determining the total
3.1’1 longitudinal plane : A vertical plane running parallel to
capacity or partial capacities of a tank corresponding to dif-
the centreline of the tank.
ferent levels.
1) To be published.
---------------------- Page: 7 ----------------------
ISO8311 : 1989 (E)

3.12 : A line (Iongitudinal, transverse or ver- The calibrator shall provide detailed Sketches of any abnor-

measuring line
mality of the tank or its fittings where such Sketches will
tical) on a three-dimensional rectangular grid with a pitch not
materially assist the interpretation of the recorded data.
greater than 5 m. Measurement for calibration purposes is
taken along these measuring lines.
4.3 If drawings for the tank are available, all measurements

3.13 port : The left-hand side of a ship facing forward. taken shall be compared with the corresponding dimensions

shown on the drawings. Any measurement showing a signifi-
cant discrepancy in this comparison shall be rechecked.
3.14 reference line : A Standard line established by a string
or laser. A calibration method using this line is adopted as an
alternative to direct measurements, where it is considered im-
4.4 Measurements shall be taken twice to check whether
practical to take direct measurements.
they agree within the following tolerantes; if they do not agree,
measurements shall be continued until two consecutive
readings agree, and their average shall be taken as the result.
3.15 reference offsets : Clearances or offsets between the
tank bottom and a horizontal plane set over it, which are

measured along all the vertical lines drawn on the fore and aft Measurement Tolerante

end Walls.
up to 20 m + 2mm
+ 3 mm
over 20 m
3.16 reference plane : A plane parallel to a side Wall, end
for offset + 0,5 mm
Passes through a reference line.
wall or tank bottom which
If the measurements have been interrupted, the last measure-
ments taken shall be repeated. If the new measurements do not
3.17 section line : A line formed section plane crossing
bY a
agree, within the required tolerante, with the earlier measure-
a horizontal plane.
ments, then the earlier set shall be rejected.
3.18 section plane : A plane parallel with the fore and aft
end Walls of a tank.
4.5 When measurements are made with a measuring tape,
the tension specified in the tape calibration certificate shall be
applied.
The right-hand side of a ship facing
3.19 starboard :
forward.
4.6 The measuring tape shall be supported, if necessary, so
as to prevent it from sagging. If tape sag is unavoidable, the
3.20 trim : Longitudinal inclination of a ship.
calibrator shall note this and a catenary correction shall be ap-
plied during calculation.
3.21 vertical line : A line formed by a section plane on the
side Walls and formed by a longitudinal plane on the fore and
aft end Walls.
4.7 When measuring a membrane tank, care shall be taken to
ensure that the membrane is in contact with the supporting
material.
4 Precautions
NOTE In some cases it may be possible to ensure this contact
bY ap-
This clause outlines the precautions to be taken during
beneath the membrane.
a vacuum to the space
PMW
measurement in Order to ensure that the required calibration
precision is obtained.
4.8 The trim and list of the ship shall be kept unchanged
while the Optical level or laser transmitter is used.
4.1 Utmost care and attention shall be exercised in taking
measurements, and any unusual occurrence during the
measuring work which might affect the results obtained shall
be recorded.
5 Equipment
The calibration method described in this International Standard

may be applied to ships whether afloat or in a dry dock or on a the tension specif ied for a

5.1 Dynamometer r to check
building Slip. However, its use for ships in a dry dock is pre-
measuring tape.
ferred, because trim or list, if any, will remain the same
throughout the calibration procedure. The necessary adjust-
5.2 End-to-end rule, graduated in centimetres and
ment shall be made to any measurement by Optical level or laser
millimetres, to be used to measure deadwood, etc. A wooden
transmitter if the ship’s attitude has changed.
rule shall be free of warping. The rule shall bear the identifi-
cation of a recognized standardizing authority or certificate of
4.2 If unusual distortion is found in the tank, additional
identification.
measurement shall be taken by the calibrator as considered
necessary and sufficient to provide the required accuracy in the
5.3 Laser transmitter, emitting a Iow-power laser beam
calibration table. Notes by the calibrator detailing the extra
with a divergente of less than 4 mm at a distance of 35 m,
measurements and the reasons for them shall be included in the
which tan be rotated through 360° vertically and horizontally.
calibration report.
---------------------- Page: 8 ----------------------
ISO 8311 : 1989 (El

complying with the specifications plates, horizontal and vertical lines on the fore and aft end Walls

5.4 Measuring tape,
and horizontal and vertical lines on the port and starboard end
given in ISO 4512, clause 20.
Walls.
5.5 Optical level, having an erect image and a magnification
6.4 Tank length measurement
of x 20 or greater, capable of being focussed to 1,5 m or less
and with a spirit Ievel sensitivity of 40 seconds of arc per 2 mm
Measure ta nk lengths along all the longitudinal lines at each
or less.
level of the horizontal planes as described in 6.4. 1 to 6.4.3.
5.6 Steel rule, to be used to measure clearances, etc.,
6.4.1 Length measurement on the bottom plate
graduated in millimetres. The rule shall bear the identification of
a recognized standardizing authority or certificate of identifi-
Measure distances between the fore and aft end Walls along all
cation.
the longitudinal lines marked on the bottom plate with a
measuring tape stretched thereon.
5.7 Thermometer, of suitable range, having an accuracy of
It 0,5 OC.
6.4.2 Length measurement on the top plate
5.8 Tension handle, fastened to the measuring tape to
Measure distances on the top plate in a manner similar to that
apply tension to pull it into a straight line (sec ISO 4512).
for the bottom plate (see 6.4.1). Care shall be taken to keep the
measuring tape in contact with the top plate.
6 Measurement
6.4.3 Length measurement in an intermediate horizontal
plane
6.1 Method
To avoid inaccurate measurement due to excessive sagging of
This clause and clause 7 set out a method of measurement and
the measuring tape, apply the reference line method using a
calculation applicable to tanks constructed using a membrane
string line (6.4.3.1) or laser beam (6.4.3.2).
containment System.
As shown in figure 1, lengths in these imaginary planes tan be
Measurements of the distances between opposite Walls of a
obtained by applying offset corrections at both ends, a2, a3 . . .
tank shall be taken by tensioning the tape as specified on the
a, -1 and !Q, b3 . . . b,, _ 1 f to the length measured directly on
tape certificate.
the side Wall.
Tanks constructed of aluminium alloy or steel for low-tempera-
ture Service, and of independent, self-supporting and approxi-
6.4.3.1 String line
mately prismatic shape, may exhibit significant deformation or
building inaccuracy. If such distortion has been identified, addi-
1) Mark PI and P2, SI and SZ, on both side Walls at equal
tional measurement, as indicated in 4.2, shall be carried out.
distances from the end Walls. Measure the lengths Kp, Ls)
between the fore and aft end Walls with a measuring tape ex-
The decision to adopt an alternative method shall be made by
tended along both side Walls, supporting the tape on the wall to
the calibrator. The reasons for the decision shall be included in
prevent it from sagging.
the field notes.
2) Stretch strings between the opposite Points PI and SI, P2
and S,, and measure the offsets between the strings and the
6.2 Determination of measuring positions
end Walls (aI, u2 . . . a, and b,, & . . . b,) with a rule.
Tank calibration is basically the measurement of the tank
measuring th offsets, take care to put the
3) In ese measuring
length, width and height between known positions. These
rule at a right angle to the string.
positions are determined by setting out a number of horizontal,
longitudinal and section planes.
6.4.3.2 Laser beam line
These planes intersect to form lines along which the measure-
ments of length, width and depth shall be taken. The various
1) Mount a laser transmitter on one of the end Walls with an
planes shall be set out at intervals not greater than 5 m; the in-
appropriate clearance, then align the laser beam horizontally
terval shall be adjusted so that the resulting measurements
and approximately parallel to the end Wall.
reflect any Change of section and adequately describe any
deformation. The positions at which measurements are to be
2) Mark PI on the port side wall where the laser beam strikes
taken shall be determined by the calibrator but shall not be
the Wall, then rotate the beam through 180° and mark S, where
more than 5 m apart.
the beam strikes the starboard Wall.
3) Measure offsets between the centre of the beam and the
6.3 Marking
end wall (~1, a2 . . . a,) with a rule.
Having determined the positions at which measurements are to

be taken, mark the lines which run on the tank inner Walls. 4) Repeat the same procedure on the opposite end Wall. Mark

