Documentation -- Romanization of Japanese (kana script)

Establishes a system for the romanization of the present-day Japanese written language. Unrestricted application for the system requires that the romanizer possess a detailed knowledge of the language in its present-day written form.

Documentation -- Romanisation du japonais (écriture en kana)

La présente Norme internationale établit un système de romanisation pour la langue écrite japonaise actuelle. L'application complète du système exige que la personne effectuant la romanisation possède une connaissance approfondie de la langue dans sa forme écrite actuelle.

General Information

Status
Published
Publication Date
23-Aug-1989
Current Stage
6060 - International Standard published
Completion Date
24-Aug-1989
Ref Project

Buy Standard

Standard
ISO 3602:1989 - Documentation -- Romanization of Japanese (kana script)
English language
6 pages
sale 15% off
Preview
sale 15% off
Preview
Standard
ISO 3602:1989 - Documentation -- Romanisation du japonais (écriture en kana)
French language
6 pages
sale 15% off
Preview
sale 15% off
Preview
Standard
ISO 3602:1989 - Documentation -- Romanisation du japonais (écriture en kana)
French language
6 pages
sale 15% off
Preview
sale 15% off
Preview

Standards Content (sample)

INTERNATIONAL ISO
STANDARD 3602
First edition
1989-09-01
Documentation - Romankation of Japanese
(kana script)
Documen ta tion - Romankation du japonais (ecriture en kana)
Reference number
ISO 3602 : 1989 (El
---------------------- Page: 1 ----------------------
ISO 3602 : 1989 (E)
Foreword

ISO (the International Organization for Standardization) is a worldwide federation of

national Standards bodies (ISO member bodies). The work of preparing International

Standards is normally carried out through ISO technical committees. Esch member

body interested in a subject for which a technical committee has been established has

the right to be represented on that committee. International organizations, govern-

mental and non-governmental, in liaison with ISO, also take part in the work. ISO

collaborates closely with the International Electrotechnical Commission (IEC) on all

matters of electrotechnical standardization.

Draft International Standards adopted by the technical committees are circulated to

the member bodies for approval before their acceptance as International Standards by

the ISO Council. They are approved in accordance with ISO procedures requiring at

least 75 % approval by the member bodies voting.
International Standard ISO 3602 was prepared by Technical Committee ISO/TC 46,
Documen ta tion .
0 ISO 1989

All rights reserved. No patt of this publication may be reproduced or utilized in any form or by any

means, electronie or mechanical, including photocopying and microfilm, without Permission in

writing from the publisher.
International Organization for Standardization
Case postale 56 l CH-121 1 Geneve 20 l Switzerland
Printed in Switzerland
---------------------- Page: 2 ----------------------
ISO 3602:1989 (EI
Introduction
Standards on conversion of Systems of writing

This International Standard is one of a series of International Standards dealing with

the conversion of Systems of writing. The aim of this International Standard and others

in the series is to provide a means for international communication of written messages

in a form which permits the automatic transmission and reconstitution of these by men

or machines. The System of conversion must, in this case, be univocal and entirely

reversible.

This means that no consideration should be given to phonetic and aesthetic matters

nor to certain national customs; all these considerations are ignored by the machine

performing the function.

The adoption of this International Standard for international communication leaves

every country free to adopt, for its own use, a national Standard which may be dif-

ferent, on condition that it be compatible with this International Standard. The System

proposed herein should make this possible, and be acceptable for international use if

the graphisms it creates are such that they may be converted automatically into the

graphisms used in any stritt national System.

This International Standard may be used by anyone who has a clear understanding of

the System and is certain that it tan be applied without ambiguity. The result obtained

will not give a correct pronunciation of the original text in a person’s own language;

but it will serve as a means of finding automatically the original graphism and thus

allow anyone who has a knowledge of the original language to pronounce it correctly.

Similarly, one tan only pronounce a text written in, for example, English or Polish cor-

rectly, if one has a knowledge of English or Polish.

