Liquid hydrocarbons — Dynamic measurement — Proving systems for volumetric meters — Part 1: General principles

The purpose of proving a meter is to determine its relative error or its meter factor as a function of flow rate and other parameters such as temperature, pressure and viscosity. The following types of proving systems are in use: tank prover systems; pipe provers, bidirectional and unidirectional; master meters. They can be used either connected (fixed or mobile) to the metering station or in a central proving station.

Hydrocarbures liquides — Mesurage dynamique — Systèmes d'étalonnage des compteurs volumétriques — Partie 1: Principes généraux

La présente partie de l'ISO 7278 établit des principes généraux pour les systèmes d'étalonnage des appareils de mesure utilisés pour le mesurage dynamique des hydrocarbures liquides.

General Information

Status
Published
Publication Date
18-Mar-1987
Current Stage
9093 - International Standard confirmed
Start Date
18-Mar-2004
Completion Date
22-Jul-2021
Ref Project

Buy Standard

Standard
ISO 7278-1:1987 - Liquid hydrocarbons -- Dynamic measurement -- Proving systems for volumetric meters
English language
5 pages
sale 15% off
Preview
sale 15% off
Preview
Standard
ISO 7278-1:1987 - Hydrocarbures liquides -- Mesurage dynamique -- Systemes d'étalonnage des compteurs volumétriques
French language
5 pages
sale 15% off
Preview
sale 15% off
Preview
Standard
ISO 7278-1:1987 - Hydrocarbures liquides -- Mesurage dynamique -- Systemes d'étalonnage des compteurs volumétriques
French language
5 pages
sale 15% off
Preview
sale 15% off
Preview

Standards Content (sample)

ISO
INTERNATIONAL STANDARD
7278-1
First edition
1987-03-15
INTERNATIONAL ORGANIZATION FOR STANDARDIZATION
ORGANISATION INTERNATIONALE DE NORMALISATION
MEXaYHAPOflHAR OPTAHM3A~MR fl0 CTAHjJAPTM3AqMM
Liquid hydrocarbons - Dynamit measurement -
Proving Systems for volumetric meters -
Part 1:
General principles
Hydrocarbures liquides
- Mesurage dynamique - Systemes d’etalonnage des compteurs
vofum&iques -
Partie 1: Principes ghkaux
Reference number
ISO 7278-1 : 1987 (E)
---------------------- Page: 1 ----------------------
Foreword

ISO (the International Organization for Standardization) is a worldwide federation of

national Standards bodies (ISO member bedies). The work of preparing International

Standards is normally carried out through ISO technical committees. Esch member

body interested in a subject for which a technical committee has been established has

the right to be represented on that committee. International organizations, govern-

mental and non-governmental, in liaison with ISO, also take part in the work.

Draft International Standards adopted by the technical committees are circulated to

the member bodies for approval before their acceptance as International Standards by

the ISO Council. They are approved in accordance with ISO procedures requiring at

least 75 % approval by the member bodies voting.
International Standard ISO 7278-1 was prepared by Technical Committee ISO/TC 28,
Petroleum products and lubricants.

Users should note that all International Standards undergo revision from time to time

and that any reference made herein to any other International Standard implies its

latest edition, unless otherwise stated.
0 International Organkation for Standardkation, 1987
Printed in Switzerland
---------------------- Page: 2 ----------------------
INTERNATIONAL STANDARD ISO 7278-1: 1987 (E)
Dynamit measurement -
Liquid hydrocarbons -
Proving Systems for volumetric meters -
Part 1:
General principles
for all liquids and flow rates, provided that the master meter
0 Introduction
is proved against acceptable proving Systems under condi-

This document is the first part of an International Standard on tions which simulate those under which it will operate.

proving Systems for meters used in dynamic measurement of
Sometimes, a meter is used as a means of standardization
liquid hydrocarbons. Future Parts of ISO 7278 will provide more
of transfer; this equipment is generally known as a “master
detailed descriptions of pipe provers, tank provers and pulse
meter”.
interpolation techniques; these Parts are in preparation. Parts
covering other aspects or types of proving Systems may be
3.2 Provers tan be used either connected (fixed or mobile) to
added as the need arises.
the metering Station or in a central proving Station to which the
meters or the measures tan be taken to be proved.
The purpose of proving a meter is to determine its relative error
or its meter factor as a function of flow rate and other
3.3 In Order to limit the maximum uncertainty to + 0,Ol %
Parameters such as temperature, pressure and viscosity.
when using a pulse generator for proving, at least
10 000 pulses shall be obtained from the meter per proving run.
The purpose of determining the relative error is to find out
This number of pulses tan be reduced by pulse-interpolation
whether the meter is working within prescribed or specially ac-
techniques which allow either the use of meters with fewer
cepted limits of error, whereas the meter factor is used to cor-
pulses per unit volume or reduction of the prover volume.
rect any error in the indication of a meter by calculation.
General considerations
1 Scope and field of application

This part of ISO 7278 provides general principles for proving 4.1 A meter should be proved at the expected operating or

Systems for meters used in dynamic measurement of liquid prescribed or agreed rates of flow, under the pressure and

hydrocarbons. temperature at which it will operate and on the liquid which it
will measure. In situations where it is not feasible to prove the
meter on the liquid to be metered, the meter should be proved
2 Reference
on a liquid having a density, viscosity and, if possible,
temperature as close as possible to those of the liquid to be
h ydrocarbons - D ynamic measuremen t-
ISO 4124, Liquid
measured. A meter that is used to measure several different
Statistical con trol of volumetric me tering s ys tems. 1 )
liquids shall be proved on each such liquid. Similar liquids may
be used if a simple, known relationship exists between the
relative error, flow rate and viscosity, provided that the uncer-
3 Types of prover
tainty of measurement remains within acceptable limits. In any
event, calibration should take place at a flow rate equivalent to
31 . The following types of proving Systems are in use:
that at which the meter will be used.