Mark the section and longitudinal lines on the top and bottom
P2, SZ and measure 6,, 62 . . . b,.
---------------------- Page: 9 ----------------------
1so8311 : 1989 (El
Port side wall
Aft end wall e M- Fore end wall
Longitudinal lines
String line
String line -
(or laser beam)
(or laser beam)
n-l
Starboard side wall
Figure 1 - Plan view of an intermediate horizontal plane
6.5.1 Width measurement on an intermediate
6.4.3.3 Average length
horizontal plane
The purpose of the measurement using a string line (6.4.3.1) or
laser beam (6.4.3.2) is to obtain the average length, L, of each
Measure tank width in the same way as in the length measure-
intermediate horizontal plane, which is calculated from the
ment by actual measurement of wf and w, in combination with
equation
the string or laser beam method as shown in figure 2.
The average width, w, for each intermediate horizontal plane is
(Qi + bi)
given by the equation
L, + Ls -
(LZl + 0, + bj + bn)
i=l
L= +
2 n
(Ci + d,)
Alternatively, another formula of equal or better precision may c
- (c, + c, + d, + d,)
Wf + wa i=l
be used when it is considered adequate in the light of the shape
W= +
of the tank. n
6.4.3.4 Laser beam plane
6.5.2 Chamfer portions
As an alternative to the laser beam reference line method
described in 6.4.3.2, the Single beam laser may be replaced by a
Measure the width on the end Walls at the tank top as well as at
laser producing a laser plane. A rotating laser is set up adjacent
the bottom of the upper chamfer. Likewise, measure the width
to and approximately parallel with each inner surface. The
on the end Walls at the tank bottom and at the top of the lower
plane will pass through the laser reference lines described in
chamfer.
6.4.3.2. Offset measurements are taken between the plane and
the positions on the wall determined as described in 6.2.
6.5.3 Trapezoidal tank
6.5 Tank width measurement
If the tank width is less at one end, measure the width in the in-
termediate horizontal planes in the same way as in 6.5.1, as
Tank widths are measured along all the section lines set in each
shown in figure 3.
horizontal plane as described in 6.5.1 to 6.5.3.
---------------------- Page: 10 ----------------------
ISO 8311 : 1989 (E)
Port side wall
String line (or laser beam)
- Section line
Aft end wall-
- Fore end wall
String line (or laser beam)
Starboard side wall
Figure 2 - Plan view of an intermediate horizontal plane
~ Port side wall
i:::
-L?
Aft end wali -
--- -
Si -s
m Section line
/--
iJ \
- Fore end wall
L Starboard side wall
Figure 3 - Plan view sf an intermediate horizontal plane (trapezoidal tank)
---------------------- Page: 11 ----------------------
ISO 8311 : 1989 (El
b) Measure height d, between this reference line and the bot-
The average
width ( Wo) of the fore end wall an d the average
tom plate along all the vertical lines, and take another measure-
width (w,) of the aft end wall are calculated from
the equations
ment d, between the reference line and the top of the lower
n chamfer at the corners of the tank.
(c; + dl)
c) The height h, of the lower chamfer is calculated from the
ci + C; + di + dn
i=l
Wf = wi - equation
h, = average value of d, - average value of d,
and
6.6.2.3 Height of upper chamfer h, at the fore and aft end
(c; + d;)
Walls
ci + C; + di + d; ,
i=l
w, = w; - +
and h, have been obtained, the
Now that heights h,, heig ht
2 hr-rl
of th e upper chamfer is calculated from the equation
As shown in figure 3, the offsets to be taken in measuring the
h, = h, - h, - hl
widths should theoretically be the ones parallel to the fore and
aft end Walls (ci . . . c>, di . . . dh), and the offsets di
6.7 Bottom calibration
measured at right angles to the side wall should be corrected,
as shown in figure 4, to d: measured parallel to the fore and aft
Figure 6 Shows an oblique pr kojection view of a tank bottom to
Walls by the formula d: = di x sec 8 where 8 is the angle
indicate the positions where measurements are required.
between the side wall and the plane at right angles to the fore
and aft Walls.
Figure 7 Shows an expanded transverse section of the tank bot-
tom to illustrate the measurements used in the assessment of
bottom undulation.
. Tank height measurement
6.7.1 reference plane with an Optical level
Set a or a laser
Figure 5 Shows a transverse section view of a tank indicating
beam with so Ime cleara nee fr0 #rn the tank bottom.
where measurements are required and the values used in
calculating chamfer.
6.7.2 Measure reference offsets between the bottom plate
and the reference plane along all the vertical lines set on the
6.6.1 Measurement of total height, h,
fore and aft end Walls. The average of the measurements is
denoted as RB.
6.6.1 .l
Total height at the fore and aft end Walls
6.7.3 Likewise, take measurements of the depths at all in-
Measure distances between the top and bottom plates with a
tersections of the longitudinal lines with the section lines on the
measuring tape along all vertical lines, and calculate the
bottom plate. The average of these measurements as well as of
arithmetic mean, h,.
the measurements used in obtaining RB is denoted as RA.
6.6.1.2 Total height at an intermediate section plane
6.7.4 Calculate the numerical differente AB between the
average reference offset RB and the average depth measure-
On the top and bottom plates, draw section lines and longi-
ment RA from the equation
tudinal lines which will make grids on both plates. Using a
measuring tape, measure the distances between the intersec-
AB = 1 RA - RB )
tions of these lines on the top plate and the corresponding
Points on the bottom plate.
The increase or decrease in volume due to bottom undulation is
obtained by multiplying the differente AB by the area of the
6.6.2 Partial height measurement tank bottom plate.
6.6.2.1 Height h, at the side Walls
6.7.5 Measure the depth RC between the reference plane and
gauge reference Point (see figure 7). The clearance BC of the
Measure the distance between the bottom of the upper
gauge reference Point in relation to the tank bottom is then
chamfer and the top of the lower chamfer, along all vertical
calculated from the equation
lines drawn on both side Walls, and obtain the average thereof
by the arithmetic mean, which is denoted as h,.
BC = RB - RC

6.6.2.2 Height h, of lower chamfer at the fore and aft 6.8 Location of level gauge

end Walls
The location of the level gauge shall be indicated by the
distances from the nearby wall and the bottom of the lower
a) Set a reference line with an Optical level or a laser beam ap-
chamfer and recorded for inclusion in the calculation of trim
proximately parallel to the bottom and the end Walls with some
and list corrections.
clearance from the top of the lower chamfer.
---------------------- Page: 12 ----------------------
ISO8311 : 1989 (E)
M--- Fore
Figure 4 -
Correction of offsets
--, r Upper chamfer
Tank top
Vertical lines
I -l
- Side wall
line --\ 1 Total height, h,
Centr e
Reference line
- Tank bottom Lower chamfer
Figure 5 - Transverse section view
---------------------- Page: 13 ----------------------
ISO8311 : 1989 (EI
Centreline
-4 Side wall-
Refere
(see 6.
Depths
measured
(see 6.7.3)
RA) -
(average =
Reference offset
(see 6.72)
(average = RB)
Centreline
-y” LP’ Centreline ’
Figure 6 - Oblique projection view of tank bottom
Gauge reference Point
Reference line (plane)
AB = 1 RA - RB 1
BC = RB - RC
Figure 7 - Transverse section view of tank bottom
---------------------- Page: 14 ----------------------
ISO 8311 : 1989 (E)
6.9 Temperature 7.1 Calculation of tank volume

The atmospheric temperature in the tank shall be measured at The tank table shall be compiled by means of multiple horizon-

intervals of 2 h or less and, when this differs from the cali-
tal areas calculated at each centimetre of height starting from

bration temperature of the measuring tape (normally 20 OC), the tank bottom as the zero level. Esch horizontal area shall be

the measurements shall be corrected for the expansion or con-
obtained from the average length L and the average width w,

traction of the tape. In the case of independent self-supporting taking into account the deadwood affecting the area.

tanks, the measurements shall be corrected for the contraction
or expansion of the measuring tape and tank material using the
7.2 Effect of bottom undwlation
equation
Any increase or decrease in volume arising from tank bottom
C = D x (a, - a,) x IT - t)
undulation shall be adjusted in relation to the gauge reference
Point (sec 6.7.5).
where
measured length for the
C is the total correctio n to the
7.3 Area of chamfer Portion
effect of temperature;
D is the measured length;
7.3.1 The area at an arbitrary height in the lower chamfer
is the hean coefficient of linear expansion of the
Portion of the tank shall be calculated as a function of h, (see
measuring tape;
figure 5) employing h, (sec 6.6.2.2) as well as horizontal areas
at the top and the bottom of the chamfer.
is the mean coefficient of linear expansio n of the
from which the tank is constructed;
7.3.2 For the main (m iddle) part of the tank, one and the
...

NORME ISO
INTERNATIONALE 8311
Première édition
1989-07-01
Hydrocarbures légers réfrigérés - Étalonnage
des réservoirs à membrane et réservoirs
pyramidaux - Mesurage physique
Re frigera ted light hydrocarbon fluids - Calibra tion of membrane tanks and
independent prismatic tanks in ships - Ph ysical measuremen t
Numéro de référence
ISO 8311 : 1989 (FI
---------------------- Page: 1 ----------------------
1so8311 : 1989 (FI
Page
Sommaire
Avant-propos ...........................................................
Introduction .............................................................
................................................ 1
1 Domaine d’application
............................................... 1
2 Références normatives.
3 Définitions.. ........................................................
4 Précautions .........................................................
5 Équipement .........................................................
.................................................. 2
5.1 Dynamomètre
.................................... 3
5.2 Règle graduée de bout en bout
..................................................
5.3 Émetteurlaser
................................................ 3
5.4 Ruban de mesure
................................................. 3
5.5 Niveau optique.
5.6 Règleenacier ...................................................
5.7 Thermomètre ...................................................
.............................................. 3
5.8 Poignée de tension
6 Mesure .............................................................
6.1 Méthode .......................................................
............................. 3
6.2 Détermination des positions de mesure
6.3 Marquage ......................................................
................................. 3
6.4 Mesure de la longueur du réservoir
........................ 4
6.5 Mesure de la largeur (envergure) du réservoir
.................................. 5
6.6 Mesure de la hauteur du réservoir
0 ISO 1989

Droits de reproduction réservés. Aucune partie de cette publication ne peut être reproduite ni

utilisée sous quelque forme que ce soit et par aucun procédé, électronique ou mécanique,

y compris la photocopie et les microfilms, sans l’accord écrit de l’éditeur.
Organisation internationale de normalisation
Case postale 56 l CH-121 1 Genève 20 l Suisse
Imprimé en Suisse
---------------------- Page: 2 ----------------------
6.7 Étalonnage du fond .............................................. 7
6.8 Position de la jauge de niveau ..................................... 9
6.9 Température. ................................................... 9
6.10 OEuvres mortes ................................................ 9
7 Méthode de calcul. ................................................... 9
7.1 Calcul du volume du réservoir ..................................... 9
7.2 Effet des ondulations du fond du réservoir. .......................... 9
7.3 Surfaces aux parties Chanfrein&s. ................................. 9
7.4 Correction pour l’angle d’assiette .................................. 9
7.5 Correction pour la gîte. ........................................... 10
7.6 Correction pour l’assiette et la gîte combinées. ....................... 10