The adoption of national Standards compatible with this International Standard will

permit the representation, in an international publication, of the morphemes of each

language according to the customs of the country where it is spoken. lt will be possible

to simplify this representation in Order to take into account the number of the Character

sets available on different kinds of machines.
General principles of conversion of writing Systems
Definitions and methods

The words in a language; which are written according to a given script (the converted

System), sometimes have to be rendered according to a different System (the conver-

sion System), normally used for a different language. This procedure is often used for

historical or geographical texts, cartographical documents and in particular
bibliographical work where characters must be converted from different writing

Systems into a Single alphabet to allow for alphabetical intercalation in bibliographies,

catalogues, indexes, toponymic lists, etc.

lt is indispensable in that it permits the univocal transmission of a written message be-

tween two countries using different writing Systems or exchanging a message the
writing of which is different from their own.
. . .
Ill
---------------------- Page: 3 ----------------------
ISO 3602: 1989 (El

It thereby permits transmission by manual, mechanical, as well as electronie means.

The two basic methods of conversion of a System of writing are transliteration and

transcription.
Iresenting the characters
Transliteration is the process which consists of rep l) of an
alphabetical or syllabic writing by the characters of a conversion alphabet.

In principle, this conversion should be made Character by Character: each Character of

the converted graphical System is rendered by only one Character of the conversion

alphabet, this being the easiest way to ensure the complete and unambiguous rever-

sibility of the conversion alphabet in the converted System.
When the number of characters used in the conversion System is smaller than the
number of characters of the converted System, it is necessary to use digraph or

diacritical marks. In this case one must avoid as far as possible arbitrary choice and the

use of purely conventional marks, and try to maintain a certain phonetic logic to give

the System a wide acceptance.

lt must be accepted, however, that the graphism obtained may not always be correctly

pronounced according to the phonetic habits of the language (or of the languages)

which usually use(s) the conversion alphabet. On the other hand this graphism must be

such that the reader who has a knowledge of the converted language may mentally
restore unequivocally the original graphism and thus pronounce it.

Retransliteration is the process whereby the characters of a conversion alphabet are

transformed back into those of the converted writing System. lt is the exact opposite of

the transliteration process in that the rules of a transliteration System are applied in

reverse in Order to reconvert the transliterated word to its original form.

Transcription is the process whereby the pronunciation of a given language is noted

by the System of signs of a conversion language. A transcription System is of necessity

based on the orthographical conversions of the conversion language. Transcription is

not strictly reversible.

Transcription may be used for the conversion of all writing Systems. lt is the only

method that tan be used for Systems that are not entirely alphabetical or syllabic and

for all ideophonographical Systems of writing such as Chinese.

To carry out romanization, the conversion of non-Latin writing Systems to the Latin

alphabet, either transliteration or transcription or a combination of the two may be

used depending on the nature of the converted System.

A conversion System. proposed for international use may call for compromise and the

sacrifice of certain national customs. It is therefore necessary for each community of

users to accept concessions, fully abstaining in every case from imposing as a matter

of course solutions that are actually justified only by national practice (for example as

regards pronunciation, orthography, etc. 1.

When a country uses two Systems univocally convertible one into the other to write its

own language, the System of transliteration thus implemented must be taken apriori as

a basis for the international standardized System, as far as it is compatible with the

other principles exposed hereinafter.
Where necessary, the conversion Systems should specify an equivalent for each

Character, not only the letters but also the punctuation marks, numbers, etc. They

should similarly take into account the arrangement of the sequence of characters that

make up the text, for example the direction of the script, and specify the way of

distinguishing words and of using Separation signs, following as closely as possible the

customs of the language(s) which use the converted writing System.
---------------------- Page: 4 ----------------------
ISO 3602: 1989 (El
When romanizing a script which
has no upper case characters, it is usual to capitalize
some words, following national practice.
Principles of conversion for syllabaries
In syllabic Systems of writing, the
syllabi c Character corresponding to the notation of a
syllable within a given language, is the significant graphical unit.