tank prover Systems; A meter shall be proved in different circumstances as follows:

bidirectional and unidirectional. Pipe a) Initial proving. This shall be carried out on the perma-

b) pipe provers,

provers with precision tubes as described in 6.7 are available nent location or in a central Station where the expected con-

ditions of Operation tan be reproduced. The initial proving
for special applications;
makes it possible to determine the relationship between the
ndirect procedure of volume com-

c) master meters. I relative error (or meter factor) and different Parameters such

parison which Causes additio nal uncertainties tan be used
as viscosity or temperature. ’
1) At present at the Stage of draft.
---------------------- Page: 3 ----------------------

b) Occasional or periodical proving. If a simple relationship In the first, a meter tan be proved to establish its Performance

between the relative error (or meter factor) and influencing by adjustment of its registration, if necessary, to give a meter

Parameters tan be determined, the meters shail be reproved factor of 1,000 0 so that its indicated volume will be the volume

periodically using a prover either on the site or in a central- of liquid actually delivered (gross volume within desired

ised Station. Otherwise, the meter shall be reproved on the
tolerantes). This is the normal practice for a meter operating on

site whenever significant changes in the influencing par- intermittent deliveries, such as a tank truck meter or a loading

ameters, such as viscosity or temperature, occur. Regular rack meter at a terminal or bulk plant.

provings are also needed to follow effects of mechanical
changes. In the second, a meter tan be proved to determine its meter
factor or, if possible, a simple relationship between its meter
factor and influencing Parameters such as viscosity or
4.2 Many petroleum liquids of high vapour pressures are
temperature so that this factor or this relationship tan be
measured by meter-. If liquid evaporation during normal opera-
applied to the indicated volume to compute the gross volume
tion or proving could occur and affect measurement, the prov-
delivered through the meter. This is the normal practice in the
ing System should provide means to avoid evaporation.
case of continuous or long-duration measurement.
4.3 The proving of a meter is like a laboratory test: when
4.7 When a meter is being proved for adjustment, a
properly done, it provides a high degree of repeatability, which
preliminary unrecorded run shall be made, as necessary, to
is necessary for measurement accuracy. There are as many
equalise temperatures, displace vapours or gases and wet the
details of the meter, its piping and the proving Systems, which
interior of the prover. Subsequent recorded proving test runs
tan contribute to measurement uncertainty, as there are in
shall be made in the required range of flow rates and the
determining physical properties of the measured liquid. Fur-
registration adjusted as necessary.
thermore, the proving System shall be maintained in good oper-
Thorough inspection of provers and their
ating condition.
Esch calibration Point for the same flow should be repeated at
ancillary equipment should be made with sufficient frequency
least twice and preferably three times. Further repeats may be
to ensure reproducibility of proving results. lt is essential that
necessary, if specified. See ISO 4124.
meter Performance data be observed, recorded and studied and
that calculations be correct (sec ISO 4124).
4.8 When a meter is being proved to determine the meter
factor at one or several flow rates, the procedure shall be
The accuracy and repeatability of the proving tan be affected
esssentially as specified in 4.7, except that no changes shall be
by Observation errors in determining the opening meter reading
made to the meter registration adjusting device between runs.
or the closing meter reading, the test volume passing through
Proof runs shall be made and recorded until the specified
or delivered to the prover and in reading temperature and
number of consecutive runs at the same flow rate agree within
pressure, and by implicit errors in computation in the process of
an acceptable repeatability, at which Point the average of these
correcting a measurement to Standard conditions.
two runs shall be accepted as the established meter correction
factor for this flow rate.
classif ied according to procedure,
4.4 Meter proving tan be
as described below.
4.9 If the registration of a meter, during proving, is not
changing in accordance with adjustments made to the register
a) The standing Start-and-stop procedure uses registers
adjusting device, or if four individual unadjusted proving runs
(counters) from which the opening and closing readings are
are made without any two successive runs checking within an
obtained at no-flow conditions. Qpening and closing of
acceptable repeatability, all phases of the proving Operation
valves shall be performed rapidly.
shall be examined for the Cause of the discrepancy. If the Cause
is not found, the meter and its register mechanisms shali be
b) The running Start-and-stop procedure involves obtain-
inspected for electronie or mechanical defects, repaired and
ing the opening and closing meter readings of the proof
proved before being returned to Service.
while the meter is in Operation. This is accomplished by the
use of auxiliary or secondary registers of high discrimination
4.10 The practical limit of accuracy in any observed value
which tan be started and stopped while the meter and
such as the volume in the reference vessel during a meter proof
primary register continue to operate.
is one part in 10 000. For this reason, meter factors shall be
rounded to four decimal places, not more and not less, for
4.5 Every meter proof shall be made with the same register
example 1,001 6.
equipment as is used in regular Operation or with additional
synchronised auxiliary registers for the running Start-and-stop
4.11 The results of calculation tan be adversely affected by
procedure L4.4 b)]. Inclusion of special auxiliary equipment
the use of abbreviated tables, the unstandardized rounding
such as the following is permitted: density selector,
of factors and/or intermediate calculations. The observed and
temperature compensator, and quantity-predetermining
computed data for all test runs made in obtaining a meter factor
register. If employed, the auxiliary equipment shall be set and
or other expression of meter Performance shall be reported on a
operative when making the proof runs. Time between proving
suitable meter proving report form. The completed form, when
runs shall be kept to a minimum.
signed by the interested Parties or by the legal authority, shall
constitute approval, understanding and acceptance of the
proving which
4.6 There arc two general objectives to meter
meter proof, unless otherwise limited to witnessing only by a
usually depend on the type 0% Service.
notation on the report.
---------------------- Page: 4 ----------------------
ISO 7278-1: 1987 (E)