7.7 Correction pour le retrait ou la dilatation de l’enveloppe du réservoir ..... 10

..................................................
8 Tables d’étalonnage 10
8.1 Rapport d’étalonnage ............................................ 10
8.2 Table principale d’étalonnage ..................................... 10
8.3 Table de correction en fonction de l’assiette ......................... 10
8.4 Table de correction en fonction de la gîte. ........................... 10
8.5 Table de correction pour l’enveloppe du réservoir. .................... 10

8.6 Correction dans le cas de jauge de niveau à flotteur . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 10

Annexes

A Précautions de sécurité lors de travaux dans des réservoirs à membrane. . . . . . 11

B Exemple de calcul d’erreur appliqué au cas d’un réservoir à membrane . . . . . . . 12

C Exemple d’une table principale d’étalonnage ............................. 14
D Exemple d’une table de correction d’assiette ............................. 15
E Exemple d’une table de correction de la gîte ............................. 16
F Exemple d’une table de correction des dilatations et retraits de l’enveloppe
duréservoir .........................................................
. . .
III
---------------------- Page: 3 ----------------------
isO8311 : 1989 (FI
Avant-propos
L’ISO (Organisation internationale de normalisation) est une fédération mondiale

d’organismes nationaux de normalisation (comités membres de I’ISO). L’élaboration

des Normes internationales est en général confiée aux comités techniques de I’ISO.

Chaque comité membre intéressé par une étude a le droit de faire partie du comité

technique créé à cet effet. Les organisations internationales, gouvernementales et non

gouvernementales, en liaison avec I’ISO participent également aux travaux. L’ISO col-

labore étroitement avec la Commission électrotechnique internationale (CEI) en ce qui

concerne la normalisation électrotechnique.

Les projets de Normes internationales adoptés par les comités techniques sont soumis

aux comités membres pour approbation, avant leur acceptation comme Normes inter-

nationales par le Conseil de I’ISO. Les Normes internationales sont approuvées confor-

mément aux procédures de I’ISO qui requièrent l’approbation de 75 % au moins des
comités membres votants.

La Norme internationale ISO 8311 a été élaborée par le comité technique ISO/TC 28,

Produits pé toliers et lubrifiants .
Les annexes A à F sont donnees uniquement à titre d’information.
---------------------- Page: 4 ----------------------
ISO8311 : 1989 (FI
Introduction
De grandes quantités d’hydrocarbures légers constitués de composés ayant 1 à

4 atomes de carbone sont stockées et transportées par mer en tant que liquides réfrigé-

rés, à des pressions voisines de la pression atmosphérique. Ces liquides peuvent être

répartis en deux groupes principaux : gaz naturel liquéfié (GNL) et gaz de pétrole liqué-

fié (GPL). Le transport en vrac de ces liquides nécessite l’intervention de technologies

particulières, tant en ce qui concerne la conception que la construction de navires per-

mettant une expédition par bateau à la fois sûre et économique.
La mesure des quantités de la cargaison des méthaniers/butaniers doit être d’une

haute précision, en raison des droits de passage en douane. La présente Norme inter-

nationale, de même que d’autres normes de la même série, spécifient les méthodes de

mesure interne des réservoirs à bord et à partir desquelles on peut établir des tables

d’étalonnage.

La présente Norme internationale définit des techniques d’étalonnage applicables aux

réservoirs à membrane, où le système logeant le contenu comporte une membrane

relativement mince en acier inoxydable ou en acier à haute teneur en nickel, associée à

un calorifugeage et, moyennant quelques modifications, à des réservoirs construits en

alliage d’aluminium ou d’acier convenant à un service à basse température et qui sont

indépendants, auto-portants et de forme à peu près pyramidale.

L’annexe A fournit des recommandations sur les précautions de sécurité qui doivent

être observées pendant l’étalonnage.

L’annexe 6 présente une analyse des sources d’erreurs pour un réservoir à membrane

type-

L’annexe C donne un exemple de table d’étalonnage donnant le volume partiel rempli

en fonction du niveau du liquide, et les annexes D, E et F donnent des exemples de

tables de correction de l’assiette, de la gîte et de la température.
---------------------- Page: 5 ----------------------
Page blanche
---------------------- Page: 6 ----------------------
ISO 8311 : 1989 (F)
NORME INTERNATIONALE
Hydrocarbures légers réfrigérés - Étalonnage des
réservoirs à membrane et réservoirs pyramidaux -
Mesurage physique
3.1 étalonnage : Processus consistant à déterminer la capa-
1 Domaine d’application
cité totale d’un réservoir ou des capacités partielles à différents
niveaux de celui-ci.
1.1 La présente Norme internationale spécifie une méthode
de mesure interne des réservoirs à membrane et des réservoirs
pyramidaux auto-porteurs dans les navires transporteurs de gaz
3.1.1 étalonnage du fond : Mesure destinée à fournir un
liquéfié. Outre le processus actuel pour effectuer les mesures,
étalonnage du fond du bac pour tenir compte des ondulations
la présente Norme internationale incorpore des méthodes de
de la plaque de fond.
calcul pour établir des tables de barémage de réservoir et des
tables de correction à utiliser pour le calcul des quantités de
3.2 table d’étalonnage (table principale de calibrage) :
cargaison.
Table, souvent appelée «table du réservoir)) ou «table de capa-
cité du réservoir», donnant les capacités ou les volumes corres-
pondant à différents niveaux de liquides dans un réservoir,
1.2 La présente Norme internationale s’applique aux réser-
mesurés à partir du point de référence du calibrage (voir 3.6), le
voirs à membrane, où des échafaudages sont montés pour
navire n’ayant pas d’assiette ni de gîte.
revêtir l’intérieur avec des membranes; dans le cas de réservoirs
pyramidaux auto-porteurs, d’autres moyens de sécurité d’accès
aux emplacements requis de mesurage peuvent être utilisés.
3.3 chanfrein : Surface de la pente de raccordement entre
les parois et le sommet ou le fond du réservoir (voir figure 5).
3.4 œuvres mortes : Structures ou accessoires d’un réser-
2 Références normatives
voir, y compris des calottes sphériques ou des extrémités cylin-
driques, qui affectent la capacité d’un réservoir. On se réfère à
Les normes suivantes contiennent des dispositions qui, par
des «œuvres mortes positives» quand leur capacité s’ajoute à
suite de la référence qui en est faite, constituent des disposi-
celle du réservoir et à des «œuvres mortes négatives» quand
tions valables pour la présente Norme internationale. Au
leur volume déplace du liquide et réduit la capacité réelle du
moment de la publication, les éditions indiquées étaient en
réservoir.
vigueur. Toute norme est sujette à révision et les parties pre-
nantes des accords fondés sur cette Norme internationale sont
invitées à rechercher la possibilité d’appliquer les éditions les
3.5 calibrage : Toutes les mesures nécessaires prises dans
plus récentes des normes indiquées ci-après. Les membres de
un réservoir dans le but de déterminer la quantité de liquide et
la CEI et de I’ISO possèdent le registre des Normes internatio-
de vapeur qu’il contient.
nales en vigueur à un moment donné.
3.6 point de référence du calibrage *: Point à partir duquel
- 11, Pétrole et produits pétroliers liquides - Équi-
ISO 4512 :
on exécute les mesures des profondeurs de liquide.
pement - Calibrage et étalonnage des réservoirs - Méthode
manuelle.
3.7 plan horizontal : Plan imaginaire parallèle au fond du
- 1 ) Pétrole et produits pétroliers liquides - ka-
ISO 7567-l :
réservoir.
lonnage de réskvoirs cylindriques verticaux - Partie 7 :
Méthode par ceinturage.
3.8 niveau de liquide :
Hauteur de la surface du liquide
mesurée à partir du point de référence du calibrage. Quand le
réservoir se trouve dans des conditions où le navire prend de la
gîte ou a un angle d’assiette, la hauteur est mesurée perpendi-
3 Définitions
culairement au fond du réservoir.
Pour les besoins de la présente Norme internationale, les défini-
tions suivantes s’appliquent.
3.9 gîte : Inclinaison transversale d’un navire.
1) À publier.
---------------------- Page: 7 ----------------------
ISO8311:1989 (FI
gîte ou l’assiette, si elle a lieu, demeure constante pendant
Ligne imaginaire formée par un
3.10 ligne longitudinale :
toutes les opérations de mesure. Des corrections appropriées
plan longitudinal coupant un plan horizontal.
doivent être apportées aux mesures par niveau optique ou par
émetteur laser si l’attitude du navire subit des modifications.
: Plan imaginaire vertical parallèle à
3.11 plan longitudinal
l’axe de la citerne.
4.2 Si des déformations particulières sont constatées au sein
du réservoir, des mesures supplémentaires doivent être exécu-
: Lignes imaginaires (longitudinale,
3.12 lignes de mesure
tées par le métreur pour recueillir un ensemble de données suf-
transversale et verticale) d’une grille rectangulaire à trois dimen-
fisant à l’élaboration d’une table précise d’étalonnage; les
sions, écartées d’un pas maximal de 5 m. Les mesures prises
observations du métreur doivent accompagner toutes les
pour le calibrage sont effectuées le long de ces lignes de
mesures supplémentaires et leurs raisons faites à ce propos. II
mesure.
est également recommandé que le métreur fournisse, si c’est
nécessaire pour clarifier la situation, des croquis montrant