A syllabary is the set of syllabic characters in use to write down a language with a

sylla hic writing System.

A syllabic Character tan be comprised of only one elementary sign, or of two or more

signs which are combined or juxtaposed. A System in which a given elementary sign

regularly receives the same value in any Character where it appears (exception being

taken from the phonetic evolution of the language) allows for a reversible translitera-

tion.

A syllabic Character has to be globally converted, taking account of the function of

each elementary sign in the whole Character, but not sign by sign. So an elementary

sign may receive in the conversion System different equivalences, depending on the

category of the syllabic Character to which it pertains. The transliteration table of a

syllabary assigns a biunivocal equivalent to each Character, so ensuring a complete

reversibility.

If a language using a syllabic System of writing is usually written without rules govern-

ing the division between characters and/or words, the conversion System must include

such rules taking account of the morphological and grammatical structure of the
language.
---------------------- Page: 5 ----------------------
This page intentionally leff blank
---------------------- Page: 6 ----------------------
INTERNATIONAL STANDARD ISO 3602 : 1989 (E)
Documentation - Romankation of Japanese (kana script)
3.2 These tables exclude some special signs expressing
1 Scope
dialect and foreign Sounds in kana.
This International Standard establishes a System for the
romanization of
...

NORME ISO
INTERNATIONALE 3602
Première édition
1989-09-01
Documentation - Romanisation du japonais
(écriture en kana)
Documentation -
Romanization of Japanese fkana script)
Numéro de référence
ISO 3602 : 1989 (FI
---------------------- Page: 1 ----------------------
SO 3602 : 1989 (FI
Avant-propos
L’ISO (Organisation internationale de normalisation) est une fédération mondiale

d’organismes nationaux de normalisation (comités membres de I’ISO). L’élaboration

des Normes internationales est en général confiée aux comités techniques de I’ISO.

Chaque comité membre intéressé par une étude a le droit de faire partie du comité

technique créé à cet effet. Les organisations internationales, gouvernementales et non

gouvernementales, en liaison avec I’ISO participent également aux travaux. L’ISO col-

labore étroitement avec la Commission électrotechnique internationale (CEI) en ce qui

concerne la normalisation électrotechnique.

Les projets de Normes internationales adoptés par les comités techniques sont soumis

aux comités membres pour approbation, avant leur acceptation comme Normes inter-

nationales par le Conseil de I’ISO. Les Normes internationales sont approuvées confor-

mément aux procédures de I’ISO qui requièrent l’approbation de 75 % au moins des
comités membres votants.

La Norme internationale ISO 3662 a été élaborée par le comité technique ISO/TC 46,

Documentation .
0 ISO 1989

Droits de reproduction réservés. Aucune partie de cette publication ne peut être reproduite ni

utilisée sous quelque forme que ce soit et par aucun procédé, électronique ou mécanique,

y compris la photocopie et les microfilms, sans l’accord écrit de l’éditeur.
Organisation internationale de normalisation
Case postale 56 l CH-121 1 Genève 20 l Suisse
Imprimé en Suisse
---------------------- Page: 2 ----------------------
ISO 3602: 1989 (FI
Introduction
Normes sur la conversion des systèmes d’écriture

Comme toute Norme internationale de conversion des systèmes d’écriture, la présente

Norme internationale a pour objet de permettre la communication internationale de

messages écrits, sous une forme qui permette à des hommes ou à des machines de les

transmettre et de les restituer de facon automatique. À cette fin, le système de conver-

sion doit être univoque et entièrement réversible.

Cela suppose que l’on fasse abstraction de toute considération phonétique ou esthéti-

que, et même des habitudes nationales les plus respectables; mais les machines qui

doivent être capables de faire le travail ignorent toutes ces considérations.