4.12 Most of the procedures specified above have been for 5.5 In some types of open prover tanks, a top Spray is used

during the emptying of the prover to saturate the air drawn into
the proving of a Single meter. If the meter to be proved is part

of a battery of meters handling a common stream, it is the prover with the vapour of the test liquid to reduce evapora-

necessary either to divert the stream from the selected meter to tion of the test liquid during a subsequent proof run. Where

be proved through the prover or remove the meter to a central this is done, the Spray shall be turned on Prior to each emptying

proving Station. of the prover and closed off Prior to zeroing the liquid Ievel.
5.6 There are certain variations inherent in the foregoing
general procedure, arisin
...

NORME INTERNATIONALE
INTERNATIONAL ORGANIZATION FOR STANDARDIZATION
ORGANISATION INTERNATIONALE DE NORMALISATION
’ MEXdYHAPOAHAR OPrAHM3A~Mfl Il0 CTAH~APTM3A~MM
Hydrocarbures liquides - Mesurage dynamique -
Systèmes d’étalonnage des compteurs volumétriques -
Partie 1 :
Principes généraux

Liguid h ydrocarbons - Dynamic measurement - Proving systems for vofumetric meters -

Part 7 : General principles
---------------------- Page: 1 ----------------------
Avant-propos
L’ISO (Organisation internationale de normalisation) est une fédération mondiale

d’organismes nationaux de normalisation (comités membres de I’ISO). L’élaboration

des Normes internationales est confiée normalement aux comités techniques de I’ISO.

Chaque comité membre intéressé par une étude a le droit de faire partie du comité

technique créé à cet effet. Les organisations internationales, gouvernementales et non

gouvernementales, en liaison avec I’ISO participent également aux travaux.

Les projets de Normes internationales adoptés par les comités techniques sont soumis

aux comités membres pour approbation, avant leur acceptation comme Normes inter-

nationales par le Conseil de I’ISO. Les Normes internationales sont approuvées confor-

mément aux procédures de I’ISO qui requièrent l’approbation de 75 % au moins des
comités membres votants.

La Norme internationale ISO 7278-l a été élaborée par le comité technique ISO/TC 28,

Produits pétroliers et lubritïan ts .

L’attention des utilisateurs est attirée sur le fait que toutes les Normes internationales

sont de temps en temps soumises à révision et que toute référence faite à une autre

Norme internationale dans le présent document implique qu’il s’agit, sauf indication

contraire, de la derniére édition.
0 Organisation internationale de normalisation, 1987 0
Imprimé en Suisse
---------------------- Page: 2 ----------------------
ISO 7278-l : 1987 (FI
NORME INTERNATIONALE
Hydrocarbures liquides - Mesurage dynamique -
Systèmes d’étalonnage des compteurs volumétriques -
Partie 1 :
Principes généraux
c) les compteurs pilotes: on peut utiliser une méthode
0 Introduction
indirecte de comparaison des volumes, qui conduit à des
Le présent document est la première partie d’une Norme inter-
incertitudes supplémentaires, pour tous les liquides et tous

nationale relative aux systèmes d’étalonnage des compteurs et les débits à la condition que l’on ait etalonné le compteur

appareils de mesure utilisés pour le mesurage dynamique des
pilote à l’aide d’un systéme d’étalonnage acceptable, dans

hydrocarbures liquides. Les futures parties de I’ISO 7278 don- des conditions simulant celles dans lesquelles le compteur

neront des descriptions plus détaillées des tubes étalons, des pilote fonctionnera. On utilise quelquefois un compteur

jauges et mesures volumétriques et des techniques d’interpola-
comme moyen d’étalonnage de transfert; ce dispositif est

tion des impulsions; ces parties sont en cours d’élaboration. généralement appelé ((compteur pilote)).