3.13 bâbord : Côté gauche du navire dans le sens de son toutes les anomalies affectant le réservoir ou ses accessoires et

déplacement vers l’avant.
pouvant interférer sur la précision de l’étalonnage.
: Ligne standard établie au moyen

3.14 ligne de référence 4.3 Si l’on dispose de plans relatifs au réservoir, toutes les

d’un cordeau ou d’un laser. Une méthode d’étalonnage basée
mesures prises doivent être comparées aux dimensions corres-
sur cette ligne est adoptée en variante d’une mesure réelle
pondantes, indiquées sur les plans. Toute mesure ne soutenant
quand il est considéré comme impossible de pratiquer une
pas une telle comparaison doit être vérifiée une seconde fois.
mesure réelle.
4.4 Toutes les mesures doivent être exécutées deux fois pour

3.15 écarts de référence : Intervalles ou écarts entre le vérifier si elles concordent, compte tenu des tolérances admis-

fond du réservoir et un plan horizontal au-dessus de ce fond et sibles ci-dessous; en cas de désaccord, continuer les mesures

qui sont mesurés le long de toutes les lignes verticales tracées
jusqu’à ce que deux valeurs consécutives soient en bonne cor-

sur les parois d’extrémités avant et arrière. respondance et prendre la moyenne des deux valeurs comme

résultat.
: Plan formé par une ligne de réfé-
3.16 plan de référence
Mesure Tolérance
rence courant parallèlement à une paroi latérale, à une paroi
jusqu’à 20 m +2m
d’extrémité ou au fond du réservoir.
plus de 20 m +3m
pour les écarts * 0,5 m
te) : Ligne ima-
ligne de sectionne ment (ligne sécan
3.17
sécant coupant un plan horizontal.
ginaire formée par un plan
Si le mesurage est interrompu, recommencer les dernières
mesures effectuées. Si les nouvelles mesures prises ne sont pas

3.18 plan sécant : Plan imaginaire parallèle aux parois conformes, selon les tolérances admissibles, aux mesures pré-

d’extrémité avant et arrière d’un réservoir. cédentes, ces dernières doivent être rejetées.

3.19 tribord : Côté droit du navire dans le sens de son dépla- 4.5 Lorsque les mesures sont effectuées avec un ruban ou

une sonde de mesure, il faut appliquer la tension spécifiée dans
cement vers l’avant.
le certificat de calibration de la sonde.
3.20 assiette : Inclinaison longitudinale d’un navire.
4.6 Supporter le ruban mesureur à l’aide de dispositifs appro-
priés pour éviter un affaissement ou une flèche. Si l’on ne peut
3.21 ligne verticale : Ligne imaginaire formée par une sec-
empêcher un fléchissement du ruban, fournir une correction du
tion plane coupant un plan longitudinal.
type appliqué à un caténaire.
4.7 Quand on mesure un réservoir à membrane, vérifier que
4 Précautions
la membrane est en étroit contact avec le matériau support.
,dre au cours defi
,ticle déf in t les précautions à pren
Le présent ar
Danscertains cas, on peut vérifier ce contact en créant un
NOTE -
la précision requise de l’étalonnage
mesures afin d’assurer
vide dans l’espace immédiatement en dessou s de la membrane.
4.1 On doit veiller avec le plus grand soin à l’exécution Aes
La gîte et l’assiette du navire ne d oivent pas être modi-
4.8
mesures, et tout incident inhabituel survenant lors des opéra- laser.
fiées lorsqu’on utilise un niveau optique ou un émetteur
tions d’étalonnage et pouvant en affecter les résultats doit être
scrupuleusement noté.
5 Équipement
La méthode d’étalonnage décrite dans la présente Norme inter-
nationale peut être appliquée soit sur des navires à flot, soit sur
51 . Dynamomètre, permettant de vérifier la tensio n don-
des navires en cale sèche ou en cale de construction. Toutefois,
née, comme prescrit, au ruban mesureur.
son utilisation sur des navires en cale sèche est préférée, car la
---------------------- Page: 8 ----------------------
ISO 8311 : 1989 (F)

5.2 Règle graduée de bout en bout, en centimètres et en différents plans sont déterminés à des intervalles ne dépassant

pas 5 m; l’intervalle doit être réglé de manière que les mesures
millimètres, utilisée pour mesurer des œuvres mortes, etc. Une
en résultant prennent en compte tout changement de section
règle en bois doit être exempte de gondolage. La règle doit por-
et puissent décrire avec précision toute déformation. Les posi-
ter le timbre d’une autorité de normalisation reconnue ou avoir

un certificat d’identification. tions où les mesures sont prises doivent être déterminées par le

métreur, mais ne doivent pas être distantes de plus de 5 m.
5.3 Émetteur laser, émettant un faisceau laser de faible
énergie dont la divergence du faisceau est inférieure à 4 mm à 6.3 Marquage
une distance de 35 m et qui peut pivoter de 360°, verticalement
Ayant défini les positions entre lesquelles on prendra les mesu-
et horizontalement.
res, marquer celles se situant sur les surfaces internes du réser-
voir. Les lignes longitudinales et sectionnelles sont marquées
5.4 Ruban de mesure, répondant aux spécifications de
sur les tôles du sommet et du fond; les lignes sectionnelles et
I’ISO 4512, article 20.
verticales sont marquées sur les extrémités avant et arrière et
les lignes longitudinales et verticales sur les surfaces bâbord et
5.5 Niveau optique, ayant une image redressée, un grossis- tribord.
sement de x 20 ou plus, capable d’une focalisation à 1,5 m ou
moins, et dont la sensibilité du niveau à bulle est de 40 s par
64 . Mesure de la longueur du réservoir
2 mm au moins.
Les longueurs de réservoir sont mesurées le long des lignes lon-
gitudinales à chaque niveau des plans horizontaux tels que
5.6 Règle en acier, utilisée pour mesurer les tolérances, etc.
décrit en 6.4.1 à 6.4.3.
et devant être graduée en millimètres. Cette règle doit porter le
timbre d’une autorité de normalisation reconnue ou avoir un
6.4.1 Mesure de la longueur sur la plaque de fond
certificat d’identification.
Mesurer les distances entre les parois avant et arrière le long
5.7 Thermomètre, ayant une échelle appropriée et une pré-
des lignes longitudinales marquées sur le fond, avec un ruban
cision de Ifr 0,5 OC.
mesureur tendu comme prescrit sur ce fond.
5.8 Poignée de tension, fixée sur le ruban mesureur per-
6.4.2 Mesure de la longueur sur le sommet
mettant d’appliquer une tension en le tirant en droite ligne (voir
Mesurer les distances sur la plaque du sommet de manière simi-
ISO 4512).
laire aux mesures sur la plaque du fond, comme décrit en 6.4.1.
Veiller à maintenir le ruban mesureur bien appliqué sur la face
interne des plaques du sommet.
6 Mesure
6.4.3 Mesure de la longueur dans un plan
6.1 Méthode
intermédiaire
Le présent article et l’article 7 présentent une méthode de
Pour éviter des mesures imprécises découlant d’une flèche
mesure et de calcul applicable aux réservoirs construits utilisant
excessive du ruban mesureur, on utilisera la méthode pour éta-
un système de confinement de membrane.
blir une ligne de référence à l’aide de cordeaux (6.4.3.1) ou d’un
faisceau laser (6.4.3.2).
La mesure des distances entre des parois opposées du réservoir
doit être effectuée en tendant le ruban mesureur comme pres-
Comme le montre la figure 1, des longueurs comptées sur des
crit dans le certificat du ruban.
plans imaginaires peuvent être obtenues en appliquant des cor-
rections des intervalles aux deux extrémités, tels que a2, a3 . . .
Les citernes construites en alliage d’aluminium ou en acier pour
a,.,-,etb2,63 . . . b, _ 1 à la longueur directement mesurée sur
utilisation à basse température, de forme indépendante auto-
la paroi latérale.
porteuse, pyramidale peuvent présenter des déformations
significatives ou des imprécisions de construction. Si de telles
6.4.3.1 Ligne de cordeaux
déformations sont constatées, de nouvelles mesures, telles
qu’indiquées en 4.2 seront nécessaires.
1) Marquer PI et P2,
SI et S2 sur les deux parois latérales, à
une distance égale des parois d’extrémité. Mesurer les lon-
Le responsable des mesures prendra la décision d’adopter toute
gueurs (Lp, I,,) entre les parois d’extrémité avant et arrière
autre méthode possible et les raisons devront être incluses dans
avec un ruban mesureur tiré le long des deux parois latérales en
le compte rendu du travail effectué sur place.
l’assujettissant de facon appropriée sur la paroi pour éviter qu’il
ne prenne une flèche ou du mou.
6.2 Détermination des positions de mesure
2) Étirer des cordeaux entre les points opposés PI et SI, P2 et
L’étalonnage d’un réservoir consiste essentiellement à mesurer
S2 et mesurer les intervalles entre les cordeaux et la paroi
la longueur, la largeur et la hauteur du réservoir, entre des posi-
d’extrémité (a,, a2 . . . a, et bl, b2 . . . b,) en se servant d’une
tions définies. Ces positions sont déterminées en établissant un
règle.
certain nombre de plans et de sections imaginaires. Ces plans
se coupent et forment des lignes le long desquelles on prend
3) En mesurant ces intervalles, veiller à placer la règle perpen-

des mesures de longueur, de largeur et de profondeur. Les diculairement au cordeau.