L’acceptation de la présente Norme internationale pour la communication internatio-

nale laisse chaque pays libre d’adopter pour son propre usage une norme nationale qui

soit différente, pourvu qu’elle soit compatible avec la Norme internationale. Le système

proposé devrait le permettre et devrait être accepté pour l’usage international si les gra-

phies qu’il engendre sont telles qu’elles puissent être converties automatiquement dans

les diverses graphies auxquelles conduit l’utilisation d’un système national quelconque,

à condition qu’il soit rigoureux.

La présente Norme internationale sera utilisable par ceux qui ont pu vérifier qu’elle est

rigoureusement cohérente et qu’ils peuvent l’appliquer sans ambiguïté. Le résultat

obtenu ne permettra peut-être pas une prononciation correcte du texte original dans sa

propre langue, mais il doit permettre de retrouver automatiquement la graphie originale

et, donc, de la prononcer correctement à quiconque connaît la langue originale. De la

même facon, il n’est possible de prononcer correctement un texte écrit, par exemple en

anglais ou en polonais, que si l’on connaît l’anglais ou le polonais.

L’adoption de normes nationales compatibles avec la présente Norme internationale

permettra, dans une publication internationale, de représenter les morphèmes de cha-

que langue d’une manière conforme aux habitudes du pays où elle est parlée. Cette

représentation pourra être simplifiée pour tenir compte de l’étendue des jeux de carac-

tères disponibles sur différents types de machines.
Principes généraux de la conversion des systèmes d’écriture
Définition des méthodes

Les mots d’une langue, écrits dans un système d’écriture donné (le système converti)

doivent parfois être rendus dans un autre système (le système de conversion) utilisé

normalement par une autre langue. On a souvent recours à ce procédé dans des textes

historiques ou géographiques, dans des documents cartographiques, et particulière-

ment dans des travaux bibliographiques lorsque les caractères doivent être convertis,

de différents systèmes d’écriture, en un alphabet unique permettant de les intercaler

alphabétiquement dans les bibliographies, les catalogues, les index, les listes topony-

miques, etc.
. . .
III
---------------------- Page: 3 ----------------------
~so 3602: 1989 (FI

Elle est indispensable pour permettre la transmission univoque d’un message écrit

entre deux pays utilisant des systèmes d’écriture différents, ou échangeant un mes-

sage dont l’écriture est différente de la leur.

Elle permet ainsi cette transmission aussi bien de facon manuelle que mécanique ou

électronique.

Les deux méthodes fondamentales de conversion d’un système d’écriture sont la trans-

littération et la transcription.

La translittération est le procédé qui consiste à représenter les caractèrest) d’une écri-

ture alphabétique ou syllabique par les caractères d’un alphabet de conversion.

En principe, cette conversion devrait se faire caractère par caractère: chaque caractére

du systéme graphique converti est rendu par un caractère et un seul de l’alphabet de

conversion, ce qui est la facon la plus simple d’assurer la réversibilité complète et sans

ambiguïté de l’alphabet de conversion dans le système converti.
Lorsque le nombre de caractéres existant dans l’alphabet de conversion est moins

élevé que celui de l’alphabet converti, il devient nécessaire de recourir à des digrammes

ou à des signes diacritiques. On doit, dans ce cas, éviter le plus possible l’arbitraire et

l’emploi de signes purement conventionnels, et chercher à maintenir une certaine ratio-

nalité phonétique afin de rendre le système plus généralement acceptable.

Toutefois, on doit accepter que le graphisme obtenu ne puisse toujours être correcte-

ment prononcé en suivant les habitudes phonétiques de la langue (ou de toutes les lan-

gues) qui Utilise(nt) habituellement l’alphabet de conversion. II doit, en revanche, être

tel que le lecteur connaissant la langue convertie puisse reconstituer mentalement sans

équivoque le graphisme original et, éventuellement, le prononcer.

La retranslittération est le procédé qui consiste à convertir les caractères d’un alpha-

bet de conversion dans le système d’écriture converti. C’est le procédé exactement

inverse de la translittération: il s’exécute en appliquant les règles d’un système de

translittération en sens inverse, de facon à reconstituer le texte translittéré sous sa

forme originale.