Les parties traitant d’autres aspects ou d’autres types de systé-
mes d’étalonnage pourront être ajoutées quand cela sera
3.2 Les systèmes d’étalonnage peuvent être utilisés ou bien
nécessaire.
en étant connectés (fixes ou mobiles) au poste de mesurage,
ou bien en se trouvant dans une station centralisée où les
L’étalonnage d’un compteur ou d’un appareil de mesure a pour
compteurs ou les mesureurs peuvent y être transportés pour y
but de déterminer son erreur relative ou son facteur de correc-
subir un étalonnage.
tion, en fonction du débit et d’autres paramétres, comme la
température, la pression et la viscosité.
3.3 Pour limiter l’incertitude maximale à k 0,Ol %,
L’objet de la détermination de l’erreur relative est de vérifier si
lorsqu’on utilise un générateur d’impulsions pour l’étalonnage,
l’appareil de mesure fonctionne à l’intérieur de limites d’erreur
il faut obtenir du compteur, pour chaque essai d’étalonnage, au
prescrites ou spécialement acceptées, tandis que le facteur de
moins 10 000 impulsions. Ce nombre d’impulsions peut être
correction de l’appareil de mesure sert à corriger, par le calcul,
réduit par les techniques d’interpolation des impulsions, qui
toute erreur dont est grevée l’indication de l’appareil de mesure.
permettent soit d’utiliser des compteurs donnant un nombre
d’impulsions plus faible par unité de volume, soit d’autoriser
une réduction du volume du systéme d’étalonnage.
1 Objet et domaine d’application
La présente partie de I’ISO 7278 établit des principes généraux
pour les systémes d’étalonnage des appareils de mesure utilisés
4 Considérations générales
pour le mesurage dynamique des hydrocarbures liquides.
4.1 Tout compteur doit subir un étalonnage aux débits d’utili-
sation prévus, prescrits, ou convenus, dans les conditions de
2 Référence
température et de pression dans lesquelles il fonctionnera, et
ISO 4124, Hydrocarbures liquides - Mesurage dynamique -
avec le liquide qu’il mesurera. Quand il n’est pas possible d’éta-
Contrôle statistique des systémes de mesurage. ‘1
lonner le compteur avec le liquide à mesurer, le compteur doit
être étalonné avec un liquide possédant une masse volumique,
une viscosité et, si possible, une température aussi proches que
3 Types de systèmes d’étalonnage
possible de celles du liquide à mesurer. Un compteur destiné à
mesurer plusieurs liquides différents doit être vérifié pour cha-
3.1 On utilise les types de systémes d’étalonnage suivants:
cun de ces liquides. On peut utiliser des liquides de substitution
si, entre l’erreur relative, le débit et la viscosité, il existe une
a) les jauges étalons;
relation simple et connue, du moment que l’incertitude de

b) les tubes étalons, bidirectionnels et unidirectionnels: il mesurage se maintient dans des limites acceptables. En tout

cas, un étalonnage doit être effectué à un débit équivalent à
existe, pour des applications spéciales, des tubes étalons
celui auquel le compteur fonctionnera.
réalisés grâce à un usinage de précision comme décrit en 6.7;
1) Actuellement au stade de projet.
---------------------- Page: 3 ----------------------
ISO 7278-l: 1987 (FI
r doit être étalonné en différentes circonstances
Un compteu b) Méthode du démarrage-arrêt en fonction. Elle consiste
comme suit: à obtenir les valeurs lues sur l’appareil de mesure, à I’ouver-
ture et à la fermeture, quand l’appareil de mesure fonc-
a) Étalonnage primitif. II doit être effectué sur I’emplace-
tionne. On utilise pour cela des registres auxiliaires ou
ment permanent de l’appareil, ou dans une station centrali-
secondaires, présentant un pouvoir séparateur élevé, et
sée, dans laquelle on peut reproduire les conditions prévues
pouvant être démarrés ou arrêtés pendant que le compteur
d’utilisation du compteur. L’étalonnage primitif permet de
et le registre primaire continuent à fonctionner.
déterminer la relation qui existe entre l’erreur relative (ou le
facteur de correction de l’appareil de mesure) et les diffé-
4.5 Chaque appareil de mesure faisant l’objet de l’essai d’éta-
rents paramètres influant sur elle, tels que la viscosité ou la
lonnage doit posséder le même registre que celui utilisé en mar-
température.
che normale, ou des registres auxiliaires supplémentaires,
synchronisés d’une manière satisfaisante, lorsqu’on utilise la
b) Étalonnage exceptionnel ou périodique. Si l’on peut
méthode du démarrage-arrêt en fonction [4.4b)]. L’inclusion
déterminer une relation simple entre l’erreur relative (ou le
d’équipements auxiliaires spéciaux, par exemple, le sélecteur
facteur de correction de l’appareil de mesure) et les paramè-
de masse volumique, le compensateur de température, le regis-
tres d’influente, tels que la viscosité ou la température, on
tre de prédétermination des quantités est autorisée. S’ils sont
peut faire subir aux compteurs un nouvel étalonnage pério-
utilisés, ils doivent être réglés et en bon état de marche quand
dique, en utilisant un système d’étalonnage soit sur place,
on effectue les essais d’étalonnage. II faut réduire autant que
soit dans une station centralisée. Sinon, le compteur doit
possible le temps qui s’écoule entre les différents essais d’éta-
subir un nouvel étalonnage sur place, à chaque fois qu’il se
lonnage.
produit des modifications importantes des paramètres
d’influente tels que viscosité ou température. II est égale-
ment nécessaire d’effectuer des étalonnages réguliers pour
4.6 L’étalonnage des appareils de mesure a deux objectifs
suivre les effets des modifications de nature mécanique.
généraux qui dépenden t généralement du type d’utilisation.
Pour le premier type, on peut étalonner un compteur pour défi-
4.2 II existe de nombreux liquides pétroliers, présentant une
nir ses performances, en réglant si nécessaire son dispositif de
tension de vapeur élevée et qui sont mesurés par un compteur.
réglage de facon à obtenir un facteur de correction égal à
S’il se produit une évaporation du liquide au cours du fonction-
1,000 0, ce qui aura pour conséquence que le volume indiqué
nement normal ou de l’étalonnage, et que celle-ci affecte le
sera le volume de liquide effectivement livré (volume brut, à
mesurage, le système d’étalonnage devra comporter des
l’intérieur des tolérances voulues). C’est là la pratique normale
moyens pour éviter l’évaporation.
dans le cas d’un appareil de mesure travaillant sur des quantités
de liquide intermittentes, par exemple le compteur d’un camion
4.3 L’étalonnage d’un compteur est analogue à un essai au
citerne ou le compteur d’une rampe de chargement au niveau
laboratoire: quand il est convenablement effectué, il doit con-
d’un terminal ou d’une installation de stockage en vrac.
duire à une bonne répétabilité, nécessaire pour assurer la jus-
tesse du mesurage. II y a dans le compteur, son agencement et
Pour le deuxième type d’utilisation, on peut étalonner un comp-
les systèmes d’étalonnage, autant de facteurs susceptibles de
teur pour déterminer son facteur de correction ou, si possible,
contribuer à l’incertitude de mesurage, qu’il y en a quand on
une relation simple entre son facteur de correction et les para-
veut déterminer les propriétés physiques du liquide mesuré. En
mètres d’influente, tels que viscosité ou température, de façon
outre, le système d’étalonnage doit être maintenu en bon état
que l’on puisse appliquer au volume indiqué, ce facteur ou
de marche. II faut prévoir une inspection approfondie des systè-
cette relation dans le but de calculer le volume brut passant par
mes d’étalonnage et de leurs accessoires, avec une fréquence
l’appareil de mesure. C’est là la pratique normale dans le cas
suffisante pour assurer la reproductibilité des résultats de I’éta-
d’un mesurage en continu ou de longue durée.
lonnage. II est essentiel que l’on observe, enregistre et étudie
les performances du compteur et que les calculs soient corrects
4.7 Quand un compteur est étalonné afin de modifier son
(voir ISO 4124).
réglage, il faut effectuer un essai préliminaire, non enregistré,
pour autant qu’il est nécessaire pour obtenir l’équilibre des tem-
La justesse et la répétabilité du compteur faisant l’objet de
pératures, déplacer les vapeurs ou les gaz, et mouiller l’intérieur
l’essai d’étalonnage peuvent être affectées par les erreurs
du système d’étalonnage. Les essais d’étalonnage ultérieurs,
d’observation faites lors de la détermination de la lecture du
qui seront enregistrés, sont effectués dans la gamme requise de
compteur au début et à la fin de l’essai, du volume d’essai tra-
débits, pour un réglage du compteur déterminé.
versant le système d’étalonnage ou étant délivré à ce dernier,
de la lecture de la température et de la pression, ainsi que par
Chaque point d’étalonnage pour un même débit sera répété au
les erreurs implicites générées par les calculs dans le cadre de la
moins deux fois et de préférence trois fois. D’autres répétitions
correction du mesurage pour les ramener aux conditions nor-
peuvent être nécessaires, si spécifié. (Voir ISO 4124.)
malisées.
4.8 Quand l’étalonnage d’un compteur a pour but de déter-
classer les systèmes d’étalonnage des compteurs
4.4 On peut
miner le facteur de correction de cet appareil pour un ou plu-
selon le mode opératoire, comme décrit ci-aprés :
sieurs débits, le mode opératoire est essentiellement le même