---------------------- Page: 9 ----------------------
IS08311 : 1989 (F)
y%, /” Paroi latérale bâbord -,
e Paroi d’extrémité arrière
Paroi d’extrémité avant q
Lignes longitudinales
Ligne de cordeaux Ligne de cordeaux
(ou faisceau laser)
- (ou faisceau laser)
P--
an-1 n-l
s2&
Paroi latérale tribord
Figure 1 - Vue du dessus du plan horizontal intermédiaire
6.4.3.2 Ligne au faisceau laser 6.4.3.4 Plan d’un faisceau laser
Au lieu de recourir à la méthode de la ligne de référence au
1) Installer un émetteur laser sur une paroi d’extrémité, en
faisceau laser (6.4.3.2), on peut remplacer le faisceau laser sim-
laissant un jeu approprié. Aligner ensuite le faisceau laser hori-
ple par un laser produisant un faisceau plan de référence. Un
zontalement et à peu près parallèle à la paroi d’extrémité.
laser pivotant est placé de facon adjacente et approximative-
ment parallèle à chaque surface intérieure. Le plan passe à tra-
2) Marquer PI sur une paroi latérale, à l’endroit du spot laser,
vers les lignes de référence laser décrites en 6.4.3.2. Des mesu-
puis faire privoter le rayon de 180° et marquer SI le spot laser
res d’intervalles sont prises entre le plan et les positions de la
sur l’autre paroi latérale.
paroi tel que décrit en 6.2.
3) Mesurer les intervalles entre le centre du faisceau et la paroi
d’extrémité (a,, a2 . . . a,) à l’aide de la règle.
6.5 Mesure de la largeur du réservoir
4) Répéter la même opération sur la paroi d’extrémité oppo-
La largeur du réservoir est mesurée le long des lignes sécantes
S, et mesurer b,, b, . . . b,.
sée. Marquer P,,
sur chaque plan horizontal tel que décrit en 6.5.1 à 6.5.3.
6.4.3.3 Longueur moyenne
6.5.1 Mesure de la largeur sur un plan horizontal
intermédiaire
Le but des mesures ci-dessus au cordeau (6.4.3.1) ou au laser
(6.4.3.2) est d’obtenir la longueur moyenne, L, de chaque plan
Mesurer la largeur du réservoir en procédant de la même facon
horizontal intermédiaire, en la calculant au moyen de l’équation
que pour la longueur par la mesure réelle de wf et w, combiné à
suivante :
l’aide de la méthode du cordeau ou du rayon laser tel que mon-
tré dans la figure 2.
(ai + bi)
La largeur moyenne, w, de chaque plan intermédiaire horizontal
L, + L, - (a, + a, + b, + b,)
est donnée par l’équation suivante :
_ i=l
L= +
(Ci + di)
En variante, une autre formule d’une précision égale ou meil-
- (cl + c, + dl + d,)
Wf + wa i=l
leure peut être utilisée si elle paraît mieux adaptée à la forme
W= +
2 n
générale du réservoir.
---------------------- Page: 10 ----------------------
IsO 8311 : 1989 (FI
Paroi latérale bâbord
Ligne de cordeaux
(ou faisceau laser)
e - Ligne de section
Paroi arrière
-Paroi avant
Ligne de cordeaux
(ou faisceau laser)
Paroi larérale tribord
Figure 2 - Vue du dessus du plan horizontal intermédiaire
la formule di = di x sec 0 où 8 est l’angle entre la paroi laté-
6.5.2 Raccordement en chanfrein
rale et le plan à angle droit des parois avant et arrière.
Mesurer la largeur sur les parois d’extrémité au sommet du
réservoir et à la base du chanfrein supérieur. Mesurer égale-
6.6 Mesure de la hauteur du réservoir
ment la largeur des parois d’extrémité sur le fond du réservoir et
sur la surface supérieure du chanfrein inférieur.
La figure 5 montre une section transversale de citerne indi-
quant les endroits où il faut effectuer les mesures et les valeurs
utilisées dans les calculs de chanfreins.
6.5.3 Réservoir trapézoïdal
6.6.1 Mesure de la hauteur totale, h,
Dans le cas de réservoirs ayant une largeur devenant plus
étroite à une extrémité, les largeurs sur les plans horizontaux
6.6.1.1 Hauteur totale au niveau des parois d’extrémité avant
intermédiaires sont en principe mesurées comme on a procédé
et arrière
en 6.5.1 tel que montré dans la figure 3.
Mesurer les distances entre les tôles de fond et de sommet
Les largeurs moyennes des cloisons avant (wf) et arrière ( wa)
(toit), à l’aide du ruban mesureur, le long de toutes les lignes
sont calculées à l’aide des équations suivantes :
verticales et en déduire la hauteur moyenne, selon la formule
arithmétique habituelle, soit h,.
(c; + d;)
6.6.1.2 Hauteur totale sur un plan sécant intermédiaire
c; + c; + d; + d;
i=l
= w;
wf Sur les tôles de fond et de sommet, tracer des lignes sécantes
et des lignes longitudinales qui fourniront les grilles de réfé-
rence sur ces tôles. Mesurer les distances entre les intersec-
tions de ces lignes sur les tôles du sommet et les intersections
correspondantes sur les tôles de fond, en utilisant le ruban
(c; + d;)
mesureur.
c; + c’n + d; + d;
i=l
= w;
2 n
6.6.2 Mesure des différentes hauteurs

Comme le montre la figure 3, les intervalles à prendre en 6.6.2.1 Hauteur, h,, au niveau des parois latérales

compte pour la mesure des largeurs doivent théoriquement être

ceux parallèles aux parois d’extrémité avant et arrière Mesurer les distances entre la base du chanfrein supérieur et le

sommet du chanfrein inférieur, le long de toutes les lignes verti-
Cc; . . . CL, d; . . . d k); et les écarts di mesurés perpendiculaire-
cales tracées sur les deux parois latérales et déterminer la
ment aux parois latérales, comme présenté à la figure 4, doi-
moyenne arithmétique, désignée par h,.
vent faire l’objet d’une correction mathématique di, fournie par
---------------------- Page: 11 ----------------------
ISO8311 : 1989 (FI
Paroi Paroi latérale latérale bâbord bâbord
Paroi arrière -
- Ligne sécante
Ligne de cordeaux
- Paroi avant
Paroi latérale tribord

Figure 3 - Vue du dessus d’un plan horizontal intermédiaire (réservoir trapézoïdal)

- Avant
Arrière --w
Figure 4 -
Correction des écarts
---------------------- Page: 12 ----------------------
BO8311 : 1989 (FI
1 Ligne verticale \ ieur
Paroi latérale
Ligne de référence
Fond du réservoir
Chanfrein inférieur
Figure 5 -
Vue d’une coupe transversale
La figure 7 représente une vue en coupe transversale d’un fond
6.6.2.2 Hauteur, h,, aux parois d’extrémité avant et arrière
de citerne pour illustrer les mesures moyennes utilisées dans

a) Fixer une ligne de référence au moyen d’un niveau optique l’évaluation des ondulations du fond.

ou d’un faisceau laser, approximativement parallèle au fond du
réservoir et aux parois d’extrémité, en laissant une certaine dis-
6.7.1 Fixer un plan de référence, à l’aide d’un niveau optique
tance à partir du sommet du chanfrein inférieur.
ou d’un faisceau laser, à une certaine distance du fond du
Mesurer la hauteur dl entre cette ligne de référence et les réservoir.
tôles de fond, le long de toutes les lignes verticales, puis faire
une autre mesure de d, entre la ligne de référence et le sommet
6.7.2 Mesurer les intervalles entre les tôles de fond et le plan
du chanfrein inférieur, aux quatre coins du réservoir.
de référence le long de toutes les lignes verticales tracées sur
les parois d’extrémité avant et arrière. La moyenne des mesures
c) La hauteur du chanfrein inférieur VI,) est calculée au moyen
est désignée par RB.
de l’équation
= valeur moyenne de dl - valeur moyenne de d2
6.7.3 De la même manière, prendre des mesures de profon-
deur à toutes les intersections des lignes longitudinales avec les
6.6.2.3 Hauteur du chanfrein supérieur (h,) aux parois
lignes sécantes, sur les tôles de fond. La moyenne de ces
d’extrémité avant et arrière
mesures, comme dans le cas de RB, est désignée par RA.
Maintenant que les hauteurs h,, h, et h, sont connues, on peut
calculer la hauteur h, du chanfrein supérieur au moyen de
6.7.4 Calculer la différence numérique AB entre la moyenne
l’équation
de r
...