La transcription est le procédé visant à noter la prononciation d’une langue donnée

au moyen du système de signes d’une langue de conversion.

Un système de transcription repose nécessairement sur les conventions orthographi-

ques de la langue de conversion. La transcription n’est pas strictement réversible.

La transcription peut être utilisée pour la conversion de tous les systèmes d’écriture.

Elle est la seule méthode utilisable pour les systèmes non entièrement alphabétiques ou

syllabiques et pour toutes les écritures idéophonographiques comme le chinois.

Pour la romanisation (conversion d’écritures non latines dans l’alphabet latin), on

peut utiliser soit la translittération, soit la transcription, soit un mélange des deux

méthodes, suivant la nature du système converti.

Un système de conversion proposé pour l’usage international peut demander des com-

promis et le sacrifice de certaines habitudes nationales. II faut donc que chaque com-

munauté nationale d’utilisateurs accepte des concessions et s’abstienne, en tout cas,

d’imposer comme allant de soi des solutions qui, en fait, ne sont justifiées que par ses

propres habitudes (de prononciation, d’orthographe, etc. 1.

Lorsqu’un pays utilise deux systèmes univoquement convertibles l’un à l’autre pour

écrire sa propre langue, le système de translittération ainsi mis en œuvre doit être a

priori pris comme base du système international normalisé, dans la mesure où il est

compatible avec les autres principes exposés ci-après.

1) Un caractére est un élément d’un systéme d’écriture, alphabétique ou non, représentant gra-

phiquement un phonème, une syllabe, un mot, voire un trait prosodique d’une langue. II peut être

employé seul (par exemple lettre, signe syllabique, caractére idéographique, chiffre, symbole de

ponctuation) ou en combinaison (par exemple accent, signe diacritique). Une lettre accentuée ou

diacritée comme â, è, 0, est un caractére au même titre que la lettre de base.
---------------------- Page: 4 ----------------------
ISO 3602: 1989 (FI

Lorsque cela est nécessaire, les systèmes de conversion doivent prévoir un équivalent

pour chaque caractére, non seulement les lettres mais aussi les signes de ponctuation,

les chiffres, etc. Ils doivent, de même, prendre en compte l’organisation de la chaîne de

caractères que constitue le texte (par exemple le sens de l’écriture), spécifier la facon

de délimiter les mots, d’utiliser les signes séparateurs, en suivant d’aussi près que pos-

sible les habitudes de la langue (ou des langues) qui utilise(nt) le système d’écriture

converti.

Dans la romanisation d’une écriture qui n’a pas de majuscules, il convient de capitaliser

certains mots, en suivant les usages nationaux.
Principes de conversion propres aux syllabaires

Les systèmes syllabiques d’écriture ont pour unité graphique significative le caractère

syllabique, correspondant à la notation d’une syllabe dans une langue donnée.

Un syllabaire est l’ensemble des caractères syllabiques utilisés pour écrire une langue à

écriture syllabique.

Un caractère syllabique est constitué d’un seul signe élémentaire, ou de deux ou plu-

sieurs signes élémentaires combinés ou juxtaposés. Si le système est tel que le même

signe élémentaire a régulièrement la même valeur dans les différents caractères où il

apparaît (abstraction faites des particularités introduites par l’évolution phonétique

d’une langue), il permet une translittération réversible.

La conversion d’un caractère syllabique est faite globalement, en tenant compte de la

fonction de chaque signe élémentaire dans le contexte du caractère, et non pas signe

par signe. Un signe élémentaire peut donc avoir dans le système de conversion des

équivalents différents selon la catégorie de caractère syllabique à laquelle il appartient.

Le tableau de translittération donne à chaque caractère d’un syllabaire un équivalent

biunivoque, ce qui assure une complète réversibilité.