a) Méthode du démarrage-arrêt au repos. Elle utilise des que celui spécifié en 4.7, sauf qu’il ne faut apporter aucune

modification, entre les essais, au dispositif de réglage du comp-
registres (compteurs), et les valeurs lues à l’ouverture et à la

fermeture sont obtenues à débit nul. L’ouverture et la fer- teur. Les essais d’étalonnage sont effectués et enregistrés

jusqu’à ce que les essais consécutifs spécifiés, réalisés avec
meture des robinets doivent être exécutées rapidement.
---------------------- Page: 4 ----------------------
ISO 72780I:l987 (F)
le même débit, coïncident dans les limites acceptables de répé-
ces étrangères. II faut inspecter fréquemment les fenêtres de
tabilité, et l’on acceptera à ce moment-là la moyenne des deux
niveaux et réétalonner la jauge étalon s’il y a un signe de dépla-
essais comme le facteur de correction du compteur pour ce
cement des fenêtres de niveaux.
débit.
5.2 Un étalonnage effectué à l’aide de jauges étalons à ciel
ouvert consiste à comparer le volume de liquide indiqué par le
4.9 Si, pendant les essais d’étalonnage, l’indication d’un
registre et le volume connu se trouvant dans la jauge. Le liquide
compteur n’est pas modifiée par les ajustements apportés au
doit traverser l’appareil de mesure dans les conditions de mar-
registre, ou si au cours de quatre étalonnages sans réglage, il
che effectives ou simulées (température, pression, débit, masse
est impossible d’obtenir deux essais successifs ne coïncidant
volumique et viscosité), puis il doit pénétrer dans la jauge éta-
pas dans les limites de répétabilité acceptables, il faut étudier
lon dans laquelle on détermine son volume à partir des valeurs
toutes les phases de l’étalonnage pour rechercher la cause de
lues sur les échelles. Le facteur de correction du compteur est
cet écart. Si l’on ne trouve pas la cause, il convient d’inspecter
le rapport entre le volume effectif mesuré avec la jauge étalon,
le compteur et les mécanismes du registre pour rechercher les
ramené (ou converti) aux conditions de température du liquide
défauts électroniques ou mécaniques, puis les réparer et les
pendant l’étalonnage (c’est-à-dire passé à travers le compteur),
étalonner avant remise en service.
et la variation de volume indiquée par le registre du compteur.
4.10 La limite pratique de précision pour toute valeur obser-
5.3 Après avoir effectué au préalable une opération de rem-
vée, par exemple le volume du réservoir de référence pendant
plissage et de vidange de la jauge étalon, on enregistre le niveau
I’etalonnage d’un appareil de mesure, est d’une partie pour
le plus bas du liquide d’essai. On arrête ensuite le compteur à
10 000. Pour cette raison, les facteurs de correction des comp-
étalonner et on note la valeur initiale lue sur l’appareil de
teurs doivent être arrondis à quatre chiffres après la virgule, ni
mesure. On démarre alors l’essai d’étalonnage en envoyant le
plus, ni moins, par exemple 1, 0016.
liquide du compteur à l’intérieur de la jauge étalon, en mainte-
nant constants le débit et la pression du compteur pour simuler
les conditions réelles d’exploitation. Pandant le remplissage de
4.11 Les résultats du calcul peuvent être affectés d’une
la jauge étalon, la température du liquide mesuré, au voisinage
manière désavantageuse par l’utilisation de tables incomplétes
...