NORME ISO
INTERNATIONALE 8311
Première édition
1989-07-01
Hydrocarbures légers réfrigérés - Étalonnage
des réservoirs à membrane et réservoirs
pyramidaux - Mesurage physique
Re frigera ted light hydrocarbon fluids - Calibra tion of membrane tanks and
independent prismatic tanks in ships - Ph ysical measuremen t
Numéro de référence
ISO 8311 : 1989 (FI
---------------------- Page: 1 ----------------------
1so8311 : 1989 (FI
Page
Sommaire
Avant-propos ...........................................................
Introduction .............................................................
................................................ 1
1 Domaine d’application
............................................... 1
2 Références normatives.
3 Définitions.. ........................................................
4 Précautions .........................................................
5 Équipement .........................................................
.................................................. 2
5.1 Dynamomètre
.................................... 3
5.2 Règle graduée de bout en bout
..................................................
5.3 Émetteurlaser
................................................ 3
5.4 Ruban de mesure
................................................. 3
5.5 Niveau optique.
5.6 Règleenacier ...................................................
5.7 Thermomètre ...................................................
.............................................. 3
5.8 Poignée de tension
6 Mesure .............................................................
6.1 Méthode .......................................................
............................. 3
6.2 Détermination des positions de mesure
6.3 Marquage ......................................................
................................. 3
6.4 Mesure de la longueur du réservoir
........................ 4
6.5 Mesure de la largeur (envergure) du réservoir
.................................. 5
6.6 Mesure de la hauteur du réservoir
0 ISO 1989

Droits de reproduction réservés. Aucune partie de cette publication ne peut être reproduite ni

utilisée sous quelque forme que ce soit et par aucun procédé, électronique ou mécanique,

y compris la photocopie et les microfilms, sans l’accord écrit de l’éditeur.
Organisation internationale de normalisation
Case postale 56 l CH-121 1 Genève 20 l Suisse
Imprimé en Suisse
---------------------- Page: 2 ----------------------
6.7 Étalonnage du fond .............................................. 7
6.8 Position de la jauge de niveau ..................................... 9
6.9 Température. ................................................... 9
6.10 OEuvres mortes ................................................ 9
7 Méthode de calcul. ................................................... 9
7.1 Calcul du volume du réservoir ..................................... 9
7.2 Effet des ondulations du fond du réservoir. .......................... 9
7.3 Surfaces aux parties Chanfrein&s. ................................. 9
7.4 Correction pour l’angle d’assiette .................................. 9
7.5 Correction pour la gîte. ........................................... 10
7.6 Correction pour l’assiette et la gîte combinées. ....................... 10

7.7 Correction pour le retrait ou la dilatation de l’enveloppe du réservoir ..... 10

..................................................
8 Tables d’étalonnage 10
8.1 Rapport d’étalonnage ............................................ 10
8.2 Table principale d’étalonnage ..................................... 10
8.3 Table de correction en fonction de l’assiette ......................... 10
8.4 Table de correction en fonction de la gîte. ........................... 10
8.5 Table de correction pour l’enveloppe du réservoir. .................... 10

8.6 Correction dans le cas de jauge de niveau à flotteur . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 10

Annexes

A Précautions de sécurité lors de travaux dans des réservoirs à membrane. . . . . . 11

B Exemple de calcul d’erreur appliqué au cas d’un réservoir à membrane . . . . . . . 12

C Exemple d’une table principale d’étalonnage ............................. 14
D Exemple d’une table de correction d’assiette ............................. 15
E Exemple d’une table de correction de la gîte ............................. 16
F Exemple d’une table de correction des dilatations et retraits de l’enveloppe
duréservoir .........................................................
. . .
III
---------------------- Page: 3 ----------------------
isO8311 : 1989 (FI
Avant-propos
L’ISO (Organisation internationale de normalisation) est une fédération mondiale

d’organismes nationaux de normalisation (comités membres de I’ISO). L’élaboration

des Normes internationales est en général confiée aux comités techniques de I’ISO.

Chaque comité membre intéressé par une étude a le droit de faire partie du comité

technique créé à cet effet. Les organisations internationales, gouvernementales et non

gouvernementales, en liaison avec I’ISO participent également aux travaux. L’ISO col-

labore étroitement avec la Commission électrotechnique internationale (CEI) en ce qui

concerne la normalisation électrotechnique.

Les projets de Normes internationales adoptés par les comités techniques sont soumis

aux comités membres pour approbation, avant leur acceptation comme Normes inter-

nationales par le Conseil de I’ISO. Les Normes internationales sont approuvées confor-

mément aux procédures de I’ISO qui requièrent l’approbation de 75 % au moins des
comités membres votants.

La Norme internationale ISO 8311 a été élaborée par le comité technique ISO/TC 28,

Produits pé toliers et lubrifiants .
Les annexes A à F sont donnees uniquement à titre d’information.
---------------------- Page: 4 ----------------------
ISO8311 : 1989 (FI
Introduction
De grandes quantités d’hydrocarbures légers constitués de composés ayant 1 à

4 atomes de carbone sont stockées et transportées par mer en tant que liquides réfrigé-

rés, à des pressions voisines de la pression atmosphérique. Ces liquides peuvent être

répartis en deux groupes principaux : gaz naturel liquéfié (GNL) et gaz de pétrole liqué-

fié (GPL). Le transport en vrac de ces liquides nécessite l’intervention de technologies

particulières, tant en ce qui concerne la conception que la construction de navires per-

mettant une expédition par bateau à la fois sûre et économique.
La mesure des quantités de la cargaison des méthaniers/butaniers doit être d’une

haute précision, en raison des droits de passage en douane. La présente Norme inter-

nationale, de même que d’autres normes de la même série, spécifient les méthodes de

mesure interne des réservoirs à bord et à partir desquelles on peut établir des tables

d’étalonnage.

La présente Norme internationale définit des techniques d’étalonnage applicables aux

réservoirs à membrane, où le système logeant le contenu comporte une membrane

relativement mince en acier inoxydable ou en acier à haute teneur en nickel, associée à

un calorifugeage et, moyennant quelques modifications, à des réservoirs construits en

alliage d’aluminium ou d’acier convenant à un service à basse température et qui sont

indépendants, auto-portants et de forme à peu près pyramidale.

L’annexe A fournit des recommandations sur les précautions de sécurité qui doivent

être observées pendant l’étalonnage.

L’annexe 6 présente une analyse des sources d’erreurs pour un réservoir à membrane

type-

L’annexe C donne un exemple de table d’étalonnage donnant le volume partiel rempli

en fonction du niveau du liquide, et les annexes D, E et F donnent des exemples de

tables de correction de l’assiette, de la gîte et de la température.
---------------------- Page: 5 ----------------------
Page blanche
---------------------- Page: 6 ----------------------
ISO 8311 : 1989 (F)
NORME INTERNATIONALE
Hydrocarbures légers réfrigérés - Étalonnage des
réservoirs à membrane et réservoirs pyramidaux -
Mesurage physique
3.1 étalonnage : Processus consistant à déterminer la capa-
1 Domaine d’application
cité totale d’un réservoir ou des capacités partielles à différents
niveaux de celui-ci.
1.1 La présente Norme internationale spécifie une méthode
de mesure interne des réservoirs à membrane et des réservoirs
pyramidaux auto-porteurs dans les navires transporteurs de gaz
3.1.1 étalonnage du fond : Mesure destinée à fournir un
liquéfié. Outre le processus actuel pour effectuer les mesures,
étalonnage du fond du bac pour tenir compte des ondulations
la présente Norme internationale incorpore des méthodes de
de la plaque de fond.
calcul pour établir des tables de barémage de réservoir et des
tables de correction à utiliser pour le calcul des quantités de
3.2 table d’étalonnage (table principale de calibrage) :
cargaison.
Table, souvent appelée «table du réservoir)) ou «table de capa-
cité du réservoir», donnant les capacités ou les volumes corres-
pondant à différents niveaux de liquides dans un réservoir,
1.2 La présente Norme internationale s’applique aux réser-
mesurés à partir du point de référence du calibrage (voir 3.6), le
voirs à membrane, où des échafaudages sont montés pour
navire n’ayant pas d’assiette ni de gîte.
revêtir l’intérieur avec des membranes; dans le cas de réservoirs
pyramidaux auto-porteurs, d’autres moyens de sécurité d’accès
aux emplacements requis de mesurage peuvent être utilisés.
3.3 chanfrein : Surface de la pente de raccordement entre
les parois et le sommet ou le fond du réservoir (voir figure 5).
3.4 œuvres mortes : Structures ou accessoires d’un réser-
2 Références normatives
voir, y compris des calottes sphériques ou des extrémités cylin-
driques, qui affectent la capacité d’un réservoir. On se réfère à
Les normes suivantes contiennent des dispositions qui, par
des «œuvres mortes positives» quand leur capacité s’ajoute à
suite de la référence qui en est faite, constituent des disposi-
celle du réservoir et à des «œuvres mortes négatives» quand
tions valables pour la présente Norme internationale. Au
leur volume déplace du liquide et réduit la capacité réelle du
moment de la publication, les éditions indiquées étaient en
réservoir.
vigueur. Toute norme est sujette à révision et les parties pre-
nantes des accords fondés sur cette Norme internationale sont
invitées à rechercher la possibilité d’appliquer les éditions les
3.5 calibrage : Toutes les mesures nécessaires prises dans
plus récentes des normes indiquées ci-après. Les membres de
un réservoir dans le but de déterminer la quantité de liquide et
la CEI et de I’ISO possèdent le registre des Normes internatio-
de vapeur qu’il contient.
nales en vigueur à un moment donné.
3.6 point de référence du calibrage *: Point à partir duquel
- 11, Pétrole et produits pétroliers liquides - Équi-
ISO 4512 :
on exécute les mesures des profondeurs de liquide.
pement - Calibrage et étalonnage des réservoirs - Méthode
manuelle.
3.7 plan horizontal : Plan imaginaire parallèle au fond du
- 1 ) Pétrole et produits pétroliers liquides - ka-
ISO 7567-l :
réservoir.
lonnage de réskvoirs cylindriques verticaux - Partie 7 :
Méthode par ceinturage.
3.8 niveau de liquide :
Hauteur de la surface du liquide
mesurée à partir du point de référence du calibrage. Quand le
réservoir se trouve dans des conditions où le navire prend de la
gîte ou a un angle d’assiette, la hauteur est mesurée perpendi-
3 Définitions
culairement au fond du réservoir.
Pour les besoins de la présente Norme internationale, les défini-
tions suivantes s’appliquent.
3.9 gîte : Inclinaison transversale d’un navire.
1) À publier.
---------------------- Page: 7 ----------------------
ISO8311:1989 (FI
gîte ou l’assiette, si elle a lieu, demeure constante pendant
Ligne imaginaire formée par un
3.10 ligne longitudinale :
toutes les opérations de mesure. Des corrections appropriées
plan longitudinal coupant un plan horizontal.
doivent être apportées aux mesures par niveau optique ou par
émetteur laser si l’attitude du navire subit des modifications.
: Plan imaginaire vertical parallèle à
3.11 plan longitudinal
l’axe de la citerne.
4.2 Si des déformations particulières sont constatées au sein
du réservoir, des mesures supplémentaires doivent être exécu-
: Lignes imaginaires (longitudinale,
3.12 lignes de mesure
tées par le métreur pour recueillir un ensemble de données suf-
transversale et verticale) d’une grille rectangulaire à trois dimen-
fisant à l’élaboration d’une table précise d’étalonnage; les
sions, écartées d’un pas maximal de 5 m. Les mesures prises
observations du métreur doivent accompagner toutes les
pour le calibrage sont effectuées le long de ces lignes de
mesures supplémentaires et leurs raisons faites à ce propos. II
mesure.
est également recommandé que le métreur fournisse, si c’est
nécessaire pour clarifier la situation, des croquis montrant