Si une langue utilisant une écriture syllabique s’écrit habituellement sans que les sépa-

rations entre les caractères et/ou entre les mots obéissent à des règles, le système de

conversion doit prescrire des règles prenant en compte la structure morphologique et

grammaticale de cette langue.
---------------------- Page: 5 ----------------------
Page blanche
---------------------- Page: 6 ----------------------
ISO 3602: 1989 (FI
NORME INTERNATIONALE
- Romanisation du japonais
Documentation
(écriture en kana)
4 Frontières des morphèmes
1 Domaine d’application
Dans certains cas exceptionnels, deux kana peuvent consituter
La présente Norme internationale établit un système de romani-
sation pour la langue écrite japonaise actuelle. L’appl
...

NORME ISO
INTERNATIONALE 3602
Première édition
1989-09-01
Documentation - Romanisation du japonais
(écriture en kana)
Documentation -
Romanization of Japanese fkana script)
Numéro de référence
ISO 3602 : 1989 (FI
---------------------- Page: 1 ----------------------
SO 3602 : 1989 (FI
Avant-propos
L’ISO (Organisation internationale de normalisation) est une fédération mondiale

d’organismes nationaux de normalisation (comités membres de I’ISO). L’élaboration

des Normes internationales est en général confiée aux comités techniques de I’ISO.

Chaque comité membre intéressé par une étude a le droit de faire partie du comité

technique créé à cet effet. Les organisations internationales, gouvernementales et non

gouvernementales, en liaison avec I’ISO participent également aux travaux. L’ISO col-

labore étroitement avec la Commission électrotechnique internationale (CEI) en ce qui

concerne la normalisation électrotechnique.

Les projets de Normes internationales adoptés par les comités techniques sont soumis

aux comités membres pour approbation, avant leur acceptation comme Normes inter-

nationales par le Conseil de I’ISO. Les Normes internationales sont approuvées confor-

mément aux procédures de I’ISO qui requièrent l’approbation de 75 % au moins des
comités membres votants.

La Norme internationale ISO 3662 a été élaborée par le comité technique ISO/TC 46,

Documentation .
0 ISO 1989

Droits de reproduction réservés. Aucune partie de cette publication ne peut être reproduite ni

utilisée sous quelque forme que ce soit et par aucun procédé, électronique ou mécanique,

y compris la photocopie et les microfilms, sans l’accord écrit de l’éditeur.
Organisation internationale de normalisation
Case postale 56 l CH-121 1 Genève 20 l Suisse
Imprimé en Suisse
---------------------- Page: 2 ----------------------
ISO 3602: 1989 (FI
Introduction
Normes sur la conversion des systèmes d’écriture

Comme toute Norme internationale de conversion des systèmes d’écriture, la présente

Norme internationale a pour objet de permettre la communication internationale de

messages écrits, sous une forme qui permette à des hommes ou à des machines de les

transmettre et de les restituer de facon automatique. À cette fin, le système de conver-

sion doit être univoque et entièrement réversible.

Cela suppose que l’on fasse abstraction de toute considération phonétique ou esthéti-

que, et même des habitudes nationales les plus respectables; mais les machines qui

doivent être capables de faire le travail ignorent toutes ces considérations.

L’acceptation de la présente Norme internationale pour la communication internatio-

nale laisse chaque pays libre d’adopter pour son propre usage une norme nationale qui

soit différente, pourvu qu’elle soit compatible avec la Norme internationale. Le système

proposé devrait le permettre et devrait être accepté pour l’usage international si les gra-

phies qu’il engendre sont telles qu’elles puissent être converties automatiquement dans

les diverses graphies auxquelles conduit l’utilisation d’un système national quelconque,

à condition qu’il soit rigoureux.

La présente Norme internationale sera utilisable par ceux qui ont pu vérifier qu’elle est

rigoureusement cohérente et qu’ils peuvent l’appliquer sans ambiguïté. Le résultat

obtenu ne permettra peut-être pas une prononciation correcte du texte original dans sa

propre langue, mais il doit permettre de retrouver automatiquement la graphie originale

et, donc, de la prononcer correctement à quiconque connaît la langue originale. De la

même facon, il n’est possible de prononcer correctement un texte écrit, par exemple en

anglais ou en polonais, que si l’on connaît l’anglais ou le polonais.