NORME INTERNATIONALE
INTERNATIONAL ORGANIZATION FOR STANDARDIZATION
ORGANISATION INTERNATIONALE DE NORMALISATION
’ MEXdYHAPOAHAR OPrAHM3A~Mfl Il0 CTAH~APTM3A~MM
Hydrocarbures liquides - Mesurage dynamique -
Systèmes d’étalonnage des compteurs volumétriques -
Partie 1 :
Principes généraux

Liguid h ydrocarbons - Dynamic measurement - Proving systems for vofumetric meters -

Part 7 : General principles
---------------------- Page: 1 ----------------------
Avant-propos
L’ISO (Organisation internationale de normalisation) est une fédération mondiale

d’organismes nationaux de normalisation (comités membres de I’ISO). L’élaboration

des Normes internationales est confiée normalement aux comités techniques de I’ISO.

Chaque comité membre intéressé par une étude a le droit de faire partie du comité

technique créé à cet effet. Les organisations internationales, gouvernementales et non

gouvernementales, en liaison avec I’ISO participent également aux travaux.

Les projets de Normes internationales adoptés par les comités techniques sont soumis

aux comités membres pour approbation, avant leur acceptation comme Normes inter-

nationales par le Conseil de I’ISO. Les Normes internationales sont approuvées confor-

mément aux procédures de I’ISO qui requièrent l’approbation de 75 % au moins des
comités membres votants.

La Norme internationale ISO 7278-l a été élaborée par le comité technique ISO/TC 28,

Produits pétroliers et lubritïan ts .

L’attention des utilisateurs est attirée sur le fait que toutes les Normes internationales

sont de temps en temps soumises à révision et que toute référence faite à une autre

Norme internationale dans le présent document implique qu’il s’agit, sauf indication

contraire, de la derniére édition.
0 Organisation internationale de normalisation, 1987 0
Imprimé en Suisse
---------------------- Page: 2 ----------------------
ISO 7278-l : 1987 (FI
NORME INTERNATIONALE
Hydrocarbures liquides - Mesurage dynamique -
Systèmes d’étalonnage des compteurs volumétriques -
Partie 1 :
Principes généraux
c) les compteurs pilotes: on peut utiliser une méthode
0 Introduction
indirecte de comparaison des volumes, qui conduit à des
Le présent document est la première partie d’une Norme inter-
incertitudes supplémentaires, pour tous les liquides et tous

nationale relative aux systèmes d’étalonnage des compteurs et les débits à la condition que l’on ait etalonné le compteur

appareils de mesure utilisés pour le mesurage dynamique des
pilote à l’aide d’un systéme d’étalonnage acceptable, dans

hydrocarbures liquides. Les futures parties de I’ISO 7278 don- des conditions simulant celles dans lesquelles le compteur

neront des descriptions plus détaillées des tubes étalons, des pilote fonctionnera. On utilise quelquefois un compteur

jauges et mesures volumétriques et des techniques d’interpola-
comme moyen d’étalonnage de transfert; ce dispositif est

tion des impulsions; ces parties sont en cours d’élaboration. généralement appelé ((compteur pilote)).

Les parties traitant d’autres aspects ou d’autres types de systé-
mes d’étalonnage pourront être ajoutées quand cela sera
3.2 Les systèmes d’étalonnage peuvent être utilisés ou bien
nécessaire.
en étant connectés (fixes ou mobiles) au poste de mesurage,
ou bien en se trouvant dans une station centralisée où les
L’étalonnage d’un compteur ou d’un appareil de mesure a pour
compteurs ou les mesureurs peuvent y être transportés pour y
but de déterminer son erreur relative ou son facteur de correc-
subir un étalonnage.
tion, en fonction du débit et d’autres paramétres, comme la
température, la pression et la viscosité.
3.3 Pour limiter l’incertitude maximale à k 0,Ol %,
L’objet de la détermination de l’erreur relative est de vérifier si
lorsqu’on utilise un générateur d’impulsions pour l’étalonnage,
l’appareil de mesure fonctionne à l’intérieur de limites d’erreur
il faut obtenir du compteur, pour chaque essai d’étalonnage, au
prescrites ou spécialement acceptées, tandis que le facteur de
moins 10 000 impulsions. Ce nombre d’impulsions peut être
correction de l’appareil de mesure sert à corriger, par le calcul,
réduit par les techniques d’interpolation des impulsions, qui
toute erreur dont est grevée l’indication de l’appareil de mesure.
permettent soit d’utiliser des compteurs donnant un nombre
d’impulsions plus faible par unité de volume, soit d’autoriser
une réduction du volume du systéme d’étalonnage.
1 Objet et domaine d’application
La présente partie de I’ISO 7278 établit des principes généraux
pour les systémes d’étalonnage des appareils de mesure utilisés
4 Considérations générales
pour le mesurage dynamique des hydrocarbures liquides.
4.1 Tout compteur doit subir un étalonnage aux débits d’utili-
sation prévus, prescrits, ou convenus, dans les conditions de
2 Référence
température et de pression dans lesquelles il fonctionnera, et
ISO 4124, Hydrocarbures liquides - Mesurage dynamique -
avec le liquide qu’il mesurera. Quand il n’est pas possible d’éta-
Contrôle statistique des systémes de mesurage. ‘1
lonner le compteur avec le liquide à mesurer, le compteur doit
être étalonné avec un liquide possédant une masse volumique,
une viscosité et, si possible, une température aussi proches que
3 Types de systèmes d’étalonnage
possible de celles du liquide à mesurer. Un compteur destiné à
mesurer plusieurs liquides différents doit être vérifié pour cha-
3.1 On utilise les types de systémes d’étalonnage suivants:
cun de ces liquides. On peut utiliser des liquides de substitution
si, entre l’erreur relative, le débit et la viscosité, il existe une
a) les jauges étalons;
relation simple et connue, du moment que l’incertitude de