3.13 bâbord : Côté gauche du navire dans le sens de son toutes les anomalies affectant le réservoir ou ses accessoires et

déplacement vers l’avant.
pouvant interférer sur la précision de l’étalonnage.
: Ligne standard établie au moyen

3.14 ligne de référence 4.3 Si l’on dispose de plans relatifs au réservoir, toutes les

d’un cordeau ou d’un laser. Une méthode d’étalonnage basée
mesures prises doivent être comparées aux dimensions corres-
sur cette ligne est adoptée en variante d’une mesure réelle
pondantes, indiquées sur les plans. Toute mesure ne soutenant
quand il est considéré comme impossible de pratiquer une
pas une telle comparaison doit être vérifiée une seconde fois.
mesure réelle.
4.4 Toutes les mesures doivent être exécutées deux fois pour

3.15 écarts de référence : Intervalles ou écarts entre le vérifier si elles concordent, compte tenu des tolérances admis-

fond du réservoir et un plan horizontal au-dessus de ce fond et sibles ci-dessous; en cas de désaccord, continuer les mesures

qui sont mesurés le long de toutes les lignes verticales tracées
jusqu’à ce que deux valeurs consécutives soient en bonne cor-

sur les parois d’extrémités avant et arrière. respondance et prendre la moyenne des deux valeurs comme

résultat.
: Plan formé par une ligne de réfé-
3.16 plan de référence
Mesure Tolérance
rence courant parallèlement à une paroi latérale, à une paroi
jusqu’à 20 m +2m
d’extrémité ou au fond du réservoir.
plus de 20 m +3m
pour les écarts * 0,5 m
te) : Ligne ima-
ligne de sectionne ment (ligne sécan
3.17
sécant coupant un plan horizontal.
ginaire formée par un plan
Si le mesurage est interrompu, recommencer les dernières
mesures effectuées. Si les nouvelles mesures prises ne sont pas

3.18 plan sécant : Plan imaginaire parallèle aux parois conformes, selon les tolérances admissibles, aux mesures pré-

d’extrémité avant et arrière d’un réservoir. cédentes, ces dernières doivent être rejetées.

3.19 tribord : Côté droit du navire dans le sens de son dépla- 4.5 Lorsque les mesures sont effectuées avec un ruban ou

une sonde de mesure, il faut appliquer la tension spécifiée dans
cement vers l’avant.
le certificat de calibration de la sonde.
3.20 assiette : Inclinaison longitudinale d’un navire.
4.6 Supporter le ruban mesureur à l’aide de dispositifs appro-
priés pour éviter un affaissement ou une flèche. Si l’on ne peut
3.21 ligne verticale : Ligne imaginaire formée par une sec-
empêcher un fléchissement du ruban, fournir une correction du
tion plane coupant un plan longitudinal.
type appliqué à un caténaire.
4.7 Quand on mesure un réservoir à membrane, vérifier que
4 Précautions
la membrane est en étroit contact avec le matériau support.
,dre au cours defi
,ticle déf in t les précautions à pren
Le présent ar
Danscertains cas, on peut vérifier ce contact en créant un
NOTE -
la précision requise de l’étalonnage
mesures afin d’assurer
vide dans l’espace immédiatement en dessou s de la membrane.
4.1 On doit veiller avec le plus grand soin à l’exécution Aes
La gîte et l’assiette du navire ne d oivent pas être modi-
4.8
mesures, et tout incident inhabituel survenant lors des opéra- laser.
fiées lorsqu’on utilise un niveau optique ou un émetteur
tions d’étalonnage et pouvant en affecter les résultats doit être
scrupuleusement noté.
5 Équipement
La méthode d’étalonnage décrite dans la présente Norme inter-
nationale peut être appliquée soit sur des navires à flot, soit sur
51 . Dynamomètre, permettant de vérifier la tensio n don-
des navires en cale sèche ou en cale de construction. Toutefois,
née, comme prescrit, au ruban mesureur.
son utilisation sur des navires en cale sèche est préférée, car la
---------------------- Page: 8 ----------------------
ISO 8311 : 1989 (F)

5.2 Règle graduée de bout en bout, en centimètres et en différents plans sont déterminés à des intervalles ne dépassant

pas 5 m; l’intervalle doit être réglé de manière que les mesures
millimètres, utilisée pour mesurer des œuvres mortes, etc. Une
en résultant prennent en compte tout changement de section
règle en bois doit être exempte de gondolage. La règle doit por-
et puissent décrire avec précision toute déformation. Les posi-
ter le timbre d’une autorité de normalisation reconnue ou avoir

un certificat d’identification. tions où les mesures sont prises doivent être déterminées par le

métreur, mais ne doivent pas être distantes de plus de 5 m.
5.3 Émetteur laser, émettant un faisceau laser de faible
énergie dont la divergence du faisceau est inférieure à 4 mm à 6.3 Marquage
une distance de 35 m et qui peut pivoter de 360°, verticalement
Ayant défini les positions entre lesquelles on prendra les mesu-
et horizontalement.
res, marquer celles se situant sur les surfaces internes du réser-
voir. Les lignes longitudinales et sectionnelles sont marquées
5.4 Ruban de mesure, répondant aux spécifications de
sur les tôles du sommet et du fond; les lignes sectionnelles et
I’ISO 4512, article 20.
verticales sont marquées sur les extrémités avant et arrière et
les lignes longitudinales et verticales sur les surfaces bâbord et
5.5 Niveau optique, ayant une image redressée, un grossis- tribord.
sement de x 20 ou plus, capable d’une focalisation à 1,5 m ou
moins, et dont la sensibilité du niveau à bulle est de 40 s par
64 . Mesure de la longueur du réservoir
2 mm au moins.
Les longueurs de réservoir sont mesurées le long des lignes lon-
gitudinales à chaque niveau des plans horizontaux tels que
5.6 Règle en acier, utilisée pour mesurer les tolérances, etc.
décrit en 6.4.1 à 6.4.3.
et devant être graduée en millimètres. Cette règle doit porter le
timbre d’une autorité de normalisation reconnue ou avoir un
6.4.1 Mesure de la longueur sur la plaque de fond
certificat d’identification.
Mesurer les distances entre les parois avant et arrière le long
5.7 Thermomètre, ayant une échelle appropriée et une pré-
des lignes longitudinales marquées sur le fond, avec un ruban
cision de Ifr 0,5 OC.
mesureur tendu comme prescrit sur ce fond.
5.8 Poignée de tension, fixée sur le ruban mesureur per-
6.4.2 Mesure de la longueur sur le sommet
mettant d’appliquer une tension en le tirant en droite ligne (voir
Mesurer les distances sur la plaque du sommet de manière simi-
ISO 4512).
laire aux mesures sur la plaque du fond, comme décrit en 6.4.1.
Veiller à maintenir le ruban mesureur bien appliqué sur la face
interne des plaques du sommet.
6 Mesure
6.4.3 Mesure de la longueur dans un plan
6.1 Méthode
intermédiaire
Le présent article et l’article 7 présentent une méthode de
Pour éviter des mesures imprécises découlant d’une flèche
mesure et de calcul applicable aux réservoirs construits utilisant
excessive du ruban mesureur, on utilisera la méthode pour éta-
un système de confinement de membrane.
blir une ligne de référence à l’aide de cordeaux (6.4.3.1) ou d’un
faisceau laser (6.4.3.2).
La mesure des distances entre des parois opposées du réservoir
doit être effectuée en tendant le ruban mesureur comme pres-
Comme le montre la figure 1, des longueurs comptées sur des
crit dans le certificat du ruban.
plans imaginaires peuvent être obtenues en appliquant des cor-
rections des intervalles aux deux extrémités, tels que a2, a3 . . .
Les citernes construites en alliage d’aluminium ou en acier pour
a,.,-,etb2,63 . . . b, _ 1 à la longueur directement mesurée sur
utilisation à basse température, de forme indépendante auto-
la paroi latérale.
porteuse, pyramidale peuvent présenter des déformations
significatives ou des imprécisions de construction. Si de telles
6.4.3.1 Ligne de cordeaux
déformations sont constatées, de nouvelles mesures, telles
qu’indiquées en 4.2 seront nécessaires.
1) Marquer PI et P2,
SI et S2 sur les deux parois latérales, à
une distance égale des parois d’extrémité. Mesurer les lon-
Le responsable des mesures prendra la décision d’adopter toute
gueurs (Lp, I,,) entre les parois d’extrémité avant et arrière
autre méthode possible et les raisons devront être incluses dans
avec un ruban mesureur tiré le long des deux parois latérales en
le compte rendu du travail effectué sur place.
l’assujettissant de facon appropriée sur la paroi pour éviter qu’il
ne prenne une flèche ou du mou.
6.2 Détermination des positions de mesure
2) Étirer des cordeaux entre les points opposés PI et SI, P2 et
L’étalonnage d’un réservoir consiste essentiellement à mesurer
S2 et mesurer les intervalles entre les cordeaux et la paroi
la longueur, la largeur et la hauteur du réservoir, entre des posi-
d’extrémité (a,, a2 . . . a, et bl, b2 . . . b,) en se servant d’une
tions définies. Ces positions sont déterminées en établissant un
règle.
certain nombre de plans et de sections imaginaires. Ces plans
se coupent et forment des lignes le long desquelles on prend
3) En mesurant ces intervalles, veiller à placer la règle perpen-

des mesures de longueur, de largeur et de profondeur. Les diculairement au cordeau.