L’adoption de normes nationales compatibles avec la présente Norme internationale

permettra, dans une publication internationale, de représenter les morphèmes de cha-

que langue d’une manière conforme aux habitudes du pays où elle est parlée. Cette

représentation pourra être simplifiée pour tenir compte de l’étendue des jeux de carac-

tères disponibles sur différents types de machines.
Principes généraux de la conversion des systèmes d’écriture
Définition des méthodes

Les mots d’une langue, écrits dans un système d’écriture donné (le système converti)

doivent parfois être rendus dans un autre système (le système de conversion) utilisé

normalement par une autre langue. On a souvent recours à ce procédé dans des textes

historiques ou géographiques, dans des documents cartographiques, et particulière-

ment dans des travaux bibliographiques lorsque les caractères doivent être convertis,

de différents systèmes d’écriture, en un alphabet unique permettant de les intercaler

alphabétiquement dans les bibliographies, les catalogues, les index, les listes topony-

miques, etc.
. . .
III
---------------------- Page: 3 ----------------------
~so 3602: 1989 (FI

Elle est indispensable pour permettre la transmission univoque d’un message écrit

entre deux pays utilisant des systèmes d’écriture différents, ou échangeant un mes-

sage dont l’écriture est différente de la leur.

Elle permet ainsi cette transmission aussi bien de facon manuelle que mécanique ou

électronique.

Les deux méthodes fondamentales de conversion d’un système d’écriture sont la trans-

littération et la transcription.

La translittération est le procédé qui consiste à représenter les caractèrest) d’une écri-

ture alphabétique ou syllabique par les caractères d’un alphabet de conversion.

En principe, cette conversion devrait se faire caractère par caractère: chaque caractére

du systéme graphique converti est rendu par un caractère et un seul de l’alphabet de

conversion, ce qui est la facon la plus simple d’assurer la réversibilité complète et sans

ambiguïté de l’alphabet de conversion dans le système converti.
Lorsque le nombre de caractéres existant dans l’alphabet de conversion est moins

élevé que celui de l’alphabet converti, il devient nécessaire de recourir à des digrammes

ou à des signes diacritiques. On doit, dans ce cas, éviter le plus possible l’arbitraire et

l’emploi de signes purement conventionnels, et chercher à maintenir une certaine ratio-

nalité phonétique afin de rendre le système plus généralement acceptable.

Toutefois, on doit accepter que le graphisme obtenu ne puisse toujours être correcte-

ment prononcé en suivant les habitudes phonétiques de la langue (ou de toutes les lan-

gues) qui Utilise(nt) habituellement l’alphabet de conversion. II doit, en revanche, être

tel que le lecteur connaissant la langue convertie puisse reconstituer mentalement sans

équivoque le graphisme original et, éventuellement, le prononcer.

La retranslittération est le procédé qui consiste à convertir les caractères d’un alpha-

bet de conversion dans le système d’écriture converti. C’est le procédé exactement

inverse de la translittération: il s’exécute en appliquant les règles d’un système de

translittération en sens inverse, de facon à reconstituer le texte translittéré sous sa

forme originale.

La transcription est le procédé visant à noter la prononciation d’une langue donnée

au moyen du système de signes d’une langue de conversion.

Un système de transcription repose nécessairement sur les conventions orthographi-

ques de la langue de conversion. La transcription n’est pas strictement réversible.

La transcription peut être utilisée pour la conversion de tous les systèmes d’écriture.

Elle est la seule méthode utilisable pour les systèmes non entièrement alphabétiques ou

syllabiques et pour toutes les écritures idéophonographiques comme le chinois.

Pour la romanisation (conversion d’écritures non latines dans l’alphabet latin), on

peut utiliser soit la translittération, soit la transcription, soit un mélange des deux

méthodes, suivant la nature du système converti.