b) les tubes étalons, bidirectionnels et unidirectionnels: il mesurage se maintient dans des limites acceptables. En tout

cas, un étalonnage doit être effectué à un débit équivalent à
existe, pour des applications spéciales, des tubes étalons
celui auquel le compteur fonctionnera.
réalisés grâce à un usinage de précision comme décrit en 6.7;
1) Actuellement au stade de projet.
---------------------- Page: 3 ----------------------
ISO 7278-l: 1987 (FI
r doit être étalonné en différentes circonstances
Un compteu b) Méthode du démarrage-arrêt en fonction. Elle consiste
comme suit: à obtenir les valeurs lues sur l’appareil de mesure, à I’ouver-
ture et à la fermeture, quand l’appareil de mesure fonc-
a) Étalonnage primitif. II doit être effectué sur I’emplace-
tionne. On utilise pour cela des registres auxiliaires ou
ment permanent de l’appareil, ou dans une station centrali-
secondaires, présentant un pouvoir séparateur élevé, et
sée, dans laquelle on peut reproduire les conditions prévues
pouvant être démarrés ou arrêtés pendant que le compteur
d’utilisation du compteur. L’étalonnage primitif permet de
et le registre primaire continuent à fonctionner.
déterminer la relation qui existe entre l’erreur relative (ou le
facteur de correction de l’appareil de mesure) et les diffé-
4.5 Chaque appareil de mesure faisant l’objet de l’essai d’éta-
rents paramètres influant sur elle, tels que la viscosité ou la
lonnage doit posséder le même registre que celui utilisé en mar-
température.
che normale, ou des registres auxiliaires supplémentaires,
synchronisés d’une manière satisfaisante, lorsqu’on utilise la
b) Étalonnage exceptionnel ou périodique. Si l’on peut
méthode du démarrage-arrêt en fonction [4.4b)]. L’inclusion
déterminer une relation simple entre l’erreur relative (ou le
d’équipements auxiliaires spéciaux, par exemple, le sélecteur
facteur de correction de l’appareil de mesure) et les paramè-
de masse volumique, le compensateur de température, le regis-
tres d’influente, tels que la viscosité ou la température, on
tre de prédétermination des quantités est autorisée. S’ils sont
peut faire subir aux compteurs un nouvel étalonnage pério-
utilisés, ils doivent être réglés et en bon état de marche quand
dique, en utilisant un système d’étalonnage soit sur place,
on effectue les essais d’étalonnage. II faut réduire autant que
soit dans une station centralisée. Sinon, le compteur doit
possible le temps qui s’écoule entre les différents essais d’éta-
subir un nouvel étalonnage sur place, à chaque fois qu’il se
lonnage.
produit des modifications importantes des paramètres
d’influente tels que viscosité ou température. II est égale-
ment nécessaire d’effectuer des étalonnages réguliers pour
4.6 L’étalonnage des appareils de mesure a deux objectifs
suivre les effets des modifications de nature mécanique.
généraux qui dépenden t généralement du type d’utilisation.
Pour le premier type, on peut étalonner un compteur pour défi-
4.2 II existe de nombreux liquides pétroliers, présentant une
nir ses performances, en réglant si nécessaire son dispositif de
tension de vapeur élevée et qui sont mesurés par un compteur.
réglage de facon à obtenir un facteur de correction égal à
S’il se produit une évaporation du liquide au cours du fonction-
1,000 0, ce qui aura pour conséquence que le volume indiqué
nement normal ou de l’étalonnage, et que celle-ci affecte le
sera le volume de liquide effectivement livré (volume brut, à
mesurage, le système d’étalonnage devra comporter des
l’intérieur des tolérances voulues). C’est là la pratique normale
moyens pour éviter l’évaporation.
dans le cas d’un appareil de mesure travaillant sur des quantités
de liquide intermittentes, par exemple le compteur d’un camion
4.3 L’étalonnage d’un compteur est analogue à un essai au
citerne ou le compteur d’une rampe de chargement au niveau
laboratoire: quand il est convenablement effectué, il doit con-
d’un terminal ou d’une installation de stockage en vrac.
duire à une bonne répétabilité, nécessaire pour assurer la jus-
tesse du mesurage. II y a dans le compteur, son agencement et
Pour le deuxième type d’utilisation, on peut étalonner un comp-
les systèmes d’étalonnage, autant de facteurs susceptibles de
teur pour déterminer son facteur de correction ou, si possible,
contribuer à l’incertitude de mesurage, qu’il y en a quand on
une relation simple entre son facteur de correction et les para-
veut déterminer les propriétés physiques du liquide mesuré. En
mètres d’influente, tels que viscosité ou température, de façon
outre, le système d’étalonnage doit être maintenu en bon état
que l’on puisse appliquer au volume indiqué, ce facteur ou
de marche. II faut prévoir une inspection approfondie des systè-
cette relation dans le but de calculer le volume brut passant par
mes d’étalonnage et de leurs accessoires, avec une fréquence
l’appareil de mesure. C’est là la pratique normale dans le cas
suffisante pour assurer la reproductibilité des résultats de I’éta-
d’un mesurage en continu ou de longue durée.
lonnage. II est essentiel que l’on observe, enregistre et étudie
les performances du compteur et que les calculs soient corrects
4.7 Quand un compteur est étalonné afin de modifier son
(voir ISO 4124).
réglage, il faut effectuer un essai préliminaire, non enregistré,
pour autant qu’il est nécessaire pour obtenir l’équilibre des tem-
La justesse et la répétabilité du compteur faisant l’objet de
pératures, déplacer les vapeurs ou les gaz, et mouiller l’intérieur
l’essai d’étalonnage peuvent être affectées par les erreurs
du système d’étalonnage. Les essais d’étalonnage ultérieurs,
d’observation faites lors de la détermination de la lecture du
qui seront enregistrés, sont effectués dans la gamme requise de
compteur au début et à la fin de l’essai, du volume d’essai tra-
débits, pour un réglage du compteur déterminé.
versant le système d’étalonnage ou étant délivré à ce dernier,
de la lecture de la température et de la pression, ainsi que par
Chaque point d’étalonnage pour un même débit sera répété au
les erreurs implicites générées par les calculs dans le cadre de la
moins deux fois et de préférence trois fois. D’autres répétitions
correction du mesurage pour les ramener aux conditions nor-
peuvent être nécessaires, si spécifié. (Voir ISO 4124.)
malisées.
4.8 Quand l’étalonnage d’un compteur a pour but de déter-
classer les systèmes d’étalonnage des compteurs
4.4 On peut
miner le facteur de correction de cet appareil pour un ou plu-
selon le mode opératoire, comme décrit ci-aprés :
sieurs débits, le mode opératoire est essentiellement le même