---------------------- Page: 9 ----------------------
IS08311 : 1989 (F)
y%, /” Paroi latérale bâbord -,
e Paroi d’extrémité arrière
Paroi d’extrémité avant q
Lignes longitudinales
Ligne de cordeaux Ligne de cordeaux
(ou faisceau laser)
- (ou faisceau laser)
P--
an-1 n-l
s2&
Paroi latérale tribord
Figure 1 - Vue du dessus du plan horizontal intermédiaire
6.4.3.2 Ligne au faisceau laser 6.4.3.4 Plan d’un faisceau laser
Au lieu de recourir à la méthode de la ligne de référence au
1) Installer un émetteur laser sur une paroi d’extrémité, en
faisceau laser (6.4.3.2), on peut remplacer le faisceau laser sim-
laissant un jeu approprié. Aligner ensuite le faisceau laser hori-
ple par un laser produisant un faisceau plan de référence. Un
zontalement et à peu près parallèle à la paroi d’extrémité.
laser pivotant est placé de facon adjacente et approximative-
ment parallèle à chaque surface intérieure. Le plan passe à tra-
2) Marquer PI sur une paroi latérale, à l’endroit du spot laser,
vers les lignes de référence laser décrites en 6.4.3.2. Des mesu-
puis faire privoter le rayon de 180° et marquer SI le spot laser
res d’intervalles sont prises entre le plan et les positions de la
sur l’autre paroi latérale.
paroi tel que décrit en 6.2.
3) Mesurer les intervalles entre le centre du faisceau et la paroi
d’extrémité (a,, a2 . . . a,) à l’aide de la règle.
6.5 Mesure de la largeur du réservoir
4) Répéter la même opération sur la paroi d’extrémité oppo-
La largeur du réservoir est mesurée le long des lignes sécantes
S, et mesurer b,, b, . . . b,.
sée. Marquer P,,
sur chaque plan horizontal tel que décrit en 6.5.1 à 6.5.3.
6.4.3.3 Longueur moyenne
6.5.1 Mesure de la largeur sur un plan horizontal
intermédiaire
Le but des mesures ci-dessus au cordeau (6.4.3.1) ou au laser
(6.4.3.2) est d’obtenir la longueur moyenne, L, de chaque plan
Mesurer la largeur du réservoir en procédant de la même facon
horizontal intermédiaire, en la calculant au moyen de l’équation
que pour la longueur par la mesure réelle de wf et w, combiné à
suivante :
l’aide de la méthode du cordeau ou du rayon laser tel que mon-
tré dans la figure 2.
(ai + bi)
La largeur moyenne, w, de chaque plan intermédiaire horizontal
L, + L, - (a, + a, + b, + b,)
est donnée par l’équation suivante :
_ i=l
L= +
(Ci + di)
En variante, une autre formule d’une précision égale ou meil-
- (cl + c, + dl + d,)
Wf + wa i=l
leure peut être utilisée si elle paraît mieux adaptée à la forme
W= +
2 n
générale du réservoir.
---------------------- Page: 10 ----------------------
IsO 8311 : 1989 (FI
Paroi latérale bâbord
Ligne de cordeaux
(ou faisceau laser)
e - Ligne de section
Paroi arrière
-Paroi avant
Ligne de cordeaux
(ou faisceau laser)
Paroi larérale tribord
Figure 2 - Vue du dessus du plan horizontal intermédiaire
la formule di = di x sec 0 où 8 est l’angle entre la paroi laté-
6.5.2 Raccordement en chanfrein
rale et le plan à angle droit des parois avant et arrière.
Mesurer la largeur sur les parois d’extrémité au sommet du
réservoir et à la base du chanfrein supérieur. Mesurer égale-
6.6 Mesure de la hauteur du réservoir
ment la largeur des parois d’extrémité sur le fond du réservoir et
sur la surface supérieure du chanfrein inférieur.
La figure 5 montre une section transversale de citerne indi-
quant les endroits où il faut effectuer les mesures et les valeurs
utilisées dans les calculs de chanfreins.
6.5.3 Réservoir trapézoïdal
6.6.1 Mesure de la hauteur totale, h,
Dans le cas de réservoirs ayant une largeur devenant plus
étroite à une extrémité, les largeurs sur les plans horizontaux
6.6.1.1 Hauteur totale au niveau des parois d’extrémité avant
intermédiaires sont en principe mesurées comme on a procédé
et arrière
en 6.5.1 tel que montré dans la figure 3.
Mesurer les distances entre les tôles de fond et de sommet
Les largeurs moyennes des cloisons avant (wf) et arrière ( wa)
(toit), à l’aide du ruban mesureur, le long de toutes les lignes
sont calculées à l’aide des équations suivantes :
verticales et en déduire la hauteur moyenne, selon la formule
arithmétique habituelle, soit h,.
(c; + d;)
6.6.1.2 Hauteur totale sur un plan sécant intermédiaire
c; + c; + d; + d;
i=l
= w;
wf Sur les tôles de fond et de sommet, tracer des lignes sécantes
et des lignes longitudinales qui fourniront les grilles de réfé-
rence sur ces tôles. Mesurer les distances entre les intersec-
tions de ces lignes sur les tôles du sommet et les intersections
correspondantes sur les tôles de fond, en utilisant le ruban
(c; + d;)
mesureur.
c; + c’n + d; + d;
i=l
= w;
2 n
6.6.2 Mesure des différentes hauteurs

Comme le montre la figure 3, les intervalles à prendre en 6.6.2.1 Hauteur, h,, au niveau des parois latérales

compte pour la mesure des largeurs doivent théoriquement être

ceux parallèles aux parois d’extrémité avant et arrière Mesurer les distances entre la base du chanfrein supérieur et le

sommet du chanfrein inférieur, le long de toutes les lignes verti-
Cc; . . . CL, d; . . . d k); et les écarts di mesurés perpendiculaire-
cales tracées sur les deux parois latérales et déterminer la
ment aux parois latérales, comme présenté à la figure 4, doi-
moyenne arithmétique, désignée par h,.
vent faire l’objet d’une correction mathématique di, fournie par
---------------------- Page: 11 ----------------------
ISO8311 : 1989 (FI
Paroi Paroi latérale latérale bâbord bâbord
Paroi arrière -
- Ligne sécante
Ligne de cordeaux
- Paroi avant
Paroi latérale tribord

Figure 3 - Vue du dessus d’un plan horizontal intermédiaire (réservoir trapézoïdal)

- Avant
Arrière --w
Figure 4 -
Correction des écarts
---------------------- Page: 12 ----------------------
BO8311 : 1989 (FI
1 Ligne verticale \ ieur
Paroi latérale
Ligne de référence
Fond du réservoir
Chanfrein inférieur
Figure 5 -
Vue d’une coupe transversale
La figure 7 représente une vue en coupe transversale d’un fond
6.6.2.2 Hauteur, h,, aux parois d’extrémité avant et arrière
de citerne pour illustrer les mesures moyennes utilisées dans

a) Fixer une ligne de référence au moyen d’un niveau optique l’évaluation des ondulations du fond.

ou d’un faisceau laser, approximativement parallèle au fond du
réservoir et aux parois d’extrémité, en laissant une certaine dis-
6.7.1 Fixer un plan de référence, à l’aide d’un niveau optique
tance à partir du sommet du chanfrein inférieur.
ou d’un faisceau laser, à une certaine distance du fond du
Mesurer la hauteur dl entre cette ligne de référence et les réservoir.
tôles de fond, le long de toutes les lignes verticales, puis faire
une autre mesure de d, entre la ligne de référence et le sommet
6.7.2 Mesurer les intervalles entre les tôles de fond et le plan
du chanfrein inférieur, aux quatre coins du réservoir.
de référence le long de toutes les lignes verticales tracées sur
les parois d’extrémité avant et arrière. La moyenne des mesures
c) La hauteur du chanfrein inférieur VI,) est calculée au moyen
est désignée par RB.
de l’équation
= valeur moyenne de dl - valeur moyenne de d2
6.7.3 De la même manière, prendre des mesures de profon-
deur à toutes les intersections des lignes longitudinales avec les
6.6.2.3 Hauteur du chanfrein supérieur (h,) aux parois
lignes sécantes, sur les tôles de fond. La moyenne de ces
d’extrémité avant et arrière
mesures, comme dans le cas de RB, est désignée par RA.
Maintenant que les hauteurs h,, h, et h, sont connues, on peut
calculer la hauteur h, du chanfrein supérieur au moyen de
6.7.4 Calculer la différence numérique AB entre la moyenne
l’équation
de r
...

Questions, Comments and Discussion

Ask us and Technical Secretary will try to provide an answer. You can facilitate discussion about the standard in here.