Un système de conversion proposé pour l’usage international peut demander des com-

promis et le sacrifice de certaines habitudes nationales. II faut donc que chaque com-

munauté nationale d’utilisateurs accepte des concessions et s’abstienne, en tout cas,

d’imposer comme allant de soi des solutions qui, en fait, ne sont justifiées que par ses

propres habitudes (de prononciation, d’orthographe, etc. 1.

Lorsqu’un pays utilise deux systèmes univoquement convertibles l’un à l’autre pour

écrire sa propre langue, le système de translittération ainsi mis en œuvre doit être a

priori pris comme base du système international normalisé, dans la mesure où il est

compatible avec les autres principes exposés ci-après.

1) Un caractére est un élément d’un systéme d’écriture, alphabétique ou non, représentant gra-

phiquement un phonème, une syllabe, un mot, voire un trait prosodique d’une langue. II peut être

employé seul (par exemple lettre, signe syllabique, caractére idéographique, chiffre, symbole de

ponctuation) ou en combinaison (par exemple accent, signe diacritique). Une lettre accentuée ou

diacritée comme â, è, 0, est un caractére au même titre que la lettre de base.
---------------------- Page: 4 ----------------------
ISO3602:1989 (FI

Lorsque cela est nécessaire, les systèmes de conversion doivent prévoir un équivalent

pour chaque caractére, non seulement les lettres mais aussi les signes de ponctuation,

les chiffres, etc. Ils doivent, de même, prendre en compte l’organisation de la chaîne de

caractères que constitue le texte (par exemple le sens de l’écriture), spécifier la facon

de délimiter les mots, d’utiliser les signes séparateurs, en suivant d’aussi près que pos-

sible les habitudes de la langue (ou des langues) qui utilise(nt) le système d’écriture

converti.

Dans la romanisation d’une écriture qui n’a pas de majuscules, il convient de capitaliser

certains mots, en suivant les usages nationaux.
Principes de conversion propres aux syllabaires

Les systèmes syllabiques d’écriture ont pour unité graphique significative le caractère

syllabique, correspondant à la notation d’une syllabe dans une langue donnée.

Un syllabaire est l’ensemble des caractères syllabiques utilisés pour écrire une langue à

écriture syllabique.

Un caractère syllabique est constitué d’un seul signe élémentaire, ou de deux ou plu-

sieurs signes élémentaires combinés ou juxtaposés. Si le système est tel que le même

signe élémentaire a régulièrement la même valeur dans les différents caractères où il

apparaît (abstraction faites des particularités introduites par l’évolution phonétique

d’une langue), il permet une translittération réversible.

La conversion d’un caractère syllabique est faite globalement, en tenant compte de la

fonction de chaque signe élémentaire dans le contexte du caractère, et non pas signe

par signe. Un signe élémentaire peut donc avoir dans le système de conversion des

équivalents différents selon la catégorie de caractère syllabique à laquelle il appartient.

Le tableau de translittération donne à chaque caractère d’un syllabaire un équivalent

biunivoque, ce qui assure une complète réversibilité.

Si une langue utilisant une écriture syllabique s’écrit habituellement sans que les sépa-

rations entre les caractères et/ou entre les mots obéissent à des règles, le système de

conversion doit prescrire des règles prenant en compte la structure morphologique et

grammaticale de cette langue.
---------------------- Page: 5 ----------------------
Page blanche
---------------------- Page: 6 ----------------------
ISO 3602: 1989 (FI
NORME INTERNATIONALE
- Romanisation du japonais
Documentation
(écriture en kana)
4 Frontières des morphèmes
1 Domaine d’application
Dans certains cas exceptionnels, deux kana peuvent consituter
La présente Norme internationale établit un système de romani-
sation pour la langue écrite japonaise actuelle. L’appli
...

Questions, Comments and Discussion

Ask us and Technical Secretary will try to provide an answer. You can facilitate discussion about the standard in here.