a) Méthode du démarrage-arrêt au repos. Elle utilise des que celui spécifié en 4.7, sauf qu’il ne faut apporter aucune

modification, entre les essais, au dispositif de réglage du comp-
registres (compteurs), et les valeurs lues à l’ouverture et à la

fermeture sont obtenues à débit nul. L’ouverture et la fer- teur. Les essais d’étalonnage sont effectués et enregistrés

jusqu’à ce que les essais consécutifs spécifiés, réalisés avec
meture des robinets doivent être exécutées rapidement.
---------------------- Page: 4 ----------------------
ISO 72780I:l987 (F)
le même débit, coïncident dans les limites acceptables de répé-
ces étrangères. II faut inspecter fréquemment les fenêtres de
tabilité, et l’on acceptera à ce moment-là la moyenne des deux
niveaux et réétalonner la jauge étalon s’il y a un signe de dépla-
essais comme le facteur de correction du compteur pour ce
cement des fenêtres de niveaux.
débit.
5.2 Un étalonnage effectué à l’aide de jauges étalons à ciel
ouvert consiste à comparer le volume de liquide indiqué par le
4.9 Si, pendant les essais d’étalonnage, l’indication d’un
registre et le volume connu se trouvant dans la jauge. Le liquide
compteur n’est pas modifiée par les ajustements apportés au
doit traverser l’appareil de mesure dans les conditions de mar-
registre, ou si au cours de quatre étalonnages sans réglage, il
che effectives ou simulées (température, pression, débit, masse
est impossible d’obtenir deux essais successifs ne coïncidant
volumique et viscosité), puis il doit pénétrer dans la jauge éta-
pas dans les limites de répétabilité acceptables, il faut étudier
lon dans laquelle on détermine son volume à partir des valeurs
toutes les phases de l’étalonnage pour rechercher la cause de
lues sur les échelles. Le facteur de correction du compteur est
cet écart. Si l’on ne trouve pas la cause, il convient d’inspecter
le rapport entre le volume effectif mesuré avec la jauge étalon,
le compteur et les mécanismes du registre pour rechercher les
ramené (ou converti) aux conditions de température du liquide
défauts électroniques ou mécaniques, puis les réparer et les
pendant l’étalonnage (c’est-à-dire passé à travers le compteur),
étalonner avant remise en service.
et la variation de volume indiquée par le registre du compteur.
4.10 La limite pratique de précision pour toute valeur obser-
5.3 Après avoir effectué au préalable une opération de rem-
vée, par exemple le volume du réservoir de référence pendant
plissage et de vidange de la jauge étalon, on enregistre le niveau
I’etalonnage d’un appareil de mesure, est d’une partie pour
le plus bas du liquide d’essai. On arrête ensuite le compteur à
10 000. Pour cette raison, les facteurs de correction des comp-
étalonner et on note la valeur initiale lue sur l’appareil de
teurs doivent être arrondis à quatre chiffres après la virgule, ni
mesure. On démarre alors l’essai d’étalonnage en envoyant le
plus, ni moins, par exemple 1, 0016.
liquide du compteur à l’intérieur de la jauge étalon, en mainte-
nant constants le débit et la pression du compteur pour simuler
les conditions réelles d’exploitation. Pandant le remplissage de
4.11 Les résultats du calcul peuvent être affectés d’une
la jauge étalon, la température du liquide mesuré, au voisinage
manière désavantageuse par l’utilisation de tables incomplétes
...

Questions, Comments and Discussion

Ask us and Technical Secretary will try to provide an answer. You can facilitate discussion about the standard in here.